Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266318778
Code sériel : 18354
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm
Tu m'avais dit Ouessant
Collection : Aventure Humaine
Date de parution : 24/06/2021
Éditeurs :
Pocket

Tu m'avais dit Ouessant

Collection : Aventure Humaine
Date de parution : 24/06/2021
À l’hiver 2015, Gwenaëlle Abolivier réside trois mois dans le sémaphore de l’île d’Ouessant, au bout de la Bretagne, sa région natale. Là, sous le grand phare du Créac’h, se... À l’hiver 2015, Gwenaëlle Abolivier réside trois mois dans le sémaphore de l’île d’Ouessant, au bout de la Bretagne, sa région natale. Là, sous le grand phare du Créac’h, se racontent un voyage immobile et une expérience d’immersion au contact des éléments et des îliens. Elle explore les lieux et... À l’hiver 2015, Gwenaëlle Abolivier réside trois mois dans le sémaphore de l’île d’Ouessant, au bout de la Bretagne, sa région natale. Là, sous le grand phare du Créac’h, se racontent un voyage immobile et une expérience d’immersion au contact des éléments et des îliens. Elle explore les lieux et rencontre les gardiens de phare, les guetteurs-sémaphoriques, les derniers marins de commerce, et les femmes, gardiennes des lieux, qui occupent une place prépondérante sur cette île du Ponant. Ce territoire de l’extrême est à part, il entretient un rapport particulier avec la mort. Face à la mer, au contact de la nature ravagée, l’auteur vit cette expérience comme une renaissance...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266318778
Code sériel : 18354
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Une ode aux îles, aux îliens et aux îliennes, un poème d'amour à Ouessant, un livre hypnotique que l'on ne peut quitter qu'à regret... A lire sans aucune modération. »
José Manuel Lamarque / France Inter

