Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266273008
Code sériel : 16855
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 176
Format : 108 x 177 mm

Police

Date de parution : 07/09/2017
« Ferme les yeux et pense à la France. » C’est une blague qu’on se lance, entre flics, quand il faut faire le sale boulot. Déjà épuisés par la routine des violences, trois gardiens de la paix se voient confier une mission inhabituelle. Une reconduite à la frontière. À Roissy.... « Ferme les yeux et pense à la France. » C’est une blague qu’on se lance, entre flics, quand il faut faire le sale boulot. Déjà épuisés par la routine des violences, trois gardiens de la paix se voient confier une mission inhabituelle. Une reconduite à la frontière. À Roissy. De là, le réfugié tadjik qu’ils escortent s’envolera pour une mort certaine.
Dans le huis clos de la voiture sérigraphiée : quatre corps, quatre consciences, quatre tragédies personnelles. Suffit-il vraiment d’ouvrir les yeux pour changer le monde ?

« Un roman bouleversant. » Bernard Poirette – RTL
 
« POLICE ne dénonce pas, n’impose rien, mais se place à hauteur de ces hommes et de cette femme qui s’agrippent comme ils peuvent au quotidien pour tenir et avancer. » Christine Ferniot – L’Express

Cet ouvrage a reçu le prix Eugène Dabit du roman populiste et le Prix des Lycéens et Apprentis de la région PACA
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266273008
Code sériel : 16855
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 176
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Ce récit dense, sobre, nerveux, magnifiquement écrt, nous plonge dans deux mondes qui font l'actualité depuis des semaines : la police et les réfugiés. » Alexandra Schwatzbrod – Libération
« Un roman bouleversant qui fera changer d'avis sur la police française. » Bernard Poirette – RTL
« Un excellent texte, plein d’empathie, de réalisme. » Marc Fernandez - LCI
« Ce récit dense, sobre, nerveux, magnifiquement écrt, nous plonge dans deux mondes qui font l'actualité depuis deux semaines : la police et les réfugiés. » Alexandra Schwatzbrod – Libération

