Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266334358
Code sériel : 19019
Façonnage normé : POCHE
À Paraître
Six pieds sur terre
Date de parution : 26/01/2023
Éditeurs :
Pocket
En savoir plus
7.70 €
À paraître le 26/01/2023
À Paraître

Six pieds sur terre

Date de parution : 26/01/2023
Sans le savoir, Camille et Jérémy marchent l’un vers l’autre depuis leur naissance. Devenus adultes, ils s’aiment sans parvenir à être heureux ensemble, Jérémy s’efforçant de cacher à Camille les... Sans le savoir, Camille et Jérémy marchent l’un vers l’autre depuis leur naissance. Devenus adultes, ils s’aiment sans parvenir à être heureux ensemble, Jérémy s’efforçant de cacher à Camille les ombres qui le hantent. Le jour où Camille lui confie le désir de porter leur enfant, Jérémy ne parvient plus... Sans le savoir, Camille et Jérémy marchent l’un vers l’autre depuis leur naissance. Devenus adultes, ils s’aiment sans parvenir à être heureux ensemble, Jérémy s’efforçant de cacher à Camille les ombres qui le hantent. Le jour où Camille lui confie le désir de porter leur enfant, Jérémy ne parvient plus à tenir debout face aux possibles sur le point de s’écrire. La perspective de devenir père convoque lentement toutes les morts, car comment donner la vie quand on peine soi-même à trouver sa place parmi les vivants ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266334358
Code sériel : 19019
Façonnage normé : POCHE
Pocket
En savoir plus
7.70 €
À paraître le 26/01/2023

Ils en parlent

« Un récit bouleversant sur deux écorchés vifs qui vont nous faire passer par toutes les émotions pour une finalité des plus inattendue ! »
Fnac Bayonne

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Juju1202 27/08/2022
    Magnifique roman à lire on ne décroche pas du début à la fin . les personnages mis en scènes sont formidable. Ce fût la première fois que je lisais Antoine Dolle je connaissais cet auteur par l' intermédiaire de ma filleule qui adore mortelle Adèle et ce fut génial de découvrir un livre aussi passionnant.
  • les_lecturesdeflo 22/05/2022
    Je n’aurais jamais lu ce livre si une amie ne me l’avait pas prêté. Ses enfants aiment beaucoup Mortelle Adèle, personnage de la littérature jeunesse, que certains d’entre vous connaissent peut-être. C’est à l’occasion d’un salon de littérature jeunesse qu’elle a acheté le premier livre de littérature adulte d’Antoine Dole. C’est une histoire qui parle du goût de la vie qu’il est parfois difficile d’avoir, une histoire de deuil qui hante et qui interdit au bonheur. Jéremy est un véritable handicapé des sentiments. Il ne veut pas de Camille, mais ne supporte pas l’idée qu’elle le laisse. C’est très contradictoire. Spectateur de sa vie, il sombre dans la dépression, provocant chez moi une grande envie de le secouer. Il est l’égoïsme. Camille, elle, est son opposé. Elle vit au travers des autres et pour les autres. Elle ne peut pas exister seule. Elle est la générosité, la bienveillance. Jérémy et Camille sont conscients de la situation, mais restent passifs, laissant croitre le malaise. Tout au long du récit, les personnages s’enfoncent dans la mélancolie qui se matérialise par une tache d’humidité dont la cause est introuvable et qui grossit au plafond de la chambre à mesure que la dépression gagne du terrain..... Je n’aurais jamais lu ce livre si une amie ne me l’avait pas prêté. Ses enfants aiment beaucoup Mortelle Adèle, personnage de la littérature jeunesse, que certains d’entre vous connaissent peut-être. C’est à l’occasion d’un salon de littérature jeunesse qu’elle a acheté le premier livre de littérature adulte d’Antoine Dole. C’est une histoire qui parle du goût de la vie qu’il est parfois difficile d’avoir, une histoire de deuil qui hante et qui interdit au bonheur. Jéremy est un véritable handicapé des sentiments. Il ne veut pas de Camille, mais ne supporte pas l’idée qu’elle le laisse. C’est très contradictoire. Spectateur de sa vie, il sombre dans la dépression, provocant chez moi une grande envie de le secouer. Il est l’égoïsme. Camille, elle, est son opposé. Elle