Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266298049
Code sériel : 17710
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 576
Format : 108 x 177 mm

Les Fils des ténèbres

Monique LEBAILLY (Traducteur)
Date de parution : 12/03/2020
1990, le régime sanguinaire de Ceaucescu est tombé, mais le pays est à l’agonie. Dans les orphelinats, les enfants se comptent par dizaines de milliers, et ceux atteints du sida sont abandonnés à leur funeste sort. Kate Neuman, brillante hématologiste, est intriguée par le cas d’un bébé dont l’état de... 1990, le régime sanguinaire de Ceaucescu est tombé, mais le pays est à l’agonie. Dans les orphelinats, les enfants se comptent par dizaines de milliers, et ceux atteints du sida sont abandonnés à leur funeste sort. Kate Neuman, brillante hématologiste, est intriguée par le cas d’un bébé dont l’état de santé s’améliore à chaque transfusion sanguine. Aidée du père Mike O’Rourke, elle parvient à emmener l’enfant, qu’elle a désormais adopté, aux États-Unis. Mais le petit Joshua est enlevé et ramené en Roumanie par la mystérieuse Famille. Commence alors une course-poursuite en terre de légende vampirique…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266298049
Code sériel : 17710
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 576
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« La grande réussite de Dan Simmons est d’avoir fait des vampires les victimes d’une mystérieuse maladie génétique, tandis que leurs serviteurs humains se révèlent en définitive les personnages les plus dangereux. Les Fils des ténèbres intéresseront les amateurs de hard science qui voudraient croire aux vampires. »
Bifrost
« Bien documenté, bien écrit, le tout sur le fond de la chute de Ceausescu très bien retranscrit, voilà un ouvrage qui fera date sur le sujet. À lire absolument. »
Vampirsime.com
« Une seule solution : lire ce livre. Dan Simmons a réussi à traduire en un seul livre toute l’épopée du mythe des vampires, de Vlad l’Empaleur à Vlad Dracula… et surtout il nous plonge dans une Roumanie criante de vérité bien que longuement décrite. Immersion, totale, écœurante, renversante … Une fois de plus, après les cycles d’Hypérion et d’Endymion, Dan Simmons me subjugue… Cet homme est un génie, y compris dans cette approche tout à fait fantastique du vampire, de la Roumanie et ce terrible lien entre mutations, humanité et mythes. Chapeau bas. »
Le blog de Viinz

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • BLaval44 Posté le 28 Juillet 2020
    Des vampires dans les geôles monstrueuses de Nicolae Ceau#537;escu ... c'est gros, ignoble, très américain, sombre, très sombre même, les ficelles sont grosses, la trame est aussi fine par contre qu'un papier brouillon ... alors bon ... on retrouve des personnages adorés dans Nuit d'été qui ont forcément grandi et que j'ai eu de la peine de reconnaître (ce qu'on change quand on grandit quand même) ... et après ? Des changements de narrateurs en veux-tu en voilà, ça marche un temps, parfois ça saute et ça percute le fil de l'histoire, mais bon, on suit ... des bébés vampires, un Dracula non-mort (mouarf, ben ça !) et non-enterré, un frère belliqueux, des vampires modernes, des sbires tueurs, des courses-poursuites dans une Roumanie où tu sens bien que tu n'as aucune envie d'y passer tes vacances ... comme je l'ai dit, les rouages sont gros, très gros, très très gros ... mais cela se laisse lire car Simmons est un as pour vous faire bouffer n'importe quoi ... on se prend peu à "aimer" les personnages (en-dehors pour ma part du petit O'Rourke, en prêtre désabusé post-Vietnam) assez stéréotypés ... on en apprendra finalement peu sur ce comte qui continue... Des vampires dans les geôles monstrueuses de Nicolae Ceau#537;escu ... c'est gros, ignoble, très américain, sombre, très sombre même, les ficelles sont grosses, la trame est aussi fine par contre qu'un papier brouillon ... alors bon ... on retrouve des personnages adorés dans Nuit d'été qui ont forcément grandi et que j'ai eu de la peine de reconnaître (ce qu'on change quand on grandit quand même) ... et après ? Des changements de narrateurs en veux-tu en voilà, ça marche un temps, parfois ça saute et ça percute le fil de