Lisez! icon: Search engine
Tana
EAN : 9791030103809
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 140 x 200 mm

De la neige pour Suzanne – Récit autobiographique d'un changement de vie vers plus de sobriété et de sens : ferme collective décroissante, autonomie, permaculture, écologie locale

Date de parution : 06/05/2021
De la neige pour Suzanne
Été 2016. Après une adolescence joyeuse dans un foyer de la classe moyenne supérieure et deux expériences professionnelles douteuses, Clément Osé cherche toujours le sens de sa vie. Tenté comme d’autres par le grand large, il enfile son sac à dos et part un an glaner des réponses sur la... Été 2016. Après une adolescence joyeuse dans un foyer de la classe moyenne supérieure et deux expériences professionnelles douteuses, Clément Osé cherche toujours le sens de sa vie. Tenté comme d’autres par le grand large, il enfile son sac à dos et part un an glaner des réponses sur la route. Quand il rentre chez lui, à 27 ans, il est déterminé à changer de vie, radicalement. Il rêve de campagne, de simplicité, et part seul rejoindre une ferme collective écoconstruite et décroissante dans le Béarn.
Au sein de cette communauté, sur une colline face aux Pyrénées, le dépaysement est total : réunions émotionnelles, habitat bioclimatique, communauté intergénérationnelle… Cette nouvelle vie le conforte dans sa quête d’autonomie et de sobriété, heureuse.
L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais la démarche autobiographique de Clément Osé n’est pas d’écrire un conte de fées alternatif : il livre le témoignage sans concessions d’une expérience inspirante, riche, mais parfois difficile et éprouvante. Cet aller pour la terre lui fait prendre conscience que l’autonomie en marge du monde est illusoire. Ce vécu reste néanmoins une expérience de vie salutaire pour réfléchir à ce que pourrait être, en ce début de XXIe siècle, la lutte pour défendre la beauté du monde.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791030103809
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 140 x 200 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lesmilleetunepageslm Posté le 10 Août 2021
    Le commentaire de Nathalie : Une belle histoire de résilience, de changement vie ou d'acceptation de vie que l'on garde cachée trop souvent. C'est ce qu'a fait l'auteur dans ce récit pour le moins rocambolesque, parfois même incompréhensible dans ses choix, mais ce sont toujours, ou la plupart du temps, des choix assumés. L'auteur a bourlingué à travers le monde, dans différents pays, payé avec souvent un but humanitaire parfois plus pour lui que pour l'employeur. La Mauritanie, la Lettonie, la Mongolie, l'Iran, la Turquie, la Roumanie puis à 27 ans, il décide de revenir chez ses parents. Erreur, puisqu'il n'est plus le même à la suite de cette première vie loin du confort. C'est en cherchant dans les annonces classées, qu'il découvre que l'on demande des gens pour faire partie d'une ferme collective éco-construite. Une autre vie commence pour lui. Il se dévoile tout au long de son expérience, sans rien nous cacher. Sur papier, le projet est merveilleux, mais en réalité, rien n'est facile, ni sur le plan humain et encore moins monétaire. Les gens vont et viennent, certains restent très longtemps, d'autres se sauvent en courant. Mais lui résistent plusieurs années et c'est son histoire qu'il nous raconte avec... Le commentaire de Nathalie : Une belle histoire de résilience, de changement vie ou d'acceptation de vie que l'on garde cachée trop souvent. C'est ce qu'a fait l'auteur dans ce récit pour le moins rocambolesque, parfois même incompréhensible dans ses choix, mais ce sont toujours, ou la plupart du temps, des choix assumés. L'auteur a bourlingué à travers le monde, dans différents pays, payé avec souvent un but humanitaire parfois plus pour lui que pour l'employeur. La Mauritanie, la Lettonie, la Mongolie, l'Iran, la Turquie, la Roumanie puis à 27 ans, il décide de revenir chez ses parents. Erreur, puisqu'il n'est plus le même à la suite de cette première vie loin du confort. C'est en cherchant dans les annonces classées, qu'il découvre que l'on demande des gens pour faire partie d'une ferme collective éco-construite. Une autre vie commence pour lui. Il se dévoile tout au long de son expérience, sans rien nous cacher. Sur papier, le projet est merveilleux, mais en réalité, rien n'est facile, ni sur le plan humain et encore moins monétaire. Les gens vont et viennent, certains restent très longtemps, d'autres se sauvent en courant. Mais lui résistent plusieurs années et c'est son histoire qu'il nous raconte avec une honnêteté et une franchise absolue. Une bataille entre les amoureux de la terre bio et les grandes industries biochimiques. Le regard de certains qui les voient comme une secte. Mais c'est avant tout une belle histoire d'amour avec la terre, la nature et sa générosité quand on s'y attarde. Une belle histoire avec une belle fin pour l'auteur ce qui n'est pas anodin. J'ai aimé suivre ses aventures, ses réussites comme ses échecs tous en lui souhaitant que du bien.
