Lisez! icon: Search engine
Le Berceau des dominations
Date de parution : 08/04/2021
Éditeurs :
Pocket

Le Berceau des dominations

Date de parution : 08/04/2021
Tous les jours, près de chez vous, un bon père de famille couche avec sa petite fille de neuf ans. Ou parfois elle lui fait juste une petite fellation. Ou... Tous les jours, près de chez vous, un bon père de famille couche avec sa petite fille de neuf ans. Ou parfois elle lui fait juste une petite fellation. Ou c’est une grande sœur avec sa petite sœur. Dans cette anthropologie de l'inceste, Dorothée Dussy se penche sur les mécanismes... Tous les jours, près de chez vous, un bon père de famille couche avec sa petite fille de neuf ans. Ou parfois elle lui fait juste une petite fellation. Ou c’est une grande sœur avec sa petite sœur. Dans cette anthropologie de l'inceste, Dorothée Dussy se penche sur les mécanismes complexes par lesquels l'inceste est couramment pratiqué dans l'intimité des foyers français.
À la faveur du réel, et de la banalité des abus sexuels commis sur les enfants, l'inceste se révèle structurant de l’ordre social. Il y apparaît comme un outil de formation à l’exploitation et à la domination de genre et de classe. Cinq ans d’enquête ethnographique sont restitués dans ce livre : un voyage subversif au cœur de familles que rien, ou presque, ne distingue des vôtres.

Préface de Charlotte Pudlowski
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266318594
Code sériel : 18334
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm
EAN : 9782266318594
Code sériel : 18334
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Il n’y a pas beaucoup de lectures plus décapantes que la lecture de ce livre-là. »
« C’est un grand livre et un grand travail. »
 
