Lisez! icon: Search engine

Perline, Clémence, Lucille et les autres

Pocket
EAN : 9782266265591
Code sériel : 16530
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 832
Format : 108 x 177 mm
Perline, Clémence, Lucille et les autres

Date de parution : 18/05/2017
En 1914, le destin des femmes est scellé par les hommes. Mais la guerre éclate. Aux champs comme à la mine, dans les transports et les administrations, les maris, fils et pères sont réquisitionnés. Alors les femmes s’organisent. Perline, Clémence, Lucille et les autres relèvent leurs manches. Pendant que les... En 1914, le destin des femmes est scellé par les hommes. Mais la guerre éclate. Aux champs comme à la mine, dans les transports et les administrations, les maris, fils et pères sont réquisitionnés. Alors les femmes s’organisent. Perline, Clémence, Lucille et les autres relèvent leurs manches. Pendant que les tragédies se déclinent à l’infini – mort, peur, attente, deuils –, elles doivent réinventer leur vie, pour elles comme pour le pays tout entier.
Pour ces héroïnes d’un nouveau genre, il faut agir, produire, récolter. L’heure de l’émancipation et de l’affranchissement du joug des hommes a sonné.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266265591
Code sériel : 16530
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 832
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Fanfan-Do Posté le 1 Octobre 2019
    C'est un roman historique et féministe, qui rappelle le rôle indispensable que les femmes ont tenu pendant la guerre. Les hommes partis au front, elles les ont remplacés au pied levé. Perline est LA féministe de l'histoire, celle qui n'accepte pas forcément les choses, juste parce que ça a toujours été comme ça ! Elle est un petit caillou dans la chaussure de la domination masculine. Elle est celle qui dit les choses, celle qui dénonce les injustices, celle qui appelle un chat un chat. C'est très instructif sur la condition des femmes à l'époque. Elles n'avaient aucun droits : « Quant aux filles, s'il ne rechignait pas à leur donner un minimum d'instruction, il était néanmoins persuadé que leur destin était avant tout de devenir des épouses obéissantes et de bonnes ménagères. » « Ici, comme ailleurs, les femmes recevaient des gifles. Le mari avait un peu trop arrosé la Saint-Machin, l'épouse avait laissé mourir le feu ou cassé le bol de l'arrière-grand-mère... et vlan ! la baffe tombait. » C'était il y a cent ans, c'était hier. Ça ne me semble pas si loin, mes grands-parents paternels avaient 21 et 22 ans en 1920. Mais c'est un roman qui dénonce aussi la barbarie qu'a été la première guerre : «  Partout en Champagne, en... C'est un roman historique et féministe, qui rappelle le rôle indispensable que les femmes ont tenu pendant la guerre. Les hommes partis au front, elles les ont remplacés au pied levé. Perline est LA féministe de l'histoire, celle qui n'accepte pas forcément les choses, juste parce que ça a toujours été comme ça ! Elle est un petit caillou dans la chaussure de la domination masculine. Elle est celle qui dit les choses, celle qui dénonce les injustices, celle qui appelle un chat un chat. C'est très instructif sur la condition des femmes à l'époque. Elles n'avaient aucun droits : « Quant aux filles, s'il ne rechignait pas à leur donner un minimum d'instruction, il était néanmoins persuadé que leur destin était avant tout de devenir des épouses obéissantes et de bonnes ménagères. » « Ici, comme ailleurs, les femmes recevaient des gifles. Le mari avait un peu trop arrosé la Saint-Machin, l'épouse avait laissé mourir le feu ou cassé le bol de l'arrière-grand-mère... et vlan ! la baffe tombait. » C'était il y a cent ans, c'était hier. Ça ne me semble pas si loin, mes grands-parents paternels avaient 21 et 22 ans en 1920. Mais c'est un roman qui dénonce aussi la barbarie qu'a été la première guerre : «  Partout en Champagne, en Picardie, les mêmes cimetières, les mêmes croix blanches, les mêmes allées monotones, alignements de tombes uniformes qui hurlaient dans le silence l'accablement d'une nation, la honte des hommes. » «  Il avait soudain réalisé la catastrophe humaine, la folie d'un pays capable de sacrifier une génération d'hommes en pleine force de l'âge. » C'est un roman passionnant, qui se dévore !