    Lire la suite
    En lire moins
  • motspourmots Posté le 6 Mai 2021
    Changer de mode de vie. Penser retour à la terre, décroissance, sobriété et simplicité. Beaucoup y songent, le fantasment. Clément Osé l'a fait. Jeune diplômé à l'avenir presque tracé, il commence par retarder son entrée dans la vie active en partant sur les routes, expérimenter, s'ouvrir. Un périple qui le conforte dans son intuition : il veut autre chose que les modèles qu'on lui propose. Après avoir vu la façon dont ses parents, cadres dans un grand groupe étaient essorés par le système, il ne se pose plus qu'une question : "Quel métier choisir pour ne pas s'effondrer dans un escalier et apporter sa contribution au monde ?" Ce livre est le récit de ses deux années passées dans une ferme collective dans le Béarn, magnifique endroit face aux sommets des Pyrénées mais éloigné de tout. Un récit sans concession à la fois tendre, lucide et drôle. La démarche de Clément Osé m'a beaucoup fait penser à celle de Jennifer Murzeau relatée dans La vie dans les bois. Il n'est pas question d'idéaliser mais d'expérimenter sans occulter les difficultés voire les incohérences d'un tel projet de vie ; et cette sincérité rend le texte particulièrement agréable et touchant. Depuis la sélection... Changer de mode de vie. Penser retour à la terre, décroissance, sobriété et simplicité. Beaucoup y songent, le fantasment. Clément Osé l'a fait. Jeune diplômé à l'avenir presque tracé, il commence par retarder son entrée dans la vie active en partant sur les routes, expérimenter, s'ouvrir. Un périple qui le conforte dans son intuition : il veut autre chose que les modèles qu'on lui propose. Après avoir vu la façon dont ses parents, cadres dans un grand groupe étaient essorés par le système, il ne se pose plus qu'une question : "Quel métier choisir pour ne pas s'effondrer dans un escalier et apporter sa contribution au monde ?" Ce livre est le récit de ses deux années passées dans une ferme collective dans le Béarn, magnifique endroit face aux sommets des Pyrénées mais éloigné de tout. Un récit sans concession à la fois tendre, lucide et drôle. La démarche de Clément Osé m'a beaucoup fait penser à celle de Jennifer Murzeau relatée dans La vie dans les bois. Il n'est pas question d'idéaliser mais d'expérimenter sans occulter les difficultés voire les incohérences d'un tel projet de vie ; et cette sincérité rend le texte particulièrement agréable et touchant. Depuis la sélection du collectif (qui nous vaut un savoureux passage sur les différents gourous, profiteurs marketeurs, survivalistes ou collapsologues dont les offres pullulent... il faut savoir faire le tri) jusqu'à sa prise de responsabilités, Clément Osé garde un regard critique sur ses avancées, son adaptation, son amateurisme dans un certain nombre de domaines. On l'a prévenu "les collectifs périclitent à cause du facteur humain". Et, invité dans l'intimité du groupe, le lecteur peut découvrir la vérité de cette mise en garde. On n'imagine pas le genre de petits détails qui doivent être débattus au sein d'un collectif... Pour autant, Clément s'accroche. Déjà habile de ses mains, il participe aux différentes constructions, apprend la permaculture, la fabrication du pain tout en continuant ses piges de rédaction et de photographie. Des amitiés se lient, d'autres relations sont plus compliquées, difficile de consolider l'effectif de 10 personnes pour faire tourner la ferme, certains renoncent. Il y a quelques moments de découragement, mais peu à peu l'idée qu'il est sur la bonne voie conforte Clément dans sa volonté de pousser l'expérience au maximum et l'amène très logiquement à concevoir ses propres projets. Grâce à ce récit, qui confronte habilement les théories écologistes à la réalité du terrain, le lecteur peut faire siennes les interrogations de l'auteur sur la façon de mieux être au monde, de l'habiter de façon plus harmonieuse, plus douce, sans s'embarquer dans des dérives extrêmes ou totalement déconnectées des réalités. Si le récit évite toute stigmatisation, les questions sont bien posées, d'autant que l'expérimentation de l'auteur a croisé la période de pandémie et ce qu'elle a pu révéler de bizarreries dans nos comportements : "Quand on demandera à la majorité des rescapés comment le virus les a affectés, 90% répondront donc : une pénurie de P.Q. Combien parmi eux auront eu l'instinct de donner une seconde vie à leur attestation ?" Voilà qui résume bien le problème. Mais ce qui reste en tête c'est cet acharnement à préserver le beau, pour le plaisir de pouvoir continuer à le contempler. Un vrai projet de vie.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER TANA
Mettez un souffle de green dans votre vie !