Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266310642
Code sériel : 18013
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Le Silence d'Isra

DINIZ GALHOS (Traducteur)
Date de parution : 14/01/2021
Les livres qu’elle lit en secret n’y pourront rien… Aussi rêveuse soit-elle, Isra n’a pas le choix lorsqu’en 1990 sa famille l’envoie à Brooklyn pour y un mariage arrangé. Là, la jeune Palestinienne perdra une à une ses illusions de rêve américain, soumise à la tyrannie d’une belle-mère aux traditions... Les livres qu’elle lit en secret n’y pourront rien… Aussi rêveuse soit-elle, Isra n’a pas le choix lorsqu’en 1990 sa famille l’envoie à Brooklyn pour y un mariage arrangé. Là, la jeune Palestinienne perdra une à une ses illusions de rêve américain, soumise à la tyrannie d’une belle-mère aux traditions archaïques – recluse, cloitrée, intimée de se taire à jamais. Dix-huit ans plus tard, arrivée en âge de se marier, sa fille Deya parviendra-t-elle à s’extraire de ce carcan ? Au silence de sa mère, répondre par un grand cri de liberté ?
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266310642
Code sériel : 18013
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Par le biais de la fiction, Etaf Rum rompt le silence d’une communauté qui préfère, aux aspirations des individus, le respect des règles ancestrales et offre un faisceau de solutions : la parole, l’enseignement et la lecture, seuls libérateurs. Un premier ouvrage qui vaut autant pour son intensité romanesque que pour la force de son témoignage.​ »
ELLE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Nohann Posté le 3 Octobre 2021
    Isra rêve d’un mariage d’amour, comme dans les livres qu’elle lit sans cesse. Mais son destin ne lui promet rien de tel. Un mariage forcé et un déménagement en Amérique, voilà ce qui l’attend. Deya, sa première fille, rêve elle aussi d’amour. Elle ne peut pas croire que ce qui l’attend est une vie dépourvu de ce dernier. Sa grand-mère lui a toujours dit que son père et sa mère étaient morts dans un accident de voiture, et si ce n’était pas le cas. Avant que cette mystérieuse personne ne la contacte et lui révèle des secrets de famille elle faisait confiance à ses grand-parents, mais ces révélations pourraient bien tout chambouler. Les mensonges, les secrets de famille, règnent et pèsent sur les consciences. Quels drames peuvent-ils bien peser sur cette famille. La lecture occupait une grande place dans la vie d’Isra, même si elle lui était défendue par sa mère. Mais le mariage et les enfants l’ont empêché de continuer. Alors quand Sarah, la sœur de son mari, lui propose de lui ramener des livres en douce, elle se sent renaître. Ce qui lie les personnages entre eux est l’amour de la lecture, les rêves que procure la lecture, le désir d’une vie meilleure.... Isra rêve d’un mariage d’amour, comme dans les livres qu’elle lit sans cesse. Mais son destin ne lui promet rien de tel. Un mariage forcé et un déménagement en Amérique, voilà ce qui l’attend. Deya, sa première fille, rêve elle aussi d’amour. Elle ne peut pas croire que ce qui l’attend est une vie dépourvu de ce dernier. Sa grand-mère lui a toujours dit que son père et sa mère étaient morts dans un accident de voiture, et si ce n’était pas le cas. Avant que cette mystérieuse personne ne la contacte et lui révèle des secrets de famille elle faisait confiance à ses grand-parents, mais ces révélations pourraient bien tout chambouler. Les mensonges, les secrets de famille, règnent et pèsent sur les consciences. Quels drames peuvent-ils bien peser sur cette famille. La lecture occupait une grande place dans la vie d’Isra, même si elle lui était défendue par sa mère. Mais le mariage et les enfants l’ont empêché de continuer. Alors quand Sarah, la sœur de son mari, lui propose de lui ramener des livres en douce, elle se sent renaître. Ce qui lie les personnages entre eux est l’amour de la lecture, les rêves que procure la lecture, le désir d’une vie meilleure. On y découvre un rôle salvateur de la lecture, mais aussi un aspect remise en question de soi-même.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Minouchka_books Posté le 26 Septembre 2021
    Ce roman chorale sur le destin de 3 générations de femme, qui de par leur condition, se sont toujours dévaluées et sont restées sous le joug du pouvoir masculin. Cette lecture est forte et ne laisse pas indemne car certains propos et situations provoquent des sentiments viscéraux. Un récit bouleversant et poignant qui doit pas faire oublier que certaines femmes vivent encore sous le pouvoir patriarcal
  • Lepetitcaillou Posté le 27 Août 2021