    Lire la suite
    En lire moins
  • MaggyM Posté le 26 Juillet 2019
    Perline, Clémence, Lucille et les autres... vont me manquer. Saint Etienne 1914, la guerre est déclarée, les hommes partent au front, les femmes sont seules pour faire bouillir la marmite. Elles plantent, cueillent, fauchent, retournent la terre, soignent le bétail, tiennent les commerces et les bistrots, fabriquent les obus, tiennent les comptabilités des usines,... Pendant 4 ans, ce sont les femmes qui porteront la France à bout de bras pendant que leurs maris, leurs fils, leurs frères tombent un à un dans l'enfer du Nord. Malgré ces années noires, un vent de liberté, d'indépendance souffle dans les campagnes. La fin de la guerre sonnera le glas de cette vie dure, mais dont elles sont maîtres. Mais les femmes sont devenues fortes, elles ne pourront plus se cantonner dans leurs cuisines... Jeanne-Marie Sauvage-Avit nous décrit ici une tranche de l'histoire, connue certes, mais du point de vue de ces femmes sans qui la France aurait sombré pendant les années noires. Avec Perline, Clémence, Lucille et les autres... nous suivons jusqu'à la fin des années 20 le destin de ces stéphanoises fortes, qui ont décidé de prendre leur vie en main, de s'émanciper du joug masculin, de vivre libre, tout simplement. Cette brique de plus de 800... Perline, Clémence, Lucille et les autres... vont me manquer. Saint Etienne 1914, la guerre est déclarée, les hommes partent au front, les femmes sont seules pour faire bouillir la marmite. Elles plantent, cueillent, fauchent, retournent la terre, soignent le bétail, tiennent les commerces et les bistrots, fabriquent les obus, tiennent les comptabilités des usines,... Pendant 4 ans, ce sont les femmes qui porteront la France à bout de bras pendant que leurs maris, leurs fils, leurs frères tombent un à un dans l'enfer du Nord. Malgré ces années noires, un vent de liberté, d'indépendance souffle dans les campagnes. La fin de la guerre sonnera le glas de cette vie dure, mais dont elles sont maîtres. Mais les femmes sont devenues fortes, elles ne pourront plus se cantonner dans leurs cuisines... Jeanne-Marie Sauvage-Avit nous décrit ici une tranche de l'histoire, connue certes, mais du point de vue de ces femmes sans qui la France aurait sombré pendant les années noires. Avec Perline, Clémence, Lucille et les autres... nous suivons jusqu'à la fin des années 20 le destin de ces stéphanoises fortes, qui ont décidé de prendre leur vie en main, de s'émanciper du joug masculin, de vivre libre, tout simplement. Cette brique de plus de 800 pages oscille constamment entre roman de terroir et roman féministe. C'est un bel hommage à ces femmes qui ont démarré la machine de l'émancipation féminine en France; ces femmes grâce auxquelles nous ne serions peut-être ce que nous sommes aujourd'hui.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lilo0606160616 Posté le 25 Août 2018
    Que dire de ce roman à part qu'il est tout simplement parfait. Reçu dans le cadre d'une commande box livresque chez Le Ptit Colli, j'avais été intriguée à la réception et impatiente de le lire. J'ai mis quelques temps à me lancer, attendant le bon moment pour entamer cette lecture passionnante et historique. Petit topo sur l'histoire : Le récit débute en Juin 1914 , aux prémices de la Première Guerre mondiale, dans un petit village situé à Saint-Etienne. Clémence est mère de trois enfants : Perline, Celse et Antonin. Son mari, Jean-Martin, travaille dur aux champs et comme beaucoup d'hommes à cette époque , considère que la place de la femme se situe à la maison. Il n'a d'ailleurs jamais vu d'un très bon œil que sa sœur Marthe entre dans les ordres, y voyant un gâchis et comme une sorte d'affront aux us et coutumes. Pour les hommes, inutile que la femme soit instruite ou indépendante, son unique rôle est de prendre soin du foyer et de mettre la main à la pâte. Cependant lorsque la guerre éclate, la majorité des hommes est réquisitionné et qui mieux que les femmes pour faire tourner la maisonnée et reprendre les travaux... Que dire de ce roman à part qu'il est tout simplement parfait. Reçu dans le cadre d'une commande box livresque chez Le Ptit Colli, j'avais été intriguée à la réception et impatiente de le lire. J'ai mis quelques temps à me lancer, attendant le bon moment pour entamer cette lecture passionnante et historique. Petit topo sur l'histoire : Le récit débute en Juin 1914 , aux prémices de la Première Guerre mondiale, dans un petit village situé à Saint-Etienne. Clémence est mère de trois enfants : Perline, Celse et Antonin. Son mari, Jean-Martin, travaille dur aux champs et comme beaucoup d'hommes à cette époque , considère que la place de la femme se situe à la maison. Il n'a d'ailleurs jamais vu d'un très bon œil que sa sœur Marthe entre dans les ordres, y voyant un gâchis et comme une sorte d'affront aux us et coutumes. Pour les hommes, inutile que la femme soit instruite ou indépendante, son unique rôle est de prendre soin du foyer