En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Délicieuse

            Fleuve éditions
            EAN : 9782265117983
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 140 x 210 mm
            Nouveauté
            Délicieuse

            Collection : Fleuve noir
            Date de parution : 23/08/2018
            Coups de coeur des libraires :

            « L’écriture de Marie Neuser oscille entre volupté et langue carnassière, qui n’épargne rien ni personne. Un pur plaisir de lecture presque coupable.» Librairie du Tramway, Lyon

            « Une histoire passionnante, addictive qui vous pousse à ne pas lâcher jusqu'à la fin. Même terminé, ce livre...
            Coups de coeur des libraires :

            « L’écriture de Marie Neuser oscille entre volupté et langue carnassière, qui n’épargne rien ni personne. Un pur plaisir de lecture presque coupable.» Librairie du Tramway, Lyon

            « Une histoire passionnante, addictive qui vous pousse à ne pas lâcher jusqu'à la fin. Même terminé, ce livre continue de tourner dans votre esprit. » Librairie Lumière d'Août, Marseille.

            « Porté par une très belle plume, Délicieuse est un roman sensuel et envoûtant, à l’image de son héroïne. » Cultura, Valence

            L’histoire commence ainsi : une femme parle à l’homme qu’elle aime.
            Devant elle : les restes d’un repas.
            Plutôt que le papier, elle a choisi l’écran.
            À l’intimité d’une lettre, elle a préféré la vidéo et la multitude des réseaux sociaux.
            Cette femme, c’est Martha Delombre, psychologue criminelle habituée aux confessions les plus abominables.
            C’est désormais à son tour de se confesser. L’impudeur ? Peu lui importe, car tout le monde doit savoir. À commencer par lui. Le traître.
            Peut-on dire adieu à vingt ans d’amour fou en succombant à la première inconnue qui passe ? C’est ce qu’il croyait. Au rythme des likes et des partages, traquant la fréquence des connexions, scrutant le pouls des commentaires, Martha la ténébreuse se montrera prête à tout pour continuer d’exister sans baisser la garde, jusqu’au point de rupture. Celui qu’on n’attendait pas et qui a le pouvoir de redistribuer les cartes.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782265117983
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 140 x 210 mm
            Fleuve éditions
            20.90 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • audelagandre Posté le 5 Novembre 2018
              Je pourrai écrire que c'est l'histoire banale d'une séparation. Après 20 ans passés ensemble, Raph annonce à Martha qu'il ne l'aime plus, qu'il a rencontré la Femme de sa vie, son double, son autre moi et qu'il part vivre avec elle. "C'est si merveilleux, si exceptionnel, cette harmonie entre nous, c'est...surnaturel. Le même être dans un miroir. Des jumeaux d'âme." Le temps de la mise à nue d'une vie entière est arrivé : les reproches, les certitudes, les excuses, les prédictions, la haine, la fureur, tout y passe. Sauf que ce n'est pas une histoire banale. C'est le cheminement d'une femme trompée, trahie, déchirée qui n'a rien rien vu venir et plus grand chose à perdre puisqu'elle a déjà tout perdu. C'est l'histoire tragique d'une femme face à elle même, qui regarde sa vie avec hauteur, en fait un film, et le poste sur utube. "Martha, il faut que je te parle." La gravité des mots qui laisse entrevoir des paroles que ne pourront être reprises une fois prononcées. Et le contraste, saisissant, entre la douleur insupportable de l'un et le bonheur réjouissant de l'autre. Marie Neuser décrypte, dissèque, dépèce les émotions de l'un, les réactions de l'autre, les réflexions, les attitudes,... Je pourrai écrire que c'est l'histoire banale d'une séparation. Après 20 ans passés ensemble, Raph annonce à Martha qu'il ne l'aime plus, qu'il a rencontré la Femme de sa vie, son double, son autre moi et qu'il part vivre avec elle. "C'est si merveilleux, si exceptionnel, cette harmonie entre nous, c'est...surnaturel. Le même être dans un miroir. Des jumeaux d'âme." Le temps de la mise à nue d'une vie entière est arrivé : les reproches, les certitudes, les excuses, les prédictions, la haine, la fureur, tout y passe. Sauf que ce n'est pas une histoire banale. C'est le cheminement