Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258151987
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 298
Format : 140 x 225 mm

Eaux sombres

Marianne Ségol-Samoy (traduit par)
Collection : Sang d'Encre
Date de parution : 02/09/2021
La légende raconte que l’océan murmure parfois à l’oreille des enfants…
Martin, Alexandra et leurs deux enfants, Adam et Nelly, viennent d’emménager dans la maison de famille, sur une île isolée au large des côtes suédoises. Un matin, alors qu’ils descendent sur la plage, Adam échappe à la vigilance de son père, ne laissant derrière lui qu’un seau rouge et une... Martin, Alexandra et leurs deux enfants, Adam et Nelly, viennent d’emménager dans la maison de famille, sur une île isolée au large des côtes suédoises. Un matin, alors qu’ils descendent sur la plage, Adam échappe à la vigilance de son père, ne laissant derrière lui qu’un seau rouge et une botte. Malgré l’absence de corps et les menaces reçues par Martin peu de temps auparavant, la police conclut à une noyade.
Dévasté par le chagrin et la culpabilité, le jeune père plonge dans une profonde dépression et s’isole même de ses proches. Seule Maya, une photographe quinquagénaire fraîchement débarquée sur l’île, s’obstine à lui rendre visite. Ensemble, ils découvrent que les anciens propriétaires de la maison se sont noyés au même endroit à des années d’intervalle. Martin ne peut croire à une coïncidence. Au fil d’une quête désespérée, cet homme brisé déterrera plus d’un secret…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258151987
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 298
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sabenea Posté le 29 Novembre 2021
    Intriguée par le quatrième de couverture, puis captivée par ma lecture, je dois bien avouer avoir été quelque peu sceptique lorsque les fantômes ou habitants sous l’eau ont fait leur apparition en cours de roman. La date mystérieuse du 11 janvier m’a également fait douter de mon choix de lecture. Très (voir trop) cartésienne, j’ai passé une bonne partie de ma lecture à me demander si l’autrice allait pouvoir retomber sur ses pattes et offrir une fin crédible à ce roman. J’ai donc été bluffée par le dénouement, dans lequel tout s’emboîte à la perfection et devient même logique !
  • Tancrede50 Posté le 23 Novembre 2021
    Eaux Sombres. C'est effectivement sombre d'apprendre à l'occasion de la sortie de son second roman, que l'auteure, Susanne Jansson dont j'avais apprécié le précédent roman - Les âmes englouties - est décédée des suites d'un cancer, à l'âge de 49 ans. J'aborde donc la lecture d'Eaux sombres comme quelqu'un qui prend le dernier chocolat d'une boîte de chocolats. Après il n'y en aura plus d'autres, alors on prend son temps pour le savourer. Le récit commence par évoquer un sujet d'une brûlante actualité: celui des couples qui fuient la capitale pour trouver un meilleur équilibre avec eux mêmes et la nature. Robert et Lia ont quitté leur appartement de Stockholm, pour faire construire une maison dans l'éco-village de l'île d'Orust, au nord de Göteborg. Et ils sont heureux. Maya, une photographe y vit aussi, temporairement. Martin et Alexandra ont également leur maison sur Orust, mais de l'autre côté de l'île. Ils ont deux enfants, un garçon et une fille. Et le drame survient: Adam, leur fils disparaît. Il semblerait qu'il se soit noyé. D'ailleurs beaucoup d'habitants se sont déjà noyés à cet endroit. Bizarre. Mais Adam a-t-il pu être enlevé? Martin avait reçu des lettres de menace, liées à son exploitation... Eaux Sombres. C'est effectivement sombre d'apprendre à l'occasion de la sortie de son second roman, que l'auteure, Susanne Jansson dont j'avais apprécié le précédent roman - Les âmes englouties - est décédée des suites d'un cancer, à l'âge de 49 ans. J'aborde donc la lecture d'Eaux sombres comme quelqu'un qui prend le dernier chocolat d'une boîte de chocolats. Après il n'y en aura plus d'autres, alors on prend son temps pour le savourer. Le récit commence