En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Les Larmes de la liberté

        Pocket
        EAN : 9782266278102
        Code sériel : 17027
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 576
        Format : 108 x 177 mm
        Les Larmes de la liberté

        Isabelle ALLARD (Traducteur)
        Date de parution : 01/02/2018
        En 1830, la vie idéale de James Pyke est sur le point de basculer. Lui, le fils d'un planteur et d'une esclave qui a dû fuir sa Virginie natale, a réussi à se hisser dans la haute société de Philadelphie en cachant ses origines, et vit une passion avec une... En 1830, la vie idéale de James Pyke est sur le point de basculer. Lui, le fils d'un planteur et d'une esclave qui a dû fuir sa Virginie natale, a réussi à se hisser dans la haute société de Philadelphie en cachant ses origines, et vit une passion avec une ravissante aristocrate. Jusqu'à ce que Henry, l'homme qui lui avait sauvé la vie vingt ans plus tôt, ne vienne frapper à sa porte pour lui demander de l'aide à son tour. Son fils Pan, serviteur et protégé de James depuis des années, a disparu, enlevé pour être vendu comme esclave. Incapable d'abandonner le garçon à un pareil sort, James décide de partir à sa recherche.
        Dans cette Amérique sudiste qui n'oublie ni ne pardonne, parviendra-t-il à sauver Pan au péril de sa vie ? Retrouvera-t-il Caroline, son grand amour et la mère de son enfant ?
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266278102
        Code sériel : 17027
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 576
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        8.30 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • sofy4 Posté le 29 Avril 2018
          Quelle belle lecture. Après avoir lu les critiques, j'avais peur d'être déçue car les lecteurs disaient qu'ils n'avaient pas retrouvé tout de suite les personnages du premier volume auxquels je m'étais attachée, que ce n'était pas vraiment une suite... Mais, rassurez-vous, on est, dès les premières pages, happé par le personnage de James et les personnages qui gravitent autour de lui. On est charmé, et apeuré, pour le petit Pan. On est touché par le dévouement de Robert, Henry, Addy et bien d'autres. L'auteure écrit magnifiquement bien et arrive à nous faire vivre la terreur vécue par les esclaves noirs. Cette période, tellement horrible qu'elle nous semble irréelle. Cette lecture est un vrai coup de cœur car elle montre comment l'entraide, au péril de la vie, peut surpasser toute discrimination. C'est une belle leçon de vie et d'espoir.
        • ASaulot Posté le 21 Avril 2018
          Une belle histoire qui nous plonge dans l'Amérique des années 1830 et qui fait suite à "La colline des esclaves". Nous retrouvons James Pyke, le fils de Belle, héroïne du premier roman, devenu adulte. La première partie m'a semblé un peu longue, manquant de rythme, écueil compensé en partie par la suite, où l'intrigue s'étoffe et devient plus palpitante. Quant au personnage principal, James, j'ai beaucoup aimé sa complexité. En effet, au fil des pages, il évolue, nous surprend parfois par ses réactions. Ce que j'ai apprécié par-dessus tout, c'est le fait qu'il ne soit pas manichéen. Il n'a rien du héros parfait, mais il pourrait être n'importe lequel d'entre nous, avec ses forces et des failles. Même si je n'ai pas eu le même coup de cœur que pour le premier roman, j'ai vraiment pris beaucoup de plaisir à lire ce roman.
