Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266312431
Code sériel : 18078
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 368
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

Pour seul refuge

Date de parution : 15/10/2020
La plus terrible des prisons est celle qui n'a pas de murs.

De la neige à perte de vue, une ourse affamée, pas une habitation à des kilomètres à la ronde. Seuls, perdus dans les immensités sauvages du Montana, à plus de deux mille mètres d'altitude, deux hommes se font face...
La plus terrible des prisons est celle qui n'a pas de murs.

De la neige à perte de vue, une ourse affamée, pas une habitation à des kilomètres à la ronde. Seuls, perdus dans les immensités sauvages du Montana, à plus de deux mille mètres d'altitude, deux hommes se font face : un jeune Indien, accusé de viol avec tortures, et le juge qui l'a condamné. Chacun possède la moitié des informations qui pourraient les sauver. Ensemble, ils s'entretueront. Séparés, ils mourront.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266312431
Code sériel : 18078
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 368
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Avec ce premier roman, Vincent Ortis livre un thriller original et bien ficelé. La péroraison, souvent complexe voire bâclée dans les romans policiers, est éclatante. L’auteur parvient même à glisser une leçon de sagesse. On ne ressortira pas indemne de cette lecture... », Alice Develey
Le Figaro
« Voilà un thriller à la plume vivante et à la galerie de personnages qui a du caractère. Les protagonistes sont le sel de cette bonne intrigue, avec des tempéraments marqués, loin de l’oppresseur caricatural et de banales victimes expiatoires. La tension est constante, le rythme soutenu sans pour autant que l’auteur ne tombe dans les clichés. Les surprises sont légion, mais en aucun cas artificiellement cadencées. Elles servent l’intrigue et à développent une vraie ambiance. Pour seul refuge est donc un thriller "à l’américaine" solide, prenant, avec une galerie de personnages forts en gueule. Les ingrédients sont classiques et la thématique en toile de fond vieille comme le monde, et pourtant le roman tire plutôt bien son épingle du jeu. Et la fin fait réfléchir. »,  Yvan Fauth
Gruznamur

