Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266290043
Code sériel : 6107
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 128
Format : 108 x 177 mm

Le jeu de l'amour et du hasard

Date de parution : 09/11/2018
LES GRANDS TEXTES DU XVIIIe SIÈCLE

Le charme de Marivaux réside dans une alliance unique de cruauté et de grâce, de tristesse et de gaieté. Mais le marivaudage, qui évoque le badinage, le duel amoureux pour rire, le ballet sentimental, n'existe dans aucune de ses pièces. Rien de plus précis, réaliste, que...
LES GRANDS TEXTES DU XVIIIe SIÈCLE

Le charme de Marivaux réside dans une alliance unique de cruauté et de grâce, de tristesse et de gaieté. Mais le marivaudage, qui évoque le badinage, le duel amoureux pour rire, le ballet sentimental, n'existe dans aucune de ses pièces. Rien de plus précis, réaliste, que son regard sur les intermittences du cœur humain et de l'amour, dont il connaît tous les sentiers, toutes les méprises, toutes les ruses.
À vrai dire, le hasard tient peu de place dans cette comédie où Silvia, pour éprouver la sincérité de son fiancé Dorante, se fait passer pour sa servante Lisette, tandis que Dorante fait de même avec son valet Arlequin. Et voilà l'amour à l'épreuve de la méfiance, du préjugé social, de la timidité, de l'hésitation, du sourire et des larmes.

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE


 

 

