RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Ça ne coûte rien de demander

            Robert Laffont
            EAN : 9782221190173
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 400
            Format : 140 x 225 mm
            Ça ne coûte rien de demander

            Esther SERMAGE (Traducteur)
            Collection : La Bête noire
            Date de parution : 11/01/2018

            « Si la police ne peut rien pour vous, n’hésitez pas à faire appel à moi. » Kouplan, détective sans-papiers.
            Ça y est, l’autoproclamé « détective » Kouplan, immigré iranien à Stockholm, n’a plus un rond. Il en est réduit à collecter des cannettes vides pour les revendre contre quelques pièces.
            En...

            « Si la police ne peut rien pour vous, n’hésitez pas à faire appel à moi. » Kouplan, détective sans-papiers.
            Ça y est, l’autoproclamé « détective » Kouplan, immigré iranien à Stockholm, n’a plus un rond. Il en est réduit à collecter des cannettes vides pour les revendre contre quelques pièces.
            En fouillant dans les poubelles du quartier huppé de Lidingö, il croise le chemin de Jenny Svärd, conseillère municipale aux dents longues, dont il surprend la conversation : Jenny vient de se faire escroquer par son amante, qui a disparu dans la nature avec deux cent mille couronnes. Puisque ça ne coûte rien de demander, Kouplan saute sur l’occasion pour lui proposer ses services d’enquêteur…
            Sara Lövestam vous fera découvrir la face cachée de Stockholm.
            « On est déjà attaché à cet enquêteur atypique. » Pascal Frey, Elle.
            « Sara Lövestam dévoile la Suède des immigrés. » Laurent Bainier, 20 minutes.
            Chacun sa vérité, le premier volet de la série Kouplan, a reçu le Grand Prix de littérature policière 2017.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221190173
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 400
            Format : 140 x 225 mm
            Robert Laffont
            21.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Stelphique Posté le 14 Mars 2019
              Ce que j’ai ressenti: Il me semble que ça ne coûte rien de dire que j’ai adoré cette deuxième enquête de l’inspecteur Kouplan. Que j’ai été très heureuse de le retrouver, parce que finalement, c’est bien à ce personnage que l’on s’attache. On l’avait laissé sur une révélation inattendue en twist final dans Chacun sa vérité, et Sara Lovestam approfondit plus encore cette identité floue en donnant un caractère plus intime à ce roman. En brouillant ainsi les pistes, cette auteure bouscule les mentalités vers plus de tolérance. Certains passages sont bouleversants, et tout le long de cette intrigue, c’est dans cette fragilité qu’est la grande force de ce polar. Je suis totalement conquise par son style, son engagement pour les problèmes de société actuels, sa sensibilité. Au delà, d’une simple enquête à lire sous nos plaids, je pense que Sara Lovestam peut marquer l’univers du polar grâce à ce personnage atypique. « Les circonstances nous rendent complexes, songe Kouplan. Comment se catégoriserait-il lui-même? Comment associer son passé, son corps et ses actes sous une seule et unique étiquette? » Le détective Kouplan se voit confier une nouvelle mission dans l’ombre et puisque ça ne coûte rien de demander, il aborde... Ce que j’ai ressenti: Il me semble que ça ne coûte rien de dire que j’ai adoré cette deuxième enquête de l’inspecteur Kouplan. Que j’ai été très heureuse de le retrouver, parce que finalement, c’est bien à ce personnage que l’on s’attache. On l’avait laissé sur une révélation inattendue en twist final dans Chacun sa vérité, et Sara Lovestam approfondit plus encore cette identité floue en donnant un caractère plus intime à ce roman. En brouillant ainsi les pistes, cette auteure bouscule les mentalités vers plus de tolérance. Certains passages sont bouleversants, et tout le long de cette intrigue, c’est dans cette fragilité qu’est la grande force de ce polar. Je suis totalement conquise par son style, son engagement pour les problèmes de société actuels, sa sensibilité. Au delà, d’une simple enquête à lire sous nos plaids, je pense que Sara Lovestam peut marquer l’univers du polar grâce à ce personnage atypique. « Les