En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Les Sirènes du Transsibérien

        Pocket
        EAN : 9782266270489
        Code sériel : 16755
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 108 x 177 mm
        Les Sirènes du Transsibérien
        De Brest à Vladivostok

        Collection : Aventure Humaine
        Date de parution : 07/09/2017
        Vladivostok ? Quelle idée ! Pour un écrivain-voyageur, breton et fier de l’être, s’enfermer dans un train loin de tout océan, c’est à maudire son éditeur. Mais l’idée fait son chemin, et le pèlerin sa route. Via Brest, Roissy et Moscou, on embarque avec lui à bord du mythique Transsibérien.... Vladivostok ? Quelle idée ! Pour un écrivain-voyageur, breton et fier de l’être, s’enfermer dans un train loin de tout océan, c’est à maudire son éditeur. Mais l’idée fait son chemin, et le pèlerin sa route. Via Brest, Roissy et Moscou, on embarque avec lui à bord du mythique Transsibérien. À la fenêtre, l’interminable taïga défile, comme un code-barres. Le lac Baïkal. Le fleuve Amour. On se presse autour du samovar. On apprivoise de blondes et jolies passagères. On perd tous ses repères et ses a priori. Dehors, le blanc. Dehors, le froid. Dedans, la chaleur d’une lampée de vodka. Au bout : l’autre côté du monde…

        « Entre histoire (Staline), géographie (Gorkine) et littérature (Makine), Hervé Bellec trouve la voie d’un récit vraiment original, ni trop intimiste, ni trop détaché. Bien cadencé, il prend le temps de crier gare : Omsk, Irkoutsk, Belarosk... » Paul Burel – Ouest France

        « Un livre piqué d’éclats de tendresse. » Catherine Le Guen – Le Télégramme
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266270489
        Code sériel : 16755
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        7.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • christianedecharneux Posté le 29 Avril 2018
          Très belle découverte. Tout au long du monologue de l'auteur on participe à un voyage à travers des paysages magnifiques ponctué de touches historiques. A découvrir
        • kakine16 Posté le 14 Décembre 2017
          C'est une lecture très intéressante, au départ on se dit "qu'est ce que l'auteur va bien pouvoir nous raconter dans ce livre sur un voyage en train ?". Finalement, c'est une histoire calme, contée avec beaucoup d'anecdotes historiques sur la Russie. On y rencontre des personnages du quotidien. Quelques notes d'humour viennent égayer l'histoire. Ce livre fait surtout voyager, imaginer des terres où l'on ne mettra probablement jamais les pieds (qui irait en vacances en Sibérie). J'ai passé un joli moment, un peu suspendu dans le temps, parce qu'on perd la notion du temps en même temps que les pages se tournent.
        • saphoo Posté le 14 Novembre 2017
          Les sirènes du Transsibérien est un long voyage de plus de 9300 km en train d’une seule traite avec des arrêts de quelques minutes dans nombreuses petites gares. Départ la Bretagne cher à notre auteur, via Paris Roissy via Moscou, arrêt le temps de visiter au pas de course les incontournables lieux touristiques, puis embarcation dans le train qui traverse Ouest en Est la Russie. Le voyage dure 6 jours et 7 nuits. Le récit nous apprend beaucoup sur ce train au confort très spartiate, de sa création, ses déconvenues, et bien sûr sa vie à bord qui est bien loin même très loin du fabuleux Orient-Express, mais la richesse ne réside point dans le faste mais plus dans les rapports humains que l’on peut avoir durant 6 jours cloîtrés dans un compartiment étroit, ou long d’un couloir, voire au bar du wagon restaurant. L’auteur nous épargne en rien l’histoire et la géographie de ce vaste pays, et c’est très intéressant, il ne se contente pas de conter son voyage, il offre tout un panel d’anecdotes sur les personnes qu’il côtoie, celles qu’il croise, sorti du contexte, ça prêterait à rire mais là se promener en nuisette ... Les sirènes du Transsibérien est un long voyage de plus de 9300 km en train d’une seule traite avec des arrêts de quelques minutes dans nombreuses petites gares. Départ la Bretagne cher à notre auteur, via Paris Roissy via Moscou, arrêt le temps de visiter au pas de course les incontournables lieux touristiques, puis embarcation dans le train qui traverse Ouest en Est la Russie. Le voyage dure 6 jours et 7 nuits. Le récit nous apprend beaucoup sur ce train au confort très spartiate, de sa création, ses déconvenues, et bien sûr sa vie à bord qui est bien loin même très loin du fabuleux Orient-Express, mais la richesse ne réside point dans le faste mais plus dans les rapports humains que l’on peut avoir durant 6 jours cloîtrés dans un compartiment étroit, ou long d’un couloir, voire au bar du wagon restaurant. L’auteur nous épargne en rien l’histoire et la géographie de ce vaste pays, et c’est très intéressant, il ne se contente pas de conter son voyage, il offre tout un panel d’anecdotes sur les personnes qu’il côtoie, celles qu’il croise, sorti du contexte, ça prêterait à rire mais là se promener en nuisette et mules à petits pompons dans les couloirs du Transsibérien semble choquer personne. Le style est jovial, dynamique et le fait d’intercaler le côté historique de ce pays, de nous parler aussi de certains auteurs russes ou ceux qui ont contés la Russie comme Cendrars, le climat bien sûr, et la vie au quotidien dans ce train des passagers et aussi du personnel, a fait que l’ennui n’était pas invité. J’ai vraiment eu l’impression d’être à bord de ce train. Un très long et intéressant voyage, j’ai eu un petit coup de tristesse quand le train est entré en gare de Vladivostok. Terminus tout le monde descend, la fin du voyage, la fin du livre qui fut une très belle et intéressante lecture enrichissante, m’ouvrant des portes vers d’autres lectures comme « Au temps du fleur Amour » de Makine.
          Lire la suite
          En lire moins
        • michelekastner Posté le 19 Avril 2012
          En 6 jours et 7 nuits, l'auteur fait le trajet reliant Moscou à Vladivostok par le mythique transsibérien et ponctue son récit et ses rencontres avec des explications historiques, politiques et écologiques

        Ils en parlent

        « Un livre plein de verve, entre vie quotidienne, rencontres et Histoire. » Josiane Guégen - Ouest France
        « Un livre piqué d'éclats de tendresse. » Catherine Le Guen - Le Télégramme
        « Entre histoire (Staline), géographie (Gorkine) et littérature (Makine), Hervé Bellec trouve la voie d'un récit vraiment original, ni trop intimiste, ni trop détaché. Bien cadencé, il prend le temps de crier gare : Omsk, Irkoutsk, Belarosk... » Paul Burel - Ouest France
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com