Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266265591
Code sériel : 16530
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 832
Format : 108 x 177 mm
Perline, Clémence, Lucille et les autres
Date de parution : 18/05/2017
Éditeurs :
Pocket

Perline, Clémence, Lucille et les autres

Date de parution : 18/05/2017
En 1914, le destin des femmes est scellé par les hommes. Mais la guerre éclate. Aux champs comme à la mine, dans les transports et les administrations, les maris, fils... En 1914, le destin des femmes est scellé par les hommes. Mais la guerre éclate. Aux champs comme à la mine, dans les transports et les administrations, les maris, fils et pères sont réquisitionnés. Alors les femmes s’organisent. Perline, Clémence, Lucille et les autres relèvent leurs manches. Pendant que les... En 1914, le destin des femmes est scellé par les hommes. Mais la guerre éclate. Aux champs comme à la mine, dans les transports et les administrations, les maris, fils et pères sont réquisitionnés. Alors les femmes s’organisent. Perline, Clémence, Lucille et les autres relèvent leurs manches. Pendant que les tragédies se déclinent à l’infini – mort, peur, attente, deuils –, elles doivent réinventer leur vie, pour elles comme pour le pays tout entier.
Pour ces héroïnes d’un nouveau genre, il faut agir, produire, récolter. L’heure de l’émancipation et de l’affranchissement du joug des hommes a sonné.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266265591
Code sériel : 16530
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 832
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • YsaM Posté le 28 Novembre 2021
    Perline Bonnefont est institutrice, elle vit à la ferme, chez ses parents, Jean-Martin et Clémence, avec ses deux frères, Antonin et Celse. La guerre éclate, Jean-Martin et Antonin sont appelés au front et Celse sera incorporé plus tard. Les villes et villages se vident de leurs hommes mais il faut pourtant bien continuer à faire tourner les commerces, les administrations, les usines, les fermes. Les femmes s’organisent et doucement prennent la place des hommes, que ce soit physiquement ou intellectuellement et elles réussissent plutôt bien. Ce sont elles qui font tourner l’économie du pays, tout en continuant à assumer leurs tâches domestiques. Les femmes acquièrent une liberté qu’elles n’avaient pas auparavant. Désormais elles ne sont plus reléguées aux fourneaux et à l’éducation des enfants, elles dirigent et gagnent de l’argent, n’ont de comptes à rendre à personne, ni à un père, un mari ou un fils, des hommes englués dans les horreurs des tranchées qui parfois ne reviendront pas. Perline est recrutée dans l’Entreprise Fougerolles, une riche famille de Saint-Etienne qui possède trois usines, un atelier de filature et deux de tissage. Elle est chargée du secrétariat et de la comptabilité. La jeune femme, devient bien vite incontournable et indispensable au bon... Perline Bonnefont est institutrice, elle vit à la ferme, chez ses parents, Jean-Martin et Clémence, avec ses deux frères, Antonin et Celse. La guerre éclate, Jean-Martin et Antonin sont appelés au front et Celse sera incorporé plus tard. Les villes et villages se vident de leurs hommes mais il faut pourtant bien continuer à faire tourner les commerces, les administrations, les usines, les fermes. Les femmes s’organisent et doucement prennent la place des hommes, que ce soit physiquement ou intellectuellement et elles réussissent plutôt bien. Ce sont elles qui font tourner l’économie du pays, tout en continuant à assumer leurs tâches domestiques. Les femmes acquièrent une liberté qu’elles n’avaient pas auparavant. Désormais elles ne sont plus reléguées aux fourneaux et à l’éducation des enfants, elles dirigent et