d'une femme trompée, trahie, déchirée qui n'a rien rien vu venir et plus grand chose à perdre puisqu'elle a déjà tout perdu. C'est l'histoire tragique d'une femme face à elle même, qui regarde sa vie avec hauteur, en fait un film, et le poste sur utube. "Martha, il faut que je te parle." La gravité des mots qui laisse entrevoir des paroles que ne pourront être reprises une fois prononcées. Et le contraste, saisissant, entre la douleur insupportable de l'un et le bonheur réjouissant de l'autre. Marie Neuser décrypte, dissèque, dépèce les émotions de l'un, les réactions de l'autre, les réflexions, les attitudes, avec un réalisme qui frôle ou le vécu, ou le génie. C'est aussi l'histoire d'une femme qui a vieilli. Qui ne l'a pas senti, qui s'est toujours vue rayonner dans les yeux de l'autre et qui entrevoit, pour la première fois, la décrépitude du corps par les années parce qu'elle est confrontée à la présence de cette autre femme qui a dix ans de moins qu'elle. C'est l'histoire d'une femme qui est devenue mère, et qui a oublié d'être femme. Pas par choix conscient, par habitude inconsciente. Et personne ne l'a réveillée cette femme là. C'est vingt ans de couple, vingt ans de sexe... ou d'absence de sexe... ou de relations sexuelles molles, fades, qui n'existent encore que par habitude, quelques minutes entre la poire et le fromage, volées à l'horripilante machine de guerre qu'est le quotidien. Excuse banale, puisqu'il en faut une, d'être allé voir ailleurs. La machine intellectuelle se met en branle pour incomber à l'autre la faute et la justification d'avoir cherché ailleurs ce qu'il ne trouvait plus chez lui. "Tu as la libido au point mort (...), tu n'écoutes plus mes besoins (...) ton absence de désir a étouffé le mien (...). Elle, elle me veut. (...) Quand on fait l'amour, on est deux planètes en osmose. Elle me donne l'intensité qui est morte avec toi.(...) Tu es devenue asexuée Martha. Tu as rangé le sexe tout en bas de la pile." L'histoire d'une femme qui passe par toutes les étapes d'un deuil : le choc et le déni, la colère, le marchandage, la dépression, l'acceptation. Toutes ces phases sont étudiées au microscope, passées au peigne fin de l'analyse par l'écriture inouïe et prodigieuse de Marie Neuser. Ce roman est écrit comme un gigantesque monologue qui peut rebuter, entrecoupés de dialogues sans dialogue qui peuvent laisser circonspect. Elle utilise des phrases longues pour marquer la tension nerveuse qui suit cette collision, une femme dont le débit de paroles est proportionnel à la force du choc, qui ne peut plus s'arrêter de parler, de penser, de raisonner. Une caméra qui filme le flot ininterrompu de ses paroles, comme le film qu'elle est entrain de tourner, et qu'elle postera plus tard sur les réseaux sociaux, les mêmes réseaux qui ont fait d'elle une femme aux abois. Dans la multitude des émotions qui sont transmises, le style n'est pas dénué d'humour. J'ai souri, et ri aussi, quand emportée par la révolte, Martha utilise la vulgarité, des mots crus et cinglants pour enfoncer les clous de sa pensée. Les paroles qu'on prononce quand on est rendu à être un animal blessé. "Oui je sais. La sacro-sainte intensité, tu l'as déjà dit. Est-ce que ce sera toujours aussi intense quand vous serez débarrassés des oripeaux de la clandestinité, quand vous partagerez au quotidien les haleines à l'ail et les odeurs de chiotte ? Quand votre union ne sera plus faite de fièvre corporelle et de séduction mais de vaisselles, de lessives et de poils aux pattes ? Et pardonne-moi de me faire l'avocate du diable, mais cette sublime gémellité dont tu me parles aujourd'hui, et qui concrètement n'est étayée par rien, excepté par l'argument on aime la peinture, quand tu devras vraiment construire un couple avec elle, est-ce que ça tiendra le coup ?" Je pourrai décrire aussi les passages sublimes de la reconquête de l'autre par le désir quand Martha redevient une femme sexuée et sexuelle, les passages brillants quand détentrice de tous les indices, elle parvient à remonter le fil de la trahison, les passages incroyables de transformation de l'état de victime à celui de guerrière, les réflexions si justes du mécanisme de fonctionnement de l'autre qu'après vingt ans on connaît si bien, la connaissance du fonctionnement de l'Homme, la clairvoyance sur le