Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266286978
Code sériel : 17375
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 208
Format : 108 x 177 mm

Paris-Venise

Date de parution : 17/01/2019
Une bonne pâte, ce Roman. Une bonne tête. Un peu mou, mais honnête, comme le bon pain. Pas étonnant qu’il déniche ce boulot idéal : garçon de cabine dans le Paris-Venise – train-couchettes. De quoi redonner le sourire à Mlle Pajot, sa banquière. Et à lui le goût du voyage.... Une bonne pâte, ce Roman. Une bonne tête. Un peu mou, mais honnête, comme le bon pain. Pas étonnant qu’il déniche ce boulot idéal : garçon de cabine dans le Paris-Venise – train-couchettes. De quoi redonner le sourire à Mlle Pajot, sa banquière. Et à lui le goût du voyage. Car il s’en passe, la nuit, dans ce monde en perpétuel mouvement : les objets perdus qu’on empoche, les clandestins qu’on planque moyennant finances, les combines en loucedé… C’est qu’il en faut, de l’argent, quand on est amoureux et qu’on roule vers Venise. Et Roman est amoureux…

« L’écriture dans le sang et la vanne au bord des lèvres. » Sophie Delassein – L’Obs

« Il devient ardu de savoir quoi acheter en librairie pour lire tout en riant à gorge déployée. Florent Oiseau pourrait bien être la solution. » Nicolas Ungemuth – Le Figaro Magazine

« L’humour le dispute à l’ironie au gré de chaque voyage. » L’Express
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266286978
Code sériel : 17375
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 208
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Florent Oiseau c’est l’écriture dans le sang et la vanne au bord des lèvres. Il arrive à nous passionner avec cette histoire, ça doit s’appeler le talent ! » Sophie Delassein, L’Obs
« Il devient ardu de savoir quoi acheter en librairie pour lire tout en riant à gorge déployée. Florent Oiseau pourrait bien être la solution. » Nicolas Ungemuth – Le Figaro Magazine
« Par la grâce de son narrateur, doté d’un formidable sens de l’autodérision et prompt à filer des métaphores désopilantes, l’humour le dispute à l’ironie au gré de chaque voyage. » L’Express


 
XXX

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • diablotin0 Posté le 4 Janvier 2020
    Roman, jeune trentenaire, vient de décrocher un boulot mais pas forcément celui dont on rêve puisqu’il s’agit de couchettiste sur la ligne Paris-Venise. Si les destinations peuvent être tentantes, voire romantiques, la compagnie ferroviaire l’est en revanche beaucoup moins. Le travail de Roman va s’avérer peu gratifiant, mais à travers ce job, on va découvrir son caractère, sa personnalité très touchante. Roman, héros ou anti Héros ? Et bien pour moi, sans hésiter c’est un héros car s’il est naïf, s’il a gardé sa candeur d’enfant, il est aussi et surtout rempli d’humanisme ce qui le rend extrêmement émouvant et touchant. Les autres personnages, les secondaires, ne sont pas insignifiants, loin de là, ils sont hauts en couleur et on se régale avec eux aussi ! Florent Oiseau nous embarque pour plusieurs aller-retour dans ce Paris-Venise et nous faisons connaissance avec les voyageurs mais aussi et surtout avec les pickpockets et les clandestins. Le style de l’auteur est jubilatoire, on rit, c’est drôle, mais derrière cette plume qui nous réjouit, les thèmes traités sont bien moins drôles. La précarité, la misère, la détresse, la clandestinité. C’est un petit livre qui est vraiment super agréable... Roman, jeune trentenaire, vient de décrocher un boulot mais pas forcément celui dont on rêve puisqu’il s’agit de couchettiste sur la ligne Paris-Venise. Si les destinations peuvent être tentantes, voire romantiques, la compagnie ferroviaire l’est en revanche beaucoup moins. Le travail de Roman va s’avérer peu gratifiant, mais à travers ce job, on va découvrir son caractère, sa personnalité très touchante. Roman, héros ou anti Héros ? Et bien pour moi, sans hésiter c’est un héros car s’il est naïf, s’il a gardé sa candeur d’enfant, il est aussi et surtout rempli d’humanisme ce qui le rend extrêmement émouvant et touchant. Les autres personnages, les secondaires, ne sont pas insignifiants, loin de là, ils sont hauts en couleur et on se régale avec eux aussi ! Florent Oiseau nous embarque pour plusieurs aller-retour dans ce Paris-Venise et nous faisons connaissance avec les voyageurs mais aussi et surtout avec les pickpockets et les clandestins. Le style de l’auteur est jubilatoire, on rit, c’est drôle, mais derrière cette plume qui nous réjouit, les thèmes traités sont bien moins drôles. La précarité, la misère, la détresse, la clandestinité. C’est un petit livre qui est vraiment super agréable à lire, il détend sans pour autant nous abêtir.
    Lire la suite
    En lire moins
  • fannyvincent Posté le 4 Novembre 2019
    Roman vient de trouver un nouvel emploi dans le train de nuit Paris-Venise. Il va y découvrir tout un monde de petites combines pour arrondir les fins de mois, mais aussi se confronter à la réalité des clandestins. Roman, un peu coeur d'artichaut, va également y tomber amoureux... Beaucoup d'humour dans cette jolie histoire simple mais réussie. Une chronique douce amère très plaisante qui nous décrit l'envers du décor de ce fameux train de nuit... que j'ai eu le plaisir d'emprunter il y a quelques années. Je ne me doutais pas de tout ce qui se tramait en coulisses...
  • audeLOUISETROSSAT Posté le 27 Octobre 2019
    J’avais adoré #jevaismettre et bien je n’ai pas été déçue de #parisvenise. L’écriture de Florent est toujours aussi hilarante. C’est simple et efficace. Je vous recommande vivement ce livre qui met de bonne humeur.
  • HUYNH Posté le 15 Avril 2019
    Ca démarre fort. Roman galère dans sa vie et décroche, contre toute attente, un job à la SNCF sur la liaison Paris Venise en tant que couchettiste. Ce Paris Venise n'a rien de l'Orient Express. Et Roman va vite comprendre les règles de vie dans ce train. Il va découvrir les différentes astuces, pour ne pas dire "arnaques", pour arrondir ces fins de mois. Mais il va également découvrir la réalité des migrants qui cherchent à monter dans le train, à tout prix. Et puis, il y a la belle et lumineuse Juliette dont il tombe amoureux... Sans oublier la jolie banquière. Le style est alerte et ciselé. C'est percutant et parfois très drôle. Peut-être une légère baisse de régime en cours, mais à ce moment le lecteur est pris par l'intrigue et souhaite connaître comment la vie sentimentale de Roman va évoluer. Chapeau à l'auteur qui aborde ici avec un détachement certain des thèmes graves, comme le chômage et les migrants.
  • sev95110 Posté le 25 Mars 2019
    Un beau voyage de Paris à Venise, avec beaucoup d’humour et d’ironie
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.