Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266273008
Code sériel : 16855
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 176
Format : 108 x 177 mm

Police

Date de parution : 07/09/2017
« Ferme les yeux et pense à la France. » C’est une blague qu’on se lance, entre flics, quand il faut faire le sale boulot. Déjà épuisés par la routine des violences, trois gardiens de la paix se voient confier une mission inhabituelle. Une reconduite à la frontière. À Roissy.... « Ferme les yeux et pense à la France. » C’est une blague qu’on se lance, entre flics, quand il faut faire le sale boulot. Déjà épuisés par la routine des violences, trois gardiens de la paix se voient confier une mission inhabituelle. Une reconduite à la frontière. À Roissy. De là, le réfugié tadjik qu’ils escortent s’envolera pour une mort certaine.
Dans le huis clos de la voiture sérigraphiée : quatre corps, quatre consciences, quatre tragédies personnelles. Suffit-il vraiment d’ouvrir les yeux pour changer le monde ?

« Un roman bouleversant. » Bernard Poirette – RTL
 
« POLICE ne dénonce pas, n’impose rien, mais se place à hauteur de ces hommes et de cette femme qui s’agrippent comme ils peuvent au quotidien pour tenir et avancer. » Christine Ferniot – L’Express

Cet ouvrage a reçu le prix Eugène Dabit du roman populiste et le Prix des Lycéens et Apprentis de la région PACA
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266273008
Code sériel : 16855
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 176
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Ce récit dense, sobre, nerveux, magnifiquement écrt, nous plonge dans deux mondes qui font l'actualité depuis des semaines : la police et les réfugiés. » Alexandra Schwatzbrod – Libération
« Un roman bouleversant qui fera changer d'avis sur la police française. » Bernard Poirette – RTL
« Un excellent texte, plein d’empathie, de réalisme. » Marc Fernandez - LCI
« Ce récit dense, sobre, nerveux, magnifiquement écrt, nous plonge dans deux mondes qui font l'actualité depuis deux semaines : la police et les réfugiés. » Alexandra Schwatzbrod – Libération

