En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Ça ne coûte rien de demander

        Robert Laffont
        EAN : 9782221190173
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 400
        Format : 140 x 225 mm
        Ça ne coûte rien de demander

        Esther SERMAGE (Traducteur)
        Collection : La Bête noire
        Date de parution : 11/01/2018

        « Si la police ne peut rien pour vous, n’hésitez pas à faire appel à moi. » Kouplan, détective sans-papiers.
        Ça y est, l’autoproclamé « détective » Kouplan, immigré iranien à Stockholm, n’a plus un rond. Il en est réduit à collecter des cannettes vides pour les revendre contre quelques pièces.
        En...

        « Si la police ne peut rien pour vous, n’hésitez pas à faire appel à moi. » Kouplan, détective sans-papiers.
        Ça y est, l’autoproclamé « détective » Kouplan, immigré iranien à Stockholm, n’a plus un rond. Il en est réduit à collecter des cannettes vides pour les revendre contre quelques pièces.
        En fouillant dans les poubelles du quartier huppé de Lidingö, il croise le chemin de Jenny Svärd, conseillère municipale aux dents longues, dont il surprend la conversation : Jenny vient de se faire escroquer par son amante, qui a disparu dans la nature avec deux cent mille couronnes. Puisque ça ne coûte rien de demander, Kouplan saute sur l’occasion pour lui proposer ses services d’enquêteur…
        Sara Lövestam vous fera découvrir la face cachée de Stockholm.
        « On est déjà attaché à cet enquêteur atypique. » Pascal Frey, Elle.
        « Sara Lövestam dévoile la Suède des immigrés. » Laurent Bainier, 20 minutes.
        Chacun sa vérité, le premier volet de la série Kouplan, a reçu le Grand Prix de littérature policière 2017.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221190173
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 400
        Format : 140 x 225 mm
        Robert Laffont
        21.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • aurelie78260 Posté le 12 Mars 2018
          Il me tardait de lire le deuxième volet de la tétralogie de Sara Lövestam. Le premier volet avec "Chacun sa vérité" (ma chronique ici!) m'avait complétement conquise. Ce fut un vrai coup de cœur pour moi. Ici avec "ça ne coûte rien de demander", nous retrouvons notre très cher détective privé sans papiers, Kouplan. Sara nous immerge un peu plus dans la vie de Kouplan. Nous ne faisons qu'un avec lui. Nous le suivons au fil de ses pérégrinations avec les soucis de son corps et je n'en dirais pas plus à ce niveau-là pour ne pas spolier le premier volet. En parallèle, Kouplan enquête "au noir" pour le compte de Jenny Svard, conseillère municipale coriace, qui s'est fait avoir en se faisant arnaquer de deux cent mille couronnes par son ex-petite amie. Pourquoi Jenny ne fait pas appel à la police ? Est-elle vraiment la victime dans cette histoire ? Dès lors, Kouplan rentre en piste et se lance à la recherche de la fameuse Amanda, qui deviendra tour à tour, Patricia, Consuela, Nathalie... Tout au long de cette enquête, nous en apprenons davantage sur Kouplan lui-même mais aussi sur son passé. Comme je le disais dans son précédent livre, je... Il me tardait de lire le deuxième volet de la tétralogie de Sara Lövestam. Le premier volet avec "Chacun sa vérité" (ma chronique ici!) m'avait complétement conquise. Ce fut un vrai coup de cœur pour moi. Ici avec "ça ne coûte rien de demander", nous retrouvons notre très cher détective privé sans papiers, Kouplan. Sara nous immerge un peu plus dans la vie de Kouplan. Nous ne faisons qu'un avec lui. Nous le suivons au fil de ses pérégrinations avec les soucis de son corps et je n'en dirais pas plus à ce niveau-là pour ne pas spolier le premier volet. En parallèle, Kouplan enquête "au noir" pour le compte de Jenny Svard, conseillère municipale coriace, qui s'est fait avoir en se faisant arnaquer de deux cent mille couronnes par son ex-petite amie. Pourquoi Jenny ne fait pas appel à la police ? Est-elle vraiment la victime dans cette histoire ? Dès lors, Kouplan rentre en piste et se lance à la recherche de la fameuse