l'histoire, mais bon, on suit ... des bébés vampires, un Dracula non-mort (mouarf, ben ça !) et non-enterré, un frère belliqueux, des vampires modernes, des sbires tueurs, des courses-poursuites dans une Roumanie où tu sens bien que tu n'as aucune envie d'y passer tes vacances ... comme je l'ai dit, les rouages sont gros, très gros, très très gros ... mais cela se laisse lire car Simmons est un as pour vous faire bouffer n'importe quoi ... on se prend peu à "aimer" les personnages (en-dehors pour ma part du petit O'Rourke, en prêtre désabusé post-Vietnam) assez stéréotypés ... on en apprendra finalement peu sur ce comte qui continue d'exciter les imaginations fertiles, mais l'ensemble se maintient ...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Stelphique Posté le 19 Juin 2020
    Ce que j’ai ressenti: #9642;️Cauchemar de sang et de ténèbres… Ce fut mon premier moment de tressaillement: une histoire de vampires. Remonter le fil d’une légende, voir de plus près les yeux d’un fou sanguinaire, sentir le pouvoir, cette toute puissance avide de vie et de mort sur les gens qu’il avait et qu’il a transmis par la force du sang à sa descendance…Rien ne semble étancher sa soif de vengeance et de sang. Surtout celle du sang. C’est toute une ambiance de terreur qui s’invite dans ces pages, une ambiance tendue entre violence et horreur, mais quand même fascinante, parce que le mythe de Dracula agit sur mes sensations, comme de l’adrénaline…J’ai adoré le travail de recherche de l’auteur qui nous offre un voyage époustouflant en Transylvanie. – La banalité du mal, murmurai-je. – Quoi ? – La banalité du mal. » Je me retournai et adressai un grand sourire au médecin. « Dracula, ce serait une belle histoire. Mais des centaines de milliers de victimes de l’insanité politique, de la bureaucratie, de la stupidité, c’est seulement… un désagrément.« #9642;️Rêves de sang et d’espoir… Puis vint, le deuxième tressaillement: une histoire d’orphelinat. Remonter les fils de l’adoption, voir de plus près les yeux de cet... Ce que j’ai ressenti: #9642;️Cauchemar de sang et de ténèbres… Ce fut mon premier moment de tressaillement: une histoire de vampires. Remonter le fil d’une légende, voir de plus près les yeux d’un fou sanguinaire, sentir le pouvoir, cette toute puissance avide de vie et de mort sur les gens qu’il avait et qu’il a transmis par la force du sang à sa descendance…Rien ne semble étancher sa soif de vengeance et de sang. Surtout celle du sang. C’est toute une ambiance de terreur qui s’invite dans ces pages, une ambiance tendue entre violence et horreur, mais quand même fascinante, parce que le mythe de Dracula agit sur mes sensations, comme de l’adrénaline…J’ai adoré le travail de recherche de l’auteur qui nous offre un voyage époustouflant en Transylvanie. – La banalité du mal, murmurai-je. – Quoi ? – La banalité du mal. » Je me retournai et adressai un grand sourire au médecin. « Dracula, ce serait une belle histoire. Mais des centaines de milliers de victimes de l’insanité politique, de la bureaucratie, de la stupidité, c’est seulement… un désagrément.« #9642;️Rêves de sang et d’espoir… Puis vint, le deuxième tressaillement: une histoire d’orphelinat. Remonter les fils de l’adoption, voir de plus près les yeux de cet enfant innocent, sentir le petit coeur de Joshua, cette fragilité de vie et cette défaillance dans le sang. Rien ne semble entacher la détermination de Kate et la passion pour son métier. Le sang comme spécialité…Docteur brillant en hématologie, elle décide de s’investir encore plus, en adoptant carrément un enfant malade, et elle devient de ce fait, une mère prête à tout! Kate est une héroïne forte et attachante, je me suis vraiment passionnée à la suivre dans ces péripéties en territoire vampire, mais plus encore dans ses combats de femme. Avec ce sujet sensible des rapts d’enfants et de conditions de vies dans les orphelinats, j’ai été extrêmement touchée…Un déchirement serait le mot exact…Surtout quand on sait que la réalité est plus atroce encore que la fiction. Parfois, dit-il d’une voix très lasse, je pense que la seule chose à laquelle on puisse croire et que l’on puisse demander, c’est la chance. #9642;️Et dans le fer et le sang… Et