Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258152717
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 140 x 225 mm

Bleue

MARINA HEIDE (Traducteur)
Date de parution : 09/05/2019
Après le succès d’Une histoire des abeilles, le retour de la romancière norvégienne qui fait rimer littérature et écologie.
Norvège, 2017. Depuis son plus jeune âge, Signe a fait passer l’écologie avant tout. Ainsi a-t-elle préféré renoncer à Magnus, dont elle ne partageait pas les idées. Aujourd’hui, elle vit sur un bateau amarré dans un fjord, au plus près de l’eau.  Et c’est pour sauver l’eau qu’elle décide à... Norvège, 2017. Depuis son plus jeune âge, Signe a fait passer l’écologie avant tout. Ainsi a-t-elle préféré renoncer à Magnus, dont elle ne partageait pas les idées. Aujourd’hui, elle vit sur un bateau amarré dans un fjord, au plus près de l’eau.  Et c’est pour sauver l’eau qu’elle décide à soixante-sept ans d’entreprendre un dernier périple en mer, lorsqu’elle apprend qu’une opération commerciale, autorisée jadis par Magnus, menace son glacier natal. L’heure est venue pour Signe d’affronter son grand amour perdu. Pour cela, elle doit prendre la direction du sud de la France…
France, 2041. La guerre de l’eau bat son plein. Avec Lou, sa fille aînée, David a fui les Pyrénées ravagées par la sécheresse pour retrouver sa femme et leur bébé, dont il a été séparé. Mais les réfugiés climatiques sont bloqués à la frontière, et les ressources commencent à manquer. Un jour, à des kilomètres de la côte, David et Lou trouvent un voilier au beau milieu d’un champ desséché : le bateau de Signe…
Une intrigue sophistiquée et palpitante, au service d’une fable dystopique plus nécessaire que jamais.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258152717
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 140 x 225 mm
Presses de la cité

Ils en parlent

"Une écriture très cinématographique et très efficace qui vaut le détour."
La Voix du Nord