Françoise Héritier

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Aurelire 10/12/2022
    J'ai découvert Dorothée Dussy en écoutant un podcast des "Couilles sur la table" et j'avais été surprise et choquée des chiffres de l'inceste évoqués et de l'importance du phénomène dans la société française (et pas que). Dorothée Dussy y aborde dès les premiers mots et de façon brutale le phénomène sociétal qu'est l'inceste ("Tous les jours, près de chez vous, à Lyon, à Paris, à Barcelone, à Toronto, à Mexico ou à Dallas, un bon père de famille couche avec sa petite fille de neuf ans. Ou parfois elle lui fait juste une petite fellation. Ou c'est un oncle avec son neveu. Ou une grande soeur avec sa petite soeur." Cette étude, basée sur une bibliographie très conséquente mais aussi sur des entretiens réalisés auprès d'incesteurs condamnés à des peines de prisons, est très complète, décortiquant petit à petit l'ampleur de ce phénomène et surtout le silence autour de ce fléau. C'est un livre difficile, bien sûr, à la fois par la description de ce que certain•es ont vécu, mais aussi parce qu'on se rend compte de l'énormité du phénomène : en France, le nombre de victimes d'incestes est évalué à 3 millions de personnes (et ce livre datant de 2013, il... J'ai découvert Dorothée Dussy en écoutant un podcast des "Couilles sur la table" et j'avais été surprise et choquée des chiffres de l'inceste évoqués et de l'importance du phénomène dans la société française (et pas que). Dorothée Dussy y aborde dès les premiers mots et de façon brutale le phénomène sociétal qu'est l'inceste ("Tous les jours, près de chez vous, à Lyon, à Paris, à Barcelone, à Toronto, à Mexico ou à Dallas, un bon père de famille couche avec sa petite fille de neuf ans. Ou parfois elle lui fait juste une petite fellation. Ou c'est un oncle avec son neveu. Ou une grande soeur avec sa petite soeur." Cette étude, basée sur une bibliographie très conséquente mais aussi sur des entretiens réalisés auprès d'incesteurs condamnés à des peines de prisons, est très complète, décortiquant petit à petit l'ampleur de ce phénomène et surtout le silence autour de ce fléau. C'est un livre difficile, bien sûr, à la fois par la description de ce que certain•es ont vécu, mais aussi parce qu'on se rend compte de l'énormité du phénomène : en France, le nombre de victimes d'incestes est évalué à 3 millions de personnes (et ce livre datant de 2013, il faut quand même noter que de récentes études menées par l'INED et IPSOS évaluent ce chiffre à 6,7 millions de personnes, soit un homme sur huit et une femme sur cinq incesté•es avant leurs 18 ans). Au-delà de ces chiffres effarants, c'est le peu de condamnations et de dénonciations qui choquent, le silence familial qui est le coeur même du phénomène de l'inceste. Dorothée Dussy y explique clairement comment l'incesté est parfois mis au ban de la famille car il a osé "briser la famille" en révélant l'inceste (alors que dans le même temps, l'incesteur n'est que peu critiqué ou rejeté). Elle y montre la véritable omerta familiale qui se tisse autour de ce phénomène et qui détruit encore plus les victimes. Ce livre est aussi l'occasion de montrer que ce phénomène est un vrai phénomène sociétal, lié à la domination, qui se reproduit souvent dans les familles qui connaissent plusieurs cas d'incestes, ceux-ci n'étant pas forcément liés (l'incesté ne devient pas forcément incesteur, mais il y a souvent plusieurs incestés et plusieurs incesteurs dans une même famille). Elle y décrit aussi le phénomène consistant a minimiser ces actes, surtout quand ils sont commis par des enfants ou des adolescents, définis très souvent comme des "jeux" alors qu'ils créent un vrai traumatisme aux victimes. Elle y montre également que les incesteurs minimisent souvent leurs gestes, et que bien que la plupart aient conscience que leurs gestes sont interdits par la loi et peuvent les mener en prison, ils savent aussi que les condamnations sont rares et qu'ils ont de grandes chances de passer au travers des mailles du filet. Enfin, elle décrit la prévalence de ce phénomène dans la société, s'appuyant notamment sur l'exemple du procès d'Outreau, dont la plupart des gens ont retenu l'erreur judiciaire, en occultant complètement que des enfants avaient vraiment été violés et que c'est finalement ça le plus grave... Et que depuis ce procès, la parole des enfants est souvent remise en cause alors que les fausses déclarations restent pourtant extrêmement rares. Il y aurait des lignes et des lignes à écrire sur ce livre alors plutôt que de tout résumer, je vous invite vraiment à le lire. Cet ouvrage est magistral, à la fois parce qu'il analyse en profondeur ce phénomène, mais aussi parce qu'il s'appuie sur de nombreux témoignages d'incesteurs et d'incestés et qu'ils nous permettent de mieux comprendre pourquoi ce phénomène est si ancré dans nos sociétés, et par-là même, en en ayant conscience, de pouvoir peut-être lutter plus efficacement pour la protection des enfants (mais au vu de la décision du Sénat d'hier, qui a refusé la création d'une délégation aux droits des enfants, il semblerait que le chemin soit encore long...).
    Lire la suite
    En lire moins
  • topobiblioteca 31/08/2022
    Le berceau des dominations – Anthropologie de l'inceste est une enquête à grande échelle menée par Dorothée Dussy sur de nombreux incesteurs, en prison, qui ont acceptés de parler de leur pathologie, de leur passé et de leurs actes. Grâce à leur témoignage, elle à pu en tirer les bases d'une étude plus profonde sur le sujet et décrire ainsi le berceau de l'inceste, la façon dont les mécanismes du silence, de l'emprise et les motifs de l'inceste sont mis en place. En se plaçant en situation d'écoute et d'analyse du comportement et des faits des incesteurs, elle ouvre un pan méconnu du sujet. Avec des extraits d'entretien, qu'elle émaille de points psychanalytique, elle détaille le profil, les situations propices et les phases de comportements. Avec effrois nous lisons les témoignages, mais avec logique elle nous dresse un état de fait pour qu'enfin la société ouvre les yeux et en tire les leçons...