circonstances nous rendent complexes, songe Kouplan. Comment se catégoriserait-il lui-même? Comment associer son passé, son corps et ses actes sous une seule et unique étiquette? » Le détective Kouplan se voit confier une nouvelle mission dans l’ombre et puisque ça ne coûte rien de demander, il aborde lui même, Jenny Svard qui s’est vue délestée de deux cent mille couronnes par son amante. Toujours la peur et la faim au ventre, et sans doute d’autres bouleversements hormonaux, il avance dans les rues à couvert, et plonge dans le grand bain de la politique. Petit à petit, on est saisi par la force des mensonges énoncés et des vérités tues, par les révélations étranges et les actions volontaires, et par cette vengeance de femmes. « En se consacrant au faux, on est en contradiction avec la vie qui est dans le vrai. Chaque mensonge est un instant volé à sa propre vie. » Ça ne coûte rien de demander…la suite des aventures de Kouplan! Je suis tellement impatiente de découvrir l’évolution de ce personnage. Dans ce tome-ci, vérités et mensonges jouent encore sur les failles humaines et tout ce qu’il parait n’est jamais totalement ce qui est. Et c’est ce que j’adore! Etre déstabilisée, ne pas prévoir le prochain rebondissement, me laisser surprendre par des émotions nouvelles. Avec Sara Lovestam, je sais que j’aurai ces moments de doutes délicieux, où chacun peut ressentir sa vérité. "Ça ne coûte rien de demander, Kouplan. Il n’y a qu’à demander, l’univers te répondra. Sois ce que tu veux être, nous sommes les metteurs en scènes de nos propres vies." Ma note Plaisir de Lecture 9/10
              Lire la suite
              En lire moins
            • Bill Posté le 4 Mars 2019
              J'ai découvert Sara LOVESTAM et son héros, Kouplan, son détective privé sans papier avec "A chacun sa vérité", le mois dernier.  On le retrouve dans ce nouvel opus, ramassant des canettes vides dans des poubelles pour gagner quelques couronnes en les rapportant à la consigne et gagner ainsi l'argent nécessaire au paiement de sa nourriture ... Alors qu'il fouille les poubelles d'un quartier huppé, il entend la conversation d'une femme, Jenny Svärd, évoquant comment elle s'est faite escroquer par son amante ...  Kouplan convainc Jenny de lui donner sa chance, et il part à la recherche d'Amanda ...  L'enquête se révèlera assez facile à résoudre dès lors que les habitudes de la dame se révèleront constantes mais ce roman nous permet de découvrir qui est vraiment Kouplan, sa vie, ses origines, ses difficultés.  Kouplan laisse apparaître ses faiblesses, sa particularité, et, par bribes, évoque sa jeunesse en Iran ...   En le ramenant à Jönköping, la ville de Suède où il est arrivé, l'auteur nous raconte la vie dans les collectifs où sont réunis les personnes en attente d'asile, la vie communautaire en milieu vegan, la débrouillardise, l'entraide et les réseaux . Un roman intéressant, une escroquerie maligne et pourtant sans doute très fréquente ..  Un auteur que je... J'ai découvert Sara LOVESTAM et son héros, Kouplan, son détective privé sans papier avec "A chacun sa vérité", le mois dernier.  On le retrouve dans ce nouvel opus, ramassant des canettes vides dans des poubelles pour gagner quelques couronnes en les rapportant à la consigne et gagner ainsi l'argent nécessaire au paiement de sa nourriture ... Alors qu'il fouille les poubelles d'un quartier huppé, il entend la conversation d'une femme, Jenny Svärd, évoquant comment elle s'est faite escroquer par son amante ...  Kouplan convainc Jenny de lui donner sa chance, et il part à la recherche d'Amanda ...  L'enquête se révèlera assez facile à résoudre dès lors que les habitudes de la dame se révèleront constantes mais ce roman nous permet de découvrir qui est vraiment Kouplan, sa vie, ses origines, ses difficultés.  Kouplan laisse apparaître ses faiblesses, sa particularité, et, par bribes, évoque sa jeunesse en Iran ...   En le ramenant à Jönköping, la ville de Suède où il est arrivé, l'auteur nous raconte la vie dans les collectifs où sont réunis les personnes en attente d'asile, la vie communautaire en milieu vegan, la débrouillardise, l'entraide et les réseaux . Un roman intéressant, une escroquerie maligne et pourtant sans doute très fréquente ..  Un auteur que je vais continuer à suivre !