        • LeaTouchBook Posté le 15 Avril 2018
          Après la lecture du très bon roman La Colline aux esclaves, j'étais très heureuse de retrouver la plume de Kathleen Grissom dans cette suite qui peut se lire de manière indépendante. La romancière démontre encore une fois tout son talent pour dépeindre une époque, ses mœurs, us et coutumes. J'ai été ravie de retrouver l'ambiance inhérente au premier tome, de voir des clins d'œil à l'histoire originelle mais j'ai aussi aimé le fait que la romancière n'hésite pas à mettre en avant des personnages différents des premiers, de mettre en place une nouvelle intrigue. Cette fois-ci le lecteur va faire plus ample connaissance avec James, un homme volontaire et opiniâtre, un homme qui cherche à s'élever dans la société malgré le fait que ses origines ne sont pas un atout à cette période. Un être qui va devoir affronter des épreuves terribles, braver la peur afin de chercher à sauver le fils d'un ami. Ce roman est vraiment très prenant, un roman parfait pour les lecteurs amoureux des livres comme Autant en emporte le vent, des romans qui mêlent le genre historique, la romance et l'aventure. Des livres où chaque héros doit se transcender, grandir, murir et qui en ressort avec des blessures... Après la lecture du très bon roman La Colline aux esclaves, j'étais très heureuse de retrouver la plume de Kathleen Grissom dans cette suite qui peut se lire de manière indépendante. La romancière démontre encore une fois tout son talent pour dépeindre une époque, ses mœurs, us et coutumes. J'ai été ravie de retrouver l'ambiance inhérente au premier tome, de voir des clins d'œil à l'histoire originelle mais j'ai aussi aimé le fait que la romancière n'hésite pas à mettre en avant des personnages différents des premiers, de mettre en place une nouvelle intrigue. Cette fois-ci le lecteur va faire plus ample connaissance avec James, un homme volontaire et opiniâtre, un homme qui cherche à s'élever dans la société malgré le fait que ses origines ne sont pas un atout à cette période. Un être qui va devoir affronter des épreuves terribles, braver la peur afin de chercher à sauver le fils d'un ami. Ce roman est vraiment très prenant, un roman parfait pour les lecteurs amoureux des livres comme Autant en emporte le vent, des romans qui mêlent le genre historique, la romance et l'aventure. Des livres où chaque héros doit se transcender, grandir, murir et qui en ressort avec des blessures mais plus fort aussi. En définitive, je vous recommande ce livre qui peut se lire à la suite du premier tome ou de façon indépendante.
          Lire la suite
          En lire moins
        • prettyrosemary Posté le 16 Février 2018
          Alternant les points de vue de James et de Pan, mais aussi les époques, en n’hésitant pas à adopter le modèle de l’intrigue à tiroirs, c’est un roman foisonnant et rythmé que nous propose Kathleen Grissom sur l’une des périodes les plus sombres de l’histoire des Etats-Unis. L’auteure nous immerge totalement dans cette époque où le pays oppose Nord et Sud, zones libre et esclavagiste. Si l’auteure n’hésite pas à restituer toute la cruauté de l’asservissement des hommes, des femmes et des enfants noirs, elle met aussi en lumière toute l’hypocrisie d’une société qui sous couverts anti-esclavagistes profite des retombées économiques des plantations et conserve une répugnance pour une « race » qu’elle juge différente des blancs. Au Nord comme au Sud, la peur d’être retrouvé, attrapé est constante et hante toujours les personnages. Les personnages m’ont beaucoup plu, qu’il s’agisse du jeune et adorable Pan qui fourmille de questions et d’idées et qui va cruellement prendre conscience de la cruauté du monde ou bien de l’ambigu James Pyke, à la fois bienveillant mais aussi tenaillé par la peur et le besoin de s’affranchir de ses origines pour être considéré comme une blanc. Il n’y a pas de véritable héros au... Alternant les points de vue de James et de Pan, mais aussi les époques, en n’hésitant pas à adopter le modèle de l’intrigue à tiroirs, c’est un roman foisonnant et rythmé que nous propose Kathleen Grissom sur l’une des périodes les plus sombres de l’histoire des Etats-Unis. L’auteure nous immerge totalement dans cette époque où le pays oppose Nord et Sud, zones libre et esclavagiste. Si l’auteure n’hésite pas à restituer toute la cruauté de l’asservissement des hommes, des femmes et des enfants noirs, elle met aussi en lumière toute l’hypocrisie d’une société qui sous couverts anti-esclavagistes profite des retombées économiques des plantations et conserve une répugnance pour une « race » qu’elle juge différente des blancs. Au Nord comme au Sud, la peur d’être retrouvé, attrapé est constante et hante toujours les personnages. Les personnages m’ont beaucoup plu, qu’il s’agisse du jeune et adorable Pan qui fourmille de questions et d’idées et qui va cruellement prendre conscience de la cruauté du monde ou bien de l’ambigu James Pyke, à la fois bienveillant mais aussi tenaillé par la peur et le besoin de s’affranchir de ses origines pour être considéré comme une blanc. Il n’y a pas de véritable héros au sens noble du terme au sein de cette histoire, rien que des être humains avec leur part d’ombre et j’ai trouvé cela particulièrement intelligent. Passionnant, rythmé et porté par un style très fluide, ce roman évoque l’esclavage et l’acceptation de ses origines dans la société américaine du début du XIXe siècle avec beaucoup de justesse.