  • Lolochoco 02/08/2022
    un ouvrage très intéressant, qui secoue bien dès les premières lignes. Les rouages de l'inceste sont décortiqués. Il faut parfois s'accrocher lors de la lecture, mais cette étude met beaucoup de clarté sur cette réalité malheureusement trop banale. Jusqu'au bout, j'ai eu l'impression d'être pris au piège d'un système. Après avoir écouté le podcast de Charlotte PUDLOWSKI ( Ou peut-être une nuit...), la lecture de ce livre met un peu plus de conscience sur cette loi du silence pour que la parole courageuse et salvatrice se libère chaque jour un peu plus.
  • Jtne01 04/04/2022
    C'est un livre qui était sur ma liste depuis longtemps et que j'ai pu découvrir grâce à sa réédition en version poche. Le sujet abordé est grave et toujours d'actualité dans notre société. Il permet de comprendre les mécanismes de l'inceste et ses conséquences. Dorothée Dussy a su se mettre à la portée de ces lecteurs qui ne sont pas anthropologues ou sociologues par une écriture simple et parfois "hard" qui permet de comprendre mieux le sujet. Je recommande ce livre !
  • foxinthesnow 02/03/2022
    Cet essai d'anthropologie est absolument bouleversant. Il s'attaque de front à un tabou très fort, pour montrer qu'il est théoriquement interdit mais en pratique assez ordinaire. Après avoir collecté des chiffres, l'autrice a étudié et interrogé les incesteurs puis les incesté•es. Il n'y a pas de profil spécifique de l'incesteur, ses actes résultent d'une pédagogie familiale, érotisée, de l'écrasement. Il est terrible de comprendre que l'inceste est banal; que les rapports de domination font partie des schémas familiaux. Dans 80% des agressions il y a une proximité agresseur/agressé•e. L'introduction explicite une méthode originale dans l'écriture des sciences sociales, qui assume sa subjectivité et fait le choix d'une écriture du quotidien et du domestique, pour prendre une distance avec l'ordre dominant, masculin et patriarcal. Pourtant l'autrice dit ne pas faire oeuvre féministe... (tout en convoquant Wittig, G.Fraisse, etc.) Dorothée Dussy montre qu'il n'y a pas de jeux sexuels ni de consentement possibles : les enfants sont toujours manipulés ou initiés par un aîné ou parent qui abuse de son autorité. Ce qui ressort des entretiens avec les incesteurs : leur point de vue masculiniste s'approprie le corps des femmes, se justifie par une rhétorique de l'amour et de l'attachement... d'où la notion... Cet essai d'anthropologie est absolument bouleversant. Il s'attaque de front à un tabou très fort, pour montrer qu'il est théoriquement interdit mais en pratique assez ordinaire. Après avoir collecté des chiffres, l'autrice a étudié et interrogé les incesteurs puis les incesté•es. Il n'y a pas de profil spécifique de l'incesteur, ses actes résultent d'une pédagogie familiale, érotisée, de l'écrasement. Il est terrible de comprendre que l'inceste est banal; que les rapports de domination font partie des schémas familiaux. Dans 80% des agressions il y a une proximité agresseur/agressé•e. L'introduction explicite une méthode originale dans l'écriture des sciences sociales, qui assume sa subjectivité et fait le choix d'une écriture du quotidien et du domestique, pour prendre une distance avec l'ordre dominant, masculin et patriarcal. Pourtant l'autrice dit ne pas faire oeuvre féministe... (tout en convoquant Wittig, G.Fraisse, etc.) Dorothée Dussy montre qu'il n'y a pas de jeux sexuels ni de consentement possibles : les enfants sont toujours manipulés ou initiés par un aîné ou parent qui abuse de son autorité. Ce qui ressort des entretiens avec les incesteurs : leur point de vue masculiniste s'approprie le corps des femmes, se justifie par une rhétorique de l'amour et de l'attachement... d'où la notion de consentement est exclue (confondue avec la peur, l'emprise...). La recherche de réparation et d'indemnisation des victimes est toujours présentée comme vénale. La théorie des pulsions est parfois convoquée, alors que la stratégie de dissimulation des incesteurs montre sa fausseté. Les incesteurs s'arrêtent souvent à temps, quand ils sentent le vent tourner. L'inceste est ancré dans le silence, dans l'amnésie des victimes; c'est un impensé, à cause de l'aveuglement des autres proches, de l'injonction collective au silence sur les viols, et aux représentations globales (les parents nous aiment et nous protègent, voyons...). De plus la loi permet de protéger les incesteurs (prescription, majorité sexuelle, nombreux non-lieux...) L'analyse du procès d'Outreau est très pertinente : des enfants ont bien été violés, mais on ne retient que l'acquittement des adultes accusés à tort. Dans les procès d'inceste, c'est souvent une voix contre une autre, et celle de l'incesté•e porte rarement, elle est toujours soupçonnée de mensonge. Le spectre de l'erreur judiciaire permet de déqualifier des infractions. Ce qui est terrible c'est que la levée du silence et la mise en accusation pour agression sexuelle ne sont pas forcément suivies d'un séisme social pour l'incesteur...l'ordre familial perdure souvent, se recompose autour de l'incesteur. De + la victime n'est pas forcément soulagée car personne ne sort complètement de l'inceste. Il y a un phénomène de désaggravation qui se retrouve dans le vocabulaire utilisé, dans la fiction d'un inceste consenti voire heureux... Cet essai est terrible, c'est un séisme dans nos représentations de la famille et de la société.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.