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • une_grande_lectriceee Posté le 11 Novembre 2020
    Dans cet ouvrage, Hugo Boris nous plonge dans le quotidien des gardiens de la paix. Trois flics. Trois vies. Trois histoires. Une auto. Un huit-clos. Une escorte. Un réfugié tadjik. La mort guette... Que faire ? Le reconduire ? Enfreindre les ordres ? Et nous, qu'aurions-nous fait à leur place ? Un roman puissant, percutant. Un récit réaliste. Émotionnellement bouleversant. Un roman NÉCESSAIRE à l'heure où l'humanité des forces de l'ordre est (trop) souvent dénigrée. Chacun(e) a ses failles, ses problèmes personnels. Il ne faut pas oublier que derrière l'uniforme, se cache un homme, une femme, un être humain à part entière. Je trouve ça tellement injuste de généraliser et de tou(te)s les mettre dans le même panier...
  • BlackIsTheNewLiterature Posté le 11 Novembre 2020
    Qu'on ne se méprenne pas : malgré son titre, Police n'est pas un roman policier. C'est bel et bien un roman qui parle de la police, mais pas des sempiternelles et prestigieuses brigades criminelles qui n'accomplissent de miracles aussi rapides que dans les fictions ; la police du quotidien. Celle qui met les mains dans le cambouis. Celle qui supporte d'être envoyée au casse-pipe, plus souvent par résignation ou vocation que par patriotisme. Celle qui marche dans les rangs, se tait, subit avant, ou non, d'imploser. Moins glamour, j'en conviens... Police raconte une nuit parmi ces chevaliers déchus de leurs idéaux au travers de l'histoire de trois gardiens de la paix, Virginie, Erik et Aristide, chargés d'escorter un réfugié à l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle tout en sachant qu'il sera voué à une mort certaine une fois qu'il sera arrivé dans son pays. Evidemment, tout ne se passe pas exactement comme prévu, la morale se confrontant au devoir... Ici, divorce marqué avec le polar oblige, point de rythme effréné ni de grands méchants qui se feraient courser par de grands gentils : l'auteur fait la part belle à la psychologie pour nous faire ressentir la décrépitude des personnages au plus près. Et ça fonctionne :... Qu'on ne se méprenne pas : malgré son titre, Police n'est pas un roman policier. C'est bel et bien un roman qui parle de la police, mais pas des sempiternelles et prestigieuses brigades criminelles qui n'accomplissent de miracles aussi rapides que dans les fictions ; la police du quotidien. Celle qui met les mains dans le cambouis. Celle qui supporte d'être envoyée au casse-pipe, plus souvent par résignation ou vocation que par patriotisme. Celle qui marche dans les rangs, se tait, subit avant, ou non, d'imploser. Moins glamour, j'en conviens... Police raconte une nuit parmi ces chevaliers déchus de leurs idéaux au travers de l'histoire de trois gardiens de la paix, Virginie, Erik et Aristide, chargés d'escorter un réfugié à l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle tout en sachant qu'il sera voué à une mort certaine une fois qu'il sera arrivé dans son pays. Evidemment, tout ne se passe pas exactement comme prévu, la morale se confrontant au devoir... Ici, divorce marqué avec le polar oblige, point de rythme effréné ni de grands méchants qui se feraient courser par de grands gentils : l'auteur fait la part belle à la psychologie pour nous faire ressentir la décrépitude des personnages au plus près. Et ça fonctionne : on termine cette lecture avec un goût rance, acide, de pourriture du monde dans la bouche. Le plus surprenant - et le plus plaisant - dans ce roman qui se veut populaire est la qualité de l'écriture, rare et d'ailleurs bien supérieure à celle qu'on retrouve dans les polars classiques : un style littéraire mais pas pompeux, un assortiment de vocabulaire et une mélodie des mots incroyables, une kyrielle de métaphores modernes... Une courte mais intense chute vers les abîmes du désespoir, sans tricherie et dans une langue dont on se délecte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • luparahlam Posté le 5 Novembre 2020
    Intense et dense !!! 3 flics doivent raccompagner à l'aéroport Charles de Gaulle, Asomidin Tohirov, réfugié tadjik qui a fuit son pays. C'est un sale boulot mais il faut le faire sans empathie, sans connaître les détails et l'histoire de celui qu'on raccompagne vers une mort certaine. Parce que c'est comme ça. Parce que c'est la loi. Mais voilà... Virginie a ouvert l'enveloppe qui contient la vie d'Asomidin. Ces 3 flics, sur le trajet, vont tout remettre en question. Leurs vies, leurs sentiments, leurs jugements. Il y a dans ce récit des passages absolument bouleversants d'humanité et de réalisme !!
  • Laparenthesedeceline Posté le 27 Juillet 2020
