Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266294553
Code sériel : 14851
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Le magicien d'Oz

Didier SENECAL (Traducteur)
Date de parution : 13/11/2018
LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Dorothée et son jeune chien Toto sont emportés par un cyclone et transportés dans un pays merveilleux. Seul le grand et puissant magicien d’Oz peut aider la jeune fille à rentrer chez elle, dans le Kansas.
Mais le chemin est long et semé d’embûches : accompagnée d’un épouvantail...
LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Dorothée et son jeune chien Toto sont emportés par un cyclone et transportés dans un pays merveilleux. Seul le grand et puissant magicien d’Oz peut aider la jeune fille à rentrer chez elle, dans le Kansas.
Mais le chemin est long et semé d’embûches : accompagnée d’un épouvantail qui se plaint de ne pas avoir de cerveau, d’un bûcheron en fer-blanc qui dit ne pas avoir de cœur, et d’un lion qui a peur de manquer de courage, Dorothée se rend dans la Cité d’Émeraude…
 
@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266294553
Code sériel : 14851
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Edouard_Jhil Posté le 26 Novembre 2019
    Lectrices, lecteurs, bonjour ! 📗📘📙 #lectureterminée: "Le magicien d'Oz" (The Wonderful Wizard of Oz), de L. Franck Baum. Un cyclone a emporté Dorothée et son petit chien au merveilleux pays d'Oz ! Elle devra, avec le concours de ses nouveaux compagnons de route, l'épouvantail sans cervelle, le bûcheron-en-fer-blanc sans cœur et le lion sans courage, rejoindre la Cité d'Émeraude pour demander au Grand Magicien d'exaucer son souhait de retourner au Kansas. Écrit en 1900, ce roman marque le renouveau de la littérature jeunesse d'alors, et on lui attribue même un sens caché: ce serait une allégorie de la Grande Déflation de la fin du XIXe siècle aux Etat-Unis. L'auteur nous emmène dans un monde imaginaire où les événements les plus improbable deviennent tout ce qu'il y a de plus naturel, et l'on suit à travers les yeux de Dorothée une formidable aventure faite de péripéties, de rêves, mais aussi de valeurs et de morale. On notera des différences majeures avec le film de 1939 (vous savez bien, Judy Garland, "Over the Rainbow") que je me suis empressé de voir sitôt la lecture finie, ce qui n'ôte rien à la qualité de celui-ci ... Lectrices, lecteurs, bonjour ! 📗📘📙 #lectureterminée: "Le magicien d'Oz" (The Wonderful Wizard of Oz), de L. Franck Baum. Un cyclone a emporté Dorothée et son petit chien au merveilleux pays d'Oz ! Elle devra, avec le concours de ses nouveaux compagnons de route, l'épouvantail sans cervelle, le bûcheron-en-fer-blanc sans cœur et le lion sans courage, rejoindre la Cité d'Émeraude pour demander au Grand Magicien d'exaucer son souhait de retourner au Kansas. Écrit en 1900, ce roman marque le renouveau de la littérature jeunesse d'alors, et on lui attribue même un sens caché: ce serait une allégorie de la Grande Déflation de la fin du XIXe siècle aux Etat-Unis. L'auteur nous emmène dans un monde imaginaire où les événements les plus improbable deviennent tout ce qu'il y a de plus naturel, et l'on suit à travers les yeux de Dorothée une formidable aventure faite de péripéties, de rêves, mais aussi de valeurs et de morale. On notera des différences majeures avec le film de 1939 (vous savez bien, Judy Garland, "Over the Rainbow") que je me suis empressé de voir sitôt la lecture finie, ce qui n'ôte rien à la qualité de celui-ci Un classique à lire (et à relire) sans aucune hésitation, avec la certitude de passer un très bon moment de lecture. -Edouard Jhil- "Lisez ce que vous voulez, mais lisez, c'est important." ➡️Retrouvez-moi également sur Facebook et Instagram 😉
    Lire la suite
    En lire moins
  • DViolante Posté le 26 Septembre 2019
