Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266289245
Code sériel : 12351
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Les fleurs du mal

Date de parution : 26/09/2018
LES GRANDS TEXTES DU XIXe SIÈCLE

« Dans ce livre atroce, j’ai mis tout mon cœur, toute ma tendresse, toute ma religion, toute ma haine. » Étranger dans un monde qui le refuse, maudit et damné, Baudelaire n'a pas d'autre choix que d'explorer l'enfer et le mal. Puisque la vie n'est qu'extase et...
LES GRANDS TEXTES DU XIXe SIÈCLE

« Dans ce livre atroce, j’ai mis tout mon cœur, toute ma tendresse, toute ma religion, toute ma haine. » Étranger dans un monde qui le refuse, maudit et damné, Baudelaire n'a pas d'autre choix que d'explorer l'enfer et le mal. Puisque la vie n'est qu'extase et horreur, le poète la transfigure dans une contrée imaginaire où le désespoir et la beauté se confondent. Il s'évade dans les paradis artificiels du haschisch, de l'opium et du vin, de la luxure et du vice.
Les Fleurs du mal sont le journal intime, le cri de terreur et de jouissance du poète. « Fleurs maladives » qui annoncent toute la littérature moderne et dont le parfum et les poisons ne cessent de troubler.
 
@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

 
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266289245
Code sériel : 12351
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lalyM Posté le 14 Octobre 2021
    plus qu'un livre ! je fais des fleurs du mal MON livre de chevet 😍 un vrai chef d'oeuvre !! Ouvrir ce livre c'est voyager en nous même ... et quel voyage ! sublime, merveilleux, romantique, intense, ce recueil de poésie est à lire absolument !!! Enorme coup de coeur ... chaque soir, je relirai une poésie
  • dvall Posté le 9 Octobre 2021
    La sortie d’une nouvelle édition illustrée des « Fleurs du Mal » aux éditions Folio Classique m’a donné envie de relire ces poèmes intemporels qui figurent dans mon panthéon personnel de la poésie. Baudelaire a dédié ces « Fleurs maladives » à son maître et ami Théophile Gautier qu’il considérait comme le « parfait magicien es lettres françaises ». Baudelaire, lui, est un alchimiste. Il transforme les mots, cette matière sonore et sémantique brute, en pur sortilège empreint de force comme de beauté. Dans la poésie de Baudelaire, la communion avec la nature apparaît comme une expérience révélatrice, quasi-mystique, et ses synesthésies poétiques font correspondre les sens et les perceptions comme dans une ronde maudite. Ce jeu ne s’applique pas qu’aux sens car il existe aussi une transmutation des substances et des valeurs. L’amour et la mort, le bien et le mal, la beauté et la laideur, le sacré et le profane, la Madone et la charogne, tous se mêlent dans la sombre lumière et l’énergie mélancolique. Baudelaire est peut-être « le roi d’un pays pluvieux » sur le crâne duquel « l’Espoir vaincu (…) plante son drapeau noir », mais il est aussi celui qui transforme la boue en or. Aux... La sortie d’une nouvelle édition illustrée des « Fleurs du Mal » aux éditions Folio Classique m’a donné envie de relire ces poèmes intemporels qui figurent dans mon panthéon personnel de la poésie. Baudelaire a dédié ces « Fleurs maladives » à son maître et ami Théophile Gautier qu’il considérait comme le « parfait magicien es lettres françaises ». Baudelaire, lui, est un alchimiste. Il transforme les mots, cette matière sonore et sémantique brute, en pur sortilège empreint de force comme de beauté. Dans la poésie de Baudelaire, la communion avec la nature apparaît comme une expérience révélatrice, quasi-mystique, et ses synesthésies poétiques font correspondre les sens et les perceptions comme dans une ronde maudite. Ce jeu ne s’applique pas qu’aux sens car il existe aussi une transmutation des substances et des valeurs. L’amour et la mort, le bien et le mal, la beauté et la laideur, le sacré et le profane, la Madone et la charogne, tous se mêlent dans la sombre lumière et l’énergie mélancolique. Baudelaire est peut-être « le roi d’un pays pluvieux » sur le crâne duquel « l’Espoir vaincu (…) plante