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MuseaUranie Posté le 28 Mai 2020
    Je me suis tourné vers le dernier roman de Maja Lunde. L'auteur m'avait chamboulé avec son premier roman "Une Histoire des Abeilles" et j'attendais forcément beaucoup de BLEU. #9642;️Le roman choisi deux temporalités pour raconter son histoire. Signe, une sexagénaire norvégienne vivant en 2017 qui cherche à faire réagir son pays sur l'utilisation massive de la glace et David un jeune homme de 25 ans en 2041 à la recherche de sa femme et son bébé. #9642;️Contrairement à son roman précédent, celui-ci n'aura pas été un coup de cœur percutant, même s'il fait réagir sur notre société actuelle et ce que nous pouvons faire pour sauvegarder un élément important de la planète : l'eau. Il m'a manqué un petit quelque chose pour me dire "whao". J'aurais aimé suivre David et Signe plus longtemps, car j'ai eu une sensation de "non fini". Peut-être une centaine de page aurait été nécessaire.
  • manoush2808 Posté le 1 Mars 2020
    Dès l'ouverture, l'autrice nous plonge dans les Fjords majestueux de la Norvège et nous fait une description émouvante de l'impact des activités humaines sur les paysages de son enfance. Elle retranscrit parfaitement les limites de l'absurdité de l'économie, la soif de l'argent en utilisant un commerce de glaçons directement extrait des glaciers pour les pays qataris. Mais elle témoigne aussi d'une ville en pleine expansion qui détruit le cadre qui l'entoure a coup de barrage et centrale électrique pour son confort. Les premières réflexions sont lancées. Signe (qui porte bien son nom) vit a notre époque et commence a être témoin des prémices de l’effondrement de notre système actuel. On s'y attache dès les premières pages. Poétique, courageuse, proche de la nature, censée. " Je retire ma moufle, pose la main sur la glace et sens Blafonna vivre sous mes doigts, tel un énorme animal endormi, un animal blessé, qui ne peut rugir, mais se vide de son sang chaque seconde. Il est déjà mort." Le second personnage, David, vit en 2041, après l'effondrement et les conséquences gravissimes du réchauffement climatique. La France est devenue une terre hostile, caniculaire, aride où il n'a pas plu depuis 5ans et... Dès l'ouverture, l'autrice nous plonge dans les Fjords majestueux de la Norvège et nous fait une description émouvante de l'impact des activités humaines sur les paysages de son enfance. Elle retranscrit parfaitement les limites de l'absurdité de l'économie, la soif de l'argent en utilisant un commerce de glaçons directement extrait des glaciers pour les pays qataris. Mais elle témoigne aussi d'une ville en pleine expansion qui détruit le cadre qui l'entoure a coup de barrage et centrale électrique pour son confort. Les premières réflexions sont lancées. Signe (qui porte bien son nom) vit a notre époque et commence a être témoin des prémices de l’effondrement de notre système actuel. On s'y attache dès les premières pages. Poétique, courageuse, proche de la nature, censée. " Je retire ma moufle, pose la main sur la glace et sens Blafonna vivre sous mes doigts, tel un énorme animal endormi, un animal blessé, qui ne peut rugir, mais se vide de son sang chaque seconde. Il est déjà mort." Le second personnage, David, vit en 2041, après l'effondrement et les conséquences gravissimes du réchauffement climatique. La France est devenue une terre hostile, caniculaire, aride où il n'a pas plu depuis 5ans et la question de l'eau est devenue un problème majeur. L'ambiance de cette époque est terriblement oppressante. On ressent la chaleur étouffante, la poussière de cette terre aride, la crasse nous coller à la peau. David tente de survivre dans ces conditions avec sa petite fille Lou dans un camp de la Croix Rouge, espérant revoir sa femme égaré en chemin. Le récit ne contient pas vraiment d'action mais se base sur l'aspect psychologique des situations dans lesquelles se trouvent chacun des personnages. Le moindre détail est bien pensé, nous poussant à la projection en nous demandant comme nous aurions nous même agît. La chute du livre n'est pas explosive mais ouvre à une vraie réflexion sur la situation de notre monde actuel et vers quoi nous pouvons potentiellement nous diriger. Il résonne comme un avertissement face a une humanité en plein déclin.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ciloulecture Posté le 13 Janvier 2020
    une lecture agréable, et qui fait reflechir sur l'avenir ! Les comportements d'aujourd'hui conditionnent le monde de demain. Norvège 2041 Signe assiste au pillage du glacier de son enfance, qu'on découpe afin d'envoyer la glace dans les bars chics des pays occidentaux. Avec ses moyens elle décide de se battre pour préserver ce glacier Bordeaux 2017. Comment survivre en cas de pénurie d'eau. Père et fille sont dans un camp de refugié a cause de dérèglement climatique, e soleil brûle et l'eau est devenu un trésor. Une dystopie nous confronte aux conséquences de l'inaction actuelle concernznt l'avenir de la planète. Extrêmement réaliste, on frissonne à la lecture, en pensant à ce qui nous attend dans le futur si les comportements n'évoluent pas. L'ecriture est classique, assez plate et jai trouvé les dialogues parfois un peu fades, mais le livre se lit facilement et rapidement Une histoire de courage et d'abnégation sur le thème de l'écologie. Je recommande.
  • yifanld Posté le 25 Décembre 2019
    dystopie écologiste croisant les destins de Signe et de David, à une génération d’écart, entre la lutte de l’une pour sauver ses glaciers et le survivalisme de l’autre dans un monde asséché. Ecriture banale mais sujet qui vaut le détour.
  • leratquilit Posté le 25 Octobre 2019
    C'est sans surprise, à la fois et à nouveau un beau roman et une belle claque. J'avais déjà lu "Une histoire des abeilles" il y a quelques mois et le sujet était aussi polémique et urgent que dans le roman Blue : la disparition des abeilles et l'impact sur la société. Dans Blue, on parle de la fonte des glaciers et les impacts du réchauffement climatique sur la terre et ses habitants. Nous abordons également tous les sujets liés et qui découlent de ce destin tragique vers lequel nous nous dirigeons. Ce côté dystopique de Maja Lunde me plaît fortement, d'autant plus que j'espère que cela pourra fair eouvrir les yeux de certains lecteurs et faire bouger les choses. Le petit plus, le côté perso : l'un des personnages vient (et vient de fuir d'ailleurs...) d'Argelès, du côté de Perpignan, et c'est la où je suis née et où mes parents habitent toujours ! Ça fait réfléchir encore plus et j'espère que nous pourrons éviter de finir comme le personnage et surtout ne pas avoir le même destin.
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.