vit au travers des autres et pour les autres. Elle ne peut pas exister seule. Elle est la générosité, la bienveillance. Jérémy et Camille sont conscients de la situation, mais restent passifs, laissant croitre le malaise. Tout au long du récit, les personnages s’enfoncent dans la mélancolie qui se matérialise par une tache d’humidité dont la cause est introuvable et qui grossit au plafond de la chambre à mesure que la dépression gagne du terrain.. J’ai trouvé ce procédé ingénieux. J’ai bien aimé cette lecture malgré la grande tristesse qui s’en dégage. C’est assez sombre dans le sens où on sent clairement que les personnages sont malheureux. Pourtant, l’espoir l’emporte. L’auteur réussit à mettre en lumière l’envie d’avancer, de se sortir cette situation et de reprendre goût à la vie. Un récit touchant, paradoxalement sombre et lumineux à la fois, porté par une écriture puissante bien que tout en finesse et en émotions. Une belle découverte, et sans aucun doute un auteur à suivre également dans le registre de la littérature générale que je catégoriserais de «grise» pour le coté tourmenté.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Linelo 05/05/2022
    S'il est dur, voire même parfois éprouvant à lire, ce roman a été un coup de coeur ! J'ai rarement lu un livre dont la psychologie des personnages est d'une telle justesse. Pour comprendre les deux personnages centraux et comment leur couple, déjà bancal bien que complémentaire, va être mis à mal par le désir d'enfant de Camille, on commencera par faire leur rencontre dès leur naissance. Les chapitres alterneront entre l'un et l'autre, mettant en miroir deux figures centrales dans leurs constructions respectives : leur mère. Quand Jérémy perd la sienne à l'adolescence, c'est tout son monde qui s'écroule, alors que Camille est le pilier de la sienne depuis son enfance. Une mère absente qui a laissé un immense vide face à une mère immature et dépressive dont il faut s'occuper comme d'un enfant, ils étaient fait pour se rencontrer. J'ai trouvé formidable ce que l'auteur a réussi à faire passer comme sentiments contradictoires mais justes. On ne peut que comprendre la douleur de Jérémy, le deuil d'un être cher est vraiment bien retranscrit dans tout ce qu'il a d'horrible, d'injuste et de culpabilisant. On ressent la colère qui va l'habiter pendant toutes les années suivantes, son envie de rejeter... S'il est dur, voire même parfois éprouvant à lire, ce roman a été un coup de coeur ! J'ai rarement lu un livre dont la psychologie des personnages est d'une telle justesse. Pour comprendre les deux personnages centraux et comment leur couple, déjà bancal bien que complémentaire, va être mis à mal par le désir d'enfant de Camille, on commencera par faire leur rencontre dès leur naissance. Les chapitres alterneront entre l'un et l'autre, mettant en miroir deux figures centrales dans leurs constructions respectives : leur mère. Quand Jérémy perd la sienne à l'adolescence, c'est tout son monde qui s'écroule, alors que Camille est le pilier de la sienne depuis son enfance. Une mère absente qui a laissé un immense vide face à une mère immature et dépressive dont il faut s'occuper comme d'un enfant, ils étaient fait pour se rencontrer. J'ai trouvé formidable ce que l'auteur a réussi à faire passer comme sentiments contradictoires mais justes. On ne peut que comprendre la douleur de Jérémy, le deuil d'un être cher est vraiment bien retranscrit dans tout ce qu'il a d'horrible, d'injuste et de culpabilisant. On ressent la colère qui va l'habiter pendant toutes les années suivantes, son envie de rejeter ceux qui l'aiment et la dépression qui va le faire sombrer et dont il semblera ne jamais pouvoir se relever. Et d'un autre côté, même si c'est dans sa nature de vouloir sauver les autres, on a envie de crier à Camille de partir avant d'être engloutie à son tour. J'ai un poil moins aimé certains des derniers chapitres, auxquels on s'attend peut-être un peu trop, mais j'ai vraiment aimé l'ensemble du livre et tout ce qu'il questionne autour du couple, de la famille et du deuil.
