Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266239141
Code sériel : 12784
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 108 x 177 mm

The Call of Cthulhu - L'appel de Cthulhu

Michel Marcheteau (traduit par), Michel Savio (traduit par)
Collection : Langues Pour Tous
Date de parution : 04/04/2013

Deux textes essentiels du créateur du célèbre mythe de Cthulhu, qui a inspiré tant d'auteurs de littérature fantastique.

• The Call of Cthulhu
L'Appel de Cthulhu

Au fond de l'océan, dans la cité maléfique de R'lyeh, l'infâme Cthulhu sommeille en attendant d'imposer son règne sur la Terre, tandis que ses disciples préparent son...

Deux textes essentiels du créateur du célèbre mythe de Cthulhu, qui a inspiré tant d'auteurs de littérature fantastique.

• The Call of Cthulhu
L'Appel de Cthulhu

Au fond de l'océan, dans la cité maléfique de R'lyeh, l'infâme Cthulhu sommeille en attendant d'imposer son règne sur la Terre, tandis que ses disciples préparent son retour.

The Doom that Came to Sarnath
La malédiction qui s'abattit sur Sarnath

Les créatures étranges qui peuplaient l'antique cité ont été massacrées par les nouveaux arrivants. Leur vengeance sera terrible.

La série BILINGUE propose:
• une traduction fidèle et intégrale, accompagnée de nombreuses notes;
• une méthode originale de perfectionnement par un contact direct avec les œuvres d'auteurs étrangers.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266239141
Code sériel : 12784
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • amghost Posté le 14 Janvier 2021
    J'ai relu avec plaisir L'appel de Cthulhu, que je viens de terminer aujourd'hui. Il s'agit d'un livre où H. P. Lovecraft et August Derleth ont regroupés neuf nouvelles sur le thème du mythe de Cthulhu. Et donc, d'un point de vue entièrement personnel, je préfère certaines nouvelles qui sont pour ainsi dire presque idéales, aux autres qui comportent quelques longueurs, ce qui atténue les émotions, l'atmosphère horrible qui se dégage de ces récits, et dont le style parfois a mal vieilli. Ce sont les seuls bémols que je pourrai donner, car pour le reste, les idées sont vraiment originales et montrent toute l'influence qu'un auteur comme Howard Phillips Lovecraft a eu tout au long de sa vie et encore bien après, sur bien des auteurs de nouvelles fantastiques et d'horreur. Si je devais retenir deux nouvelles sur les neuf de ce livre, ce seraient Les Chiens de Tindalos de Franck Belknap Long et Le Tueur Stellaire de Robert Bloch. D'abord, l'idée développée dans Les Chiens de Tindalos sur les notions de voyages dans les dimensions de l'espace et du temps (avec tous les risques que cela comporte, en particulier la rencontre de créatures indéfiniment monstrueuses, ces fameux chiens de Tindalos) est absolument... J'ai relu avec plaisir L'appel de Cthulhu, que je viens de terminer aujourd'hui. Il s'agit d'un livre où H. P. Lovecraft et August Derleth ont regroupés neuf nouvelles sur le thème du mythe de Cthulhu. Et donc, d'un point de vue entièrement personnel, je préfère certaines nouvelles qui sont pour ainsi dire presque idéales, aux autres qui comportent quelques longueurs, ce qui atténue les émotions, l'atmosphère horrible qui se dégage de ces récits, et dont le style parfois a mal vieilli. Ce sont les seuls bémols que je pourrai donner, car pour le reste, les idées sont vraiment originales et montrent toute l'influence qu'un auteur comme Howard Phillips Lovecraft a eu tout au long de sa vie et encore bien après, sur bien des auteurs de nouvelles fantastiques et d'horreur. Si je devais retenir deux nouvelles sur les neuf de ce livre, ce seraient Les Chiens de Tindalos de Franck Belknap Long et Le Tueur Stellaire de Robert