futur, mais aucune de mes phrases ne pourra retranscrire les papillons dans le ventre ressentis comme lorsque l'on désire quelqu'un pour la première fois, ou la douleur tripale de l'abandon. J'écris cette chronique et j'ai mal au ventre, mal au coeur, mal partout. Marie Neuser est parvenue, par le seul biais de l'écriture à faire remonter des émotions, des sensations de la femme des premières fois. La femme que nous avons toute été un jour que le quotidien a simplement endormi. En ce sens, ce livre est un électrochoc qui frappe l'esprit d'incessants coups de boutoir et martèle à celui qui le lit de ne jamais oublier, de ne jamais s'endormir, d'être toujours sur ses gardes pour entretenir la flamme et le désir, de se souvenir qu'en un seul claquement de doigts, tout peut changer. Enfin, je pourrai vous dire que ce livre est bien un roman noir, vous parler du métier de Martha qui assoit ses capacités d'analyse, de l'incroyable twist qui survient à la page 330, de la fin si logique qui exacerbe et conclue, comme un feu d'artifice, les émotions d'une femme à cran, mais je n'en ai pas vraiment envie, parce que ce livre, c'est tellement plus que ça.... Mangez-le, dégustez-le, avec ou sans curry mais gardez-en la substantifique moelle. Merci Marie.
              Lire la suite
              En lire moins
            • jumale Posté le 14 Octobre 2018
              Un coup de cœur d'une doucereuse violence. "une confession noire" d'une force poétique, des mots qui arrachent les tripes, un amour monstrueux,  Un thriller psychologique d'une perversité machiavélique, un récit noir, une écriture crue et tranchante.  La confession d'une femme, d'une amante qui a besoin de se livrer à la face du monde pour se délivrer de la douleur qui la ronge. La peur d'un vide immense, une femme trompée par l'amour de sa vie, une femme qui perd pied, une vengeance qui s'insinue dans son être. Une mise à mort, une mise à nue douloureusement calculé, un point de non retour. Une femme  bafouée, une  rage contenue, une vengeance qui...se mange tendrement. Une tragédie digne de celles des mythologies. Rien de plus dangereux qu'une femme trahie dans son corps et son âme. "Ce n'est pas Martha ce visage qui te fait face , c'est un monstre tapi un monstre de jalousie, de mensonge, d'artifice, un ange exterminateur attendant son heure pour perpétrer le massacre de ceux qui l'ont bafoué" Des mots d'amour, de haine forts et poignants...  Un être psychologiquement déboussolé, émotionnellement mutilé par son homme. Un style oppressant, dérangeant, un monologue que nous prenons en pleine face un peu voyeurs des réseaux sociaux,... Un coup de cœur d'une doucereuse violence. "une confession noire" d'une force poétique, des mots qui arrachent les tripes, un amour monstrueux,  Un thriller psychologique d'une perversité machiavélique, un récit noir, une écriture crue et tranchante.  La confession d'une femme, d'une amante qui a besoin de se livrer à la face du monde pour se délivrer de la douleur qui la ronge. La peur d'un vide immense, une femme trompée par l'amour de sa vie, une femme qui perd pied, une vengeance qui s'insinue dans son être. Une mise à mort, une mise à nue douloureusement calculé, un point de non retour. Une femme  bafouée, une  rage contenue, une vengeance qui...se mange tendrement. Une tragédie digne de celles des mythologies. Rien de plus dangereux qu'une femme trahie dans son corps et son âme. "Ce n'est pas Martha ce visage qui te fait face , c'est un monstre tapi un monstre de jalousie, de mensonge, d'artifice, un ange exterminateur attendant son heure pour perpétrer le massacre de ceux qui l'ont bafoué" Des mots d'amour, de haine forts et poignants...  Un être psychologiquement déboussolé, émotionnellement mutilé par son homme. Un style oppressant, dérangeant, un monologue que nous prenons en pleine face un peu voyeurs des réseaux sociaux, un dégoût s'installe mais nous ne pouvons nous retourner, les mots sonnent tragiquement en nous, une mise à mort d'une froideur déchirante d'un animal acculé. Une femme à la psychologie complexe ou deux êtres en elles se disputent. Une destruction final. Un dénouement violent. Un point final. Noir.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Sangpages Posté le 30 Septembre 2018
