Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266286718
Code sériel : 17292
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm

Un recteur de l'île de Sein

Date de parution : 19/04/2018
Si loin du continent, si près du cœur de Dieu… Entre terre et mer, tempêtes et naufrages, l’île de Sein est la sauvagerie même. L’évêché de Quimper n’y envoie de curé qu’en punition, quand il en envoie. Mais ce peuple de rudes marins, pilleurs d’épaves à l’occasion, garde une foi... Si loin du continent, si près du cœur de Dieu… Entre terre et mer, tempêtes et naufrages, l’île de Sein est la sauvagerie même. L’évêché de Quimper n’y envoie de curé qu’en punition, quand il en envoie. Mais ce peuple de rudes marins, pilleurs d’épaves à l’occasion, garde une foi farouche et réclame un berger. Ce sera Thomas Gourvennec, l’humble pêcheur et frêle sacristain, qui, poussé par la ferveur de ses voisins, se chargera de cette mission divine. Malgré les tentations, malgré les hauts cris du clergé, il est – et restera – un recteur de l’île de Sein…

Avant-propos d’Éric Auphan,
président de l’Association des amis d’Henri Queffélec
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266286718
Code sériel : 17292
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Aproposdelivres Posté le 19 Février 2020
    Voilà un vieux classique dont j'avais souvent entendu parler et que j'ai déniché pendant les vacances. Henri Queffélec offre au lecteur un tableau vivant de l’île de Sein sous l’Ancien Régime. A l'époque, la vie sur l'île de Sein n'est pas facile, il y a les tempêtes, ce rocher est aride et il manque de tout. Un beau jour, leur recteur, venu du continent, n'en peut plus de cette vie rude et isolé et il quitte l'île. Mais aucun prêtre n'est prêt à le remplacer. Les Îliens se sentent alors délaissés par l'Église de Quimper, et par le continent tout entier... Dans ces conditions, Thomas Gourvennec, le sacristain, homme pieux et respecté, est poussé par les Îliens à prendre en main les destinées de la paroisse. J'ai trouvé ce livre magnifique et très fort, il nous fait découvrir la vie rude des pêcheurs, leur rapport à la religion... L'Ile est l'un des personnages principaux de ce roman, ses descriptions sont très belles et évocatrices en particulier en pleine tempête. L'auteur s'est inspiré d'une histoire vraie pour écrire son roman. Le vocabulaire est très riche, j'y ai découvert des mots qui ne sont plus en usage aujourd'hui et certaines tournures de phrases... Voilà un vieux classique dont j'avais souvent entendu parler et que j'ai déniché pendant les vacances. Henri Queffélec offre au lecteur un tableau vivant de l’île de Sein sous l’Ancien Régime. A l'époque, la vie sur l'île de Sein n'est pas facile, il y a les tempêtes, ce rocher est aride et il manque de tout. Un beau jour, leur recteur, venu du continent, n'en peut plus de cette vie rude et isolé et il quitte l'île. Mais aucun prêtre n'est prêt à le remplacer. Les Îliens se sentent alors délaissés par l'Église de Quimper, et par le continent tout entier... Dans ces conditions, Thomas Gourvennec, le sacristain, homme pieux et respecté, est poussé par les Îliens à prendre en main les destinées de la paroisse. J'ai trouvé ce livre magnifique et très fort, il nous fait découvrir la vie rude des pêcheurs, leur rapport à la religion... L'Ile est l'un des personnages principaux de ce roman, ses descriptions sont très belles et évocatrices en particulier en pleine tempête. L'auteur s'est inspiré d'une histoire vraie pour écrire son roman. Le vocabulaire est très riche, j'y ai découvert des mots qui ne sont plus en usage aujourd'hui et certaines tournures de phrases sont parfois désuètes.
    Lire la suite
    En lire moins
  • luis1952 Posté le 6 Janvier 2020
    Belle lecture que ce roman-ci. J'ai passé deux ans de suite mes vacances d'été à l'île de Sein avec ma compagne. Que de bons moments avons nous passé là. Le roman nous remet dans l'ambiance, la mer, le vent qui s'acharnent depuis toujours sur ce bout de rocher en pleine mer. L'île dans le passé a manqué d'un prêtre, et c'est Thomas, un simple pêcheur devenu sacristain qui se charge de servir de prêtre pour les iliens.
  • meknes56 Posté le 11 Juin 2019
    Le premier livre de cet auteur que j'ai lu. Un récit poignant et fort bien écrit.
  • Biblioroz Posté le 19 Octobre 2018
    Nostalgique de sa Bretagne, Henri Queffélec écrivit ce roman à Paris pendant l'occupation. Il s'inspire alors d'un fait historique survenu au début du XVIIè siècle sur l'île de Sein : après le départ du recteur et en l'absence d'un successeur, le sacristain se vit provisoirement confier l'église et assurer les prières dominicales. Récemment réédité chez Pocket, c'est l'occasion de découvrir ce petit roman et de se transporter sur cette île bretonne à une époque bien éloignée de l'attrait touristique que ce monde insulaire représente aujourd'hui. Après le départ de leur prêtre, les îliens qui s'estiment bons chrétiens n'ont pas mérité cet abandon spirituel et réclament à cor et à cri un nouveau curé pour les guider. Mais cette paroisse retirée du monde et battue par les vents n'attire aucun recteur. Thomas Gourvennec, sacristain et pêcheur, se lance, un dimanche, dans un sermon pour dénoncer