Amanda, qui deviendra tour à tour, Patricia, Consuela, Nathalie... Tout au long de cette enquête, nous en apprenons davantage sur Kouplan lui-même mais aussi sur son passé. Comme je le disais dans son précédent livre, je trouve encore une fois que l'enquête est plus ou moins secondaire et j’apprécie cet aspect où tout ne tourne pas uniquement autour de l’intrigue. Mon seul regret est que la fin de l'enquête arrive d'un coup avec une résolution facile et assez banale. Je pense que l'auteure aurait pu y mettre un peu plus d'originalité, de piquant. Par contre, la fin laisse présager une suite que j'ai hâte de découvrir car celle-ci concerne toujours notre histoire sur le personnage de Kouplan. Peut-être pourra-t-il bientôt se promener dans la rue sans regarder par dessus son épaule... Ici, le thème principal est toujours la clandestinité, n'oublions pas le statut de Kouplan ;) Toutefois, d'autres thèmes sont également abordés tels que la manipulation par le mensonge, l'escroquerie/duperie, et l'homosexualité. Toujours des sujets de société qui frappent fort. La psychologie de Kouplan est parfaitement étudiée, on ne peut que s'y attacher. Le personnage en lui-même est toujours aussi atypique de par son physique mais aussi par ses traits de caractère (naïf mais débrouillard, économe et prudent avec une tendance à la parano) et nous réserve de belles surprises. Sara Lövestam nous a concocté un bon polar nordique avec son attachant personnage qui fait toute la différence. Un livre qui se lit tout seul car l'auteure sait alpaguer son lecteur l'air de rien. Les pages défilent et on ne se rend pas compte qu'on arrive très vite à la fin.
          Lire la suite
          En lire moins
        • LeaTouchBook Posté le 10 Mars 2018
          Chacun sa vérité était vraiment un très bon premier volume, la suite l'est tout autant ! Ça ne coûte rien de demander est une suite à la hauteur du premier tome, une suite qui va permettre d'en savoir plus sur le détective Kouplan et ce à notre plus grand plaisir. En effet la fin du premier tome nous avait révélé un gros secret lié à ce personnage et dès lors je voulais absolument en savoir plus. Ainsi l'aspect addictif est doublé dans chaque livre de Sara Lövestam : le livre est addictif du fait de l'enquête menée par Kouplan mais c'est aussi un page turner car le héros est un vrai mystère, on souhaite connaître tous ses secrets. La lauréate du Grand Prix de littérature policière confirme ainsi tout son talent et sa faculté à renouveler complètement le genre policier : vous ne retrouverez nulle part un tel personnage et une telle faculté à mélanger l'intime, l'enquête et le social. Ainsi Ça ne coûte rien de demander est tout autant un thriller, un policier qu'un roman noir. Si j'ai moins aimé cette enquête que la précédente, j'ai encore une fois été embarquée par le personnage de Kouplan et j'ai... Chacun sa vérité était vraiment un très bon premier volume, la suite l'est tout autant ! Ça ne coûte rien de demander est une suite à la hauteur du premier tome, une suite qui va permettre d'en savoir plus sur le détective Kouplan et ce à notre plus grand plaisir. En effet la fin du premier tome nous avait révélé un gros secret lié à ce personnage et dès lors je voulais absolument en savoir plus. Ainsi l'aspect addictif est doublé dans chaque livre de Sara Lövestam : le livre est addictif du fait de l'enquête menée par Kouplan mais c'est aussi un page turner car le héros est un vrai mystère, on souhaite connaître tous ses secrets. La lauréate du Grand Prix de littérature policière confirme ainsi tout son talent et sa faculté à renouveler complètement le genre policier : vous ne retrouverez nulle part un tel personnage et une telle faculté à mélanger l'intime, l'enquête et le social. Ainsi Ça ne coûte rien de demander est tout autant un thriller, un policier qu'un roman noir. Si j'ai moins aimé cette enquête que la précédente, j'ai encore une fois été embarquée par le personnage de Kouplan et j'ai vraiment hâte de lire la prochaine histoire ! En définitive, après Chacun sa vérité, Ça ne coûte rien de demander confirme le talent de Sara Lövestam !