              Quand Raphaël annonce à sa femme Martha qu'après 20 ans de mariage, il ne l'aime plus et qu'il en aime une autre, Martha perd pied… Martha décide alors de jeter son histoire en pâture aux internautes et se confesse, face à une caméra. A poil. Sans tabou. Sans restriction. Juste son ambiguïté, sa douleur et sa rage. Un monologue de Martha. Pas très vendeur hein ? Je t'entends d'ici (si, si je te jure) "Hein ? Quoi ? Un monologue de 480 pages ? Ca va le chalet ou bien ? (Expression bien de chez moi pour les non-initiés 😜) Moi j'y ai vu l'excellence d'une plume capable d'aller dans une profondeur insoupçonnable, capable de te transpercer comme un glaive affuté pour te laisser pantelante et ce, sans aucun temps mort ! J'ai commencé ce récit et en quelques lignes à peine, j'ai su que ça allait être dur. J'ai su que j'allais me retrouver en immersion et que la boule au ventre ne me quitterait pas. Des livres, j'en ai lu des milliers mais peu m'ont autant parlé, m'ont autant percuté pour de vrai, exactement, parfaitement. Relatant quelque chose que je pouvais à ce point avoir ressenti une fois dans ma vie. D'ailleurs, je n'ai pas pu... Quand Raphaël annonce à sa femme Martha qu'après 20 ans de mariage, il ne l'aime plus et qu'il en aime une autre, Martha perd pied… Martha décide alors de jeter son histoire en pâture aux internautes et se confesse, face à une caméra. A poil. Sans tabou. Sans restriction. Juste son ambiguïté, sa douleur et sa rage. Un monologue de Martha. Pas très vendeur hein ? Je t'entends d'ici (si, si je te jure) "Hein ? Quoi ? Un monologue de 480 pages ? Ca va le chalet ou bien ? (Expression bien de chez moi pour les non-initiés 😜) Moi j'y ai vu l'excellence d'une plume capable d'aller dans une profondeur insoupçonnable, capable de te transpercer comme un glaive affuté pour te laisser pantelante et ce, sans aucun temps mort ! J'ai commencé ce récit et en quelques lignes à peine, j'ai su que ça allait être dur. J'ai su que j'allais me retrouver en immersion et que la boule au ventre ne me quitterait pas. Des livres, j'en ai lu des milliers mais peu m'ont autant parlé, m'ont autant percuté pour de vrai, exactement, parfaitement. Relatant quelque chose que je pouvais à ce point avoir ressenti une fois dans ma vie. D'ailleurs, je n'ai pas pu le lire d'une traite. J'ai dû le poser par moment pour reprendre mon souffle, pour digérer alors qu'il me brûlait de le continuer pour ne jamais le finir. Marie Neuser raconte l'amour. Elle le décortique avec grand art. Elle nous montre à quel point c'est un sentiment compliqué, doux, enivrant. A quel point c'est une addiction qui suscite la rage, la haine, l'envie, le désir. A quel point c'est dur, perfide, sournois et destructeur. Un puit sans fond dans lequel on peut se perdre. Un puit dans lequel Martha plongera tête la première... Ce livre, pour moi, n'est pas un coup de coeur mais un coup de foudre. Véritablement, littéralement. Un livre inoubliable.  Un chef d'oeuvre. Des extraits, j'aurai voulu en mettre des milliers tant les phrases sont belles. Te réécrire le livre, là, sur mon blog pour être sûre que tu le lises. Te montrer la poésie des mots, la force de l'histoire... Ma tête tourne à l'idée de faire une chronique à la hauteur de ce récit. Te donner réellement envie de le dévorer...non de le déguster...comme un bon plat...et je suis même sûre que tu en reprendras… Délicieuse, c'est un regard amusé ? Amusant ? Sur les réseaux sociaux. Faudrait-il dire effrayant mais tellement réaliste. Des médias, des réseaux mis en exergue. C'est ironique, sarcastique, c'est brillant ! C'est la preuve A + B qu'une femme bafouée est sans doute le prédateur le plus dangereux de la planète. Rotor, machiavélique. Qui, d'ailleurs, pourrait jurer que Machiavel était uniquement un homme ? Hein ? 😜 La violence derrière les mots de Martha est par moment insoutenable. Les mots d'une femme qui n'a plus rien à perdre si ce n'est elle-même au travers de son amour déchu. C'est aussi un mélange entre les deux vies de Martha. Sa vie privée et son métier de psychologue criminelle qui nous emporte vers des esprits torturées qui feront clairement écho. C'est le vase brisé de l'amour que tu peux tenter de recoller mais qui, lorsque tu y mettras de l'eau, pissera de tous les côtés...Quoi qu'il en soit... Si toi, tu t'es retrouvé(e) dans ce rôle de l'homme ou de la femme trompée(e) --> Tu vas souffrir ! Si toi tu vis le grand amour --> Tu vas souffrir aussi car tu auras peur de ce que tu pourrais potentiellement vivre ! Un final flamboyant, ravageur, terrifiant mais prévisible... Prévisible parce que la trame ne tient pas? Oh que non...Prévisible parce qu'évident...pour moi...Simplement parce que je crois bien que j'aurai fait presque pareil…(J'ai dit presque hein ? 