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lespagesdesam Posté le 21 Septembre 2020
    Pour seul refuge est un roman jubilatoire, qui balade le lecteur au gré des rebondissements et l’emprisonne de la même manière dans sa toile de faux-semblants. Le huis-clos qui ouvre cette intrigue fait froid dans le dos mais la suite est encore plus glaçante. Les évènements s’enchaînent à une vitesse et une intensité telles qu’il est difficile de lâcher le livre pour aller faire autre chose. Pour seul refuge est un polar idéal pour l’hiver. Bien au chaud dans votre canapé, vous en apprécierez davantage l’atmosphère glaciale. Les péripéties font foison et chaque élément du puzzle imaginé par Vincent Ortis vaut son pesant de cacahuètes. Même si l’intrigue n’est pas toujours crédible c’est un roman absolument jubilatoire !
  • JML38 Posté le 14 Septembre 2020
    Un homme en panne de voiture dans le Montana, région sauvage s'il en est lorsque les bourrasques de neige se déchaînent, est secouru par un bon samaritain qui lui propose de l'héberger. Dans une première partie l'auteur met en place un climat particulièrement anxiogène. La bonne action se transformant peu à peu en un huis clos dont ni le pauvre homme secouru ni le lecteur ne comprennent les tenants et aboutissants. Le bienfaiteur se révèle être un colosse taiseux, à la violence pas toujours maîtrisée, qui maintient une ambiance pesante. le lecteur reste sous tension, dans l'attente d'une détérioration de la situation qui semble aussi inéluctable qu'imprévisible. J'ai bien aimé cette partie résolument tournée vers le thriller psychologique. Dans la suite, ce sont les grands espaces qui sont à l'honneur, devenant le cadre d'un récit où l'action prend une place plus importante, tout en conservant une tension dramatique qui a simplement changé de forme. Les deux parties sont plutôt intéressantes, chacune développant un pan d'une histoire dont l'explication est maintenue cachée suffisamment longtemps par Vincent Ortis, qui sème cependant quelques éléments susceptibles d'orienter le lecteur. En revanche, c'est justement l'origine de l'histoire, le pourquoi du comment, qui m'a laissé quelque... Un homme en panne de voiture dans le Montana, région sauvage s'il en est lorsque les bourrasques de neige se déchaînent, est secouru par un bon samaritain qui lui propose de l'héberger. Dans une première partie l'auteur met en place un climat particulièrement anxiogène. La bonne action se transformant peu à peu en un huis clos dont ni le pauvre homme secouru ni le lecteur ne comprennent les tenants et aboutissants. Le bienfaiteur se révèle être un colosse taiseux, à la violence pas toujours maîtrisée, qui maintient une ambiance pesante. le lecteur reste sous tension, dans l'attente d'une détérioration de la situation qui semble aussi inéluctable qu'imprévisible. J'ai bien aimé cette partie résolument tournée vers le thriller psychologique. Dans la suite, ce sont les grands espaces qui sont à l'honneur, devenant le cadre d'un récit où l'action prend une place plus importante, tout en conservant une tension dramatique qui a simplement changé de forme. Les deux parties sont plutôt intéressantes, chacune développant un pan d'une histoire dont l'explication est maintenue cachée suffisamment longtemps par Vincent Ortis, qui sème cependant quelques éléments susceptibles d'orienter le lecteur. En revanche, c'est justement l'origine de l'histoire, le pourquoi du comment, qui m'a laissé quelque peu perplexe. Je dois avouer ne pas avoir totalement adhéré à cette intrigue particulièrement alambiquée, qui trouve ses sources au tréfonds d'esprits perturbés, ni avoir été vraiment convaincu par le dénouement final et l'ultime twist des dernières lignes.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Missnefer13500 Posté le 30 Avril 2020
    Une fois de plus, ma binôme m'a donné envie de la suivre sur polar suspens pour changer, tentée par le résumé accrocheur. Pour autant en début de lecture, je me suis demandé quel lien pouvait-il y avoir entre cette 4e de couverture et le récit. À priori, aucune, jusqu'à ce que plusieurs éléments se mettent en place et que le tout devienne insidieusement addictif. Pour tout dire, la trame est particulièrement bien tissée, le décor bien planté, les personnalités des protagonistes particulièrement abouties. L'auteur maîtrise son sujet et brosse un univers de glace à l'image d'un certain protagonistes, la nature ne fait pas de cadeau et un parcours dans ces montagnes enneigés entre Wyoming et Montana, non plus. Sans parler de la collaboration forcée entre un juge et un criminel. Pas à pas nous suivons les divers personnages dans cette équipée sauvage, avec des idées toutes faites, puis les soupçons, insidieusement distillés par l'auteur,viennent nous perturber. L'on s'interroge sur l'issue de cette expédition. Au bout du compte, l'auteur aborde quelques sujets importants, questionne et interpelle tout en offrant