          Lire la suite
          En lire moins
        • croc1706 Posté le 22 Février 2018
          Je dois bien avouer que ce polar d'un nouveau genre m'a laissé perplexe. Je m'explique .... Le roman commence très fort, car le lecteur rencontre le personnage principal, Kouplan, la tête enfouie dans une poubelle en quête de canettes à recycler. On comprend très vite que ce personnage très mystérieux et très atypique, cache des secrets que l'on va peu à peu découvrir.  Jenny , quand à elle, personnalité politique en vue, cherche quelqu'un de discret pour retrouver la femme qui l'a escroquée d'une somme d'argent conséquente.  Leurs chemins se croisent et voilà ce duo improbable lancé dans une course poursuite folle... J'ai beaucoup aimé le personnage de Kouplan, touchant par son histoire, son passé et tout simplement ce qu'il est. Curieux, malin, et plein de ressources , il impressionne .... La galerie de portraits qui l'encadre est elle aussi plaisante, et ouvre la porte sur une partie de la société suédoise assez peu connu. Entre traitement réservé aux immigrés, transexualité, manoeuvres politiques et même véganisme, on retrouve des thèmes peu abordés dans le polar en général, dans le polar nordique en particulier.  Mais tout ces éléments positifs ne masquent pas ma déception de voir l'histoire et l'enquête passées au deuxième plan . Il... Je dois bien avouer que ce polar d'un nouveau genre m'a laissé perplexe. Je m'explique .... Le roman commence très fort, car le lecteur rencontre le personnage principal, Kouplan, la tête enfouie dans une poubelle en quête de canettes à recycler. On comprend très vite que ce personnage très mystérieux et très atypique, cache des secrets que l'on va peu à peu découvrir.  Jenny , quand à elle, personnalité politique en vue, cherche quelqu'un de discret pour retrouver la femme qui l'a escroquée d'une somme d'argent conséquente.  Leurs chemins se croisent et voilà ce duo improbable lancé dans une course poursuite folle... J'ai beaucoup aimé le personnage de Kouplan, touchant par son histoire, son passé et tout simplement ce qu'il est. Curieux, malin, et plein de ressources , il impressionne .... La galerie de portraits qui l'encadre est elle aussi plaisante, et ouvre la porte sur une partie de la société suédoise assez peu connu. Entre traitement réservé aux immigrés, transexualité, manoeuvres politiques et même véganisme, on retrouve des thèmes peu abordés dans le polar en général, dans le polar nordique en particulier.  Mais tout ces éléments positifs ne masquent pas ma déception de voir l'histoire et l'enquête passées au deuxième plan . Il y a même un moment au centre du roman où on se perd un peu, ne sachant plus trop où cela va nous mener , avant que l'auteur nous remette sur les rails vers une fin intéressante.  Pour terminer, je dirais donc que j'ai aimé les personnages mais malheureusement un peu moins l'histoire . A vous de vous faire votre propre avis ! 
          Lire la suite
          En lire moins
        • gruz Posté le 2 Février 2018
          Il est loin le temps où un détective se devait d’être obligatoirement viril, alcoolique, déprimé et profondément ancré dans les racines de son pays. Le personnage principal des enquêtes de Sara Lövestam est l’antithèse même de ces stéréotypes-là, et c’est un élément qui est pour beaucoup dans la réussite de ce roman. Deuxième enquête de Kouplan, émigré iranien sans-papiers en Suède, après Chacun sa vérité. Un personnage qui s’improvise détective privé malgré sa situation de vie inextricable. Improbable ? La question ne se pose clairement plus dès les premières pages, tant Kouplan est profondément attachant. Le premier roman de la série était bon, celui-ci est formidable. Pas tant par l’intrigue en elle-même, presque secondaire, mais par les personnages et ce qu’ils véhiculent. Peut-on parler de polar ? Pas vraiment, ou alors sous une nouvelle forme, très moderne (loin de l’image véhiculée par sa couverture vieillotte). Un format qui ouvre encore davantage le prisme sur le monde qui nous entoure. Pas le genre à proposer des rebondissements à chaque paragraphe, mais plutôt à installer une ambiance prenante. Ça ne coûte rien de demander est donc le second volet d’une tétralogie. Tout à fait lisible et appréciable individuellement, il met en valeur cet étonnant iranien... Il est loin le temps où un détective se devait d’être obligatoirement viril, alcoolique, déprimé et profondément ancré dans les racines de son pays. Le personnage principal des enquêtes de Sara Lövestam est l’antithèse même de ces stéréotypes-là, et c’est un élément qui est pour beaucoup dans la réussite de ce roman. Deuxième enquête de Kouplan, émigré iranien sans-papiers en Suède, après Chacun sa vérité. Un