Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266185691
Code sériel : 13797
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm

La Vague

Aude CARLIER (Traducteur)
Date de parution : 19/02/2009

LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Pour faire comprendre les mécanismes du nazisme à ses élèves, Ben Ross, professeur d’histoire, crée un mouvement expérimental au slogan fort : « La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l’Action. » En l’espace de quelques jours, l’atmosphère du...

LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Pour faire comprendre les mécanismes du nazisme à ses élèves, Ben Ross, professeur d’histoire, crée un mouvement expérimental au slogan fort : « La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l’Action. » En l’espace de quelques jours, l’atmosphère du paisible lycée californien se transforme en microcosme totalitaire : avec une docilité effrayante, les élèves abandonnent leur libre arbitre pour répondre aux ordres de leur nouveau leader.
Quel choc pourra être assez violent pour réveiller leurs consciences et mettre fin à la démonstration ?

« Ce best-seller, qui est devenu un manuel d'histoire en Allemagne et un film, souligne qu'il est facile de se transformer en petit fasciste du jour au lendemain. » Philippe Vallet – France Info

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266185691
Code sériel : 13797
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Ce best-seller, qui est devenu un manuel d’histoire en Allemagne et bientôt un film, souligne qu’il est facile de se transformer en petit fasciste du jour au lendemain. » Philippe Vallet – France Info