    Je ne connaissais Le Magicien d'Oz que par le film de Victor Fleming, sorti en 1939 et un peu kitch... Aussi j'étais ravie de pouvoir découvrir l'oeuvre originale de Lyman Frank Baum, parue en 1900, dans une nouvelle traduction. Dorothy, une jeune orpheline, habite chez son oncle et sa tante dans une ferme du Kansas. Le monde lui paraît bien terne et triste. Heureusement son petit chien Toto lui tient compagnie et l'amuse. Alors qu'une tempête se prépare, Toto se réfugie sous le lit et Dorothy n'a pas le temps de rejoindre les autres dans la cave anticyclones. La maison est aspirée par une tornade et lorsqu'elle se pose, Dorothy se retrouve dans le monde coloré du Pays d'Oz. En atterrissant la maison a tué la méchante sorcière de l'Est, dont Dorothy récupère les souliers d'Argent (et non rouges comme dans le film !). Elle est acclamée par les Munchkins et félicitée par la gentille sorcière du nord qui l'embrasse sur le front, mais est incapable de la renvoyer chez elle. Il lui faudra suivre la route de briques jaunes jusqu'à la Cité d’Émeraude où le magicien d'Oz pourra l'aider. En chemin elle va rencontrer un épouvantail qui voudrait une cervelle pour... Je ne connaissais Le Magicien d'Oz que par le film de Victor Fleming, sorti en 1939 et un peu kitch... Aussi j'étais ravie de pouvoir découvrir l'oeuvre originale de Lyman Frank Baum, parue en 1900, dans une nouvelle traduction. Dorothy, une jeune orpheline, habite chez son oncle et sa tante dans une ferme du Kansas. Le monde lui paraît bien terne et triste. Heureusement son petit chien Toto lui tient compagnie et l'amuse. Alors qu'une tempête se prépare, Toto se réfugie sous le lit et Dorothy n'a pas le temps de rejoindre les autres dans la cave anticyclones. La maison est aspirée par une tornade et lorsqu'elle se pose, Dorothy se retrouve dans le monde coloré du Pays d'Oz. En atterrissant la maison a tué la méchante sorcière de l'Est, dont Dorothy récupère les souliers d'Argent (et non rouges comme dans le film !). Elle est acclamée par les Munchkins et félicitée par la gentille sorcière du nord qui l'embrasse sur le front, mais est incapable de la renvoyer chez elle. Il lui faudra suivre la route de briques jaunes jusqu'à la Cité d’Émeraude où le magicien d'Oz pourra l'aider. En chemin elle va rencontrer un épouvantail qui voudrait une cervelle pour réfléchir, un bucheron en fer-blanc qui rêve d'un cœur pour aimer et un lion froussard à qui manque du courage. A eux quatre ils vont affronter les épreuves qui les attendent en chemin avant de pouvoir être reçu par le grand Oz. Le chemin sera long avant que chacun obtienne ce qu'il désire. J'ai ensuite re-visionné le film pour comparer. Le conte a été adapté et abrégé, mais la plus grosse différence est dans le sens donné au récit. Le propos de Baum est, comme précisé dans sa préface " de donner de la joie aux enfants d'aujourd'hui. Il ne vise qu'à être un conte de fées moderne", contrairement aux contes et légendes d'autrefois trop moralisateurs. Même si le trajet semé d'épreuves ressemble à un parcours initiatique Dorothy n'a rien appris et ne rapporte rien. Elle laisse sur place ses amis, le bonnet doré de la méchante sorcière de l'ouest et perd en chemin les chaussures argentées de celles de l'est. Ces souliers qui, dès le départ, auraient pu lui permettre de rentrer chez elle, sans le concours de Oz, qui se révèle être un charlatan. Le film présente l'histoire de Dorothy comme un rêve, à la façon d'Alice qui se réveille sous l'arbre où elle a vu disparaître le lapin blanc. La version cinématographique est intéressante car elle oppose le monde réel, en sépia, avec le monde de l'imaginaire en couleurs très vives. Les personnages de la réalité, absents du livre, à l'exception de l'oncle et de la tante, se retrouvent transformés (et interprétés par les mêmes acteurs) au pays d'Oz, avec à la clef une morale "There's no place like home" un peu réductrice... A noter que dans le texte de Baum, il n'est pas question de rêve, Dorothy rentre chez elle "dans un tourbillon" et se retrouve devant "la nouvelle ferme construite par oncle Henry après que le cyclone eut emporté l'ancienne"... J'ai découvert aussi que Baum avait écrit des suites à cette histoire, que je lirai si je parviens à me les procurer....
    Lire la suite
    En lire moins
  • VoxPopuli Posté le 26 Septembre 2019