par évoquer un sujet d'une brûlante actualité: celui des couples qui fuient la capitale pour trouver un meilleur équilibre avec eux mêmes et la nature. Robert et Lia ont quitté leur appartement de Stockholm, pour faire construire une maison dans l'éco-village de l'île d'Orust, au nord de Göteborg. Et ils sont heureux. Maya, une photographe y vit aussi, temporairement. Martin et Alexandra ont également leur maison sur Orust, mais de l'autre côté de l'île. Ils ont deux enfants, un garçon et une fille. Et le drame survient: Adam, leur fils disparaît. Il semblerait qu'il se soit noyé. D'ailleurs beaucoup d'habitants se sont déjà noyés à cet endroit. Bizarre. Mais Adam a-t-il pu être enlevé? Martin avait reçu des lettres de menace, liées à son exploitation de moules. Mais que les auteurs de ces lettres aillent jusqu'à enlever un enfant… A partir de quel élément la police peut-elle enquêter? Mais la police n'enquête pas. le récit se concentre sur les conséquences du choc de la disparition d'Adam sur ses parents: Martin et Alexandra. Martin est effondré, inconsolable. Il se tient pour responsable de cette disparition, et se terre, seul, chez lui. Maya essaye de le réconforter en lui tenant compagnie, de temps en temps. Elle continue à prendre des photos de la mer autour de l'île et en même temps enquête sur cette disparition. Mais l'état psychique de Martin se dégrade. Alexandra qui vit maintenant chez ses parents avec Nellie sa fille, ne se sent pas la force de sauver Martin, et veut avant tout s'occuper de sa fille. Mais elle aussi va, plus tard, être anéantie. Quant à Maya, qui papillonne d'un amant à un autre, elle va ressentir la douleur d'être quittée. Beaucoup des protagonistes de l'auteur souffrent. Qui parmi eux va s'en sortir? C'est un très beau roman psychologique, bien écrit, facile à suivre et qui prend son temps pour nous faire partager la beauté de la nature suédoise. Il nous rappelle que la perte d'un enfant est une des épreuves les pires pour un couple. Susanne Jansson aborde ce sujet sensible avec délicatesse et émotion. « Il semblait y avoir tant de façons de porter le deuil d'un enfant. Accepter qu'il soit parti pour toujours, comme Alexandra. Vouloir le rejoindre dans la mort, comme Martin. Ou bien faire comme Elsie, attendre que tout s'arrange et redevienne comme avant. » Et j'ajouterai: ou bien agir comme Lilly.
    Lire la suite
    En lire moins
  • bebi Posté le 9 Novembre 2021
    Martin ne sait pas ce qui est arrivé. Seul avec son fils tout jeune, il a été retenu au téléphone, trop longtemps probablement. Sur ce laps de temps, Adam a disparu. Qu’est-il arrivé? S’est-il noyé dans la mer, toute proche? Martin sombre inexorablement, depuis ce drame. Sa femme s’est éloignée, et il perd goût à la vie. Pourtant, son cas intrigue une photographe présente sur l’île depuis quelques mois. Elle lui rend visite à plusieurs reprises, et décide de l’aider à remonter la pente. Ce faisant, elle met le doigt sur des interrogations qui n’ont jamais reçu de réponses…. Le résumé me plaisait beaucoup. Et je dois dire que j’étais très curieuse de voir cette histoire se dérouler. Mais je ne suis, après coup, pas certaine d’y avoir trouvé tout ce que j’attendais. Martin, on le rencontre alors que son fils est plein de vie, qu’il aime les pirates. Il va bien, même si son élevage de moules a du mal à décoller. Avec son épouse, il forme un couple soudé, centré sur leurs jeunes enfants qu’ils aiment tant. C’est d’autant plus douloureux, la perte de ce petit garçon. Les remords, la culpabilité abîment tout, y compris l’amour... Martin ne sait pas ce qui est arrivé. Seul avec son fils tout jeune, il a été retenu au téléphone, trop longtemps probablement. Sur ce laps de temps, Adam a disparu. Qu’est-il arrivé? S’est-il noyé dans la mer, toute proche? Martin sombre inexorablement, depuis ce drame. Sa femme s’est éloignée, et il perd goût à la vie. Pourtant, son cas intrigue une photographe présente sur l’île depuis quelques mois. Elle lui rend visite à plusieurs