et de mettre la main à la pâte. Cependant lorsque la guerre éclate, la majorité des hommes est réquisitionné et qui mieux que les femmes pour faire tourner la maisonnée et reprendre les travaux entamés par les mari (ou les frères) ? C'est ainsi que Clémence et les autres femmes du villages retroussent leur manches et montrent de quoi elles sont capables. Perline, perspicace et instruite, devient secrétaire au sein d'une grande usine de textile et va se découvrir des talents insoupçonnés. Elle va également développer un combat pour que les femmes puissent atteindre la liberté et sortir la tête de l'eau des idées préconçues instaurées depuis des lustres. On découvre leur émancipation, leur rôle dans les usines de fabrication d'armements, le travail acharné qu'elles ont fourni pour remplacer ceux partis au front. Le front justement parlons-en. On découvre la peur, la cruauté, le destin tragique de tout ces hommes à qui ont impose la mort, à qui on impose l'injustice au nom de quoi ? De monarques qui restent sur "le balcon" à regarder des millions d'êtres humains se faire assassiner et revenir amputés, défigurés, en laissant des familles endeuillées. Il y a aussi Mathias et Lucille, deux orphelins qui découvrent le sens du mot famille grâce à la guerre, qui découvre l'amour et la liberté. Des situations paradoxales, une histoire qui nous montre l'avant, le pendant et l'après-guerre avec justesse et fluidité, une histoire qui nous montre ce que la guerre à apporter de bon comme de mauvais. La plume de l'auteur est très fluide. Bien que composé de plus de 800 pages, le roman se lit d'une traite. Professeur d'histoire à l'origine, on ressent les talents de narration de Jeanne-Marie Sauvage-Avit, son implication dans l'écriture et son souci de rapporter au plus juste des faits réels à une histoire romancée font toute la force de ce livre. Ces personnages sont d'une volonté, d'un courage, d'une sincérité telle, qu'on s'y attache très rapidement. Ce qui est intéressant également c'est que l'on perçoit nettement l'évolution de la société, les combats engagés que se soient par les femmes ou les ouvriers qui ont commencé après-guerre à vouloir faire valoir leurs droits au repos, leurs droits aux journées de 8h, leurs droits tout simplement au respect. J'ai appris de nombreuses choses grâce à "Perline, Clémence, Lucille et les autres". On prend l'ampleur de cette époque au travers des évolutions sociales, de l'émancipation des femmes, de la mode qui s'impose, le regard porté sur les gueules-cassés, l'enfermement des rescapés de la guerre et j'en passe. En conclusion, c'est un roman riche de par son histoire, de par ses personnages et de par sa réalité historique. Je le conseille vivement pour ceux et celles qui recherchent à s'instruire tout en passant un agréable moment. Un réel coup de coeur !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Jaklek Posté le 9 Juillet 2018
    Un roman dédié à la cause des femmes de la Grande Guerre, à leur mutation sociale, lente, difficile mais réelle. Bien sûre, la figure de Perrine est très idéalisée, mais les conditions de vie, les strates sociales, la pression de la religion y sont objectivement exposées, sur fond de drames familiaux causés par la perte de jeunes hommes qui sont allés se battre contre un ennemi qu'ils n'avaient pas choisi. Une belle étude aussi de l'émancipation de la femme, pas sans revers, mais optimiste quand même. J'ai beaucoup apprécié cette écriture simple mais nette et précise, ce thème bien documenté, dont finalement on a peu parlé : l'acquisition de la liberté par des femmes qui se sont retrouvées seules à cause de ce conflit meurtrier de 14-18, et qui ont ouvert la porte aux futures générations.
  • Corail54 Posté le 30 Mars 2018
    Un roman poignant! Sur fond de 1ère Guerre Mondiale, alors que toute une génération d'hommes partent au front, les femmes, qu'elles soient paysannes, ouvrières, bourgeoises ou prolétaires prennent le destin du pays en main et font marcher l'économie nationale! Mais une fois le retour des hommes, pour ceux qui en sont revenus, blessés et meurtris au plus profond de leur corps et de leur âme, ces mêmes femmes sont reléguées au second plan. Pour la plupart d'entre elles, aucun remerciement, retour à la case mère au foyer dépendante entièrement de l'homme de la famille. Je ne suis pas pro-féminine mais cette lecture donne à voir le combat qu'ont dû mener nos grands-mères pour pouvoir simplement être libres de leurs choix : avoir le droit de travailler, décider d'enfanter, s'habiller selon ses goûts... des combats dont nos générations actuelles ne se rendent même pas compte et pourtant... Au-delà de combat féministe, la Guerre évidemment, cette grande guerre qui a détruit des milliers de vie. Une belle écriture pour parler d'un moment d'histoire, des moments d'histoires puisque derrière ces 2 combats, le 3ème en fin de livre sur les révoltes et grèves ouvrières des années 20...
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.