finalement, le troisième tressaillement: une histoire de monstres. Parce que ce n’est jamais tout à fait, ceux auxquels, on pense…Dan Simmons revisite le mythe du vampire avec brio, et nous entraîne donc en Roumanie, dans un contexte anxiogène de régime totalitaire déchu, à la recherche d’un antidote, où le sang est au centre de cette histoire. Entre avancée médicale et horreur sanguinaire, ce roman réveille nos sangs et nous fait terriblement palpiter…Il est temps maintenant pour moi, d’aller essayer de dormir, en espérant ne pas entendre dans mes nuits, les cris des strigoi… « J’ai aimé les étoiles trop tendrement pour craindre la nuit. » Ma note Plaisir de lecture 9/10
    Lire la suite
    En lire moins
  • Eroblin Posté le 30 Août 2018
    L’histoire se déroule en Roumanie après la révolution et la chute des Ceaucescu. Une jeune hématologiste américaine est envoyée à Bucarest pour venir en aide aux nombreux bébés orphelins atteints du sida, délaissés par le gouvernement roumain. Sur place, elle se prend d’affection pour un bébé qu’elle décide d’adopter manu militari et c’est en rentrant aux USA qu’elle découvre que son petit garçon pourrait être un remède à la maladie. Mais il lui est enlevé un soir par des hommes étranges que les balles n’atteignent pas. Décidée à le retrouver, elle repart en Roumanie avec pour toute aide un prêtre Mickael O’Rourke. Ils ignorent qu’ils vont affronter des individus appelés « strigoï » et que Vlad Tepes est plus qu’un mythe. Dan Simmons revisite le mythe de Dracula avec talent et met en scène une intrigue complexe (aux explications scientifiques parfois très compliquées) et pleine de rebondissements. On retrouve un des personnages de Nuit d’été, Mike O’Rourke, devenu prêtre et qui va se mettre une fois de plus en danger pour aider la belle Kate Neuman à retrouver son fils adoptif. Si vous aimez les histoires de vampires et surtout le mythe du grand Dracul, ce roman est fait... L’histoire se déroule en Roumanie après la révolution et la chute des Ceaucescu. Une jeune hématologiste américaine est envoyée à Bucarest pour venir en aide aux nombreux bébés orphelins atteints du sida, délaissés par le gouvernement roumain. Sur place, elle se prend d’affection pour un bébé qu’elle décide d’adopter manu militari et c’est en rentrant aux USA qu’elle découvre que son petit garçon pourrait être un remède à la maladie. Mais il lui est enlevé un soir par des hommes étranges que les balles n’atteignent pas. Décidée à le retrouver, elle repart en Roumanie avec pour toute aide un prêtre Mickael O’Rourke. Ils ignorent qu’ils vont affronter des individus appelés « strigoï » et que Vlad Tepes est plus qu’un mythe. Dan Simmons revisite le mythe de Dracula avec talent et met en scène une intrigue complexe (aux explications scientifiques parfois très compliquées) et pleine de rebondissements. On retrouve un des personnages de Nuit d’été, Mike O’Rourke, devenu prêtre et qui va se mettre une fois de plus en danger pour aider la belle Kate Neuman à retrouver son fils adoptif. Si vous aimez les histoires de vampires et surtout le mythe du grand Dracul, ce roman est fait pour vous. Je mets 4 chats
    Lire la suite
    En lire moins
  • arcade_d Posté le 30 Juin 2017
    Ma première histoire de vampire comme Science fiction ! Un roman classique mais écrit par celui qui m'avait bousculé dans "l'échiquier du mal' ! Bien, vraiment bien ! Mais...
  • ConfidencesLitteraires Posté le 1 Mars 2016
    Un livre presque inclassable tant il fait du touche à tout. De la SF ? Une petite description du modus operandi du VIH et une explication scientifique et rationnelle au vampirisme. De l'historique ? Une petite histoire de la légende de Dracula assortie de faits réels en parallèle à la situation de la Roumanie dans les années 90. Du thriller ? A la recherche des mystérieux kidnappeurs de l'enfant adoptif de l'héroïne. De l'horreur ? Un peu, ce n'est pas à tous les coins de rue que les gens se font empaler en série ou écorcher avec art. Bref, un joyeux mélange bien sordide, où l'action va crescendo. J'ai adoré le grand réalisme du roman et la documentation détaillée sur des thèmes divers. Je recommande :)
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.