reprises, et décide de l’aider à remonter la pente. Ce faisant, elle met le doigt sur des interrogations qui n’ont jamais reçu de réponses…. Le résumé me plaisait beaucoup. Et je dois dire que j’étais très curieuse de voir cette histoire se dérouler. Mais je ne suis, après coup, pas certaine d’y avoir trouvé tout ce que j’attendais. Martin, on le rencontre alors que son fils est plein de vie, qu’il aime les pirates. Il va bien, même si son élevage de moules a du mal à décoller. Avec son épouse, il forme un couple soudé, centré sur leurs jeunes enfants qu’ils aiment tant. C’est d’autant plus douloureux, la perte de ce petit garçon. Les remords, la culpabilité abîment tout, y compris l’amour que se portaient ces deux adultes. Pendant les mois qui suivent le drame, c’est la descente aux enfers pour cette famille. C’est extrêmement douloureux, et pendant un long moment, je me suis demandée où l’auteur voulait en venir. Quand, enfin, un élément vient un peu bousculer le tableau. Et si Adam ne s’était pas noyé, après tout? Je ne voudrais pas trop en dire, pour que vous puissiez garder le plaisir de découvrir le titre à votre titre. Mais le récit est tout à fait particulier, mélangeant réalité, souvenirs, et fabulations. Il y a de quoi perdre un peu le fil, parfois. Ce n’est en tout cas pas un coup de cœur, pour ma part. Mais ça reste un roman particulier. Partager :
    Lire la suite
    En lire moins
  • ysadel2 Posté le 20 Octobre 2021
    Merci aux éditions Presses de la cité et à Netgalley de m'avoir permis de lire ce magnifique roman. Martin et Alexandra vivent sur l'ile d'Orust, en Suède où ils sont venus s'installer quand Martin a décidé de se mettre à son compte comme éleveur de moules. Mais l'activité de Martin gène certains de ses voisins et après quelques menaces et des débuts difficiles, l'entreprise commence à fonctionner. En ce mois de janvier, Alexandra qui vient d'accoucher de leur deuxième enfant, Nellie, part avec sa sœur pour une journée shopping et SPA. Martin s'occupera de Adam, leur fils de quatre ans, pendant ce temps. Ils ont prévus un pique-nique au bord de la mer. Au moment de partir, un appel téléphonique de son père, retient Martin. Lorsqu'il sort de la maison peu de temps après, Martin ne trouve pas son fils : il a disparu... Seuls son seau et une de ses bottes sont retrouvés près de l'eau... S'est-il noyé ? Roman psychologique envoutant et sombre. Nous partageons complètement les émotions et les tourments de cette famille face au deuil et à la culpabilité. L'écriture est fluide et poétique et la nature très présente tout au long du livre Je suis heureuse d'avoir découverte l'œuvre de Susanne Jansson trop vite disparue. Bon moment... Merci aux éditions Presses de la cité et à Netgalley de m'avoir permis de lire ce magnifique roman. Martin et Alexandra vivent sur l'ile d'Orust, en Suède où ils sont venus s'installer quand Martin a décidé de se mettre à son compte comme éleveur de moules. Mais l'activité de Martin gène certains de ses voisins et après quelques menaces et des débuts difficiles, l'entreprise commence à fonctionner. En ce mois de janvier, Alexandra qui vient d'accoucher de leur deuxième enfant, Nellie, part avec sa sœur pour une journée shopping et SPA. Martin s'occupera de Adam, leur fils de quatre ans, pendant ce temps. Ils ont prévus un pique-nique au bord de la mer. Au moment de partir, un appel téléphonique de son père, retient Martin. Lorsqu'il sort de la maison peu de temps après, Martin ne trouve pas son fils : il a disparu... Seuls son seau et une de ses bottes sont retrouvés près de l'eau... S'est-il noyé ? Roman psychologique envoutant et sombre. Nous partageons complètement les émotions et les tourments de cette famille face au deuil et à la culpabilité. L'écriture est fluide et poétique et la nature très présente tout au long du livre Je suis heureuse d'avoir découverte l'œuvre de Susanne Jansson trop vite disparue. Bon moment de lecture
    Lire la suite
    En lire moins
  • loeilnoir Posté le 11 Octobre 2021