gagnent de l’argent, n’ont de comptes à rendre à personne, ni à un père, un mari ou un fils, des hommes englués dans les horreurs des tranchées qui parfois ne reviendront pas. Perline est recrutée dans l’Entreprise Fougerolles, une riche famille de Saint-Etienne qui possède trois usines, un atelier de filature et deux de tissage. Elle est chargée du secrétariat et de la comptabilité. La jeune femme, devient bien vite incontournable et indispensable au bon fonctionnement de l’usine et le patron lui confie de plus en plus de tâches importantes. Sa mère, Clémence, qui gère seule la ferme a besoin d’aide, elle recueille à l’orphelinat deux jeunes adolescents d’une même fratrie, Lucille et Mathias. Ils vont tout de suite s’intégrer à la vie de la ferme et devenir des membres de la famille. L’auteure nous embarque dans la vie de ces femmes qui gèrent comme des hommes et parfois peut-être mieux. Perline, Clémence mais aussi Lucille sont remarquables. Perline a une force de caractère exemplaire et sait ce qu’elle veut. C’est une femme libre et indépendante qui s’assume et n’est pas prête de vivre sous la tutelle d’un homme, même si elle est très amoureuse de Géraud, un ingénieur sur le front lui aussi. Quand la guerre se termine, la France doit panser ses plaies, certains reviennent abîmés moralement, d’autres physiquement, on les nommes les gueules cassées. Chez Perline personne ne revient, son père et ses deux frères sont morts. Clémence va devoir continuer seule à la ferme, aidée par Perline qui perd son emploi chez Fougerolles, remplacée par le retour des contremaîtres. Partout où les hommes reviennent c’est le même scénario, ils reprennent leur place sans même remarquer que ce sont les femmes qui ont tout assumé, sans remerciement, sans reconnaître qu’elles ont des capacités et qu’elle devraient avoir plus de droits. C’est rageant et tellement injuste mais la machine est en marche, les femmes ont connu un peu de liberté, elles comptent bien continuer à se battre pour obtenir ce qu’elles veulent. Ce roman est superbe, suivre la vie de la famille Bonnefont avec ses joies et ses peines est un vrai bonheur, on est immergé dans la ferme mais aussi dans la couture, la cuisine, les relations avec les voisins, les villageois. On plonge également dans cette sale guerre avec ceux qui sont morts au combat, ceux qui sont rentrés et qui ne seront plus jamais pareil. C’est avant tout une histoire de femmes, des femmes qui ne lâchent rien et qui arrivent à mener leur barque malgré qu’elles soient des femmes ! Perline est remarquable, Clémence aussi, elles peuvent compter l’une sur l’autre et se soutiennent. Perline est une vraie working girl, elle navigue comme elle en a envie, elle a un sacré flair pour les affaires et se fiche pas mal de ce que peuvent penser les autres. C’est une bosseuse, elle a eu la chance de pouvoir faire des études, à cette époque c’est plutôt rare, les filles de la ferme ne vont pas à l’école elles aident leur mère aux tâches ménagères et au travaux des champs, leur avenir est tracé, se marier et élever des enfants. Dans sa vie amoureuse Perline sait aussi ce qu’elle veut et ne veut pas, son prétendant semble parfait, il est ingénieur, a beaucoup d’éducation. Ces deux là s’aiment énormément mais ont aussi des ambitions professionnelles, tout cela est-il compatible avec une vie de couple ? J’ai adoré ce livre qui nous réserve plein de surprises et des rebondissements. J’ai beaucoup aimé son héroïne Perline, sa ténacité, son courage, sa façon d’être dans son époque. Les personnages secondaires sont aussi très attachants et ont quelque chose à raconter. 828 pages qu’on ne voit absolument pas passer ! j’ai passé un agréable moment et j’ai hâte de lire le tome 2 qui est déjà dans ma PAL.