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • DELEURMEA Posté le 30 Mars 2022
    Cet ouvrage est vraiment exceptionnel pour tout lecteur en quête d'information sur la dimension géographique, historique, culturelle mais aussi symbolique de l'île d'Ouessant. La vie de l'auteur dans le sémaphore durant sa résidence d'auteur catalyse toute l'énergie de l'écrivain qui produit un ouvrage de grande qualité et qui démontre à travers toutes ces pages, une île puissante, un peuple qui se cherche, une histoire riche qui ne laisse pas indifférent. Cet ouvrage fut une réelle satisfaction personnelle qui appelle chacun à découvrir cette terre au large.
  • Rimbounours Posté le 13 Décembre 2021
    L'initiative à l'origine de cet ouvrage est étonnante : l'auteure, Gwenaelle Abolivier est partie vivre 3 mois dans le sémaphore de Ouessant, l'île bretonne la plus avancée dans l'Océan Atlantique. Cette expérience inédite lui inspire de nombreuses pensées et aphorismes qu'elle nous livre dans ce livre sans réel fil conducteur, si ce n'est la mer et les femmes. C'est la limite de cette œuvre, dans la mesure où ce que dit l'auteure n'intéresse pas toujours le lecteur. Néanmoins la langue poétique que l'auteure use volontiers donne un certain charme à l'ouvrage.
  • Cassiopee42 Posté le 11 Décembre 2021
    Les lumières sont des percées d’espoir C’est à l’automne 2015 que Gwenaëlle Abolivier qui s’exprime dans ce livre va s’installer sur l’île d’Ouessant où elle sera mouligenn, c’est-à-dire qu’elle viendra en femme du continent, celle qui éveille de l’inquiétude et des questions, peut-être même une certaine méfiance. Elle s’installe dans le sémaphore, seule, car elle veut poser ses sacs, prendre le temps, observer, ressentir, sentir, entendre, écouter, contempler…. Et partager avec le lecteur. Elle ne décide rien, l’île s’offre à elle, avec le vent, les embruns, les paysages, les cris d’oiseaux. Petit à petit, au fil des jours, les habitants se confient et elle découvre diverses facettes de son environnement. Elle raconte la météo incertaine, la pluie, les rafales, les conversations, les cadeaux (un succulent poisson), chaque rencontre est un pas vers la découverte plus intime de ce lieu atypique. Elle explique que cette terre est un avant-poste, une rampe de lancement vers l’ailleurs, tout en restant intimement liée à l’histoire de chaque personne qui y vit. Elle a appris à lire « derrière les regards ». En explorant l’île, en apprenant à la connaître, Gwenaëlle, en naufragée volontaire, s’est retrouvée avec elle-même, en phase pour écrire, cherchant les mots pour retransmettre chaque... Les lumières sont des percées d’espoir C’est à l’automne 2015 que Gwenaëlle Abolivier qui s’exprime dans ce livre va s’installer sur l’île d’Ouessant où elle sera mouligenn, c’est-à-dire qu’elle viendra en femme du continent, celle qui éveille de l’inquiétude et des questions, peut-être même une certaine méfiance. Elle s’installe dans le sémaphore, seule, car elle veut poser ses sacs, prendre le temps, observer, ressentir, sentir, entendre, écouter, contempler…. Et partager avec le lecteur. Elle ne décide rien, l’île s’offre à elle, avec le vent, les embruns, les paysages, les cris d’oiseaux. Petit à petit, au fil des jours, les habitants se confient et elle découvre diverses facettes de son environnement. Elle raconte la météo incertaine, la pluie, les rafales, les conversations, les cadeaux (un succulent poisson), chaque rencontre est un pas vers la découverte plus intime de ce lieu atypique. Elle explique que cette terre est un avant-poste, une rampe de lancement vers l’ailleurs, tout en restant intimement liée à l’histoire de chaque personne qui y vit. Elle a appris à lire « derrière les regards ». En explorant l’île, en apprenant à la connaître, Gwenaëlle, en naufragée volontaire, s’est retrouvée avec elle-même, en phase pour écrire, cherchant les mots pour retransmettre chaque ressenti, chaque scène… et elle le fait avec brio. Son écriture est lyrique, parfois elle présente un paragraphe comme un poème, donnant un tempo au texte. Les mots volent, s’envolent, portant des messages subtils qui viennent jusqu’à nous. Ce texte est enchanteur par son phrasé, son rythme, Pendant trois mois, l’autrice s’est posée sur Ouessant, délicatement, sans s’imposer, se laissant apprivoiser par le lieu et l’apprivoisant elle-même. Il en résulte ce magnifique ouvrage qui laisse de la place à l’introspection, à la poésie, aux rêves… Elle l’écrit : « Je me suis imprégnée de ce territoire de l’extrême, qui entretient un rapport particulier à la noirceur et à la mort. » Elle offre au lecteur une magnifique rencontre, qui aurait pu être accompagnée de quelques photographies….et qui donne envie de se rendre là-bas.
    Lire la suite
    En lire moins
  • TheAutumnCarnival Posté le 3 Mai 2020
    Au mois d'avril, le challenge #varionsleseditions mettait à l'honneur les éditions @lemotetlereste. J'ai choisi de lire Tu m'avais dit Ouessant de Gwénaëlle Abolivier. Un magnifique coup de cœur évasion. Gwénaëlle Abolivier est journaliste, elle parcourt le monde pour réaliser des émissions de voyages. Tu m'avais dit Ouessant, elle l'a écrit durant son séjour au Sémaphore, résidence d'artistes au pied du phare du Créac'h. Avec ce livre, elle nous invite au voyage, un voyage aux origines, un voyage intérieur, un voyage dans l'histoire d'une île, une renaissance. L'auteure nous parle pudiquement de sa famille, originaire du pays brestois, par anecdotes disséminées. Pour elle qui voyage aux quatre coins du monde, son séjour sur Ouessant est un moment suspendu, une renaissance (terme qui parcourt le récit), une occasion de renouer avec ses racines. Ouessant, cette île fabuleuse, est l'héroïne de ce livre. L'auteure nous raconte ses phares majestueux, son peuple marin et aussi ses nombreux naufrages. Elle nous parle des Ouessantines, quand les hommes gardaient les phares ou partaient en mer, les femmes se faisaient gardiennes de l'île. L'auteure partage aussi avec le lecteur ses émotions face à la mer, dans les vents violents, les tempêtes. L'écriture est poétique, la prose devient... Au mois d'avril, le challenge #varionsleseditions mettait à l'honneur les éditions @lemotetlereste. J'ai choisi de lire Tu m'avais dit Ouessant de Gwénaëlle Abolivier. Un magnifique coup de cœur évasion. Gwénaëlle Abolivier est journaliste, elle parcourt le monde pour réaliser des émissions de voyages. Tu m'avais dit Ouessant, elle l'a écrit durant son séjour au Sémaphore, résidence d'artistes au pied du phare du Créac'h. Avec ce livre, elle nous invite au voyage, un voyage aux origines, un voyage intérieur, un voyage dans l'histoire d'une île, une renaissance. L'auteure nous parle pudiquement de sa famille, originaire du pays brestois, par anecdotes disséminées. Pour elle qui voyage aux quatre coins du monde, son séjour sur Ouessant est un moment suspendu, une renaissance (terme qui parcourt le récit), une occasion de renouer avec ses racines. Ouessant, cette île fabuleuse, est l'héroïne de ce livre. L'auteure nous raconte ses phares majestueux, son peuple marin et aussi ses nombreux naufrages. Elle nous parle des Ouessantines, quand les hommes gardaient les phares ou partaient en mer, les femmes se faisaient gardiennes de l'île. L'auteure partage aussi avec le lecteur ses émotions face à la mer, dans les vents violents, les tempêtes. L'écriture est poétique, la prose devient vers pour décrire cette île au caractère mystique. C'est un récit qui nous emporte tellement loin que l'on peine à se détacher des pages. Ce livre est un voyage grandiose. J'ai envie de retourner à Ouessant, la dernière fois c'était il y a plus de vingt ans, revoir cette pince de crabe, ces vastes étendues, les moutons, les phares, ce musée magique des Phares et Balises. Merci Gwénaëlle Abolivier pour m'avoir fait voyager avec vos mots. "Qui voit Ouessant, voit son sang", un sombre présage, une île cerclée d'épaves, balayée par les vents et la lumière des phares.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Chinouk Posté le 25 Mars 2020
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.