    Martin et sa famille viennent d’emménager dans l’ancienne résidence d’été de ses parents, une petite maison de pécheur située sur l’île d’Orust, au large des côtes de la Suède. Un jour de janvier, Martin perd de vue son fils Adam, âgé de trois ans, durant quelques minutes, le temps de répondre au téléphone, On ne retrouvera de lui qu’un seau flottant sur les vagues et une botte esseulée. La police conclut rapidement à la noyade et clôt l’enquête. Rongé par la culpabilité, Matin souffre de dépression, abandonne son métier et s’isole de sa famille. Seule Maya, une ex-photographe judiciaire, installée ponctuellement sur l’île, parvient à l’approcher et à le convaincre de suivre d’autres pistes non élucidées : celle de deux frères qui harcelaient leur famille quelques mois plus tôt et également celle d’un mystérieux journal trouvé dans le grenier de la maison, mentionnant les propriétaires successifs dont certains ont été tué le même jour qu’Adam, à des décennies d’intervalle. Voici une belle et triste histoire que nous livre cette auteure suédoise aujourd’hui disparue. Le mystère plane sur les eaux sombres entourant les rochers de l’île d’Orust, en période hivernale et dans un contexte assez glaçant : un petit garçon se soustrait... Martin et sa famille viennent d’emménager dans l’ancienne résidence d’été de ses parents, une petite maison de pécheur située sur l’île d’Orust, au large des côtes de la Suède. Un jour de janvier, Martin perd de vue son fils Adam, âgé de trois ans, durant quelques minutes, le temps de répondre au téléphone, On ne retrouvera de lui qu’un seau flottant sur les vagues et une botte esseulée. La police conclut rapidement à la noyade et clôt l’enquête. Rongé par la culpabilité, Matin souffre de dépression, abandonne son métier et s’isole de sa famille. Seule Maya, une ex-photographe judiciaire, installée ponctuellement sur l’île, parvient à l’approcher et à le convaincre de suivre d’autres pistes non élucidées : celle de deux frères qui harcelaient leur famille quelques mois plus tôt et également celle d’un mystérieux journal trouvé dans le grenier de la maison, mentionnant les propriétaires successifs dont certains ont été tué le même jour qu’Adam, à des décennies d’intervalle. Voici une belle et triste histoire que nous livre cette auteure suédoise aujourd’hui disparue. Le mystère plane sur les eaux sombres entourant les rochers de l’île d’Orust, en période hivernale et dans un contexte assez glaçant : un petit garçon se soustrait quelques secondes à l’attention de son père et la catastrophe arrive, rappelant à tous combien il faut être vigilant. Le roman s’ouvre sur un très beau prologue, poétique envoûtant et prometteur. Promesse tenue, ce roman, sans être truffé d’action, entraîne le lecteur dans une atmosphère sombre et doucereuse propre aux romans suédois, dans la lignée de Viveca Sten ou Camilla Läckberg. La disparition d’Adam arrive très rapidement, mais l’auteure prend un soin méticuleux à définir le cadre et les relations entre les personnages. Le rythme descriptif est assez lent mais agréable et nécessaire. Ce roman marque par la rareté de ses dialogues, la relation entre Maya et Martin étant essentiellement axée vers un seul but : comprendre ce qu’il s’est passé., et retrouver Adam. Cette lecture oscille entre thriller psychologique, roman policier et fable fantastique, les mythes et légendes nordiques ne sont pas bien loin de ces eaux glaciales, dans lesquelles les corps et les âmes humaines peuvent sombrer. Je vous conseille ce roman particulièrement envoûtant et énigmatique jusqu’à la dernière page! Je remercie les Editions Presses de la Cité et #Netgalley pour cette lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    12 thrillers à ne pas manquer

    Harlan Coben, M.J. Arlidge et bien d'autres, quel sera votre nouveau thriller de rentrée préféré ? 

    Êtes-vous prêts à frissonner ? Accrochez-vous bien et découvrez notre sélection Policiers & Thrillers de la rentrée... 

    Lire l'article