son drapeau noir », mais il est aussi celui qui transforme la boue en or. Aux « Fleurs du Mal », succèdent « Les Épaves », poèmes condamnés ou inédits n’ayant pas trouvé place dans le fameux recueil, ainsi que diverses pièces additionnelles. Vous y croiserez lesbiennes nubiles et femmes damnées, vampire goulu et nymphe macabre. Les photographies de Mathieu Trautmann qui accompagnent cette version illustrée sont toutes des natures mortes montrant les fleurs comme des choses fragiles et belles mais déjà trépassées, condamnées à ne plus vivre que dans le regard de ceux qui les contemplent. Bien que ces photographies soient belles, elles restent des incarnations de la vanité, et j’aurais préféré autre chose pour accompagner ces poèmes, peut-être des aquarelles, plus subtiles et évanescentes.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lesperanza Posté le 20 Septembre 2021
    J'ai trop retardé le moment où j'allais écrire cette critique, soyons honnêtes. Il était temps que je m'y colle enfin, non sans beaucoup d'appréhension... Pourquoi, me demanderiez-vous ? Eh bien parce qu'à chaque fois que j'écris un avis sur un Classique, je stresse. *rire nerveux* Non mais, je vous jure que c'est bien vrai. *se concentre* Un avis sur une oeuvre Classique par une ado qui ne lit que du Jeunesse/Young Adult, c'est forcément un avis manquant de constructivité et surtout de maturité. Alors que quand je critique des oeuvres du XXIème siècle, je suis au moins dans ma zone de confort. Bref, écrire une critique d'un Classique, je trouve ça toujours un peu stressant. Parce que je sais que c'est seulement l'avis d'une ado (= moi) qui n'est pas forcément intéressée par ce genre de lectures. (= toujours moi) Et Les Fleurs du Mal, comment dire ? C'est doublement compliqué. Parce que je n'aime pas la poésie de base. Eh oui. C'était ma première lecture scolaire en tant que Première. Mais qui dit lecture scolaire dit lecture obligatoire qui ne plait pas forcément... Et j'appréhendais cette lecture car j'ai réellement du mal avec la poésie. Je n'aime pas vraiment cela, ça ne m'évoque souvent... J'ai trop retardé le moment où j'allais écrire cette critique, soyons honnêtes. Il était temps que je m'y colle enfin, non sans beaucoup d'appréhension... Pourquoi, me demanderiez-vous ? Eh bien parce qu'à chaque fois que j'écris un avis sur un Classique, je stresse. *rire nerveux* Non mais, je vous jure que c'est bien vrai. *se concentre* Un avis sur une oeuvre Classique par une ado qui ne lit que du Jeunesse/Young Adult, c'est forcément un avis manquant de constructivité et surtout de maturité. Alors que quand je critique des oeuvres du XXIème siècle, je suis au moins dans ma zone de confort. Bref, écrire une critique d'un Classique, je trouve ça toujours un peu stressant. Parce que je sais que c'est seulement l'avis d'une ado (= moi) qui n'est pas forcément intéressée par ce genre de lectures. (= toujours moi) Et Les Fleurs du Mal, comment dire ? C'est doublement compliqué. Parce que je n'aime pas la poésie de base. Eh oui. C'était ma première lecture scolaire en tant que Première. Mais qui dit lecture scolaire dit lecture obligatoire qui ne plait pas forcément... Et j'appréhendais cette lecture car j'ai réellement du mal avec la poésie. Je n'aime pas vraiment cela, ça ne m'évoque souvent rien du tout, même si j'ai aussi conscience que c'est un art qui peut être magnifique. Sauf que ça ne fait souvent aucun effet sur moi. Au final... je ne sais quoi dire. Ma note attribuée à ce Recueil de Poèmes, le plus étudié à l'école, n'est point justifiée. À vrai dire, je me sens juste incapable de donner un avis constructif sur ce que j'en ai pensé. Je crois malgré tout que je n'ai pas détesté cette lecture. Alors bon, je n'aime toujours pas la poésie, mais certains poèmes ont réussi à m'évoquer quelques sentiments. Parfois, je m'identifiais à certains vers, certains poèmes. (pas très rassurant dit comme ça, quand on sait de quoi parle Baudelaire... m'enfin bon ^^') Malgré tout, la plupart des poèmes m'ont laissé pas mal indifférente... J'ignore