          Lire la suite
          En lire moins
        • LadyRomance Posté le 28 Avril 2017
          Les larmes de la liberté est la suite de La colline aux esclaves dont je n'avais pas du tout apprécié l'aspect invraisemblable de quelques situations comme vous le savez déjà probablement si vous me lisez. Vous avez certainement lu également que je me suis retrouvée avec ce second roman sans l'avoir cherché car la bibliothécaire l'a remis dans les mains de ma soeur lorsqu'elle est allée avec ma fille à la bibliothèque pour récupérer notamment deux autres romans Charleston que j'avais suggérés à l'achat. Et elle a bien fait car j'ai beaucoup aimé cette suite "Les larmes de la liberté". Il est très réussi ! Il n'est pas nécessaire d'avoir lu le premier roman. Le second est très compréhensible sans cela, mais il est vrai que cela peut aider à mieux appréhender le contexte et connaître toute l'histoire antérieure si le coeur vous en dit. Ici, l'histoire qui se passe au début du 19ème siècle se focalise sur le personnage de Jamie, le fils de Marshall, propriétaire héritier d'une plantation, et de Belle, une mulâtre esclave. Je ne dirais pas ici les raisons qui mène Jamie dans la ville de Philadelphie pour ne pas spolier celles qui voudraient lire le premier roman.... Les larmes de la liberté est la suite de La colline aux esclaves dont je n'avais pas du tout apprécié l'aspect invraisemblable de quelques situations comme vous le savez déjà probablement si vous me lisez. Vous avez certainement lu également que je me suis retrouvée avec ce second roman sans l'avoir cherché car la bibliothécaire l'a remis dans les mains de ma soeur lorsqu'elle est allée avec ma fille à la bibliothèque pour récupérer notamment deux autres romans Charleston que j'avais suggérés à l'achat. Et elle a bien fait car j'ai beaucoup aimé cette suite "Les larmes de la liberté". Il est très réussi ! Il n'est pas nécessaire d'avoir lu le premier roman. Le second est très compréhensible sans cela, mais il est vrai que cela peut aider à mieux appréhender le contexte et connaître toute l'histoire antérieure si le coeur vous en dit. Ici, l'histoire qui se passe au début du 19ème siècle se focalise sur le personnage de Jamie, le fils de Marshall, propriétaire héritier d'une plantation, et de Belle, une mulâtre esclave. Je ne dirais pas ici les raisons qui mène Jamie dans la ville de Philadelphie pour ne pas spolier celles qui voudraient lire le premier roman. Jamie, du fait qu'il a été conçu par une mulâtre et malgré qu'il soit blanc, risque d'être découvert parce qu'il a la particularité reconnaissable d'avoir un oeil aveugle. Cela le rend facilement identifiable par les terribles contremaîtres qui le recherchent et cela peut durer toute une vie. Les esclaves en fuite ne le savent que trop bien et Jamie est désormais considéré comme l'un d'entre eux bien qu'il ait été élevé tout à fait comme un blanc jusqu'à sa fuite parce que son père veut le vendre comme esclave. C'est pour cette raison qu'il doit passer sa vie à taire ses origines et sa véritable identité, notamment pour ne jamais être considéré autrement qu'un blanc et pouvoir vivre en liberté. A treize ans, il est totalement apeuré dans sa fuite lorsqu'il trouve de l'aide auprès d'un esclave prénommé Henry ayant fuit lui aussi et vivant dans la peur également d'être découvert un jour. Quinze ans plus tard, Henry se cache toujours vivant éloigné de son fils Pan et de sa femme s'aventurant uniquement à aller les voir une fois par semaine. Mais sa femme malade, bien qu'il en rejetait l'idée, finit par décéder. Henry n'a alors pas d'autres solutions que de confier