personnage qui s’improvise détective privé malgré sa situation de vie inextricable. Improbable ? La question ne se pose clairement plus dès les premières pages, tant Kouplan est profondément attachant. Le premier roman de la série était bon, celui-ci est formidable. Pas tant par l’intrigue en elle-même, presque secondaire, mais par les personnages et ce qu’ils véhiculent. Peut-on parler de polar ? Pas vraiment, ou alors sous une nouvelle forme, très moderne (loin de l’image véhiculée par sa couverture vieillotte). Un format qui ouvre encore davantage le prisme sur le monde qui nous entoure. Pas le genre à proposer des rebondissements à chaque paragraphe, mais plutôt à installer une ambiance prenante. Ça ne coûte rien de demander est donc le second volet d’une tétralogie. Tout à fait lisible et appréciable individuellement, il met en valeur cet étonnant iranien qui veut devenir suédois. Je conseille donc de lire le premier avant (voire les deux à la suite, c’est encore mieux !). Il est, cette fois-ci, question d’escroquerie. Et d’apparences. A lire au premier et au second degré, tant ces thématiques entrent en résonance avec l’histoire personnelle des protagonistes et la manière dont tourne (à l’envers) notre société. Parce que Kouplan a beaucoup de soucis avec les apparences, et ça le rend encore plus émouvant. La plume de Sara Lövestam est au niveau de son personnage, à la fois décalée et sonnant pourtant juste. Elle sait rajouter cette subtile dose de dérision qui fait qu’on se prête à sourire parfois, même dans des situations dramatiques. J’avais été agréablement surpris par l’audace et l’originalité de Chacun sa vérité. Ça ne coûte rien de demander m’a passionné et bluffé, et il me tarde de retrouver Kouplan, le genre de personnage rare (très rare) qui marque durablement les esprits. Décidément, Sara Lövestam est à suivre de très près.
          Lire la suite
          En lire moins
        • BooksnPics Posté le 1 Février 2018
          Jenny Svärd, conseillère municipale, vient de se faire escroquer par Amanda, son amante. Après 10 mois de relation, celle-ci s’est évaporée dans la nature en emportant avec elle un beau pactole. Jenny envisage de se venger mais comment pister Amanda sans que leur relation ne soit étalée sur la place publique? Sa rencontre, pour le moins inattendue, avec Kouplan, alors qu’il collecte des canettes dans les poubelles de la ville, lui redonnera une lueur d’espoir. « Ça ne coûte rien de demander », second opus de Sara Lövestam à paraître aux éditions Robert Laffont, bouscule l’univers du polar et confirme le talent de l’auteur déjà récompensée par le Grand Prix de la Littérature Policière 2017 pour « Chacun sa vérité ». Kouplan, journaliste sans-papiers, venu de Téhéran, se lance à la recherche d’un job de détective. Condamné à vivre clandestinement afin d’échapper à tout contrôle administratif, il doit faire preuve de débrouillardise et surtout garder son sang-froid. Avec ce personnage très attachant, Sara Lövestam, sort des sentiers battus et nous plonge également au cœur de la vie des immigrés en Suède. Le style est fluide, le roman se lit d’une traite. « Ca ne coûte rien de demander », petite révolution dans le monde... Jenny Svärd, conseillère municipale, vient de se faire escroquer par Amanda, son amante. Après 10 mois de relation, celle-ci s’est évaporée dans la nature en emportant avec elle un beau pactole. Jenny envisage de se venger mais comment pister Amanda sans que leur relation ne soit étalée sur la place publique? Sa rencontre, pour le moins inattendue, avec Kouplan, alors qu’il collecte des canettes dans les poubelles de la ville, lui redonnera une lueur d’espoir. « Ça ne coûte rien de demander », second opus de Sara Lövestam à paraître aux éditions Robert Laffont, bouscule l’univers du polar et confirme le talent de l’auteur déjà récompensée par le Grand Prix de la Littérature Policière 2017 pour « Chacun sa vérité ». Kouplan, journaliste sans-papiers, venu de Téhéran, se lance à la recherche d’un job de détective. Condamné à vivre clandestinement afin d’échapper à tout contrôle administratif, il doit faire preuve de débrouillardise et surtout garder son sang-froid. Avec ce personnage très attachant, Sara Lövestam, sort des sentiers battus et nous plonge également au cœur de la vie des immigrés en Suède. Le style est fluide, le roman se lit d’une traite. « Ca ne coûte rien de demander », petite révolution dans le monde du polar nordique, mérite le détour. J’attends avec impatience le troisième volet!
          Lire la suite
          En lire moins

        les contenus multimédias

        Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
        Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.