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Wyoming Posté le 28 Novembre 2019
    A la dernière page d'un livre d'Olivier Norek, celui-ci lance un "Message subliminal : lisez Police de Hugo Boris!" J'ai suivi son conseil et enchaîné cette lecture immédiatement. Avec un très grand plaisir. Car, sur le thème de la reconduite d'un migrant, clandestin, retenu, homme, désabusé, résigné, Hugo Boris rédige un court roman débordant de qualités. D'abord, un style, une capacité à alterner de courtes phrases avec de très longues, magnifiquement structurées. La dernière, à la toute fin du livre, remplit quasiment toute la page, synthétisant tous les affres et sentiments de l'héroïne. Des dialogues percutants, très réalistes, avec humour, colère, tendresse ou désespoir qui mettent le lecteur au coeur de ce mini road-movie en un huis clos pathétique pour chacun de ses acteurs. Ensuite, il construit, à partir d'une histoire banale de reconduite vers son pays d'un retenu, un drame vécu par chacun des quatre participants dont les convictions vont être ébranlées au point de les lancer dans une action, peut-être invraisemblable, qui les conduit vers un dénouement capable de les transformer. Un titre également choisi et présenté comme il se doit, à lire dans un miroir, car c'est dans celui de cette police superbement incarnés par les trois flics que vont se... A la dernière page d'un livre d'Olivier Norek, celui-ci lance un "Message subliminal : lisez Police de Hugo Boris!" J'ai suivi son conseil et enchaîné cette lecture immédiatement. Avec un très grand plaisir. Car, sur le thème de la reconduite d'un migrant, clandestin, retenu, homme, désabusé, résigné, Hugo Boris rédige un court roman débordant de qualités. D'abord, un style, une capacité à alterner de courtes phrases avec de très longues, magnifiquement structurées. La dernière, à la toute fin du livre, remplit quasiment toute la page, synthétisant tous les affres et sentiments de l'héroïne. Des dialogues percutants, très réalistes, avec humour, colère, tendresse ou désespoir qui mettent le lecteur au coeur de ce mini road-movie en un huis clos pathétique pour chacun de ses acteurs. Ensuite, il construit, à partir d'une histoire banale de reconduite vers son pays d'un retenu, un drame vécu par chacun des quatre participants dont les convictions vont être ébranlées au point de les lancer dans une action, peut-être invraisemblable, qui les conduit vers un dénouement capable de les transformer. Un titre également choisi et présenté comme il se doit, à lire dans un miroir, car c'est dans celui de cette police superbement incarnés par les trois flics que vont se refléter tous leurs visages, expressions, détresses, amours, certitudes fracassées. Alors, suivez le conseil de Norek : "lisez Police!"
    Lire la suite
    En lire moins
  • sylire Posté le 13 Octobre 2019
    Je fais partie des personnes qui ne comprennent pas que l'on s'attaque aux policiers (comment ferait-on sans eux ?). Comme partout, on trouve dans la police des personnes qui ne rendent pas honneur à leur corporation mais c'est tellement injuste de généraliser, quand on sait à quel point ces hommes et femmes exercent un métier difficile et dangereux. Des états d'âmes ils en ont, comme nous tous, même si, parfois, ils doivent mettre leur mouchoir dessus pour pouvoir dormir la nuit. Les trois gardiens de la paix que nous suivons, l'espace de cette lecture, vont nous démontrer qu'ils ne sont pas dénués de conscience. Pour tenter de sauver un réfugié clandestin, ils vont mettre en péril leur carrière. Leur mission, inhabituelle, consiste à accompagner un réfugié à l'aéroport en vue d'une d'expulsion. Le transfert se fait de nuit. Virginie, la seule femme du trio est fragilisée par un événement personnel. C'est probablement la raison pour laquelle elle s'intéresse, plus que ne l'exige sa mission, au sort du clandestin. Les deux autres ne la comprennent pas dans un premier temps, puis, contre toute attente, acceptent de suivre leur collègue féminine pour tenter de sauver l'homme d'une destinée injuste. "Mais ce soir c'est... Je fais partie des personnes qui ne comprennent pas que l'on s'attaque aux policiers (comment ferait-on sans eux ?). Comme partout, on trouve dans la police des personnes qui ne rendent pas honneur à leur corporation mais c'est tellement injuste de généraliser, quand on sait à quel point ces hommes et femmes exercent un métier difficile et dangereux. Des états d'âmes ils en ont, comme nous tous, même si, parfois, ils doivent mettre leur mouchoir dessus pour pouvoir dormir la nuit. Les trois gardiens de la paix que nous suivons, l'espace de cette lecture, vont nous démontrer qu'ils ne sont pas dénués de conscience. Pour tenter de sauver un réfugié clandestin, ils vont mettre en péril leur carrière. Leur mission, inhabituelle, consiste à accompagner un réfugié à l'aéroport en vue d'une d'expulsion. Le transfert se fait de nuit. Virginie, la seule femme du trio est fragilisée par un événement personnel. C'est probablement la raison pour laquelle elle s'intéresse, plus que ne l'exige sa mission, au sort du clandestin. Les deux autres ne la comprennent pas dans un premier temps, puis, contre toute attente, acceptent de suivre leur collègue féminine pour tenter de sauver l'homme d'une destinée injuste. "Mais ce soir c'est trop pour elle. Cette nuit, dans ce véhicule à hauteur de Nogent-sur-Marne, la situation n'est pas franche. La mort s'est assise entre eux dans cette voiture". J'ai aimé passer cette nuit aux côtés des policiers et partager une tranche de leur vie professionnelle. C'est un métier que je n'aurais pas aimé faire, qui ne me correspond pas. Quelle chance de pouvoir vivre l'espace de quelques heures, d'autres vies que la mienne grâce à la littérature ! Cette nuit avec eux, on ne l'a voit pas passer. Le rythme est soutenu, les dialogues nerveux. La tension est palpable même si parfois, l'humour est au rendez-vous. La version audio, qui ne dure que 3 h 30, n'offre pas de difficultés. C'est un bon choix pour ceux qui ne sont pas coutumiers de la lecture audio. A lire ou à écouter, vous avez le choix.
