Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221259283
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 130 x 200 mm
Dans la neige ardente
Collection : La Bête noire
Date de parution : 13/01/2022
Éditeurs :
Robert Laffont

Dans la neige ardente

Collection : La Bête noire
Date de parution : 13/01/2022
Dans une ville à feu et à sang, deux êtres tentent de survivre.
Une nouvelle voix époustouflante du roman noir français.
Hugo se terre chez lui, retranché derrière une porte blindée. Il observe l’horizon partir en fumée. Jusqu’au jour où, poussé par le destin, il se décide à sortir et à... Hugo se terre chez lui, retranché derrière une porte blindée. Il observe l’horizon partir en fumée. Jusqu’au jour où, poussé par le destin, il se décide à sortir et à traverser le chaos pour atteindre le coeur même du brasier.
Pauline a rejoint un groupe de révoltés, quelques jeunes réfugiés dans...
Hugo se terre chez lui, retranché derrière une porte blindée. Il observe l’horizon partir en fumée. Jusqu’au jour où, poussé par le destin, il se décide à sortir et à traverser le chaos pour atteindre le coeur même du brasier.
Pauline a rejoint un groupe de révoltés, quelques jeunes réfugiés dans les tunnels du métro afin d’échapper aux bombardements. À bout de force, elle se résout à sortir, en quête d’air et de lumière.
Dans un univers dévasté, recouvert par une épaisse couche de cendres mortifères, chacun avance avec l'ardeur du dernier souffle, le vacarme comme boussole.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221259283
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 130 x 200 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Neitsabesrehcor Posté le 12 Avril 2022
    Le premier livre d Olivier Gallien, qu’il ne faut pas confondre avec Alexandre Galien est une sorte de thriller apocalyptique C est la guerre, on ne sais pas vraiment où ni pourquoi mais une partie de la ville est totalement ravagée par les bombes alors que l autre est restée plus ou moins intacte Les rebelles assaillis dans la zone dévastée se terrent dans les décombres du métro murés par les milices opposantes Pauline et un groupe d amis y sont reclus survivants comme ils le peuvent dans se mouroir organiser Hugo quand à lui a choisi de ne pas suivre ses amis dans cette guerre inéquitable et perdue d avance pour rester avec son père dans son appartement et assister en spectateur anonyme au bombardement incessant C est alors que pour des raisons qu’il faudra découvrir au fil de cette lecture, Hugo va choisi de quitter son cocon protégé pour partir retrouver Pauline qui de son côté trouve le moyen de s échapper du métro pour tenter de traverser un no man land sillonné par des milices armés Un livre très rapide à lire, peu de page et de très court chapitres( parfois une seul page) qui montre que... Le premier livre d Olivier Gallien, qu’il ne faut pas confondre avec Alexandre Galien est une sorte de thriller apocalyptique C est la guerre, on ne sais pas vraiment où ni pourquoi mais une partie de la ville est totalement ravagée par les bombes alors que l autre est restée plus ou moins intacte Les rebelles assaillis dans la zone dévastée se terrent dans les décombres du métro murés par les milices opposantes Pauline et un groupe d amis y sont reclus survivants comme ils le peuvent dans se mouroir organiser Hugo quand à lui a choisi de ne pas suivre ses amis dans cette guerre inéquitable et perdue d avance pour rester avec son père dans son appartement et assister en spectateur anonyme au bombardement incessant C est alors que pour des raisons qu’il faudra découvrir au fil de cette lecture, Hugo va choisi de quitter son cocon protégé pour partir retrouver Pauline qui de son côté trouve le moyen de s échapper du métro pour tenter de traverser un no man land sillonné par des milices armés Un livre très rapide à lire, peu de page et de très court chapitres( parfois une seul page) qui montre que l’on peut tout sacrifier par amour Une belle leçon de vie Malheureusement l ensemble manque un peu de punchs Il faut toutefois rester indulgent car il ne s’agit que d’un premier livre et la critique est toujours facile alors que l’art est difficile
    Lire la suite
    En lire moins
  • Stelphique Posté le 9 Avril 2022