un thriller stressant à la mode américaine avec de nombreux rebondissements, qui tient en haleine et laisse toutefois le lecteur en manque... Une fois de plus, ma binôme m'a donné envie de la suivre sur polar suspens pour changer, tentée par le résumé accrocheur. Pour autant en début de lecture, je me suis demandé quel lien pouvait-il y avoir entre cette 4e de couverture et le récit. À priori, aucune, jusqu'à ce que plusieurs éléments se mettent en place et que le tout devienne insidieusement addictif. Pour tout dire, la trame est particulièrement bien tissée, le décor bien planté, les personnalités des protagonistes particulièrement abouties. L'auteur maîtrise son sujet et brosse un univers de glace à l'image d'un certain protagonistes, la nature ne fait pas de cadeau et un parcours dans ces montagnes enneigés entre Wyoming et Montana, non plus. Sans parler de la collaboration forcée entre un juge et un criminel. Pas à pas nous suivons les divers personnages dans cette équipée sauvage, avec des idées toutes faites, puis les soupçons, insidieusement distillés par l'auteur,viennent nous perturber. L'on s'interroge sur l'issue de cette expédition. Au bout du compte, l'auteur aborde quelques sujets importants, questionne et interpelle tout en offrant un thriller stressant à la mode américaine avec de nombreux rebondissements, qui tient en haleine et laisse toutefois le lecteur en manque de certaines réponses, mais qui s'achève de manière cohérente, laisse planne certains doutes et ébranle certaines certitudes. Un excellent moment de lecture malgré un début déconcertant, probablement effet recherché par Vincent Ortis dans ce premier roman particulièrement abouti. Plume plaisante et fluide. Un seul point m'interpelle : le lien entre l'histoire et le titre. Personnellement je ne parvient pas à en faire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Gaoulette Posté le 30 Avril 2020
    Pour un premier roman, Vincent Ortiz nous propose du lourd. Un roman palpitant, anxiogiène et qui pousse à réfléchir sur le système judiciaire et les maladies psychiatriques. Dés le départ, le synopsis m’a conquise. Dés les premières pages, j’étais embarquée. Qu’ont en commun Edward, Alan, Ted et Wallace ? Tout commence par une simple panne, un appel à l’aide. Et pour Edward rien ne se passera comme prévu et il va devoir faire face à son passé professionnel. Il va devoir rendre des comptes et un jugement. L’auteur nous propose deux faces à faces angoissants. Le lecteur doit cerner le vrai du faux. Il doit se faire sa propre opinion et cela jusqu’à la dernière ligne. Personne ne s’en sort indemne et surtout pas le lecteur. Vincent Ortiz nous offre un cadre en apparence idyllique qui formera un étau glaçant. Des héros en pleine nature mais se retrouvent oppressés comme le lecteur. Au fur et à mesure un puzzle se forme…. Je trouve un peu dommage que certains protagonistes restent un mystère. L’auteur nous donne pas toutes les réponses attendues… Est-ce voulu de rester dans le flou pour Ted, Alan et Edawrd aussi ? L’auteur frappe fort et met en avant des problématiques réalistes sur... Pour un premier roman, Vincent Ortiz nous propose du lourd. Un roman palpitant, anxiogiène et qui pousse à réfléchir sur le système judiciaire et les maladies psychiatriques. Dés le départ, le synopsis m’a conquise. Dés les premières pages, j’étais embarquée. Qu’ont en commun Edward, Alan, Ted et Wallace ? Tout commence par une simple panne, un appel à l’aide. Et pour Edward rien ne se passera comme prévu et il va devoir faire face à son passé professionnel. Il va devoir rendre des comptes et un jugement. L’auteur nous propose deux faces à faces angoissants. Le lecteur doit cerner le vrai du faux. Il doit se faire sa propre opinion et cela jusqu’à la dernière ligne. Personne ne s’en sort indemne et surtout pas le lecteur. Vincent Ortiz nous offre un cadre en apparence idyllique qui formera un étau glaçant. Des héros en pleine nature mais se retrouvent oppressés comme le lecteur. Au fur et à mesure un puzzle se forme…. Je trouve un peu dommage que certains protagonistes restent un mystère. L’auteur nous donne pas toutes les réponses attendues… Est-ce voulu de rester dans le flou pour Ted, Alan et Edawrd aussi ? L’auteur frappe fort et met en avant des problématiques réalistes sur la justice, les conséquences psychologiques, le passé chaotique. J’ai eu dû mal à cadrer l’histoire que j’aurais située au début année 2000. J’ai eu le coup de cœur pour le message véhiculé par l’auteur même si certains points ne sont pas aboutis. Je reste sur ma faim sur Ted et Alan….
    Lire la suite
    En lire moins
  • 77didier Posté le 13 Mars 2020
    C'est le premier livre Vincent Ortis je me suis régalé il a eu un prix qu'il mérite on ne s'ennuie pas l'histoire est prenante dommage que la fin est un peut rapide. J'èspère pour lui qu'il sera bon dans ses prochains livres.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.