    Lire la suite
    En lire moins
  • nanashi Posté le 7 Juillet 2019
    Je ne sais pas trop quoi penser de ce roman. D'un côté, j'ai trouvé émouvant et intéressant de lire l'envers du décor du métier de policier. Les détails sur ce qu'ils doivent endurer que ça soit durant leurs interventions ou au sein de leurs familles. De voir l'Homme qui se cache derrière l'uniforme avec ses doutes, ses scrupules, sa culpabilité, ses travers etc. De l'autre, des personnages pauvres et une base quelconque pour dénoncer de tels sujets. Même si le contraste est sûrement voulu par l'auteur, je ne peux m'empêcher de penser "tout ça pour ca". Alors voilà, ce fut une bonne lecture, enrichissante; mais est-ce que ce livre fera partie de ceux à lire et relire, je ne sais pas...
  • Vermicelia Posté le 17 Mars 2019
    Police de Hugo Boris est une lecture sympathique mais un peu plate…je n’ai pas ressenti de grande tension pour un prétendu huis-clos et le sujet bien qu’intéressant est traité trop superficiellement selon moi. Trop de choses m’ont manqué dans cette lecture. Le résumé était pourtant prometteur … 3 policiers dans une voiture aux côtés d’une clandestin à reconduire à la frontière pour le renvoyer dans son pays qu’il a quitté pour s’offrir une vie meilleur dans notre beau pays. Je m’attendais à quelque chose de plus abouti, de plus fouillé sur la question de la clandestinité, du combat intérieur des policiers entre la nécessité d’accomplir leur mission et la confrontation avec la réalité de ce que vivent les étrangers chez eux et qui les pousse à partir. Mais finalement cette lecture s’est révélée bien trop linéaire, trop lisse, pas assez oppressante et même si la fin est plus porteuse d’action et donne certains éclairages c’est arrivé trop tardivement pour changer mon appréciation. Ce qui m’a vraiment gênée c’est le point de départ, ce qui déclenche tout, comment Virginie, rien qu’en lisant le dossier du clandestin et ce qu’il avait déclaré, décide d’un coup de l’aider. J’ai trouvé que c’était trop rapide, trop survolé... Police de Hugo Boris est une lecture sympathique mais un peu plate…je n’ai pas ressenti de grande tension pour un prétendu huis-clos et le sujet bien qu’intéressant est traité trop superficiellement selon moi. Trop de choses m’ont manqué dans cette lecture. Le résumé était pourtant prometteur … 3 policiers dans une voiture aux côtés d’une clandestin à reconduire à la frontière pour le renvoyer dans son pays qu’il a quitté pour s’offrir une vie meilleur dans notre beau pays. Je m’attendais à quelque chose de plus abouti, de plus fouillé sur la question de la clandestinité, du combat intérieur des policiers entre la nécessité d’accomplir leur mission et la confrontation avec la réalité de ce que vivent les étrangers chez eux et qui les pousse à partir. Mais finalement cette lecture s’est révélée bien trop linéaire, trop lisse, pas assez oppressante et même si la fin est plus porteuse d’action et donne certains éclairages c’est arrivé trop tardivement pour changer mon appréciation. Ce qui m’a vraiment gênée c’est le point de départ, ce qui déclenche tout, comment Virginie, rien qu’en lisant le dossier du clandestin et ce qu’il avait déclaré, décide d’un coup de l’aider. J’ai trouvé que c’était trop rapide, trop survolé sans qu’on sache vraiment ce qui suscite chez la policière cette envie de mettre en jeu sa carrière pour cet homme précisément. Ca se lit vite, ca donne une vision asse réaliste me semble-t-il de la manière dont les reconduites à la frontière se passent et les pistes éventuelles pour les empêcher mais ca ne l’a pas fait avec moi en terme de suspense, de tension et surtout d’émotions. Aucun des personnages, qu’ils soient policier ou clandestin, n’a su me toucher et je suis restée complètement hors de cette lecture que j’ai lue comme on lit un reportage. Je n’ai rien ressenti, je ne me suis pas immergée dans ce qui se déroulait sous mes yeux et mon sentiment final a été de mes dire : OK bon et alors ?!! Une lecture rapide qui n’a pas su m’emporter, dommage !
    Lire la suite
    En lire moins
  • philteys Posté le 13 Février 2019
    J'ai beaucoup aimé ce roman "policier" qui met en scène 3 flics et un migrant qu'on raccompagne à l'avion. Il ne s'agit que de quelques heures de la vie de ces personnages mais elle est emblématique : ces policiers-là ont une vie privée qui empiète sur leur travail (ou plutôt est-ce l'inverse ! ils ne savent plus), ils ont des doutes sur leur mission, sur leurs partenaires... Et tout ça est mené tambour battant, condensé sur quelques heures. Le tout est très bien écrit et nous maintient sous tension du début à la fin.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.