    Lire la suite
    En lire moins
  • kikenbook 15/04/2022
    Qui aurait cru que derrière le MrTan auteur de la truculente Mortelle Adèle se cachait un auteur capable d’autant de noirceur et de désespérance. Attention, ici il ne s’agit pas de la noirceur perfide que l’on peut trouver chez les psychopathes ou les flics de polars sanguinolents, non, ici, il est question d’un texte assombri par la tristesse, la douleur morale. Cela pourrait être très plombant, déprimant, et d’ailleurs ça a pu l’être pour un certain nombre de lecteurs, j’imagine, mais quand la noirceur est sublimée par les mots, on se doit de reconnaître à quel point la souffrance est belle. Jérémy est comme une bougie dont une tragédie familiale aurait soufflé la flamme à l’âge de 15 ans. Depuis, le chagrin du deuil et un fort sentiment de culpabilité ont déposé sur Jérémy une cloche hermétique qui asphyxie toute tentative de redonner à son regard un peu de lumière. Alors, il fait illusion. Il essaie. Camille, elle, serait plus allumette que bougie, si l’on voulait filer la métaphore. Ce qui l’anime c’est justement d’entretenir le feu de vie, de sa mère notamment, à tel point que, dès l’enfance, entre mère et fille, le lien tient à la fois du réconfort de... Qui aurait cru que derrière le MrTan auteur de la truculente Mortelle Adèle se cachait un auteur capable d’autant de noirceur et de désespérance. Attention, ici il ne s’agit pas de la noirceur perfide que l’on peut trouver chez les psychopathes ou les flics de polars sanguinolents, non, ici, il est question d’un texte assombri par la tristesse, la douleur morale. Cela pourrait être très plombant, déprimant, et d’ailleurs ça a pu l’être pour un certain nombre de lecteurs, j’imagine, mais quand la noirceur est sublimée par les mots, on se doit de reconnaître à quel point la souffrance est belle. Jérémy est comme une bougie dont une tragédie familiale aurait soufflé la flamme à l’âge de 15 ans. Depuis, le chagrin du deuil et un fort sentiment de culpabilité ont déposé sur Jérémy une cloche hermétique qui asphyxie toute tentative de redonner à son regard un peu de lumière. Alors, il fait illusion. Il essaie. Camille, elle, serait plus allumette que bougie, si l’on voulait filer la métaphore. Ce qui l’anime c’est justement d’entretenir le feu de vie, de sa mère notamment, à tel point que, dès l’enfance, entre mère et fille, le lien tient à la fois du réconfort de la chaleur et du danger de la brûlure. Jérémy et Camille se sont trouvés, ils s’aiment mais Jérémy n’est pas heureux pour autant. Camille a beau faire, la mèche par laquelle pourrait revenir le sourire et un peu de joie de vivre chez son homme semble ininflammable. Jérémy se cloitre et s’abandonne dans sa haine de lui-même, une haine dont il éclabousse la femme qui partage sa vie. Et puis, arrive la confidence de Camille : elle voudrait un enfant. Ultime tentative pour faire jaillir une étincelle de bonheur dans leur couple ? Le monde de Jérémy qui ressemblait déjà aux ruines branlantes d’une cabane de fond de jardin s’écroule un peu plus, soulevant les poussières étouffantes du doute, de la peur et de la mort. Le texte d’Antoine Dole est une plongée dans les abysses de l’affliction superbement mise en mots, à mon goût. La richesse et l’originalité des images dont il regorge en font un roman d’une beauté ténébreuse et d’une forte puissance évocatrice. Alors certes, on pourrait le déconseiller aux âmes déjà obscurcies par les affres de la vie qui chercheraient dans leur lecture de quoi illuminer un quotidien morose, mais tout de même, il y a dans l’histoire de Jérémy et Camille un petit-quelque chose qui laisse place à l’espoir. On sait, en lisant, que, comme la tâche de moisissure qui s’élargit au plafond de la chambre du couple, on peut se diriger vers l’inéluctable tragédie, vers l’effondrement du plafond, du couple, de l’envie de vivre. Mais il y a Camille et sa soif de vie, et on se dit que tout est possible, y compris l’opportunité de refermer une plaie béante dont l’origine repose six pieds sous terre, avec autant de poings de sutures assénés avec l’énergie de la conviction qu’un jour, ce seront six pieds sur terre qui feront renaître l’envie de jours meilleurs. Je ne saurais trop conseiller ce roman profond, poignant, sensible et écrit avec une grande maitrise des mots, des images et des émotions. Une réussite.
