Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266297769
Code sériel : 17663
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 960
Format : 108 x 177 mm

L'Abominable

Date de parution : 01/10/2020
Juin 1924. La disparition inexpliquée des alpinistes Mallory et Irvine, au cours de leur ascension de l’Everest, fait la une de la presse. Mais qui se souvient de Lord Bromley, dit « Percy », autre concurrent à la course au sommet, évaporé dans les mêmes conditions ? Manque d’oxygène ? Autour du camp de... Juin 1924. La disparition inexpliquée des alpinistes Mallory et Irvine, au cours de leur ascension de l’Everest, fait la une de la presse. Mais qui se souvient de Lord Bromley, dit « Percy », autre concurrent à la course au sommet, évaporé dans les mêmes conditions ? Manque d’oxygène ? Autour du camp de base, la rumeur fait état d’une mystérieuse créature des neiges alors qu’une nouvelle expédition s’élance à la recherche des disparus… voire d’une vérité bien plus abominable encore…
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266297769
Code sériel : 17663
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 960
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

"Un monumental page-turner très documenté, haletant à souhait, signé par le grand auteur de science-fiction Dan Simmons. Autant dire un sommet du genre..."
Elisabeth Barillé / Le Figaro Magazine

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • likeabird Posté le 8 Novembre 2020
    Roman parfaitement documenté sur l'alpinisme dans les années 1920, où le Graal suprême reste l'ascension de l'Everest. Simmons nous inonde de détails techniques, et de détails géographiques, ce faisant à moins d'être un grand amateur, on se perd dans des descriptions qui nous submergent et qui nous déboussolent paradoxalement complètement. On est loin des récits de Maurice Herzog dont on vivait pleinement l'aventure, il s'agit d'une véritable dissection anatomique de la montagne assez logorrhéique à laquelle s'ajoute une description exhaustive de tout le matériel nécessaire à cette époque pour l'aventure Himalayenne. Les personnages sont peu crédibles, un jeune diplômé d'Harvard capable à 8500 m de réaliser des exploits techniques ahurissants, une veuve extraordinairement belle, riche et alpiniste exceptionnelle, un anglais devant lequel Mike Horn passerait pour un premier communiant et des allemands vraiment méchants et cruels et racistes bien dignes de leurs origines culturelles. C'est un pensum qui m'a poussé à sauter beaucoup de lignes tant je me sentais égaré dans cet Everest venteux et frigorifiant. Le côté positif c'est de comprendre la façon progressive d'aborder le sommet des très hautes montagnes avec toutes les précautions à prendre pour ne pas mourir d'embolie pulmonaire. L'intrigue est très moyenne, les méchants sont caricaturaux, j'ai vraiment mis... Roman parfaitement documenté sur l'alpinisme dans les années 1920, où le Graal suprême reste l'ascension de l'Everest. Simmons nous inonde de détails techniques, et de détails géographiques, ce faisant à moins d'être un grand amateur, on se perd dans des descriptions qui nous submergent et qui nous déboussolent paradoxalement complètement. On est loin des récits de Maurice Herzog dont on vivait pleinement l'aventure, il s'agit d'une véritable dissection anatomique de la montagne assez logorrhéique à laquelle s'ajoute une description exhaustive de tout le matériel nécessaire à cette époque pour l'aventure Himalayenne. Les personnages sont peu crédibles, un jeune diplômé d'Harvard capable à 8500 m de réaliser des exploits techniques ahurissants, une veuve extraordinairement belle, riche et alpiniste exceptionnelle, un anglais devant lequel Mike Horn passerait pour un premier communiant et des allemands vraiment méchants et cruels et racistes bien dignes de leurs origines culturelles. C'est un pensum qui m'a poussé à sauter beaucoup de lignes tant je me sentais égaré dans cet Everest venteux et frigorifiant. Le côté positif c'est de comprendre la façon progressive d'aborder le sommet des très hautes montagnes avec toutes les précautions à prendre pour ne pas mourir d'embolie pulmonaire. L'intrigue est très moyenne, les méchants sont caricaturaux, j'ai vraiment mis du temps à le finir. J'ai mis 3 étoiles pour le travail de recherche impressionnant qu'à du faire l'auteur ou ses collaborateurs pour nous pondre une thèse sur l'alpinisme.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Maitrekong Posté le 29 Octobre 2020