    Lire la suite
    En lire moins
  • DelphineDemort Posté le 15 Avril 2021
    Voici un petit bijou que j ai dévoré. Mon deuxième livre de Jeanne- marie Sauvage-Avit. L histoire de la vie de plusieurs femme pendant la guerre de 14 18 et après. La condition féminine de l époque j ai beaucoup appris pendant cette lecture j ai dévoré les pages jusqu'au bout. Je me suis attachée à tous ces personnages qui évoluent pour faire avancer le monde. Un grand roman historiques pour moi-même s il est romancé les faits historiques sont proches.je vous le recommande pour les passionnés! L histoire se déroule près de st Étienne et au alentour de la loire
  • Bislys Posté le 20 Novembre 2020
    En 1914, quand la guerre éclate, les femmes prennent la place des hommes dans tous les aspects de la société: dans les usines, aux, champs, dans la vie de famille… Mais quand l'armistice est signé quatre ans plus tard, ces messieurs ont bien l'intention de reprendre leur place initiale, sans faire grand cas de l'évolution et des sacrifices qu'on du endurer les femmes. Pour Perline, Clémence, Lucille et les autres, difficile de revenir à la vie d'avant. Pour elles, un nouveau combat commence, celui de la liberté et de l'émancipation. Gros gros coup de coup pour ce pavé, passionnant de bout en bout. Je m'attendais à quelques choses de léger et de gentillet et ça n'a pas (totalement) été le cas. Certains passages sont certes mignons et un peu cul-cul la praline. Mais pour l'essentiel, il est surtout question de féminisme et de droit des femmes. Ce roman mélange habilement histoire et Histoire et j'ai appris pas mal de choses sur les conflits sociaux qui ont émaillé l'après-guerre (cette période n'ayant pas ma préférence dans l'Histoire, il n'est pas très difficile de compléter mes lacunes). L'auteure offre une galerie de personnages tous plus attachants les uns que les autres avec... En 1914, quand la guerre éclate, les femmes prennent la place des hommes dans tous les aspects de la société: dans les usines, aux, champs, dans la vie de famille… Mais quand l'armistice est signé quatre ans plus tard, ces messieurs ont bien l'intention de reprendre leur place initiale, sans faire grand cas de l'évolution et des sacrifices qu'on du endurer les femmes. Pour Perline, Clémence, Lucille et les autres, difficile de revenir à la vie d'avant. Pour elles, un nouveau combat commence, celui de la liberté et de l'émancipation. Gros gros coup de coup pour ce pavé, passionnant de bout en bout. Je m'attendais à quelques choses de léger et de gentillet et ça n'a pas (totalement) été le cas. Certains passages sont certes mignons et un peu cul-cul la praline. Mais pour l'essentiel, il est surtout question de féminisme et de droit des femmes. Ce roman mélange habilement histoire et Histoire et j'ai appris pas mal de choses sur les conflits sociaux qui ont émaillé l'après-guerre (cette période n'ayant pas ma préférence dans l'Histoire, il n'est pas très difficile de compléter mes lacunes). L'auteure offre une galerie de personnages tous plus attachants les uns que les autres avec pour chacun des problématiques bien particulières. Mention spéciale à Perline dont j'ai adoré le franc-parler. Ce roman se dévore et après la fin sur laquelle nous laisse l'auteure, j'ai hâte de savoir ce qu'elle réserve à ses personnages. Ce livre est un bonheur à lire et sa suite m'attend déjà bien sagement chez mon libraire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Fanfan-Do Posté le 1 Octobre 2019
    C'est un roman historique et féministe, qui rappelle le rôle indispensable que les femmes ont tenu pendant la guerre. Les hommes partis au front, elles les ont remplacés au pied levé. Perline est LA féministe de l'histoire, celle qui n'accepte pas forcément les choses, juste parce que ça a toujours été comme ça ! Elle est un petit caillou dans la chaussure de la domination masculine. Elle est celle qui dit les choses, celle qui dénonce les injustices, celle qui appelle un chat un chat. C'est très instructif sur la condition des femmes à l'époque. Elles n'avaient aucun droits : « Quant aux filles, s'il ne rechignait pas à leur donner un minimum d'instruction, il était néanmoins persuadé que leur destin était avant tout de devenir des épouses obéissantes et de bonnes ménagères. » « Ici, comme ailleurs, les femmes recevaient des gifles. Le mari avait un peu trop arrosé la Saint-Machin, l'épouse avait laissé mourir le feu ou cassé le bol de l'arrière-grand-mère... et vlan ! la baffe tombait. » C'était il y a cent ans, c'était hier. Ça ne me semble pas si loin, mes grands-parents paternels avaient 21 et 22 ans