Bloch. D'abord, l'idée développée dans Les Chiens de Tindalos sur les notions de voyages dans les dimensions de l'espace et du temps (avec tous les risques que cela comporte, en particulier la rencontre de créatures indéfiniment monstrueuses, ces fameux chiens de Tindalos) est absolument géniale. C'est le récit qui m'a le plus marqué, par le coup du sort final. Pour ce qui concerne Le Tueur Stellaire, la nouvelle est peut-être la plus courte, mais le style d'écriture de Robert Bloch est facile à lire, prenant, concret et précis. Je suis très facilement rentré dans l'histoire (totalement maîtrisée) et dans la peau du personnage, un écrivain qui cherche à écrire une véritable histoire et qui fait écho aux ambitions de l'auteur lui-même. Je vous conseille ici de lire son roman court Psychose qui est vraiment excellent. L'appel de Cthulhu est un excellent livre pour découvrir l'univers de H. P. Lovecraft et le mythe de Cthulhu, tout comme L'affaire Charles Dexter Ward. Pour les fanatiques de H. P. Lovecraft, je vous invite à découvrir aussi ses poèmes et en particulier son recueil Les Champignons de Yuggoth.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lucas2 Posté le 11 Novembre 2020
    Monstruosité moyennement crédible. A sa mort, Thurston hérite de tous les écrits de son éminent grand oncle Angell, expert en langues sémantiques. Dont d'étranges billets et manuscrits concernant le culte de Cthulhu... Si certains écrits anciens ou mythes peuvent apparaître énigmatiques (pour les amateurs, à lire la série "sanctuaire" en BD), cette secte adorative d'une entité démoniaque, présente sur tous les continents, m'a moyennement convaincue. Pas transcendants, les adorateurs, assimilés à tout un tas de peuplades primitives, choisies par préjugés d'infériorité intellectuelle. Pourquoi pas ce monstre, mais extraction faite des morts de peur (croire l'auteur sur parole), qu'a-t-il de si exceptionnel, lui qui laisse échapper ses proies, et dont aucun gouvernement ne se soucie... L'écriture est plaisante, parfois plutôt rythmée, un des quelques points positifs concernant cette nouvelle. (plus d'avis sur PP)
  • fyvain Posté le 20 Juin 2020
    Une bonne introduction au monde fantastique de Lovecraft
  • GeraldineP Posté le 24 Avril 2020
    François Bon s'est lancé dans une nouvelle traduction des nouvelles d'un des précurseurs du fantastique : H.P. Lovecraft. Parmi ces nouvelles on trouve "L'appel de Cthulhu". Comme toujours chez François Bon la remise d'une oeuvre dans son contexte est sa ligne directrice, bien expliquée dans son introduction. C'est donc une lecture un peu différentes que celles que l'on aurait pu en faire avant qui nous attend. Pour ceux qui ne connaîtraient pas l'histoire de cette nouvelle, on y fait la connaissance de l'anthropologue Francis W. Thurston qui suite au décès de son grand-oncle, trouve dans les documents dont il a hérité, un terrible secret qui a l'air de coûter la vie à ceux qui le touchent du doigt. Une chose est sûre, à la fin de votre lecture vous ne regarderez plus les pierres sculptées de la même manière... Il ne faut pas oublier que Lovecraft a inspiré un des plus grand maître actuel de l'horreur : Stephen King. Cette nouvelle se lit peut-être rapidement, mais après sa lecture, serez-vous encore de dormir sur vos deux oreilles ?
  • belette2911 Posté le 2 Décembre 2019
