Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266277525
Code sériel : 16982
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 108 x 177 mm

Moi qui vous parle

Conversation avec Giovanni Tesio

,

Date de parution : 16/03/2017
De Primo Levi, chacun connaît l’inoubliable récit qu’il écrivit à son retour d’Auschwitz. Des souvenirs du lager, il sera peu question ici, mais bien plutôt du jeune garçon qu’il était en y entrant. D’une enfance timide et bourgeoise, à Turin, de la chimie qui fut sa première passion (et son... De Primo Levi, chacun connaît l’inoubliable récit qu’il écrivit à son retour d’Auschwitz. Des souvenirs du lager, il sera peu question ici, mais bien plutôt du jeune garçon qu’il était en y entrant. D’une enfance timide et bourgeoise, à Turin, de la chimie qui fut sa première passion (et son autre métier), des livres, de l’amitié, d’un parcours scolaire soumis aux lois fascistes, des premiers émois amoureux, de la montagne et du goût du risque – témoignage rare, précis et pudique de celui qui devint, malgré l’horreur et à travers elle, « un homme ».

Cette conversation en forme de confession que Primo Levi entama avec Giovanni Tesio dans les semaines qui précédèrent sa disparition devait constituer le matériau de sa biographie autorisée. Une discussion à jamais interrompue.