    Ce que j’ai ressenti: Je pense encore au ciel. Au ciel Qui meurt sur nos lèvres et dans nos yeux Je pense encore à eux, Hugo et Pauline Dans la neige ardente, ils survivent Ils survivent au climat, au contexte À la guerre, aux autres, au désespoir Ils survivent au trouble, à la malnutrition Au chaos, au vacarme, aux requiem Deux routes, deux manières de survivre Mais, le même but.-Alors, ça fait quoi?- Ça fait une ambiance ramassée, Entre ombre et lumière, singulière Un temps incertain, instable, curieux Entre vie, mort, et entre-deux vacillant Des phrases courtes, impactantes Ni dans la surenchère, ni dans le minima Juste de l’émotion, à l’état brut Et ça, ça reste toujours, longtemps, Ça s’accroche, ça gratte, ça s’infiltre Aussi fort, aussi sûrement, qu’un frisson Parce que c’est efficace, addictif, ardent Qu’il y a ce décor d’apocalypse qui s’ouvre Sur des scènes de vies très intenses Je pense encore à eux, Pauline et Hugo Ne voulant pas les laisser à la merci De cette ville de tous les dangers « Alors que le ciel flamboie »… Alors, que j’ai ressenti, autant… Je ne sais pas combien de temps Il nous reste, mais ça sonne, très actuel Et l’énergie de l’Ultime, elle nous traverse, Elle parle même, poésie, à nos feux intérieurs… Et si les rares êtres humains qui liront ceci Pouvaient prendre note de ce conseil lecture: Ne doutez plus,... Ce que j’ai ressenti: Je pense encore au ciel. Au ciel Qui meurt sur nos lèvres et dans nos yeux Je pense encore à eux, Hugo et Pauline Dans la neige ardente, ils survivent Ils survivent au climat, au contexte À la guerre, aux autres, au désespoir Ils survivent au trouble, à la malnutrition Au chaos, au vacarme, aux requiem Deux routes, deux manières de survivre Mais, le même but.-Alors, ça fait quoi?- Ça fait une ambiance ramassée, Entre ombre et lumière, singulière Un temps incertain, instable, curieux Entre vie, mort, et entre-deux vacillant Des phrases courtes, impactantes Ni dans la surenchère, ni dans le minima Juste de l’émotion, à l’état brut Et ça, ça reste toujours, longtemps, Ça s’accroche, ça gratte, ça s’infiltre Aussi fort, aussi sûrement, qu’un frisson Parce que c’est efficace, addictif, ardent Qu’il y a ce décor d’apocalypse qui s’ouvre Sur des scènes de vies très intenses Je pense encore à eux, Pauline et Hugo Ne voulant pas les laisser à la merci De cette ville de tous les dangers « Alors que le ciel flamboie »… Alors, que j’ai ressenti, autant… Je ne sais pas combien de temps Il nous reste, mais ça sonne, très actuel Et l’énergie de l’Ultime, elle nous traverse, Elle parle même, poésie, à nos feux intérieurs… Et si les rares êtres humains qui liront ceci Pouvaient prendre note de ce conseil lecture: Ne doutez plus, voici, un roman noir lumineux Une flamme à aller chiper de toute urgence Avant que la poussière ne recouvre tout… Je pense encore au ciel, ce soir. Au ciel Qui pourrait survivre, dans nos yeux Et je me languis de vous, de eux, Fabuleux, Dans la neige ardente!
    Lire la suite
    En lire moins
  • saphoo Posté le 6 Avril 2022
    Je remercie Babelio et les éditions Robert Laffont pour l’envoi de ce livre. Un livre court mais intense avec une jolie plume. Dans le contexte actuel que tout le monde connaît ce livre m’a fait frissonner de crainte. La guerre est à notre porte et ce livre nous rappelle que le monde est fragile. L’auteur ne nous indique pas l’époque ni vraiment de précision de la cause de ce chaos mais à quoi bon puisque tout s’effondre brûle c’est comme la fin d’un monde. Choisir son camp vivre cacher ou croire en une certaine liberté et se faire piéger voilà le destin de ces jeunes qui tentent tant bien que mal de survivre. C’est une course effrénée pour retrouver un être cher le ramener hors danger au risque de sa propre vie. Le courage de ce jeune et remarquable alors qu’au début du roman on le sentait antipathique et résigné. On pourrait dire certainement qu’il était réaliste face à ce spectacle d’apocalypse qui se déroulait à sa fenêtre. L’auteur nous emmène dans ce périple de tous les dangers. plonger dans ce chaos foncer et revenir si possible sain et sauf. Parviendra-t-il au bout de ce combat ? pour le... Je remercie Babelio et les éditions Robert Laffont pour l’envoi de ce livre. Un livre court mais intense avec une jolie plume. Dans le contexte actuel que tout le monde connaît ce livre m’a fait frissonner de crainte. La guerre est à notre porte et ce livre nous rappelle que le monde est fragile. L’auteur ne nous indique pas l’époque ni vraiment de précision de la cause de ce chaos mais à quoi bon puisque tout s’effondre brûle c’est comme la fin d’un monde. Choisir son camp vivre cacher ou croire en une certaine liberté et se faire piéger voilà le destin de ces jeunes qui tentent tant bien que mal de survivre. C’est