certains actes païens suite au naufrage d'une chaloupe. Mais loin d'en être blâmer, toute l'île le réclame car il prêche aussi bien qu'un prêtre ! Mais « Il ne voulait pas se fourrer au presbytère comme un bernard-l'ermite dans un bigorneau. » Tiraillé d'un côté par son honnêteté à ne pas usurper la place de prêtre et d'un autre côté par... Nostalgique de sa Bretagne, Henri Queffélec écrivit ce roman à Paris pendant l'occupation. Il s'inspire alors d'un fait historique survenu au début du XVIIè siècle sur l'île de Sein : après le départ du recteur et en l'absence d'un successeur, le sacristain se vit provisoirement confier l'église et assurer les prières dominicales. Récemment réédité chez Pocket, c'est l'occasion de découvrir ce petit roman et de se transporter sur cette île bretonne à une époque bien éloignée de l'attrait touristique que ce monde insulaire représente aujourd'hui. Après le départ de leur prêtre, les îliens qui s'estiment bons chrétiens n'ont pas mérité cet abandon spirituel et réclament à cor et à cri un nouveau curé pour les guider. Mais cette paroisse retirée du monde et battue par les vents n'attire aucun recteur. Thomas Gourvennec, sacristain et pêcheur, se lance, un dimanche, dans un sermon pour dénoncer certains actes païens suite au naufrage d'une chaloupe. Mais loin d'en être blâmer, toute l'île le réclame car il prêche aussi bien qu'un prêtre ! Mais « Il ne voulait pas se fourrer au presbytère comme un bernard-l'ermite dans un bigorneau. » Tiraillé d'un côté par son honnêteté à ne pas usurper la place de prêtre et d'un autre côté par l'envie de répondre aux besoins religieux des paroissiens, Thomas attire le respect, l'admiration, mais également la jalousie de certains îliens. C'est un petit roman qui s'apprivoise doucement au beau milieu de ces habitants rudes, qui ne mangent pas toujours à leur faim et que les voisins du continent considèrent comme des sauvages, essentiellement pêcheurs, pilleurs d'épaves lorsque l'occasion se présente. Des îliens, à la foi inébranlable, qui aux milieux des disputes ont un besoin puissant de religion pour les unir sur cette terre isolée. L'image des lits clos revient souvent, nous sommes bel et bien en Bretagne ! L'écriture est magnifique et donne vie aux éléments naturels : le vent qui se rue sur l'île, les tempêtes dans les ténèbres qui menacent d'engloutir cette terre, les vagues rugissantes qui transforment les rivages. J'ai beaucoup aimé cheminer aux côtés de Thomas qui porte sa paroisse afin que ce petit monde clos ne sombre pas dans la folie. Le sujet est intéressant et porté par des mots et des personnages touchants.
    Lire la suite
    En lire moins
  • frandj Posté le 25 Juillet 2018
    Henri Queffelec est un auteur français mort en 1992 et, accessoirement, père de l'écrivain Yann Queffelec. Il a beaucoup écrit, notamment sur sa Bretagne natale. Cela fait longtemps que le titre de ce livre avait attiré mon attention: j'ai fini par me décider. Au début, j'ai trouvé la lecture très peu attrayante. Le sujet parait étonnant. En ces temps déjà lointains, les habitants de l'île de Sein, confetti isolé au large de la Bretagne et battu par les tempêtes, sont privés de curé: aucun titulaire nommé par l'évêque ne veut rester sur place. Ce manque fait souffrir les îliens, ça parait bizarre mais c'est ainsi. L'auteur illustre à cette occasion l'immense influence de l'Eglise "ancien style" sur le petit peuple. Le sacristain Thomas Gourvennec va peu à peu assumer (ou, du point de vue de l'évêque, usurper) la charge de curé. Thomas est un brave homme, qui bénéficie d'un soutien sans faille de ses ouailles - sauf d'un certain François qui le déteste. Le lecteur se trouve ainsi plongé dans la vie de cette micro-communauté, rude, agitée par quelques conflits et parfois en marge de la légalité; je ne raconterai pas la fin. Personnellement, je me suis vraiment intéressé... Henri Queffelec est un auteur français mort en 1992 et, accessoirement, père de l'écrivain Yann Queffelec. Il a beaucoup écrit, notamment sur sa Bretagne natale. Cela fait longtemps que le titre de ce livre avait attiré mon attention: j'ai fini par me décider. Au début, j'ai trouvé la lecture très peu attrayante. Le sujet parait étonnant. En ces temps déjà lointains, les habitants de l'île de Sein, confetti isolé au large de la Bretagne et battu par les tempêtes, sont privés de curé: aucun titulaire nommé par l'évêque ne veut rester sur place. Ce manque fait souffrir les îliens, ça parait bizarre mais c'est ainsi. L'auteur illustre à cette occasion l'immense influence de l'Eglise "ancien style" sur le petit peuple. Le sacristain Thomas Gourvennec va peu à peu assumer (ou, du point de vue de l'évêque, usurper) la charge de curé. Thomas est un brave homme, qui bénéficie d'un soutien sans faille de ses ouailles - sauf d'un certain François qui le déteste. Le lecteur se trouve ainsi plongé dans la vie de cette micro-communauté, rude, agitée par quelques conflits et parfois en marge de la légalité; je ne raconterai pas la fin. Personnellement, je me suis vraiment intéressé aux personnages et à l'histoire racontée, qui est simple et pourtant originale. Et, en plus, Henri Queffelec écrit bien…
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.