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266290043
Code sériel : 6107
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 128
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • tiptop92 Posté le 5 Mars 2020
    Marivaux - Le Jeu de l'amour et du hasard - 1730 : L'amour est un jeu ! Il faut dire ça a tous ceux qui souffrent d'avoir approché d'un peu trop près sa lumière et qui s'en trouvent blessés jusqu'à la fin de leur vie. Marivaux utilisait ce sentiment dans l'immédiateté de comédies badines souvent très réjouissantes. Celle-ci par sa témérité et son rythme entraînait le lecteur dans un tourbillon de répliques qui lui faisaient tourner la tête. Il fallait être attentif pour s'y retrouver dans cette galéjade qui voyait les maitres jouer le rôle des valets et les valets celui des maitres. En laissant libre choix à sa fille de choisir ou pas l'homme qui venait lui demander sa main, monsieur Orgon validait une machination sensée découvrir la probité et le caractère de l'aspirant fiancé. Celui-ci se méfiant d'une personnalité orgueilleuse ourdissait le même complot afin de pouvoir jauger le comportement de sa future femme. Évidemment les quiproquos pleuvaient et c'est l'amusement qui prévalait avant tout dans cette pièce qui n’avait d’autres ambitions que de faire rires les spectateurs. Même si l'histoire était d'une facilité déconcertante les rebondissements perpétuels et les chassés croisés amoureux rendaient cette simple bacchanale absolument... Marivaux - Le Jeu de l'amour et du hasard - 1730 : L'amour est un jeu ! Il faut dire ça a tous ceux qui souffrent d'avoir approché d'un peu trop près sa lumière et qui s'en trouvent blessés jusqu'à la fin de leur vie. Marivaux utilisait ce sentiment dans l'immédiateté de comédies badines souvent très réjouissantes. Celle-ci par sa témérité et son rythme entraînait le lecteur dans un tourbillon de répliques qui lui faisaient tourner la tête. Il fallait être attentif pour s'y retrouver dans cette galéjade qui voyait les maitres jouer le rôle des valets et les valets celui des maitres. En laissant libre choix à sa fille de choisir ou pas l'homme qui venait lui demander sa main, monsieur Orgon validait une machination sensée découvrir la probité et le caractère de l'aspirant fiancé. Celui-ci se méfiant d'une personnalité orgueilleuse ourdissait le même complot afin de pouvoir jauger le comportement de sa future femme. Évidemment les quiproquos pleuvaient et c'est l'amusement qui prévalait avant tout dans cette pièce qui n’avait d’autres ambitions que de faire rires les spectateurs. Même si l'histoire était d'une facilité déconcertante les rebondissements perpétuels et les chassés croisés amoureux rendaient cette simple bacchanale absolument jouissive. Il faut dire que cette pièce pétillante était faite pour être jouée devant un parterre de nobles qui à l'instar de Louis XIV et de sa cour quand ils assistaient aux représentations de Molière se montrait en cette occasion capable de rire d'eux même. Il est d’ailleurs étonnant de constater que cette population tellement fière de son élitisme ait pu se divertir avec des pièces de théâtre qui de façon plus ou moins détournée cherchait à les ridiculiser. Sans doute que la longue tradition des fous qui se moquait ouvertement des monarques du moyen-âge et de la renaissance pour les distraire survivait ici. Souvent mise en scène à la comédie française car elle est une bonne école pour les jeunes acteurs se destinant aux classiques, "Les jeux de l'amour et du hasard" emporte encore l'adhésion du clampin moderne par sa légèreté certes mais aussi par sa langue déliée qui prouve qu'on peut faire rire en soignant son écriture... un bel exercice
    Lire la suite
    En lire moins
  • sarahorchani Posté le 10 Février 2020
    C'est une pièce de théâtre à la fois de divertissement par la comédie et à la fois de la réflexion sociale. Il n'impose pas une thèse, il passe par l'expérience comme en science pour en déduire une thèse sociale. D'autant plus que je note une liberté qui est loin des pères de Molière qui imposent le mariage sans discuter aux filles ici Orgon dit à sa fille: "Monsieur Orgon : Dorante vient pour t'épouser ; dans le dernier voyage que je fis en province, j'arrêtai ce mariage-là avec son père, qui est mon intime et mon ancien ami ; mais ce fut à condition que vous vous plairiez à tous deux, et que vous auriez entière liberté de vous expliquer là-dessus ;je te défends toute complaisance à mon égard : si Dorante ne te convient point, tu n'as qu'à le dire, et il repart, si tu ne lui convenais pas, il repart de même." Le consentement un thème d'actualité . Mais une vision plutôt décourageante de la transformation de la société puisque un valet reste valet et un maître reste maître. Si l'habit ne fait pas le moine, le langage fait le maître et le valet "Dorante: Supposé que Lisette... C'est une pièce de théâtre à la fois de divertissement par la comédie et à la fois de la réflexion sociale. Il n'impose pas une thèse, il passe par l'expérience comme en science pour en déduire une thèse sociale. D'autant plus que je note une liberté qui est loin des pères de Molière qui imposent le mariage sans discuter aux filles ici Orgon dit à sa fille: "Monsieur Orgon : Dorante vient pour t'épouser ; dans le dernier voyage que je fis en province, j'arrêtai ce mariage-là avec son père, qui est mon intime et mon ancien ami ; mais ce fut à condition que vous vous plairiez à tous deux, et que vous auriez entière liberté de vous expliquer là-dessus ;je te défends toute complaisance à mon égard : si Dorante ne te convient point, tu n'as qu'à le dire, et il repart, si tu ne lui convenais pas, il repart de même." Le consentement un thème d'actualité . Mais une vision plutôt décourageante de la transformation de la société puisque un valet reste valet et un maître reste maître. Si l'habit ne fait pas le moine, le langage fait le maître et le valet "Dorante: Supposé que Lisette eût du goût pour moi.. Mario: Du goût pour lui! Où prenez-vous vos termes? Vous avez le langage bien précieux pour un garçon de votre espèce. "
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ambre70 Posté le 24 Janvier 2020
    Ce n'est pas la première pièce de Marivaux que j'ai lu et je ne m'en suis souvenue que maintenant en tombant dessus sur Babélio. Je l'avais étudié dans le cadre de mon baccalauréat et nous étions allé voir une adaptation au théâtre de Besançon. Je me souviens qu'elle ne m'avait pas paru incroyable mais elle ne m'avait pas ennuyé pour autant. A vrai dire, Marivaux est un auteur qui se lit très rapidement et facilement même s'il peut faire peur de par sa position d'auteur classique. Son thème est très récurrent : l'amour. Il fait tout une réflexion autour de celui-ci et cet ouvrage n'y échappe pas. Si vous aimez le théâtre alors je vous le conseille tout simplement parce que c'est un classique et que le lire prend peu de temps. En revanche, si vous n'aimez pas spécialement ce genre alors ne vous y arrêtez pas, rien d'extraordinaire ne ressort de cette lecture, si ce n'est l'humour et la niaiserie...
  • bfauriaux Posté le 6 Décembre 2019
    Une peice incontournable de Marivaux un classique du theatre francais sur un theme eternel celui des relations hommes femmes sur fond amoureux: la piece est tres reussie et nous transporte facilement pour notre plus grand plaisir: on se regale en effet ici une de mes pieces francaise preferees !
  • meknes56 Posté le 9 Août 2019
    Une pièce de théâtre fort sympathique et distrayante sur fond de quiproquo.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.