Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266292832
Code sériel : 17589
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 752
Format : 108 x 177 mm

Les Dernières heures

Date de parution : 08/04/2021
EAN : 9782266292832
Code sériel : 17589
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 752
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

"La reine du polar anglo-saxon se lance dans le roman historique. Coup d'essai, coup de
maître."
La Voix du Nord
" Intrigues malveillantes, jalousies, amours interdites et héroïsme fabuleux vont émailler cette période noire. "
La Croix
La Croix
"Un confinement médiéval vécu au niveau microcosmique, où l'on retrouve toutes les interrogations, les imprécations et les conjurations d'une humanité menacée dans sa survie, et tous les dévouements et les héroïsmes ordinaires d'une communauté confrontée à un ennemi invisible, agent des plus belles solidarités comme des plus dangereuses rivalités..."
Historia

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mogador83 Posté le 15 Janvier 2022
    l'auteur nous permet de plonger au moyen âge au XIVeme siècle en plein épisode de peste dans un village où Lady Anne au pouvoir en l'absence de son mari va décider de confiner la population pour éviter l'arrivée de la maladie. l'ambiance est bien depeinte et on se plonge vraiment dans cette ambiance medievale avec les réflexions de l'époque mêlant religion, faible connaissance médicale et servage. Le gros hic pour moi c'est que l'action se déroule lentement, très lentement, il ne se passe pas grand chose et l'intrigue s'étale sur plus de 700 pages en version poche...si on rajoute une grosse part de manichéisme avec certains personnages comme Eleanor particulièrement agaçants et obtus, je n'ai pas pu manger de comparer aux romans de Ken follett que je lis vite et avec délice. une belle intention de l'auteur mais qui ne m'a pas transcendé
  • MarionBaratin Posté le 3 Janvier 2022
    Amateur de Ken Follet, voilà un roman historique qui nous met dans la même ambiance anglaise moyenâgeuse. Plutôt agréable de suivre les aventures des serfs du Dorset face à l'épidémie de peste, ce qui m'a plus gênée c'est le personnage de Lady Anne, communiste avent l'heure, elle se place à hauteur de ses sujets de manière assez invraisemblable pour l'époque ou la position hiérarchique dans la société était prégnante je pense. Je vais quand même aller lire la suite.
  • LPV Posté le 24 Décembre 2021
    Je croyais que ce serait mon dernier livre de 2021. Raté. Je l'ai promptement dévoré, du coup, il y en aura peut-être encore un ou deux. La peste noire en Angleterre au XIVe siècle, moi, il y a des sujets comme ça qui me font rêver. J'ai été servie. La noirceur de certains personnages n'a d'égal que les bubons qu'on leur souhaite. Et tous ne sont pas que des personnages masculins. La seule dichotomie, ici, loin des clichés, se situe entre ceux qui subissent et ceux qui agissent (pour faire le bien ou le mal, mais à un moment, quand c'est une question de survie...) C'est passionnant de les suivre ou de les regarder couler. Je ne connaissais pas cette auteure. Ce n'est pas tout à fait du Ken Follett, mais au moment où j'écris cette recension, j'ai déjà bien entamé le deuxième volet.
  • Overbooks Posté le 9 Décembre 2021
    Mieux vaut tard que jamais ! Voila enfin mon avis sur le dernier roman de Minette Walters "Les dernières heures". J'avais découvert cette autrice avec "Dans la cave" publié aussi chez @robert_laffont, un roman intense au style très incisif, qui m'avait beaucoup plu. Je me suis donc laissée tenter par "Les dernières heures" - Ce roman historique nous emmène au Moyen-âge en Angleterre pendant la grande épidémie de peste noire. Période qui m'était complètement inconnue. - L'autrice nous propose des personnages avec des caractères très marqués. La méchante est détestable, l'héroïne a tout d'un ange ! Un peu de nuance n'aurait pas été de trop. - Le style est agréable, mais l'autrice prend son temps. L'ennui a parfois pointé le bout de son nez. - J'ai été un peu déçue arrivée à la fin du roman de voir que c'était un premier tome... En conclusion, avec "Les dernières heures" Minette Walters nous propose un roman historique à l'intrigue intéressante, mais les longueurs un peu trop nombreuses rendent la lecture parfois pénible.
  • cherieblossom Posté le 1 Novembre 2021
    Juin 1348, Sir Richard de Develish vient de quitter son domaine afin de négocier un mariage avantageux pour sa fille Eleanor. Cette dernière encore adolescente se retrouve ainsi seule au manoir familial avec sa mère Lady Anne qui est donc en charge de le gérer. Avec le mauvais caractère de sa fille elle a fort à faire mais ce qu'elle ignore c'est qu'un mal terrible est en train de décimer la population du Dorset. Terribles douleurs, fièvres et sang devenant noir sont le lot des personnes touchées par cette Mort Noire qu'elle espère ne pas voir arriver au domaine. C'est ainsi qu'elle suggère une mise en quarantaine afin de protéger les siens, y compris les esclaves et serfs avec qui elle vit. Mais les semaines passent et le stock de vivres diminue, l'obligeant à prendre certaines décisions par delà les murs du château ... Bien que les thématiques soient tout sauf gaies (pandémie, absence de soins, condition de la femme catastrophique, violences, crainte de Dieu ...), j'ai adoré ma lecture ! Je n'ai pas vu les pages défiler et ne me suis pas ennuyée une seconde car il est écrit à la manière d'un thriller. J'ai aimé en découvrir plus... Juin 1348, Sir Richard de Develish vient de quitter son domaine afin de négocier un mariage avantageux pour sa fille Eleanor. Cette dernière encore adolescente se retrouve ainsi seule au manoir familial avec sa mère Lady Anne qui est donc en charge de le gérer. Avec le mauvais caractère de sa fille elle a fort à faire mais ce qu'elle ignore c'est qu'un mal terrible est en train de décimer la population du Dorset. Terribles douleurs, fièvres et sang devenant noir sont le lot des personnes touchées par cette Mort Noire qu'elle espère ne pas voir arriver au domaine. C'est ainsi qu'elle suggère une mise en quarantaine afin de protéger les siens, y compris les esclaves et serfs avec qui elle vit. Mais les semaines passent et le stock de vivres diminue, l'obligeant à prendre certaines décisions par delà les murs du château ... Bien que les thématiques soient tout sauf gaies (pandémie, absence de soins, condition de la femme catastrophique, violences, crainte de Dieu ...), j'ai adoré ma lecture ! Je n'ai pas vu les pages défiler et ne me suis pas ennuyée une seconde car il est écrit à la manière d'un thriller. J'ai aimé en découvrir plus sur le mode de vie féodal et la manière dont a été géré cette épidémie de peste noire qui a vraiment eu lieu à l'époque. Lady Anne était incroyable dans son rôle de mère qui se retrouve seule à gérer un navire (un manoir du coup) en perdition, sa fille colérique et les personnes qui vivent à ses côtés tout en ayant le coeur sur la main. J'ai aimé détester Eleanor qui est une véritable peste et Richard qui est le seigneur égocentrique par excellence. Ce dernier est d'ailleurs relégué au dernier plan ce qui n'est pas plus mal 😉 Si vous aimez les romans historiques dans lesquels il se passe plein de choses et que vous voulez découvrir des destins de femmes foncez ! J'attends impatiemment la suite de cette duologie car le cliffhanger est dingue ...
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.