    Doit-on le classer dans les polars du fait de son titre et de ses trois principaux personnages, membres de la Police Nationale ? Je n’en suis pas certaine. Il s’agit presque d’un huis clos qui se déroule dans un temps extrêmement court. Une nuit. Il n’est pas réellement question d’intrigue ou d’enquête. Il est question de relations humaines, de vies sur le point de basculer, d’une prise de conscience à la fois individuelle et collective que l’autre existe, a droit à une seconde chance, mérite de vivre dignement. Il est question de force et courage, de dépassement de soi, de solidarité, de sentiments puissants mais aussi de doutes, d’erreurs et de découragement parfois. Les âmes sont complètement mises à nu avec sincérité, objectivité et pudeur. J’ai particulièrement aimé que l’auteur traite ces points de basculement qui peuvent bouleverser une vie. Ces moments clé qu’il faut savoir interpréter puis saisir. Ceux qui transforment un être humain. Ce sujet de précision et d’instantanéité m’a toujours passionnée. Hugo Boris a écrit là un roman puissant et sensible, d’une grande humanité. Celle qu’on retrouve dans chacun de ses livres. À son image.
  • Alapagedeslivres Posté le 26 Juillet 2020
    Le site BABELIO présente 5 livres adaptés au cinéma cet été. Parmi eux, j’ai été attirée par POLICE de Hugo Boris. Aussitôt acheté, aussitôt lu, quelques heures m’ont suffi pour en venir à bout. Quelle émotion ! Le premier chapitre… que dis-je ?… les premières lignes me plongent dans la dure réalité de vie d’un flic, et pour le coup, le fonctionnaire est une femme. Tenue non adaptée, équipement lourd, épuisement physique et moral, existence chamboulée par un rythme difficile. J’ai déjà entendu ces observations et ses conditions de travail parfois insupportables. Ce que ce roman relate n’est pas que de la fiction. J’ai voulu saisir l’essence même de l’écriture et de la plume de l’écrivain avant d’aller jouer la curieuse au cinéma. La bande annonce m’a tout de suite séduite même si à cet instant, je suis bien perplexe sur cette fameuse adaptation. Comment retranscrire tous ces ressentis qui n’appartiennent qu’à ces trois gardiens de la paix et à ce refugié raccompagné aux portes de la France ? Un détenu quasi muet, battu, torturé, amorphe et perdu dans les méandres des différentes justices des hommes ? Dans les mots et phrases de Hugo Boris, le narrateur est omniscient, il connaît... Le site BABELIO présente 5 livres adaptés au cinéma cet été. Parmi eux, j’ai été attirée par POLICE de Hugo Boris. Aussitôt acheté, aussitôt lu, quelques heures m’ont suffi pour en venir à bout. Quelle émotion ! Le premier chapitre… que dis-je ?… les premières lignes me plongent dans la dure réalité de vie d’un flic, et pour le coup, le fonctionnaire est une femme. Tenue non adaptée, équipement lourd, épuisement physique et moral, existence chamboulée par un rythme difficile. J’ai déjà entendu ces observations et ses conditions de travail parfois insupportables. Ce que ce roman relate n’est pas que de la fiction. J’ai voulu saisir l’essence même de l’écriture et de la plume de l’écrivain avant d’aller jouer la curieuse au cinéma. La bande annonce m’a tout de suite séduite même si à cet instant, je suis bien perplexe sur cette fameuse adaptation. Comment retranscrire tous ces ressentis qui n’appartiennent qu’à ces trois gardiens de la paix et à ce refugié raccompagné aux portes de la France ? Un détenu quasi muet, battu, torturé, amorphe et perdu dans les méandres des différentes justices des hommes ? Dans les mots et phrases de Hugo Boris, le narrateur est omniscient, il connaît tout de leur passé, de leur présent… Hugo Boris nous narre cette aventure de quelques heures avec réalisme, bondissant d’un protagoniste à l’autre. Le texte se déroule avec une fluidité presque carnassière : j’ai eu envie d’aller plus vite et plus loin avec ces trois représentants de la loi. Leur courage était le mien, leur indécision, dévorante et cruelle, leur choix, un désir orienté vers la Justice, la vraie, la juste, sans doutes. Le choix, une alternative compliquée. Il y a les idéaux et la réalité. Il existe les promesses d’une vie meilleure et le choc de toutes les problématiques qui convergent au même moment. Avoir un enfant ou pas ? Aimer ou combattre ? S’effondrer ou résister ? Protéger ou se protéger ? Dire ou mentir ? Accompagner ou libérer ? Je passe toutes les difficultés sociales, politiques, culturelles ou religieuses, liées aux convictions qui ne sont pas abordées dans cette histoire. Ce roman est un coup d’éclat, une aventure magnifique qui pose des questions, qui révolte, qui interroge… véritable dilemme humain. Magistrale et immanquable. Il me reste à visionner l’adaptation cinématographique. Je recommande ce livre.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.