    « A quoi bon vouloir être une femme quand on pouvait être un oiseau ? » Aujourd’hui il n’est pas question de rentrée littéraire mais d’un petit bijou que j’ai dévoré sous le soleil de cet été. Ce très beau premier roman, à l’aide d’une construction narrative soignée, aborde la condition des femmes palestiniennes soumises aux traditions séculaires perpétrées sous la domination des hommes mais par les femmes !! Isra, Deya, Sarah : elles sont nées femme. Leur destinée : restée cloitrée, invisible, exilée, dissimuler leurs conditions, se taire. « Une femme n’a rien d’autre en ce monde que son Bayt wadar, sa maison et son foyer. Le mariage, la maternité : c’est la seule valeur de la femme. » Mais ces trois femmes vont briser ce silence par le pouvoir des mots Mariée de force à Adam à 17 ans, Isra partira vivre à New york, terre du désenchantement, dans le foyer des parents de son époux. La relation des jeunes mariés s’étiole au fur et à mesure des naissances : Adam est lui même enfermé dans un système régi par une mère tyrannique, gardienne des traditions écrasantes, oppressantes, injustes. Telle une esclavagiste, elle exploite Isra qui doit rester obéissante et impérativement... « A quoi bon vouloir être une femme quand on pouvait être un oiseau ? » Aujourd’hui il n’est pas question de rentrée littéraire mais d’un petit bijou que j’ai dévoré sous le soleil de cet été. Ce très beau premier roman, à l’aide d’une construction narrative soignée, aborde la condition des femmes palestiniennes soumises aux traditions séculaires perpétrées sous la domination des hommes mais par les femmes !! Isra, Deya, Sarah : elles sont nées femme. Leur destinée : restée cloitrée, invisible, exilée, dissimuler leurs conditions, se taire. « Une femme n’a rien d’autre en ce monde que son Bayt wadar, sa maison et son foyer. Le mariage, la maternité : c’est la seule valeur de la femme. » Mais ces trois femmes vont briser ce silence par le pouvoir des mots Mariée de force à Adam à 17 ans, Isra partira vivre à New york, terre du désenchantement, dans le foyer des parents de son époux. La relation des jeunes mariés s’étiole au fur et à mesure des naissances : Adam est lui même enfermé dans un système régi par une mère tyrannique, gardienne des traditions écrasantes, oppressantes, injustes. Telle une esclavagiste, elle exploite Isra qui doit rester obéissante et impérativement lui donner un héritier male en prenant soin de son foyer. Mais Isra ne mettra au monde que des filles, des « balwa » (embarras, fardeau). Elle semble sombrer dans la solitude. Sa belle-sœur, Sarah, lui donnera une lueur d’espoir par les livres, symbole d’une résistance ! Elle sortira de sa cuisine à travers les lieux qu’elle rencontrera dans ses lectures. Dix-huit ans passent, Deya refuse le mariage forcé que sa grand-mère veut lui imposer, veut faire des études et souhaite qu’on lui révèle les lourds secrets familiaux. Un récit poignant sur les difficultés de s’affranchir et l’absolu nécessité de la résistance, une célébration de la littérature et du pouvoir des mots.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Flo_herisson Posté le 29 Juillet 2021
    1990 en Palestine. À peine âgée de 17 ans, Isra est mariée à un homme qu’elle ne connaît pas, et elle le suit à Brooklyn pour vivre avec ses beaux-parents, immigrés aux États-Unis. Elle rêve d’une vie meilleure, celle qu’elle a pu entrapercevoir dans les livres grâce auxquels elle s’évade de sa triste condition de femme. Mais très vite elle déchante, réalisant que son sort ne sera pas plus enviable dans ce pays. Silencieuse est soumise, ses désillusions seront à la hauteur de ses attentes. 2008 â Brooklyn. Deya a 18 ans, le cœur rempli de rêve, elle vit avec ses trois sœurs et ses grands-parents. Elle rêve d’aller à l’université, mais elle tremble de décevoir sa grand-mère Farida qui s’est mise en quête d’un prétendant pour elle. La révélation d’un lourd secret familial viendra lui donner un éclairage inattendu sur son histoire familiale et la poussera à oser faire des choix. . « Les hommes sont les seuls à pouvoir s’arracher à leurs conditions, et pour y arriver, ils n’ont aucun mal à nous grimper sur les épaules, nous les femmes. » 🪟 Dès le préambule, j’ai été complètement happée par cette histoire forte, subtile. Forte car elle témoigne d’une réalité méconnue .... 1990 en Palestine. À peine âgée de 17 ans, Isra est mariée à un homme qu’elle ne connaît pas, et elle le suit à Brooklyn pour vivre avec ses beaux-parents, immigrés aux États-Unis. Elle rêve d’une vie meilleure, celle qu’elle a pu entrapercevoir dans les livres grâce auxquels elle s’évade de sa triste condition de femme. Mais très vite elle déchante, réalisant que son sort ne sera pas plus enviable dans ce pays. Silencieuse est soumise, ses désillusions seront à la hauteur de ses attentes. 