en 1920. Mais c'est un roman qui dénonce aussi la barbarie qu'a été la première guerre : «  Partout en Champagne, en... C'est un roman historique et féministe, qui rappelle le rôle indispensable que les femmes ont tenu pendant la guerre. Les hommes partis au front, elles les ont remplacés au pied levé. Perline est LA féministe de l'histoire, celle qui n'accepte pas forcément les choses, juste parce que ça a toujours été comme ça ! Elle est un petit caillou dans la chaussure de la domination masculine. Elle est celle qui dit les choses, celle qui dénonce les injustices, celle qui appelle un chat un chat. C'est très instructif sur la condition des femmes à l'époque. Elles n'avaient aucun droits : « Quant aux filles, s'il ne rechignait pas à leur donner un minimum d'instruction, il était néanmoins persuadé que leur destin était avant tout de devenir des épouses obéissantes et de bonnes ménagères. » « Ici, comme ailleurs, les femmes recevaient des gifles. Le mari avait un peu trop arrosé la Saint-Machin, l'épouse avait laissé mourir le feu ou cassé le bol de l'arrière-grand-mère... et vlan ! la baffe tombait. » C'était il y a cent ans, c'était hier. Ça ne me semble pas si loin, mes grands-parents paternels avaient 21 et 22 ans en 1920. Mais c'est un roman qui dénonce aussi la barbarie qu'a été la première guerre : «  Partout en Champagne, en Picardie, les mêmes cimetières, les mêmes croix blanches, les mêmes allées monotones, alignements de tombes uniformes qui hurlaient dans le silence l'accablement d'une nation, la honte des hommes. » «  Il avait soudain réalisé la catastrophe humaine, la folie d'un pays capable de sacrifier une génération d'hommes en pleine force de l'âge. » C'est un roman passionnant, qui se dévore !
    Lire la suite
    En lire moins
  • MaggyM Posté le 26 Juillet 2019
    Perline, Clémence, Lucille et les autres... vont me manquer. Saint Etienne 1914, la guerre est déclarée, les hommes partent au front, les femmes sont seules pour faire bouillir la marmite. Elles plantent, cueillent, fauchent, retournent la terre, soignent le bétail, tiennent les commerces et les bistrots, fabriquent les obus, tiennent les comptabilités des usines,... Pendant 4 ans, ce sont les femmes qui porteront la France à bout de bras pendant que leurs maris, leurs fils, leurs frères tombent un à un dans l'enfer du Nord. Malgré ces années noires, un vent de liberté, d'indépendance souffle dans les campagnes. La fin de la guerre sonnera le glas de cette vie dure, mais dont elles sont maîtres. Mais les femmes sont devenues fortes, elles ne pourront plus se cantonner dans leurs cuisines... Jeanne-Marie Sauvage-Avit nous décrit ici une tranche de l'histoire, connue certes, mais du point de vue de ces femmes sans qui la France aurait sombré pendant les années noires. Avec Perline, Clémence, Lucille et les autres... nous suivons jusqu'à la fin des années 20 le destin de ces stéphanoises fortes, qui ont décidé de prendre leur vie en main, de s'émanciper du joug masculin, de vivre libre, tout simplement. Cette brique de plus de 800... Perline, Clémence, Lucille et les autres... vont me manquer. Saint Etienne 1914, la guerre est déclarée, les hommes partent au front, les femmes sont seules pour faire bouillir la marmite. Elles plantent, cueillent, fauchent, retournent la terre, soignent le bétail, tiennent les commerces et les bistrots, fabriquent les obus, tiennent les comptabilités des usines,... Pendant 4 ans, ce sont les femmes qui porteront la France à bout de bras pendant que leurs maris, leurs fils, leurs frères tombent un à un dans l'enfer du Nord. Malgré ces années noires, un vent de liberté, d'indépendance souffle dans les campagnes. La fin de la guerre sonnera le glas de cette vie dure, mais dont elles sont maîtres. Mais les femmes sont devenues fortes, elles ne pourront plus se cantonner dans leurs cuisines... Jeanne-Marie Sauvage-Avit nous décrit ici une tranche de l'histoire, connue certes, mais du point de vue de ces femmes sans qui la France aurait sombré pendant les années noires. Avec Perline, Clémence, Lucille et les autres... nous suivons jusqu'à la fin des années 20 le destin de ces stéphanoises fortes, qui ont décidé de prendre leur vie en main, de s'émanciper du joug masculin, de vivre libre, tout simplement. Cette brique de plus de 800 pages oscille constamment entre roman de terroir et roman féministe. C'est un bel hommage à ces femmes qui ont démarré la machine de l'émancipation féminine en France; ces femmes grâce auxquelles nous ne serions peut-être ce que nous sommes aujourd'hui.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.