Postface de Giovanni Tesio pour l'édition française

INÉDIT
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266277525
Code sériel : 16982
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MelChoups Posté le 9 Octobre 2020
    De Primo Levi, chacun connaît "Si c'est un homme", l'inoubliable récit qu'il écrivit au retour d'Auschwitz. Des souvenirs du lager, il sera peu question ici, mais bien plutôt du jeune garçon qu'il était en y entrant. Cette conversation en forme de confession que Primo Levi (1919-1987) entama avec Giovanni Tesio peu avant sa disparition devait constituer le matériau de sa biographie autorisée. Une discussion à jamais interrompue.
  • pgremaud Posté le 21 Juillet 2018
    Je connais surtout Primo Levi comme l'auteur de "Si c'est un homme". Ce recueil d'entretiens, qui aurait dû servir de base à sa biographie, permet de mieux découvrir quelques aspects de sa vie. Giovanni Tesio, l'interviewer, l'a rencontré 3 fois entre le 12 janvier et le 8 février 1987 et la mort de Levi a interrompu ces rencontres. En répondant aux questions de Tesio, Primo Levi nous présente sa famille, son enfance, sa scolarité, ses études, ses loisirs de jeunesse. Jusqu'à son entrée à l'université, il n'a pas senti l'antisémitisme du système fasciste. Mais à partir de 1938-1939, cela a été plus difficile, notamment pour les études universitaires, puis pour la recherche de travail. D'une manière générale, il y a peu de révélations sur la vie de Primo Levi, car il en a déjà fait un matériau important pour son oeuvre romanesque, notamment "Le Système périodique", et en Italie son oeuvre a été pratiquement disséquée par de nombreux chercheurs. Mais j'ai appris par exemple les circonstances de son arrestation. Dans la période troublée que vivait l'Italie après septembre 1943, Levi a fui vers les Alpes avec des compagnons pour s'engager parmi les résistants, mais ils ont été arrêtés avant même d'avoir... Je connais surtout Primo Levi comme l'auteur de "Si c'est un homme". Ce recueil d'entretiens, qui aurait dû servir de base à sa biographie, permet de mieux découvrir quelques aspects de sa vie. Giovanni Tesio, l'interviewer, l'a rencontré 3 fois entre le 12 janvier et le 8 février 1987 et la mort de Levi a interrompu ces rencontres. En répondant aux questions de Tesio, Primo Levi nous présente sa famille, son enfance, sa scolarité, ses études, ses loisirs de jeunesse. Jusqu'à son entrée à l'université, il n'a pas senti l'antisémitisme du système fasciste. Mais à partir de 1938-1939, cela a été plus difficile, notamment pour les études universitaires, puis pour la recherche de travail. D'une manière générale, il y a peu de révélations sur la vie de Primo Levi, car il en a déjà fait un matériau important pour son oeuvre romanesque, notamment "Le Système périodique", et en Italie son oeuvre a été pratiquement disséquée par de nombreux chercheurs. Mais j'ai appris par exemple les circonstances de son arrestation. Dans la période troublée que vivait l'Italie après septembre 1943, Levi a fui vers les Alpes avec des compagnons pour s'engager parmi les résistants, mais ils ont été arrêtés avant même d'avoir pu faire une quelconque action. A ce moment, Levi a dit à ceux qu'ils l'arrêtaient qu'il était juif, ce qui l'a conduit finalement à Auschwitz. Ces entretiens nous sont livrés comme un matériau brut qui nous rend proche de Primo Levi, comme dans une conversation avec un ami. Mais l'ensemble souffre de l'absence de construction et comme les entretiens ont été interrompus, il manque des moments importants de la vie de Levi. En effet, alors qu'ils sont en train de parler du camp de Fossoli où Levi a été incarcéré avant de partir à Auschwitz, Tesio lui demande de parler de son travail de chimiste après la guerre ce qui fait que nous avons un saut de 1943 à 1946. Pour résumer, un livre qui permet de mieux connaître Primo Levi, mais plus un "coup" éditorial qu'une oeuvre inoubliable !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Allaroundthecorner Posté le 6 Juillet 2017
    La première chose que l'on aperçoit à la vue du livre, c'est bien évidemment cette phrase "L'ultime entretien inédit", forcément ça donne envie. J'ai un peu eu le sentiment qu'on m'a vendu un truc sur du sable malheureusement, et ça m'embête un peu, mais il faut vraiment penser à arrêter d'écrire ce genre de trucs, ça fait vendre, mais j'ai bien le sentiment que ça déçoit plus qu'autre chose au final. Alors attention, je ne dis pas non plus que ce livre est dénué d'informations, qu'il est d'un ennui mortel et bon à jeter. Je dis seulement que ce qu'on nous donne ne rassasie par l'appétit qui nous habite. Comme je le disais dans mon article sur Primo Levi justement, je m'interroge énormément sur les raisons de son suicide, je me demande si ce ne pourrait pas être un accident, etc. et je m'étais dit qu'étant le dernier entretien, peut-être qu'on pourrait y déceler une information, quelque chose qui permettrait peut-être de comprendre. Malheureusement, la mort soudaine de l'écrivain n'a pas permis à Giovanni Tesio (l'homme qui interroge Levi) de venir à bout de leur entretien ce qui explique le manque de données sur sa vie d'adulte, notamment après les... La première chose que l'on aperçoit à la vue du livre, c'est bien évidemment cette phrase "L'ultime entretien inédit", forcément ça donne envie. J'ai un peu eu le sentiment qu'on m'a vendu un truc sur du sable malheureusement, et ça m'embête un peu, mais il faut vraiment penser à arrêter d'écrire ce genre de trucs, ça fait vendre, mais j'ai bien le sentiment que ça déçoit plus qu'autre chose au final. Alors attention, je ne dis pas non plus que ce livre est dénué d'informations, qu'il est d'un ennui mortel et bon à jeter. Je dis seulement que ce qu'on nous donne ne rassasie par l'appétit qui nous habite. Comme je le disais dans mon article sur Primo Levi justement, je m'interroge énormément sur les raisons de son suicide, je me demande si ce ne pourrait pas être un accident, etc. et je m'étais dit qu'étant le dernier entretien, peut-être qu'on pourrait y déceler une information, quelque chose qui permettrait peut-être de comprendre. Malheureusement, la mort soudaine de l'écrivain n'a pas permis à Giovanni Tesio (l'homme qui interroge Levi) de venir à bout de leur entretien ce qui explique le manque de données sur sa vie d'adulte, notamment après les camps. Beaucoup de réponses sont intéressantes, on en apprend plus sur son enfance, son adolescence, mais j'avais du mal à m'imaginer la chose tellement le ton me paraissait loin, trop détaché, sans aucune intimité. Oui, ce qui me gêne le plus dans cet entretien est le fait qu'il soit inachevé, alors oui on nous prévient dès la préface, mais il serait bon de le noter, ça permet en plus d'en déduire qu'il s'agit de "l'ultime entretien", mais bref. Malheureusement, on n'en apprend pas plus sur l'homme qu'a été Primo Levi à la sortie des camps - si ce n'est ce qu'il a dit dans les préfaces de Si c'est un homme par exemple, il nous dit au détour d'une phrase qu'il s'est marié et a eu un enfant, mais le mystère reste entier. Mon avis en intégralité :
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.