😉) Un véritable orgasme littéraire et même multiple. C'est pas souvent et c'est diablement bon. C'est d'ailleurs ce moment où tu te rends compte que si tu lis encore et encore, c'est dans l'espoir de trouver LE livre qui te fera cet effet là…Me voilà bonne pour quelques années ! Chapeau Marie ! Vraiment !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Lalitote Posté le 27 Septembre 2018
              Je ne dirai qu’un mot, Waouh ! Quel livre infernal ! Nous allons suivre Martha dans une confession intense qui débute devant une caméra et un bon repas. Le jour où son mari décide de tirer un trait sur leurs vingt ans de mariage, sur la famille qu’ils ont fondé avec le petit Alex au profit d’une plus jeune, d’une plus belle, Martha est sonnée. Pourtant cette psychologue criminelle dont le métier consiste à rencontrer des tueurs abominables, à écouter tous ce qu’ils ont à dire, ne va pas se laisser faire. Elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour tenter de récupérer son homme. Marie Neuser a pris le partie de ne pas faire de Raphaël (le mari) un salaud, juste un homme rattrapé par le démon de midi, la quarantaine, l’ennui dans sa vie de couple et la tentation en la personne d’Aline. J’ai beaucoup aimé les références à la mythologie, à tous ces mythes qui ont encore une importance quasi psychanalytique dans la compréhension des travers des humains. J’y ai découvert le mythe de Philomèle et Procné. Même dans le choix de ses prénoms il y a ces références... Je ne dirai qu’un mot, Waouh ! Quel livre infernal ! Nous allons suivre Martha dans une confession intense qui débute devant une caméra et un bon repas. Le jour où son mari décide de tirer un trait sur leurs vingt ans de mariage, sur la famille qu’ils ont fondé avec le petit Alex au profit d’une plus jeune, d’une plus belle, Martha est sonnée. Pourtant cette psychologue criminelle dont le métier consiste à rencontrer des tueurs abominables, à écouter tous ce qu’ils ont à dire, ne va pas se laisser faire. Elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour tenter de récupérer son homme. Marie Neuser a pris le partie de ne pas faire de Raphaël (le mari) un salaud, juste un homme rattrapé par le démon de midi, la quarantaine, l’ennui dans sa vie de couple et la tentation en la personne d’Aline. J’ai beaucoup aimé les références à la mythologie, à tous ces mythes qui ont encore une importance quasi psychanalytique dans la compréhension des travers des humains. J’y ai découvert le mythe de Philomèle et Procné. Même dans le choix de ses prénoms il y a ces références « Messaline », « Narcisse » qui sont très bien trouvées. Martha aura ainsi accès à plusieurs personnalités sombres dont elle saura tirer une force insoupçonnée et notamment, celle d’Héra (déesse extrêmement jalouse, qui se plaît à persécuter les maîtresses de Zeus. Ce dédoublement de personnalité n’est que le début d’une lente transformation qui apporte au lecteur étonnement et stupéfaction. Les deux premiers tiers du livre, ont manqué à mon goût de rythme et d’action, on subit un long monologue qui heureusement est entrecoupé par les chapitres concernant les séances de thérapies carcérales. Martha rencontre et écoute les confessions de différents tueurs, jusqu’à ce qu’apparaisse le fameux tueur de Montréal : Luka Perotta Magnotta. C’était génial, après avoir lu « Une forêt obscure » de Fabio M.Mitchelli de découvrir de quelle façon Marie Neuser a choisi de pointer avec son personnage de « Petit Narcisse » la place importance des réseaux sociaux dans Délicieuse. Le dernier tiers est venu me faucher comme un grand coup de poing, c’était puissant et d’une intensité incroyable, j’ai vraiment pris beaucoup de plaisir en suivant le cours nouveau de ce récit aboutit et dont la fin n’aurait certainement pas eu la même portée sans la lente montée en puissance des deux premiers tiers. Bonne lecture.
