Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266033992
Code sériel : 63
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm

Lettres à Lucilius

Pierre MISCEVIC (Préface, Traducteur), François LAURENT (Direction de collection)
Collection : Agora
Date de parution : 01/03/1991

Ces lettres sont comme le journal intime et philosophique de Sénèque. Il y évoque ses doutes et ses drames de conscience, affronte les grands problèmes philosophiques et moraux que chacun se pose, en son temps comme aujourd'hui, et leur apporte des réponses empreintes d'une sagesse prudente et mesurée. Ainsi, ce...

Ces lettres sont comme le journal intime et philosophique de Sénèque. Il y évoque ses doutes et ses drames de conscience, affronte les grands problèmes philosophiques et moraux que chacun se pose, en son temps comme aujourd'hui, et leur apporte des réponses empreintes d'une sagesse prudente et mesurée. Ainsi, ce texte est aussi bien le roman d'une âme exceptionnelle qu'une brillante initiation à l'un des courants majeurs de la philosophie antique, le stoïcisme.

Cette édition présente :

  • une introduction ;
  • un choix des lettres les plus importantes, dans une nouvelle traduction qui rend justice à la vivacité de plume de Sénèque ;
  • un dossier de textes de commentateurs, qui permet de prendre la mesure de l'influence qu'eut ce maître de la philosophie ancienne : Quintilien, Montaigne, Saint-Évremond, Diderot...


 

Préface, traduction et commentaires de Pierre Miscevic, professeur en khâgne au lycée Condorcet.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266033992
Code sériel : 63
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Chasto Posté le 11 Avril 2020
    Lettre ouverte sur une notion , une idée, voire même une école, stoïcienne certainement. Intéressante à lire dans son ensemble et ses particularités mais nécessitant certains approfondissements par ailleurs. Correspondance offrant nombre d'information tant historique que sociale pouvant mieux aborder cette école de stoïciens, jouant, en leur temps, un certain rôle.
  • AgnesT Posté le 10 Février 2019
    Le seul livre ancien qui me fasse rire au lit.
  • Nebulas Posté le 28 Février 2016
    Après avoir lu « Quitte Rome ou meurs » de Romain Sardou, un roman épistolaire fondé sur les « Lettres à Lucilius » de Sénèque, j’ai dû franchir le pas suivant par consulter ces lettres de Sénèque moi-même. C’est en fait un bon moment pour ça, car maintenant je suis aussi en cours de lire « Essais » de Montaigne. Ce livre célèbre contient suffisamment de références à l’œuvre de Sénèque pour qu’il faille la peine pour me plonger dans ces lettres illustres. Ils sont disponibles sur internet. J’ai lu la collection sur Wikisource, la traduction française des lettres à l’origine écrites en latin par J. Baillard, Hachette, 1914. La collection comprend 124 lettres qui touchent à un grand nombre de sujets. Il y a des lettres sur la vie quotidienne romaine mais aussi sur de sujets plus métaphysiques comme le stoïcisme. Les lettres contiennent beaucoup de citations des autres œuvres philosophiques. Par exemple, Sénèque donne à la fin de maintes lettres une parole mémorable d’un quelconque philosophe grec ou romain comme une « fleur dérobée aux jardins d’autrui ». Ces « fleurs » sont souvent des citations d’Épicure. Malgré la diversité de sujets traités, il y a quelques termes clés qui... Après avoir lu « Quitte Rome ou meurs » de Romain Sardou, un roman épistolaire fondé sur les « Lettres à Lucilius » de Sénèque, j’ai dû franchir le pas suivant par consulter ces lettres de Sénèque moi-même. C’est en fait un bon moment pour ça, car maintenant je suis aussi en cours de lire « Essais » de Montaigne. Ce livre célèbre contient suffisamment de références à l’œuvre de Sénèque pour qu’il faille la peine pour me plonger dans ces lettres illustres. Ils sont disponibles sur internet. J’ai lu la collection sur Wikisource, la traduction française des lettres à l’origine écrites en latin par J. Baillard, Hachette, 1914. La collection comprend 124 lettres qui touchent à un grand nombre de sujets. Il y a des lettres sur la vie quotidienne romaine mais aussi sur de sujets plus métaphysiques comme le stoïcisme. Les lettres contiennent beaucoup de citations des autres œuvres philosophiques. Par exemple, Sénèque donne à la fin de maintes lettres une parole mémorable d’un quelconque philosophe grec ou romain comme une « fleur dérobée aux jardins d’autrui ». Ces « fleurs » sont souvent des citations d’Épicure. Malgré la diversité de sujets traités, il y a quelques termes clés qui reviennent régulièrement : « l’affermissement de ses principes et la diminution de ses désirs », « la pauvreté, l’âme, la sagesse » et « la signification de la mort et du suicide ». C’est une chose intéressante comment Sénèque présente fréquemment la pauvreté comme la façon la plus sûre de développer la sagesse et de « purifier son âme ». Par exemple, il écrit : « Il est beau de n’être pas gâté par la compagnie des richesses ; il y a de la grandeur à rester pauvre au milieu d’elles, mais plus de sécurité à ne les avoir pas ». Cette insistance à la sobriété est intéressante et un peu ironique, car je crois que Sénèque lui-même était un homme extraordinairement riche. Bien que les lettres soient des textes philosophiques qui contiennent souvent des arguments difficiles à suivre et des phrases compliquées, la plupart de la collection est raisonnablement facile à lire. En effet, les lettres constituent une sorte de matériel scolaire pour apprendre le français. C’est aussi pour ça que j’ai lu cette collection de lettres avec un tel plaisir. Après avoir terminé « Les lettres à Lusilius » je crois que je devrais aussi découvrir un peu l’œuvre d’Épicure. C’est un philosophe grec dont je connaissais déjà le nom mais pas encore son œuvre. Alors, après avoir d’abord terminé « Essais » de Montaigne, ce qui va durer encore un peu de temps, je vais explorer l’œuvre d’Epicure. J’espère qu’il est également facile à lire que Sénèque…
    Lire la suite
    En lire moins
  • fdelorme Posté le 11 Mars 2014
    La philosophie semble souvent réservée à une élite qui s'interroge sur des problèmes bien éloignés du quotidien. Ce n'est pourtant pas le cas de beaucoup de philosophes antiques, qui se demandaient surtout comment vivre heureux, et les "lettres à Lucilius" en sont à mon avis un des exemples les plus aboutis. Y sont traitées de façon très concrète des questions qui concernent tout le monde, l'amour, l'amitié, la mort, la maladie, l'argent, le travail, dans un style très simple et plutôt accessible. S'il faut lire un livre de philosophie dans sa vie, pas pour briller en société mais pour améliorer sa vie, c'est celui-là.
  • dancingbrave Posté le 28 Août 2012
    Quelle beauté, quelle langue, quelle pureté !
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.