si c'est mon manque de maturité (fort possible...) ou le fait que je n'aime pas et que je n'aimerai jamais la poésie. Mais bon. N'empêche qu'il va bien falloir que je fasse ce Carnet de Lecture demandé par la prof, de toute manière... C'est quelque chose qui me stresse et qui en même temps me plaît. Ce Carnet de Lecture me rappelle celui que je fais avec mes lectures personnelles... J'ai l'habitude, d'une certaine manière, d'écrire un avis sur ce que je lis. À part qu'ici, donner un avis sur des poèmes va être bien plus difficile pour moi... Enfin bon... Mais c'est que j'ai réussi à finir cette critique ! *soupir de soulagement* Bon, c'était pas si terrible que ça finalement ! :')
    Lire la suite
    En lire moins
  • JHaltRoen Posté le 17 Septembre 2021
    Avec la sortie de l'édition collector illustrée aux éditions Folio Classique, j’ai eu envie de me replonger dans ce qui ressemble plus à un grimoire empli de magie sombre et lapidaire qu'à un recueil de poèmes. Sans grande surprise, le berceau du spleen baudelairien m’a de nouveau touchée en plein cœur, grâce à des mots sombres qui composent de sublimes fresques plus ou moins morbides sous le voile occulte du désespoir. Les Fleurs du Mal est un concentré d’émotions, exprimées pêle-mêle dans un capharnaüm de mots extraits du langage parfois soutenu, parfois commun. Comme si, peu importe notre niveau social, le spleen était un virus qui n’épargnait personne. 😰 Baudelaire disait lui-même : “dans ce livre atroce j’ai mis tout mon cœur, ma tendresse et ma haine”. Et force est de constater que c’est une parfaite réussite. On ne ressort pas indemne de la lecture des Fleurs du Mal. C’est une certitude.🖤 . J’ai mis du temps, beaucoup de temps à lire ce recueil pourtant si court. Le talent incommensurable de Baudelaire et la puissance de ses vers nous force à ralentir. #8987; Il y a trop d’émotions, trop de douleur, mêlées à un élan de romantisme macabre et à la peur inexorable... Avec la sortie de l'édition collector illustrée aux éditions Folio Classique, j’ai eu envie de me replonger dans ce qui ressemble plus à un grimoire empli de magie sombre et lapidaire qu'à un recueil de poèmes. Sans grande surprise, le berceau du spleen baudelairien m’a de nouveau touchée en plein cœur, grâce à des mots sombres qui composent de sublimes fresques plus ou moins morbides sous le voile occulte du désespoir. Les Fleurs du Mal est un concentré d’émotions, exprimées pêle-mêle dans un capharnaüm de mots extraits du langage parfois soutenu, parfois commun. Comme si, peu importe notre niveau social, le spleen était un virus qui n’épargnait personne. 😰 Baudelaire disait lui-même : “dans ce livre atroce j’ai mis tout mon cœur, ma tendresse et ma haine”. Et force est de constater que c’est une parfaite réussite. On ne ressort pas indemne de la lecture des Fleurs du Mal. C’est une certitude.🖤 . J’ai mis du temps, beaucoup de temps à lire ce recueil pourtant si court. Le talent incommensurable de Baudelaire et la puissance de ses vers nous force à ralentir. #8987; Il y a trop d’émotions, trop de douleur, mêlées à un élan de romantisme macabre et à la peur inexorable du temps et du néant de la mort, pour pouvoir dévorer ce roman sans risquer d’y laisser quelques plumes. Les Fleurs du Mal est un monument de la poésie française, porté par le maître des mots de génie que fût Charles Baudelaire. 👏👏 Pour sûr, les amateurs de poésie et de contes macabres se feront une joie de cueillir les fleurs maudites du désespoir qui poussent à travers ces lignes.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Idl Posté le 8 Septembre 2021
    Les fleurs du Mal, Enième relecture pour car Les Fleurs du Mal sont l’un de mes recueils de poésie préféré. Enième relecture et première critique. Les Fleurs du Mal, malgré le sombre qui l’enveloppe, est mon anti-dépresseur. Ce recueil de poésie est un passeport pour un voyage intérieur et pour partir à la découverte de son âme … Alors, pour tout ça, je vous remercie Monsieur Baudelaire 🙏🏻❤️
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.