une course effrénée pour retrouver un être cher le ramener hors danger au risque de sa propre vie. Le courage de ce jeune et remarquable alors qu’au début du roman on le sentait antipathique et résigné. On pourrait dire certainement qu’il était réaliste face à ce spectacle d’apocalypse qui se déroulait à sa fenêtre. L’auteur nous emmène dans ce périple de tous les dangers. plonger dans ce chaos foncer et revenir si possible sain et sauf. Parviendra-t-il au bout de ce combat ? pour le savoir ouvrez ce livre Et prévoyez quelques heures car je pense qu’il vous sera difficile de le refermer avant de l’avoir fini. Lecture remarquable pour un premier roman l’auteur fait fort.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lespagesdesam Posté le 22 Mars 2022
    Dès les premières pages, Olivier Gallien nous immerge dans un décor chaotique dont l’atmosphère oppressante et suffocante vous prend à la gorge. Ce court récit m’a glacé le sang. Difficile de ne pas penser à la guerre qui ravage l’Ukraine depuis quelques jours. Les images qui s’offrent à votre imagination sont les mêmes : des bâtiments détruits, des corps mutilés, des corps sans vie, le désespoir, le froid et la faim. Il n’y a pas vraiment de suspense, ni d’action à proprement parler dans ce roman car ces deux effets sont purement inutiles dans le contexte d’une guerre fratricide?
  • Lalitote Posté le 19 Février 2022
    Dans une ambiance de post apocalypse, nous allons suivre le parcours d' Hugo et de Pauline. L'auteur a su recréer une ambiance de fin du monde terriblement réaliste. C'est dans ce territoire de guerre ensauvagé qu'ils survivent péniblement. Hugo a choisi de rester dans l'appartement familial, où il vit seul et reclus à présent. Un jour pourtant il va quitter cette relative sécurité pour s'aventurer dans les cendres d'un monde en perdition. Pauline avait fait le choix du combat mais aujourd'hui tout est perdu, les survivants sont retranchés dans le sous-sol du métro. Pour elle une seule issue s'impose, remonter à la surface respirer et revoir le jour. Ils ont faim, ils ont froid mais par dessus tout ils ont peur. A la surface c'est un tapis de cendre corrosives qui les attends, chacun poursuit son chemin avec un infime espoir et nous, lecteur nous avançons auprès deux en tremblant. C'est l'énergie du désespoir qui les faits avancer, un instinct de survie et une indéfectible loyauté qui force le respect et la croyance en l'humanité. Ils devront puiser dans leurs dernières forces. Ce n'était pas une lecture facile, elle est venue me confronter à un scénario effrayant car... Dans une ambiance de post apocalypse, nous allons suivre le parcours d' Hugo et de Pauline. L'auteur a su recréer une ambiance de fin du monde terriblement réaliste. C'est dans ce territoire de guerre ensauvagé qu'ils survivent péniblement. Hugo a choisi de rester dans l'appartement familial, où il vit seul et reclus à présent. Un jour pourtant il va quitter cette relative sécurité pour s'aventurer dans les cendres d'un monde en perdition. Pauline avait fait le choix du combat mais aujourd'hui tout est perdu, les survivants sont retranchés dans le sous-sol du métro. Pour elle une seule issue s'impose, remonter à la surface respirer et revoir le jour. Ils ont faim, ils ont froid mais par dessus tout ils ont peur. A la surface c'est un tapis de cendre corrosives qui les attends, chacun poursuit son chemin avec un infime espoir et nous, lecteur nous avançons auprès deux en tremblant. C'est l'énergie du désespoir qui les faits avancer, un instinct de survie et une indéfectible loyauté qui force le respect et la croyance en l'humanité. Ils devront puiser dans leurs dernières forces. Ce n'était pas une lecture facile, elle est venue me confronter à un scénario effrayant car plausible dans un futur que je ne souhaite à personne. Je n'est pas trouvé un seul moment de paix si ce n'est dans les souvenirs de leur vie d'avant. La narration se fait à la première personne et l'auteur place dans la bouche de ses personnages tout le désespoir, toutes les émotions et les sentiments qui les rongent. Un style factuel pour une survie au jour le jour. Un roman fort et intense que je ne conseillerai pas si on n'a pas le moral. Des lignes qui touchent le cœur et l'âme et ne laisseront personne indifférent. Bonne lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ? Abonnez-vous à sa newsletter pour ne rater aucune nouveauté !
Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.

Lisez maintenant, tout de suite !