    L’abominable, gros pavé de 659 pages écrit par Dan Simmons, vous transportera en 1925, à une époque où aucun humanoïde n’était parvenu à atteindre le sommet de l’Everest (ou peut-être qu’en fait si, nul ne le sait). Suite à la mort de G.Mallory et de S.Irvine en 1924 alors qu’ils tentaient de gravir la montagne, une enquête va être menée secrètement par trois autres alpinistes afin de lever le mystère sur cette disparition ainsi que sur quelques autres survenues la même année. Cette expédition, qui a aussi comme but caché de tenter l’ultime ascension du plus haut sommet du monde, se transforme en cauchemar lorsque les alpinistes se retrouvent attaqués. Le pavé est atrocement décevant. Le titre « l’abominable », la note de Stephen King qui vous le recommande, la 4ieme de couverture, l’idée de se retrouver en 1925 en mode explorateurs comme des mikehorn préhistoriques, tout donne envie. Comme quoi, méfions nous des livres où le nom de l’auteur est en caractère 72 plus gros que le titre, ainsi que des phrases de recommandations écrites pas de grands noms sur la 1iere couverture. Le livre souffre de descriptions très longues dans un jargon d’alpiniste. Tolkien et sa description de... L’abominable, gros pavé de 659 pages écrit par Dan Simmons, vous transportera en 1925, à une époque où aucun humanoïde n’était parvenu à atteindre le sommet de l’Everest (ou peut-être qu’en fait si, nul ne le sait). Suite à la mort de G.Mallory et de S.Irvine en 1924 alors qu’ils tentaient de gravir la montagne, une enquête va être menée secrètement par trois autres alpinistes afin de lever le mystère sur cette disparition ainsi que sur quelques autres survenues la même année. Cette expédition, qui a aussi comme but caché de tenter l’ultime ascension du plus haut sommet du monde, se transforme en cauchemar lorsque les alpinistes se retrouvent attaqués. Le pavé est atrocement décevant. Le titre « l’abominable », la note de Stephen King qui vous le recommande, la 4ieme de couverture, l’idée de se retrouver en 1925 en mode explorateurs comme des mikehorn préhistoriques, tout donne envie. Comme quoi, méfions nous des livres où le nom de l’auteur est en caractère 72 plus gros que le titre, ainsi que des phrases de recommandations écrites pas de grands noms sur la 1iere couverture. Le livre souffre de descriptions très longues dans un jargon d’alpiniste. Tolkien et sa description de l’herbe à pipe, c’est de la poésie jouissive à côté. L’histoire commence à être intéressante seulement à la 468ieme page et le sens du titre ne vous sera révélé qu’à la 564ieme page. Il faut s’accrocher donc. Cette révélation vous amènera d’ailleurs à vous poser la question existentielle suivante : mais en fait, pourquoi les 2 mecs morts que l’expédition recherchent, ils s’amusaient à vouloir gravir l’Everest ? Dommage, car les personnages sont intéressants, la rusticité (c’est peu de le dire) d’une expédition à cette altitude avec les moyens de l’époque et l’histoire en elle même interpellent bien que le titre du livre relève d’une arnaque bien crasse. En effet, l’abominable = l’abominable homme des neiges = yétis. On vous fait planer un pseudo suspens de yéti quelques temps (avant l’expédition et une 1ère fois lors de l’ascension avant de complètement tomber aux oubliettes au profit d’un autre choix scenaristique. Ça laisse un léger goût amer. Abstraction faite des descriptions techniques imbuvables et du choix de titre Putaclick, l’enquête et les événements narrés ici s’intègrent bien dans le contexte historique de l’époque. L’auteur a su utiliser des faits réels pour écrire une fiction plausible historiquement parlant avec une troisième partie de roman bien rythmée et pleine de péripéties qui débute par la phrase de l’alpiniste narrateur principale de l’histoire : « je commence à me demander quand cette expédition avait passé la frontière du fantastique pour entrer dans le territoire de l’incroyable ».