              Lire la suite
              En lire moins
            • 1001histoires Posté le 19 Août 2018
              Publié en Suède sous le titre original de "Önska kostar ingenting" ( 2015 ). Parution en France janvier 2018, éditions Robert Laffont, collection "La Bête Noire". Quel plaisir de retrouver Kouplan, détective privé à Stockholm, je conseille de respecter la chronologie lors de vos lectures (le tome 2 se passe six mois après le tome 1) pour profiter du contexte et de l'ambiance inhabituelle imaginée par Sara Lövestam. Un détective privé est souvent sans le sous, Kouplan n'échappe pas à la règle alors, Ça ne coûte rien de demander, ça ne coûte rien de proposer son aide, même à une inconnue dans le quartier huppé de Lidingö. La chance est avec Kouplan, Jenny Svärd conseillère municipale à Stockholm a été victime d'une escroquerie. Elle a été trompée par une amie qu'elle croyait proche, une forte somme d'argent est en jeu. Jenny charge Kouplan de retrouver Amanda mais il s'agit sans doute d'une fausse identité. Il s'ensuit un exceptionnel chassé-croisé qui permet de faire connaissance avec Amanda, Jenny et Kouplan. Ces trois protagonistes se souviennent et racontent. Jenny est avide de se venger, comment a-t-elle pu être trompée de la sorte ? Amanda ment c'est sûr, où commence sa vérité, où finissent ses... Publié en Suède sous le titre original de "Önska kostar ingenting" ( 2015 ). Parution en France janvier 2018, éditions Robert Laffont, collection "La Bête Noire". Quel plaisir de retrouver Kouplan, détective privé à Stockholm, je conseille de respecter la chronologie lors de vos lectures (le tome 2 se passe six mois après le tome 1) pour profiter du contexte et de l'ambiance inhabituelle imaginée par Sara Lövestam. Un détective privé est souvent sans le sous, Kouplan n'échappe pas à la règle alors, Ça ne coûte rien de demander, ça ne coûte rien de proposer son aide, même à une inconnue dans le quartier huppé de Lidingö. La chance est avec Kouplan, Jenny Svärd conseillère municipale à Stockholm a été victime d'une escroquerie. Elle a été trompée par une amie qu'elle croyait proche, une forte somme d'argent est en jeu. Jenny charge Kouplan de retrouver Amanda mais il s'agit sans doute d'une fausse identité. Il s'ensuit un exceptionnel chassé-croisé qui permet de faire connaissance avec Amanda, Jenny et Kouplan. Ces trois protagonistes se souviennent et racontent. Jenny est avide de se venger, comment a-t-elle pu être trompée de la sorte ? Amanda ment c'est sûr, où commence sa vérité, où finissent ses mensonges ? Les souvenirs de Kouplan contribuent à le rendre de plus en plus sympathique. Le lecteur le voit heureux en Iran, dans sa famille aisée. Il a été journaliste débutant. Et puis il va devoir affronter l'inconnu et apprendre a se débrouiller dans ce pays inconnu qu'est la Suède. Désormais pour survivre, il lui faut dénicher avant de les revendre une centaine de canettes vides par jour en fouillant les poubelles. Il lui faut fuir les contrôles de la Police car l'Office national des migrations lui a refusé des papiers. Il a quitté le centre d'hébergement pour les réfugiés à Jönköping pour un hébergement privé où la belle et spontanée Siri lui a appris à parler suédois. Avant Kouplan s'appelait Nesrine mais peu importe ce changement de nom puisqu'il est sans-papiers. L'enquête de Kouplan devient presque secondaire tellement l'ambiance et la psychologie des personnages prennent une place passionnante. Le suspense s'installe dans les portraits affinés que l'auteure dévoile au moyen de courtes révélations entrecoupées d'anecdotes sur le quotidien de la Suède. L'enquête est pourtant présente, en filigrane, avec un Kouplan spontané, perspicace, fragile et habile. Il se révèle un cyberdétective efficace qui sait utiliser toutes les possibilités offertes par facebook. Pourtant un modeste cahier d'écolier comme ceux qu'on utilise au CP reste le moyen infaillible pour noter tout ce qui peut s'avérer utile dans son enquête. Il doit affronter une ville inconnue ( Göteborg ). Un improbable groupe de véganes lui apporte une aide inattendue. Ce roman n'est pas un roman policier habituel, ce n'est pas un roman noir non plus malgré le portrait sans complaisance de la Suède actuelle. Le lecteur sourit, il est attendri par la spontanéité émouvante des personnages, le plus souvent très jeunes et confrontés à une réalité cruelle qu'ils abordent avec un courage vivifiant.