2008 â Brooklyn. Deya a 18 ans, le cœur rempli de rêve, elle vit avec ses trois sœurs et ses grands-parents. Elle rêve d’aller à l’université, mais elle tremble de décevoir sa grand-mère Farida qui s’est mise en quête d’un prétendant pour elle. La révélation d’un lourd secret familial viendra lui donner un éclairage inattendu sur son histoire familiale et la poussera à oser faire des choix. . « Les hommes sont les seuls à pouvoir s’arracher à leurs conditions, et pour y arriver, ils n’ont aucun mal à nous grimper sur les épaules, nous les femmes. » 🪟 Dès le préambule, j’ai été complètement happée par cette histoire forte, subtile. Forte car elle témoigne d’une réalité méconnue . Subtile car toute en nuances. Trois femmes, trois époques, mais toujours une même condition. Triste constat d’une situation inchangée depuis des siècles qui fait des femmes des esclaves de leur devoir et de la tyrannie des hommes. Des portraits de femmes magnifiques confrontées à des choix impossibles à faire, tiraillées entre culpabilité et velléité d’indépendance. Des femmes façonnées par une culture qui les opprime et les rabaisse, des femmes écrasées par le poids de traditions séculaires à tel point qu’il leur est impossible de se rebeller ou d’entrevoir la possibilité d’une autre voie, des femmes conditionnées qui reproduisent sur leurs filles ce qu’elles mêmes ont subi. Ce livre a fait naître en moi un tourbillon de sentiments. J’ai été bouleversée par le triste sort d’Isra qui rêvait d’un monde meilleur et se retrouve en enfer. J’ai été révoltée par cette violence quotidienne, normalisée. J'ai été stupéfaite de découvrir ce paradoqe qu'est cette situation d'enfermement des femmes dans le pays symbole des livertés. J'ai été admirative de la force de celles qui osent résister. J'ai été bousculée par cette réflexion inédite sur l'exil, sur la question de l'assimilation et de l'improbable retour. J'ai été émue, enfin, par la place donnée à la lecture et à l(éducation, bulles d'évasion libératrices, sources d'une émanciaption autant crainte que désirée. En refermant ce livre j'ai eu envied'ouvrir cette fenêtre devant laquelle Isra passe des heures, cette fenêtre témoin de son impuissance à agir, cette fenêtre symbole de son enfermement et miroir de ses rêves. Un livre dense et puissant, un ivre qui résonne longtemps après la dernière page tournée.
    Lire la suite
    En lire moins
  • charlene_bzh Posté le 25 Juillet 2021
    Je suis née sans voix, par un jour nuageux et froid à Brooklyn. Personne ne parlait jamais de ce mal. Ce n'est que des années plus tard que j'ai su que j'étais muette, lorsque j'ai ouvert la bouche afin de demander ce que je désirais : j'ai alors pris conscience que personne ne pouvait m'aider. Là d'où je viens, le mutisme est la condition même de mon genre, aussi naturel que les seins des femmes, aussi impératif que la génération avenir qui couve dans son ventre. Mais jamais nous ne l'avouerons, bien entendu. Là d'où je viens, on nous apprenait à dissimuler notre condition. On nous apprenait à nous réduire nous même au silence, on nous apprenait que notre silence nous sauverait. Ce n'est que maintenant, bien des années plus tard, que je sais que tout cela est faux. Ce n'est que maintenant, en écrivant cette histoire, que je sens venir ma voix." Voilà comment débute ce roman. Ce paragraphe fut un électrochoc, il m'a plongé tout entière dans l'univers et les destins d'Isra, de Farida, de Sarah et de Deya. Être une fille, c'est se taire. Être une fille, c'est être soumise à son père, ses frères, puis son mari.... Je suis née sans voix, par un jour nuageux et froid à Brooklyn. Personne ne parlait jamais de ce mal. Ce n'est que des années plus tard que j'ai su que j'étais muette, lorsque j'ai ouvert la bouche afin de demander ce que je désirais : j'ai alors pris conscience que personne ne pouvait m'aider. Là d'où je viens, le mutisme est la condition même de mon genre, aussi naturel que les seins des femmes, aussi impératif que la génération avenir qui couve dans son ventre. Mais jamais nous ne l'avouerons, bien entendu. Là d'où je viens, on nous apprenait à dissimuler notre condition. On nous apprenait à nous réduire nous même au silence, on nous apprenait que notre silence nous sauverait. Ce n'est que maintenant, bien des années plus tard, que je sais que tout cela est faux. Ce n'est que maintenant, en écrivant cette histoire, que je sens venir ma voix." Voilà comment débute ce roman. Ce paragraphe fut un électrochoc, il m'a plongé tout entière dans l'univers et les destins d'Isra, de Farida, de Sarah et de Deya. Être une fille, c'est se taire. Être une fille, c'est être soumise à son père, ses frères, puis son mari. Être une fille, c'est encaisser les coups et se dire qu'on les a mérité. Être une fille, c'est ne pas avoir le choix, ne pas avoir d'autre avenir que se marier à la fin de l'adolescence et enfanter. Être une fille, c'est se couvrir de honte lorsque l'on donne naissance à une autre fille. Être une fille, c'est n'avoir aucune ouverture, aucun espoir, aucune ligne d'horizon. Être une fille, c'est ne pas connaître autre chose que comment élever ses enfants, devancer les désir de son mari, cuisiner pour lui, faire le ménage, ranger, coudre. Un premier roman, un roman choc.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.