    Lire la suite
    En lire moins
  • nicoel Posté le 11 Octobre 2020
    Un bon Simmons dans la veine du fabuleux "Terreur", un cran en dessous. Ambiance trouble au sommet du monde. L'intrigue s'étiole un peu à la fin.
  • diablotin0 Posté le 22 Août 2020
    Pour les amoureux de la montagne ou encore mieux pour les alpinistes, je pense que ce roman doit être un régal. Pour moi qui ne suis ni l'un ni l'autre, j'y ai trouvé des longueurs. Les descriptions parfois techniques, toujours très documentées ont été parfois un peu fastidieuses et je dois avouer que certaines pages ont été lues en diagonale. L'intrigue est tout à fait secondaire. L'intérêt de ce roman est bien plus la vision très réaliste (enfin je pense) de l'ascension, par nos 3 alpinistes, des montagnes dans des conditions extrêmes. On arrive à s'imaginer les difficultés, le froid, la dangerosité sans aucune difficulté, les descriptions sont de grandes qualités et hyper documentées. (mais un peu trop pour moi). Je ne fais sans doute pas partie du public visé par l'auteur qui, à mon avis cible des lecteurs plus avertis ! J'ai tout de même apprécié et ne vais pas bouder cet auteur !
  • Foxfire Posté le 2 Juillet 2020
    Dan Simmons m’a soufflée ! « L’abominable » est un roman magistral qui vient une nouvelle fois prouver le talent de conteur de Simmons. Le titre est trompeur, enfin l’est-il vraiment ?, « l’abominable » n’est pas ce qu’on s’imagine lorsqu’on s’y attaque. Il s’agit avant tout d’un formidable récit d’aventure mais c’est aussi bien plus que ça. Le roman se place dans le monde de l’alpinisme dans les années 30. Cet aspect est très documenté, Simmons a dû lire des tonnes d’ouvrages sur le sujet, la véracité est totale. Si les aspects techniques sont très présents, on parle crampons, cordes, équipement…, ces éléments sont rendus passionnants par l’auteur et n’amoindrissent jamais le souffle du récit. Au contraire, ces considérations techniques montrent à quel point l’alpinisme à l’époque était une véritable aventure pleine de risques et de dangers. Ces périls, Simmons les fait ressentir pleinement au lecteur. On est dans les pas des personnages, on peine avec eux, on a froid avec eux… Le roman d’aventure se double d’un thriller de haute volée. La tension est permanente, le suspense parfaitement maîtrisé. Simmons emmène son récit dans une direction inattendue. Le côté thriller du roman a une dimension historique qui tient presque... Dan Simmons m’a soufflée ! « L’abominable » est un roman magistral qui vient une nouvelle fois prouver le talent de conteur de Simmons. Le titre est trompeur, enfin l’est-il vraiment ?, « l’abominable » n’est pas ce qu’on s’imagine lorsqu’on s’y attaque. Il s’agit avant tout d’un formidable récit d’aventure mais c’est aussi bien plus que ça. Le roman se place dans le monde de l’alpinisme dans les années 30. Cet aspect est très documenté, Simmons a dû lire des tonnes d’ouvrages sur le sujet, la véracité est totale. Si les aspects techniques sont très présents, on parle crampons, cordes, équipement…, ces éléments sont rendus passionnants par l’auteur et n’amoindrissent jamais le souffle du récit. Au contraire, ces considérations techniques montrent à quel point l’alpinisme à l’époque était une véritable aventure pleine de risques et de dangers. Ces périls, Simmons les fait ressentir pleinement au lecteur. On est dans les pas des personnages, on peine avec eux, on a froid avec eux… Le roman d’aventure se double d’un thriller de haute volée. La tension est permanente, le suspense parfaitement maîtrisé. Simmons emmène son récit dans une direction inattendue. Le côté thriller du roman a une dimension historique qui tient presque du roman d’espionnage sans que jamais l’aventure ne perde de son souffle. Ce changement de cap de l’intrigue m’a vraiment surprise mais le tour de force c’est que ça parait naturel, on n’a jamais le sentiment que l’auteur a recours à un truc, ça glisse tout seul. Ajoutez à cette construction imparable des personnages vivants et bien campés et des descriptions immersives… Voilà un roman qui atteint des sommets. J’ai adoré.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.