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • TCHITAT92 Posté le 11 Novembre 2020
    Sujet passionnant, j'étais plus que ravie d'avoir trouvé "la Vague" dans ma bibliothèque de quartier. J'avais découvert cette expérience (guère scientifique) lors d'un cours de psychologie sociale sur les mouvements de foule. Hélas, alors que le fond répondait à un grand intérêt de ma part, étant basé sur des faits réels qui se sont passés aux Etats-Unis dans les années 70, j'avoue avoir été peu emballée dans la forme. Le style d'écriture, les personnages, les dialogues m'ont fait penser à un petit roman de gare. Ce sujet aurait mérité d'être traité par un écrivain avec une vraie "patte", un vrai sens de la psychologie humaine et de son ambivalence. Dommage, du coup, je n'ai pas pu retrouver l'aspect "réel", grave des faits énoncés, n'ayant pu entrer par l'écrit dans cette vague totalitaire au sein d'un lycée, qui avait scandalisé l'Amérique à l'époque. Que de regrets... Je vais néanmoins tenter de trouver le film, peut-être m'y retrouverai-je plus?
  • sashatouillaux Posté le 5 Novembre 2020
    Hello les bookivores ! Comment allez-vous ? Que lisez-vous en ce moment ? 📖 °• La Vague est un ouvrage écrit par Todd Strasser, un auteur américain. Initialement paru en 1981 chez Dell Publishing et réédité en 2009 chez Pocket, ce best-seller a eu l’opportunité d’être adapté au cinéma et d’être traduit dans une quinzaine de langues. Il fut vendu à 1,5 millions d’exemplaires en Europe. •° Etats-Unis, 1970. Ben Ross, jeune professeur d’histoire apprécié de ses élèves, décide de se lancer dans un projet d’un nouveau genre, celui de confronter ses élèves aux techniques de manipulation utilisées sur les soldats nazis durant la Seconde Guerre Mondiale. Après avoir visionné un reportage sur les camps, les étudiants ressortent choqués mais persuadés de ne jamais tomber dans ce genre de folie meurtrière. Le professeur décide donc de lancer l’expérience, mais en mesure-t-il vraiment les conséquences ? °• Basé sur des faits réels, ce récit, bien que court, n’en est pas moins addictif. Le nazisme et tout ce qui s’y rallie a toujours été un sujet qui m’a fortement intéressée. Mais découvrir une simulation du lavage de cerveau que subissaient les jeunesses hitlériennes, tout ça sur de simples petits américains des sixties, m’a plutôt bien intriguée. Comment des... Hello les bookivores ! Comment allez-vous ? Que lisez-vous en ce moment ? 📖 °• La Vague est un ouvrage écrit par Todd Strasser, un auteur américain. Initialement paru en 1981 chez Dell Publishing et réédité en 2009 chez Pocket, ce best-seller a eu l’opportunité d’être adapté au cinéma et d’être traduit dans une quinzaine de langues. Il fut vendu à 1,5 millions d’exemplaires en Europe. •° Etats-Unis, 1970. Ben Ross, jeune professeur d’histoire apprécié de ses élèves, décide de se lancer dans un projet d’un nouveau genre, celui de confronter ses élèves aux techniques de manipulation utilisées sur les soldats nazis durant la Seconde Guerre Mondiale. Après avoir visionné un reportage sur les camps, les étudiants ressortent choqués mais persuadés de ne jamais tomber dans ce genre de folie meurtrière. Le professeur décide donc de lancer l’expérience, mais en mesure-t-il vraiment les conséquences ? °• Basé sur des faits réels, ce récit, bien que court, n’en est pas moins addictif. Le nazisme et tout ce qui s’y rallie a toujours été un sujet qui m’a fortement intéressée. Mais découvrir une simulation du lavage de cerveau que subissaient les jeunesses hitlériennes, tout ça sur de simples petits américains des sixties, m’a plutôt bien intriguée. Comment des jeunes d’une quinzaine d’années ont-ils pu commettre autant d’atrocités, eux que l’on pensait justement assez rebelles pour ouvrir les yeux ? L’ouvrage ne me semble pas uniquement adapté pour les jeunes bien que les personnages soient assez peu développés, voire un peu clichés sur les bords. En effet, la première de classe, le joueur de football américain, populaire de surcroît et le cancre, sont des types de personnages qui reviennent régulièrement dans les ouvrages jeunesses. Ceux-ci restent tout de même attachants, avec cet air de naïveté typique aux jeunes adolescents. •° Le suspense n’est pas vraiment présent, l’histoire est même assez prévisible, bien que cela ne soit pas dérangeant, car il semble que le but recherché ne soit pas de tenir le lecteur en haleine, mais plutôt de le sensibiliser. °• Cette lecture, bien qu’agréable, ne casse pour autant pas les codes et convient à toute personne intéressée par l’histoire ou la psychologie. Ce livre simple ne requiert pas une habitude de lecture élevée, grâce à sa syntaxe simple et au peu de pages qu’il contient. C’est un ouvrage étonnant, parti d’une idée intéressante et qui aurait pu être encore plus agréable s’il avait été un tant soit plus développé. •° Vous l’avez lu ? Vos avis dessus ? Il vous tente ? 🖋️ °• #lecture #reading #books #lavague #toddstrasser #pocket #dellpublishing #histoire #livre #belgique #belgium #french #français #germany #roman #bookworm #bookstagram #livrestagram #bookaddict #school #nazisme #war #usa
    Lire la suite
    En lire moins
  • Anis0206 Posté le 4 Novembre 2020
    Quel roman ! Quelle histoire ! Wouaw, se dire que c'est tiré de faits réels fait encore plus peur ! Dans ce livre, Todd Strasser nous raconte comment, pour comprendre les mécanismes du nazisme, un professeur d'histoire aux Etats Unis dans les années 1970, va créer un mouvement dans sa classe avec le slogan : La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l'Action. En quelques jours, seulement le mouvement prend de l'ampleur et l'atmosphère paisible de ce lycée californien se transforme en microcosme totalitaire : avec une docilité effrayante, les élèves abandonnent leur libre arbitre pour répondre aux ordres de leur nouveau leader ! Une magnifique plume nous raconte cette expérience inédite et effrayante car on voit que l'esprit humain est facilement manipulable et tout le monde peut être endoctriner.