              Lire la suite
              En lire moins
            • delphlabibliovore Posté le 14 Septembre 2018
              " Délicieuse" est un roman malicieux et divinement bien écrit. C'est la première fois que je lis cette auteure et c'est une véritable découverte. L'histoire est originale; l’héroïne principale est Martha Delombre. Elle se confie devant un écran à propos de son mari, Raph. Comment a-t-il osé briser 20 années de mariage pour une plus jeune? C'est ce sujet qui porte tout le livre. Martha va faire en plus le buzz de cette histoire en utilisant les réseaux sociaux. Il est question d'amour, de haine mais aussi de trahisons. Marie Neuser a une façon bien étrange de décrire et de faire ressentir certaines émotions. Quant à l'écriture, elle est sublime, étonnante et directe. L'auteure décortique minutieusement chaque trait de ses personnages. C'est comme si j'entrais directement dans leur propre cortex. L'auteure ne laisse pas de place au dialogue, ceci est judicieux car j'ai l'impression de recevoir la voix de Martha en pleine figure. Martha veut à tout prix renouer avec son mari, l'homme de sa vie. On ne peut pas effacer 20 ans de mariage juste pour une simple relation de deux mois! Elle va se confesser sans tabou. Certains passages sont assez crus. Martha mettra en place un jeu de perversité et... " Délicieuse" est un roman malicieux et divinement bien écrit. C'est la première fois que je lis cette auteure et c'est une véritable découverte. L'histoire est originale; l’héroïne principale est Martha Delombre. Elle se confie devant un écran à propos de son mari, Raph. Comment a-t-il osé briser 20 années de mariage pour une plus jeune? C'est ce sujet qui porte tout le livre. Martha va faire en plus le buzz de cette histoire en utilisant les réseaux sociaux. Il est question d'amour, de haine mais aussi de trahisons. Marie Neuser a une façon bien étrange de décrire et de faire ressentir certaines émotions. Quant à l'écriture, elle est sublime, étonnante et directe. L'auteure décortique minutieusement chaque trait de ses personnages. C'est comme si j'entrais directement dans leur propre cortex. L'auteure ne laisse pas de place au dialogue, ceci est judicieux car j'ai l'impression de recevoir la voix de Martha en pleine figure. Martha veut à tout prix renouer avec son mari, l'homme de sa vie. On ne peut pas effacer 20 ans de mariage juste pour une simple relation de deux mois! Elle va se confesser sans tabou. Certains passages sont assez crus. Martha mettra en place un jeu de perversité et un plan machiavélique. C'est noir et cruel à la fois. " Mon âme, elle est sublime, et toi tu veux l'emmener chez elle, l'autre, là, pour l'embourber dans un jardin qui sent le cul. Putain, Raph. Je t'ai donné du divin. " Marie Neuser a une écriture à en faire pâlir plus d'un. Le récit est bien imagé et ça vous prend les tripes. Dans " Délicieuse", ce n'est pas tant l'action que je retiens mais la manière dont l'auteure parvient à nous mener à travers cette histoire originale vers une fin explosive! " Plaindre quelqu'un est une brèche miraculeuse pour lui faire encore plus mal. La fausse compassion, l'empathie de théâtre, le choix des mots en exécution capitale, avec subtilité, est un vice délicieux. " J'ai été tellement subjuguée que je ne peux en dévoiler plus. Ainsi non seulement je reste sans voix mais aussi pouvoir ajouter plus de mots.
              Lire la suite
              En lire moins
            Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
            Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com