Pan âgé de douze ans à Jamie dont la nouvelle identité après avoir été celle de James Smith, est devenu légalement celle de James Burton, un homme notable qui donne des cours de dessin. Pan se plait dans sa nouvelle vie de domestique où tous ses besoins sont satisfaits comme jamais. James et Pan s'attachent fortement l'un à l'autre. C'est la curiosité surprenante du garçon, son côté vif et joyeux qui plaisent beaucoup à James. Pan, lui, est en admiration devant son maître qui le protège et dont il apprécie l'humour et la chaleur. Mais voilà que Pan qui souhaitait offrir un second perroquet à son maître pour le rendre de nouveau heureux, défit l'interdiction de son père qu'il a pourtant suffisamment entendue, de s'approcher du port car il risquait grandement d'être enlevé pour être vendu comme esclave. Ce qui va se produire évidemment. A partir de ce moment, l'histoire de James nous sera racontée, dévoilant l'évolution de sa vie depuis son arrivée à Philadelphie jusqu'à son ascension et devenir James Burton pour ensuite le suivre dans sa recherche pour retrouver Pan, ce qui va le mettre face à ses pires cauchemars car il risque d'être découvert. C'est une histoire si prenante et qui monte tant en puissance que l'on s'inquiète vraiment pour nos héros. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé leur personnalité : Pan est un garçon touchant par sa candeur, sa fraîcheur de coeur et d'esprit, et James est un héro très intéressant dans son évolution personnel avec une pointe d'humour bienvenue et agréable. Certains personnages secondaires sont très attachants également. Par ailleurs, j'ai trouvé original le thème du roman par rapport au regard porté sur l'esclavagisme et la place à trouver lorsque l'on est métisse, particulièrement comme dans la situation de James où on a été élevé et considéré comme blanc et libre par certains, et est pourtant résolument un noir-esclave de sang pour d'autres. De plus, lui-même possède ses propres préjugés sur les noirs qu'il considère comme inférieurs de par l'éducation qu'il a reçu de sa grand-mère blanche qui ignorait, si mes souvenirs sont bons, qu'il était l'enfant d'une mulâtre. Il est alors très intéressant de voir comme son regard va évoluer de par le fait qu'il vit tour à tour deux situations opposées, celle de penser et se sentir blanc et celle d'être considérée et traitée comme un esclave. Pour finir, ce roman évoque aussi une passion contrariée que James va vivre avec une jeune femme de la haute société. Les larmes de la liberté est une histoire forte, poignante et passionnante qui réservent de belles surprises et de très beaux personnages qui pour survivre et/ou aider ceux qui sont asservis sont amenés à se dépasser devant l'adversité en devenant de véritables héros agissant dans l'humilité et l'altruisme le plus total. Un très bon roman coup de coeur !!! www.ladyromance.over-blog.com
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent


        « L'écriture lyrique de Kathleen Grissom est riche en détails historiques, et ce roman peut être lu soit comme une histoire indépendante inoubliable, soit comme la suite captivante de La Colline aux esclaves. » Publishers Weekly

        « Une histoire bouleversante, des personnages forts et attachants et une plume sublime, le cocktail parfait pour une excellente lecture. »
        Julia Godard, Librairie Birmann Majuscule
         
        « Incroyablement prenant, avec des personnages qu'on adopte dès les premières pages et un décor historique passionnant ! »
        Marianne Kmiecik, Librairie Les Lisières
         
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.