    — Allo ? — Bonjour, c’est le Cthulhu à l’appareil ! Veux-tu être mon esclave ? — Non mais dites donc, espèce de bougre de petit mal poli ! J’t’en foutrai, moi, des culs tu lus ! Va fan cthulho. Tu peux te brosser pour que je répète Iä, Iä, Cthulhu fhtagn. Après "Call Of Duty", voici "Call of Cthulhu" et si c’est aussi un appel, ce n’est pas le même. Vous n’aurez pas droit à "Cthulhu téléphone maison", mais à "Cthulhu t’aphone la raison" car c’est ce qui arrive à ceux qui tombe sous son pouvoir et qui l’idolâtrent. Cet espèce de mollusque à tête de pieuvre (ou de calamar, j’ai pas eu le temps de bien voir) et pourvu d’aile de chauve-souris (de dragon ?) est un ancien Dieu déchu qui ronge son frein sur un atoll (les opticiens) perdu dans l’océan Pacifique et il attend son heure qui va venir. Faut juste un alignement des étoiles et l’affaire est faite. En attendant ce grand jour, des humains dévoyés lui vouent un culte immémorial par le biais de sculptures antédiluviennes qui le représentent. Ce qui est bizarre, avec cette nouvelle, c’est que l’on nous raconte tout l’histoire par le biais d’un homme qui enquête sur... — Allo ? — Bonjour, c’est le Cthulhu à l’appareil ! Veux-tu être mon esclave ? — Non mais dites donc, espèce de bougre de petit mal poli ! J’t’en foutrai, moi, des culs tu lus ! Va fan cthulho. Tu peux te brosser pour que je répète Iä, Iä, Cthulhu fhtagn. Après "Call Of Duty", voici "Call of Cthulhu" et si c’est aussi un appel, ce n’est pas le même. Vous n’aurez pas droit à "Cthulhu téléphone maison", mais à "Cthulhu t’aphone la raison" car c’est ce qui arrive à ceux qui tombe sous son pouvoir et qui l’idolâtrent. Cet espèce de mollusque à tête de pieuvre (ou de calamar, j’ai pas eu le temps de bien voir) et pourvu d’aile de chauve-souris (de dragon ?) est un ancien Dieu déchu qui ronge son frein sur un atoll (les opticiens) perdu dans l’océan Pacifique et il attend son heure qui va venir. Faut juste un alignement des étoiles et l’affaire est faite. En attendant ce grand jour, des humains dévoyés lui vouent un culte immémorial par le biais de sculptures antédiluviennes qui le représentent. Ce qui est bizarre, avec cette nouvelle, c’est que l’on nous raconte tout l’histoire par le biais d’un homme qui enquête sur le calamar gigantesque et qui rassemble tous les témoignages qu’il peut. Ce narrateur ne sera pas le seul car nous lirons, par son entremise, d’autres témoignages sur des phénomènes des plus étranges… Véritable enquête dans une autre enquête, nous suivrons ce Sherlock Holmes de l’étrange rassembler tout ce qu’il trouve sur les phénomènes étranges qui ont touché des tas de personnes à travers le monde. Je me suis prise au jeu, je me suis immergée dans ce récit qui sentait la crevette et le poisson pas frais (Cthulhu ne doit pas sentir la rose, si ??) et l’angoisse est montée au fur et à mesure de cette courte nouvelle. Pas au point d’aller se planquer sous le lit ou de vérifier qu’aucune tentacule ne traînait dans mes chiottes, mais à un moment donné, j’ai eu de la chair de poule et non, je ne lisais pas dehors, par -1° ! Tiens, pour votre punition, vous me recopierez ce mantra 100 fois : Ph’nglui Mglw’nafh Cthulhu R’lyeh wgah’nagl fhtagn ! Les consonnes en vertes et les voyelles en rouge. Ce que ce charabia veut dire ? QUOI ? Vous ne parlez pas le R’lyeh ?? Allez, je vous aide : « Dans sa demeure de R’lyeh, le défunt Cthulhu attend en rêvant ». Afin que vous n’alliez pas vous coucher bête (pour ceux et celles qui n’ont pas encore lu le Cthulhu), je vous ajoute une citation du Necronomicon que je verrais bien gravée sur ma pierre tombale : "N’est point mort celui qui éternellement dort, et en d’étranges éternités, la Mort elle-même peut trépasser". Une chouette lecture qui manquait à mon tableau de chasse, un choix excellent car c’est court mais intense et maintenant, je peux épingler l’auteur dans mes trophées et dire que maintenant, moi aussi, je sais ce qui dort dans les profondeurs de l’océan Pacifique… #9835; Sous l’océan #9834;
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.