  • Anges59 Posté le 2 Septembre 2019
    Il s'agit ici d'une nouvelle version revisitée à la fois dans l'histoire et les illustrations par Sébastien Perez et Benjamin Lacombe. L'histoire est contée par l'épouvantail, j'avoue que j'ai replongé en enfance. Même avec ce point de vu un peu changeant de mes souvenirs, j'ai adoré replongé dans l'univers de ces 4 personnages qui avaient en chacun d'eux la solution à leur demande...
  • Khalya Posté le 13 Juillet 2019
    Après avoir lu, et avoir eu un coup de cœur, pour « Wicked » de Gregory Maguire, sous-titré « La véritable histoire de la sorcière de l’ouest », je me suis dis qu’il était plus que temps que je lise l’histoire originale : « Le magicien d’Oz ». (Est-ce que je vous étonne beaucoup en vous disant que j’ai chantonné « Over the rainbow » durant toute ma lecture ? Heureusement qu’il est court !) On peut lire ce livre quel que soit son âge, le style et le vocabulaire sont très abordables. L’histoire est courte et peu développée. C’est plus un conte qu’un roman, en fait. On sait qu’il y a quatre sorcières qui gouvernent chacune à un point cardinal du pays d’Oz, mais on ne sait rien d’elles, ni des hommes qui peuplent leurs territoires. L’univers créé par l’auteur est une mine d’or pour les réécritures de contes (ce qui a permis l’écriture d’un pavé tel que Wicked). J’ai bien aimé la morale consistant à dire que souvent on a déjà au fond de soi les qualités dont on croit manquer. Le magicien d’Oz ne fait, au final, que donner des placebos, et est incapable d’aider la seule qui a vraiment besoin... Après avoir lu, et avoir eu un coup de cœur, pour « Wicked » de Gregory Maguire, sous-titré « La véritable histoire de la sorcière de l’ouest », je me suis dis qu’il était plus que temps que je lise l’histoire originale : « Le magicien d’Oz ». (Est-ce que je vous étonne beaucoup en vous disant que j’ai chantonné « Over the rainbow » durant toute ma lecture ? Heureusement qu’il est court !) On peut lire ce livre quel que soit son âge, le style et le vocabulaire sont très abordables. L’histoire est courte et peu développée. C’est plus un conte qu’un roman, en fait. On sait qu’il y a quatre sorcières qui gouvernent chacune à un point cardinal du pays d’Oz, mais on ne sait rien d’elles, ni des hommes qui peuplent leurs territoires. L’univers créé par l’auteur est une mine d’or pour les réécritures de contes (ce qui a permis l’écriture d’un pavé tel que Wicked). J’ai bien aimé la morale consistant à dire que souvent on a déjà au fond de soi les qualités dont on croit manquer. Le magicien d’Oz ne fait, au final, que donner des placebos, et est incapable d’aider la seule qui a vraiment besoin d’aide, à savoir Dorothée. Tous les personnages sont attachants dès qu’on les rencontre. Personnellement, la rencontre que j’ai préféré a été celle avec le lion. Que ce soit l’épouvantail, le bucheron en fer blanc ou le lion, on aurait envie de continuer la route avec eux, et d’un autre côté, Dorothée veut tellement retrouver sa tante qu’on ne peut que souhaiter qu’elle réussisse à rentrer au Kansas même si cela implique la séparation du quatuor. Arrivé à la fin du conte, on réalise que rien n’aurait pu se passer si la sorcière du nord avait su conseiller Dorothée. Celle-ci aurait pu repartir aussi vite qu’elle était arrivée. A moins, bien sur, que la sorcière du nord n’ait volontairement tûe à Dorothée le moyen de rentrer. Peut-être savait-elle que Dorothée devait aller à la cité d’émeraude pour rencontrer ses compagnons et ainsi contribuer à sauver la population d’Oz ? Allez savoir ! Je suis contente d’avoir enfin découvert ce conte autrement qu’à travers le film ou sa réécriture !
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Lisez

    7 classiques de la littérature pour s'émerveiller

    Les classiques de la littérature sont des valeurs sûres, salués pour leur qualité d'écriture et considérés comme des modèles dans leur genre. Mais attention, si ces oeuvres ont traversé le temps et les époques, elles sont loin d'être assommantes. La preuve par 7 livres qui appellent au rêve et à l'évasion.

    Lire l'article