              Lire la suite
              En lire moins
            • madamedekeravel Posté le 7 Août 2018
              Un polar, mais très original, sans crime, avec des personnages hors normes et intéressants. L'écriture est fluide et agréable. A recommander !
            • Felina Posté le 5 Juin 2018
              La puissance des polars noirs nordiques n'est plus à faire. Sara Lövestam est une nouvelle venue dans le genre, mais il est probable qu'elle soit là pour durer. Avec ce second tome de la tétralogie de Kouplan, le détective sans papiers, la jeune auteure, qui a reçu le Grand prix de la littérature policière pour"Chacun cherche sa vérité" propose un récit hors des sentiers battus. Kouplan est un immigré iranien en Suède. Sans papier, il vit de subsides lorsqu'il entend totalement par hasard, une conversation téléphonique qui va changer sa vie. La conseillère Jenny Svärd s'est faite escroquée. Kouplan, n'ayant plus de moyens de subsistance et curieux par nature, propose à la femme de l'aider. Sara Lövestam est professeur de suédois pour les immigrés. Personne engagée, cela se ressent dans sa façon d'aborder la vie dans ses romans. Kouplan est lui-même immigré en Suède et sans papier. Sa situation délicate rend sa profession de détective encore plus précaire. Observer ce personnage attachant, voire touchant et plein de ressources se lancer dans une enquête aux côtés d'une conseillère municipale est paradoxal quant à sa qualité de clandestin sur le territoire, mais ce statut peut en arranger certains. Il est d'ailleurs possible de... La puissance des polars noirs nordiques n'est plus à faire. Sara Lövestam est une nouvelle venue dans le genre, mais il est probable qu'elle soit là pour durer. Avec ce second tome de la tétralogie de Kouplan, le détective sans papiers, la jeune auteure, qui a reçu le Grand prix de la littérature policière pour"Chacun cherche sa vérité" propose un récit hors des sentiers battus. Kouplan est un immigré iranien en Suède. Sans papier, il vit de subsides lorsqu'il entend totalement par hasard, une conversation téléphonique qui va changer sa vie. La conseillère Jenny Svärd s'est faite escroquée. Kouplan, n'ayant plus de moyens de subsistance et curieux par nature, propose à la femme de l'aider. Sara Lövestam est professeur de suédois pour les immigrés. Personne engagée, cela se ressent dans sa façon d'aborder la vie dans ses romans. Kouplan est lui-même immigré en Suède et sans papier. Sa situation délicate rend sa profession de détective encore plus précaire. Observer ce personnage attachant, voire touchant et plein de ressources se lancer dans une enquête aux côtés d'une conseillère municipale est paradoxal quant à sa qualité de clandestin sur le territoire, mais ce statut peut en arranger certains. Il est d'ailleurs possible de faire un parallèle entre cette quête de papiers/ d'identité du personnage et la découverte par le lecteur de "l'identité" et du fonctionnement de la société suédoise. La plume de l'auteure est fluide et affûtée. La galerie des personnages est captivante, et par instant, la priorité de l'enquête disparaît au profit de l'aspect sociétal et de ces règles inflexibles. Ce point risque de déstabiliser le lecteur qui s'attendrait à un polar où l'action et les rebondissements sont quasiment omniprésents. Sara Lövestam excelle néanmoins à construire une atmosphère prenante, voire pesante. Selon chacun, le tour politique que va prendre l'investigation, peut rebuter, ou pas. (...)
              Lire la suite
              En lire moins

            les contenus multimédias

            Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
            Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.