Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266308076
Code sériel : 17918
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Le Phare

Date de parution : 16/07/2020
1904, au large d’Ouessant. Sur ce bras de mer si meurtrier, dans lequel les naufrages s’enchaînent, on commence l’érection du phare de la Jument. Grâce au legs de Charles-Eugène Potron, voyageur et membre de la Société géographique de Paris. Mais le don de 400 000 francs-or comprend une condition non-négociable.... 1904, au large d’Ouessant. Sur ce bras de mer si meurtrier, dans lequel les naufrages s’enchaînent, on commence l’érection du phare de la Jument. Grâce au legs de Charles-Eugène Potron, voyageur et membre de la Société géographique de Paris. Mais le don de 400 000 francs-or comprend une condition non-négociable. Le phare devra être construit dans les sept années qui suivent. Sinon l’argent reviendra à une autre cause. Dès lors, les hommes vont s’atteler à une très difficile mise en œuvre du chantier, à la construction des fondations puis de l’édifice, bravant les tempêtes et les découragements.
Peu à peu, sous nos yeux, un « Enfer » s’érige, tel que les marins surnomment ces sentinelles de pleine mer. Et à terre, un petit garçon rêve d’un avenir dans ces tours qui prennent vie dès que tombe la nuit, ou la brume…

Avant-propos d’Éric Auphan, président de l’Association des Amis d’Henri Queffélec
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266308076
Code sériel : 17918
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Nodib29 Posté le 21 Mars 2019
    Bel hommage aux pionniers du Service des Phares et Balises. L'histoire particulière du phare de la Jument, au large d'Ouessant, vient d'une clause du testament de Mr Charles-Eugène Potron. En effet, en 1904, il léguait 400 000 francs-or pour l'édification d'un phare à condition que celui-ci soit construit dans un délai de 7 ans. Un vrai cadeau empoisonné ! Dans un récit bien documenté sans être rébarbatif, Henri Queffelec nous fait revivre l'édification de ce phare aux côtés des hommes qui en ont eu la charge, entre les bureaux feutrés de la rue du Trocadéro et la pointe bretonne. Certaines visites de chantier sont vraiment épiques. Les aventures, entièrement fictives, d'Alain Creignou fils de marin de Molène et de Françoise Mescam fille de paysan d'Ouessant m'ont moins convaincue. Leur destin est lié de façon trop artificielle au phare pour être crédible. Cependant, il n'y a rien de rédhibitoire et cela permet de découvrir un peu de la vie sur ces îles. Le gros problème, c'est qu'à la fin de ce roman, le phare de la Jument n'est pas opérationnel. Il y a une suite : « La Lumière enchaînée ». Pourquoi avoir scindé ce récit en deux parties ? Mystère, mais c'est frustrant !
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.