  • Elvieux Posté le 3 Novembre 2020
    Voila un roman qui ne laisse pas indifférent, qui fait réfléchir, et que tout le monde devrait lire ....
  • thomassandorf Posté le 1 Novembre 2020
    L’oeuvre de mémoire est un éternel recommencement, alors que l’homme réduit l’éternité à son échelle de temps, soit une ou deux générations, et qu’il croit à tort que le progrès s’opère par sédimentation des expériences passées. Dans la Vague, l’écrivain et journaliste Todd Strasser s’attaque à la mécanique du fascisme. Il décrit cette expérience qu’a menée dans un lycée américain en 1969 un professeur à la fois très ouvert d’esprit mais aussi bien imprudent. Ben Ross est prof d’histoire dans une classe où les élèves sont peu engagés. Adepte de l’enseignement par l’expérience, le jeune et charismatique éducateur cherche un moyen d’intéresser à la Seconde Guerre mondiale des ados plutôt préoccupés par leur « vie sociale ». Pourtant un documentaire diffusé en classe sur les camps de concentration semble pour la première fois les ébranler et éveiller leur conscience. Face au scandale des images qu’ils ont vu, chacun s’étonne : comment toute une population a pu laisser les nazis commettre de telles atrocités ? Ben Ross répond : Fait numéro 1 : seuls 10% des Allemands étaient nazis. Fait numéro 2 : leur pays rendu exsangue par l’inflation, la population cherchait une force politique suffisamment forte et organisée, acceptant ainsi la domination de cette force... L’oeuvre de mémoire est un éternel recommencement, alors que l’homme réduit l’éternité à son échelle de temps, soit une ou deux générations, et qu’il croit à tort que le progrès s’opère par sédimentation des expériences passées. Dans la Vague, l’écrivain et journaliste Todd Strasser s’attaque à la mécanique du fascisme. Il décrit cette expérience qu’a menée dans un lycée américain en 1969 un professeur à la fois très ouvert d’esprit mais aussi bien imprudent. Ben Ross est prof d’histoire dans une classe où les élèves sont peu engagés. Adepte de l’enseignement par l’expérience, le jeune et charismatique éducateur cherche un moyen d’intéresser à la Seconde Guerre mondiale des ados plutôt préoccupés par leur « vie sociale ». Pourtant un documentaire diffusé en classe sur les camps de concentration semble pour la première fois les ébranler et éveiller leur conscience. Face au scandale des images qu’ils ont vu, chacun s’étonne : comment toute une population a pu laisser les nazis commettre de telles atrocités ? Ben Ross répond : Fait numéro 1 : seuls 10% des Allemands étaient nazis. Fait numéro 2 : leur pays rendu exsangue par l’inflation, la population cherchait une force politique suffisamment forte et organisée, acceptant ainsi la domination de cette force politique armée et brutale. Fait numéro 3 : après coup, les Allemands ont affirmé qu’ils ignoraient tout des camps de concentration. La classe déclare unanimement que jamais plus cela ne se reproduira… en tout cas, pas avec eux ! Alors Ben, qui ne trouve pas d’explication valable au comportement de la population allemande sous le nazisme, se lance dans une expérience : il crée un nouveau mouvement, il crée la Vague. « La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l’Action. » Voilà le slogan qui va fédérer même le plus mauvais de ses élèves. C’est une lame de fond qui va faire trembler tout le lycée. Le libre-arbitre cède aux sirènes du mimétisme social et d’un bien être collectif illusoire. Première étape de la manipulation : faire rêver chacun d’un monde meilleur sans cacher l’âpreté du travail requis pour y arriver. Deuxième étape : créer un sentiment de communauté, de bien commun. Troisième étape : recruter et contrôler tout comportement déviant. D’abord pris de vertige par le succès de sa méthode, Ben Ross se prend au jeu. Il imagine son nom dans le Time, présenté comme le champion du retour de la discipline à l’école… Heureusement pour lui et pour ses élèves, l’expérience s’arrêtera avant que le pire ne soit commis. Une chance pour eux. L’actualité montre que, de notre côté, nous sommes passés malheureusement déjà un cran au-dessus. Suivez mon regard : comment ne pas penser à cette expérience dramatique de cet autre professeur d’histoire à Conflans qui, comme Ben Ross, a tenté d’éveiller les consciences de ses élèves par l’électrochoc d’une méthode « non conventionnelle » ? Comment ne pas penser à ces barbares qui sillonnent les rues de nos villes avec des désirs de meurtre ? Comment ne pas penser à ces dictateurs qui embrigadent et vendent de la haine pour faire oublier la misère dans laquelle ils laissent leur population ? La Vague est le récit d’une expérience audacieuse mais maladroite sur des ados influençables au coeur d’un monde encore innocent. Elle montre que la raison, l’esprit critique et l’intelligence, seuls, peuvent mettre un terme à cette sorte de folie collective. La Vague porte d’autres noms aujourd’hui. Elles sont même nombreuses , en sens divers, à s’élever au détriment de nos consciences, de nos libertés, de nos existences. Elles frappent les digues d’une civilisation occidentale qui s’accroche au radeau d’un système économique et social à bout de souffle, confronté à une mondialisation qui s’affranchit de la vieille domination européenne. C’est sans doute le bon moment de lire Amin Maalouf, Jérôme Fourquet dans des ouvrages récents, Guglielmo Ferrero ou Stefan Zweig plus tôt au XXième siècle qui ont écrit sur ce thème brûlant d’actualité. Thomas Sandorf
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.