    Lire la suite
    En lire moins
  • A_la_page_100 20/01/2022
    « L’essentiel de son activité a consisté à lutter contre lui-même pour ne pas encastrer sa tête dans le mur en placo. » Page 101 (il n’y a pas de page 100 dans ce livre, comment est-ce possible ?) Antoine Dole, son nom ne vous dit peut-être rien, mais à la maison c’est l’idole de mes enfants. Il est en effet le créateur génial de Mortelle Adèle, le personnage un peu espiègle qui clame à qui veut l’entendre « Poussez-vous les moches ! » Ici, avec ce roman, Antoine Dole change de registre et peint avec brio la dépression. Depuis que sa mère s’est suicidée, alors qu’il était adolescent, Jérémy n’arrive pas à faire face. La douleur est partout, dans sa chair, dans ses journées qu’il est incapable de démarrer, dans ses couchers qui basculent dans l’insomnie. Sa rencontre avec Camille, jeune femme qui, enfant, a porté à bout de bras sa mère éternelle adolescente, ne suffit pas à chasser ses démons. Jusqu’au jour où Camille tombe enceinte et décide de garder l’enfant. Comment accepter d’être père alors même qu’on n’arrive pas à se porter soi-même ? Comment rêver à l’avenir quand tout ramène à ce passé si triste et incompréhensible ? Comment... « L’essentiel de son activité a consisté à lutter contre lui-même pour ne pas encastrer sa tête dans le mur en placo. » Page 101 (il n’y a pas de page 100 dans ce livre, comment est-ce possible ?) Antoine Dole, son nom ne vous dit peut-être rien, mais à la maison c’est l’idole de mes enfants. Il est en effet le créateur génial de Mortelle Adèle, le personnage un peu espiègle qui clame à qui veut l’entendre « Poussez-vous les moches ! » Ici, avec ce roman, Antoine Dole change de registre et peint avec brio la dépression. Depuis que sa mère s’est suicidée, alors qu’il était adolescent, Jérémy n’arrive pas à faire face. La douleur est partout, dans sa chair, dans ses journées qu’il est incapable de démarrer, dans ses couchers qui basculent dans l’insomnie. Sa rencontre avec Camille, jeune femme qui, enfant, a porté à bout de bras sa mère éternelle adolescente, ne suffit pas à chasser ses démons. Jusqu’au jour où Camille tombe enceinte et décide de garder l’enfant. Comment accepter d’être père alors même qu’on n’arrive pas à se porter soi-même ? Comment rêver à l’avenir quand tout ramène à ce passé si triste et incompréhensible ? Comment choisir le camp de la vie quand la mort est si accessible ? Et de rendre hommage à ces partenaires qui, petit à petit, après avoir avalé bon nombre de couleuvres, ramènent celui qui s’est perdu du côté de la vie.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.