Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258147652
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 140 x 225 mm

Jacques, l'enfant caché

Serge KLARSFELD (Préface)
Collection : Terres de France
Date de parution : 20/02/2020
1943. Le petit Jacques, séparé pour la première fois de sa mère, est confié au pasteur Joussellin dans le château de Cappy, dans l’Oise, devenu le refuge de nombreux enfants juifs… Un roman alliant la force de l’émotion à la tragédie de l’Histoire, inspiré de l’enfance du père de l’auteur.
1943. Depuis la mort de son père, fusillé par les nazis, Jacques n’a plus le coeur à jouer. A Paris, sa mère Blima et lui, loin de leur famille disséminée, vivent dans la peur constante d’une arrestation. Prête à tout pour le sauver et lui épargner de vivre terré dans des caves, Blima confie son petit... 1943. Depuis la mort de son père, fusillé par les nazis, Jacques n’a plus le coeur à jouer. A Paris, sa mère Blima et lui, loin de leur famille disséminée, vivent dans la peur constante d’une arrestation. Prête à tout pour le sauver et lui épargner de vivre terré dans des caves, Blima confie son petit garçon au pasteur Joussellin. 
Le château de Cappy dans l’Oise, qu’il dirige avec humanité, est devenu le refuge d’une centaine d’« enfants cachés » juifs. C’est un déchirement pour Jacques, qui, à huit ans, n’a jamais été séparé de sa mère. Malgré l’inquiétude, la solitude, la peur, l’enfance peut-elle reprendre ses droits ?
Dans ce roman tiré d’une histoire vraie, celle du père de l’auteure, l’émotion et la gravité côtoient l’innocence et le courage des jeunes héros, portés par les tragédies de l’Histoire. Avec, en filigrane, le portrait d’un Juste, le pasteur Joussellin.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258147652
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lyanea Posté le 13 Août 2020
    Avis : HALETANT Je remercie Mélanie qui a lu et souhaité me faire découvrir « Jacques, l’enfant caché » d’Emmanuelle Friedmann. Comme pour Anne Sinclair dans « La rafle des notables », c’est un devoir de mémoire qui a accompagné l’auteur pour écrire ce livre et faire sortir de la poussière des archives, des évènements qui ont marqué des millions de familles et suscité la souffrance sur plusieurs générations. Jacques prévient sa mère que les gendarmes vont revenir à 20 h pour la voir. Elle comprend qu’elle doit fuir et surtout cacher son fils. C’est au château de Cappy que Jacques va abandonner sa vie d’enfant pour vivre dans la peur, la promiscuité et découvrir « qu’ici, c’est la jungle pour bouffer. » Le roman est sobre et sensible, décrivant la vie de tous les jours sans mettre en avant les émotions mais laissant au lecteur la distance lui permettant de rentrer dans ce que pouvait représenter les interrogations de chaque jour. Il aurait pu s’intituler « scènes de la vie ordinaire » tellement les actions de tous les jours rythment la progression des chapitres. Il n’y a pas de chiffres, de constats, de notes, de commentaires, de dates ; juste de... Avis : HALETANT Je remercie Mélanie qui a lu et souhaité me faire découvrir « Jacques, l’enfant caché » d’Emmanuelle Friedmann. Comme pour Anne Sinclair dans « La rafle des notables », c’est un devoir de mémoire qui a accompagné l’auteur pour écrire ce livre et faire sortir de la poussière des archives, des évènements qui ont marqué des millions de familles et suscité la souffrance sur plusieurs générations. Jacques prévient sa mère que les gendarmes vont revenir à 20 h pour la voir. Elle comprend qu’elle doit fuir et surtout cacher son fils. C’est au château de Cappy que Jacques va abandonner sa vie d’enfant pour vivre dans la peur, la promiscuité et découvrir « qu’ici, c’est la jungle pour bouffer. » Le roman est sobre et sensible, décrivant la vie de tous les jours sans mettre en avant les émotions mais laissant au lecteur la distance lui permettant de rentrer dans ce que pouvait représenter les interrogations de chaque jour. Il aurait pu s’intituler « scènes de la vie ordinaire » tellement les actions de tous les jours rythment la progression des chapitres. Il n’y a pas de chiffres, de constats, de notes, de commentaires, de dates ; juste de la survie. Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais chaque fois que j’ai l’occasion de lire des livres « de mémoire », je m’applique à les lire lentement, comme un respect envers les personnes qui ont vécu ces tragédies. Encore une fois, j’ai trouvé dans ce livre l’occasion de penser que l’horreur est ordinaire mais, heureusement, que le sens de l’honneur l’est encore plus.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lolapop93 Posté le 30 Juin 2020
    = Un récit intense. = ‘‘(Avertissement) Pendant plus d’une année, entre 1943 et 1944, mon père, Jaques Friedmann, fut caché au château de Cappy, dans le village de Verberie, dans l’Oise. A partir de ses souvenirs, forcement partiels et partiaux, j’ai tenté de reconstituer les mois vécus à la « colonie de vacances » créée par le pasteur Joussellin (fait juste entre les nations en 1980) à Verberie.’’ Emmanuelle Friedmann livre sans son récit le passé de son père. Un enfant, Jacques né juif à une époque où être juif ne présageait rien de bon. Sa mère Blima a tout fait pour protéger son fils, seule car son père a été fusillé par les nazis. Même si pour Jacques ce fut un déchirement lorsque sa mère se sépara de lui pour lui sauver la vie, il va peu à peu, lui l’enfant solitaire, partager de beaux moments d’amitié et d’entraide dans « la colonie de vacances ». Un magnifique récit mêlant faits réels et fiction. L’autrice à travers son écriture fluide,... = Un récit intense. = ‘‘(Avertissement) Pendant plus d’une année, entre 1943 et 1944, mon père, Jaques Friedmann, fut caché au château de Cappy, dans le village de Verberie, dans l’Oise. A partir de ses souvenirs, forcement partiels et partiaux, j’ai tenté de reconstituer les mois vécus à la « colonie de vacances » créée par le pasteur Joussellin (fait juste entre les nations en 1980) à Verberie.’’ Emmanuelle Friedmann livre sans son récit le passé de son père. Un enfant, Jacques né juif à une époque où être juif ne présageait rien de bon. Sa mère Blima a tout fait pour protéger son fils, seule car son père a été fusillé par les nazis. Même si pour Jacques ce fut un déchirement lorsque sa mère se sépara de lui pour lui sauver la vie, il va peu à peu, lui l’enfant solitaire, partager de beaux moments d’amitié et d’entraide dans « la colonie de vacances ». Un magnifique récit mêlant faits réels et fiction. L’autrice à travers son écriture fluide, sincère et sans mots cachés réussis à faire passer toute une palette d’émotion chez son lecteur : la haine, la peur, le désespoir, mais aussi la joie, la volonté de se battre pour survivre et la bonté humaine. J’ai beaucoup aimé ce récit, mais la seule chose qu’il me manquait, le petit plus pour en faire un gros coup de cœur, c’est plus de détails. Vous me connaissez, toujours avide d’en savoir plus. Surtout sur une période aussi intense et bouleversante. Ceci étant dit cette lecture restera gravé dans ma mémoire à jamais. Magnifique et triste, ce livre est à découvrir absolument et je vous le recommande sans modération.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Valmyvoyou_lit Posté le 26 Juin 2020
    Le père de Jacques a été fusillé par les nazis, en 1941. Depuis la mort de cet homme, héros de la Résistance, mais violent avec ses proches, la survie de la famille repose sur les épaules de Blima, son épouse. Un jour, en 1943, alors que cette dernière est à son travail, les nazis viennent pour l’arrêter. Jacques fait preuve d’un incroyable discernement et d’un très grand courage, pour un petit garçon de huit ans. Grâce à lui, sa maman et lui-même, et par ce fait, les générations futures, sont sauvés. Cependant, cela est temporaire, ils ne peuvent plus vivre dans leur appartement. Grâce à l’aide de son frère et de sa belle-sœur, Blima se cache dans des caves et confie Jacques, au pasteur Joussellin. Ce Juste, sous couvert d’une colonie de vacances, met des enfants à l’abri, au château de Cappy, dans l’Oise. Pour la sécurité de tous, il leur impose une discipline teintée de bienveillance et d’humanité. Jacques y est resté un an. Ce roman raconte son histoire. Jacques était le père d’Emmanuelle Friedmann. Son roman est fondé sur la mémoire familiale, sur ses rencontres avec les fils de Jean Joussellin et sur une bibliographie étayée. J’ai lu ce livre,... Le père de Jacques a été fusillé par les nazis, en 1941. Depuis la mort de cet homme, héros de la Résistance, mais violent avec ses proches, la survie de la famille repose sur les épaules de Blima, son épouse. Un jour, en 1943, alors que cette dernière est à son travail, les nazis viennent pour l’arrêter. Jacques fait preuve d’un incroyable discernement et d’un très grand courage, pour un petit garçon de huit ans. Grâce à lui, sa maman et lui-même, et par ce fait, les générations futures, sont sauvés. Cependant, cela est temporaire, ils ne peuvent plus vivre dans leur appartement. Grâce à l’aide de son frère et de sa belle-sœur, Blima se cache dans des caves et confie Jacques, au pasteur Joussellin. Ce Juste, sous couvert d’une colonie de vacances, met des enfants à l’abri, au château de Cappy, dans l’Oise. Pour la sécurité de tous, il leur impose une discipline teintée de bienveillance et d’humanité. Jacques y est resté un an. Ce roman raconte son histoire. Jacques était le père d’Emmanuelle Friedmann. Son roman est fondé sur la mémoire familiale, sur ses rencontres avec les fils de Jean Joussellin et sur une bibliographie étayée. J’ai lu ce livre, avec respect. L’auteure a ajouté une part romanesque, afin de transmettre les sentiments d’un petit garçon qui est séparé de sa maman et qui s’inquiète pour elle. Elle le fait avec beaucoup de réalisme. Les enfants cachés sont courageux, ils vivent avec la peur des Allemands et l’angoisse au sujet de leurs proches ; le traumatisme est immuable. Cependant, Emmanuelle Friedmann montre que la terreur côtoie l’innocence de l’enfance : les petits essaient d’échapper aux corvées, il leur arrive de bouder, les bagarres avec les enfants du village sont fréquentes, etc. J’ai énormément aimé que le récit ne soit pas que factuel, mais rappelle que les pensionnaires du château étaient encore des enfants. […] La suite sur mon blog...
    Lire la suite
    En lire moins
  • emilie31 Posté le 1 Juin 2020
    Dans ce récit entre les mémoires familiales et la fiction, Emmanuelle Friedmann nous raconte l’enfance cachée de son père, Jacques. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, à Paris, chaque jour, chaque heure, chaque minute, les Juifs risquent l’arrestation, la déportation, la mort. Mais quand tous les autres enfants ont fui, se cachant aux quatre coins de la France, Jacques et sa mère sont restés à Paris, après l’arrestation et l’exécution du père, un communiste juif. Après l’école, alors qu’il attend sagement sa mère, on frappe à la porte de leur appartement.. les gendarmes viennent les arrêter mais la mère n’est pas encore là. A 8 ans, Jacques a la conscience de la prévenir et ils réussissent à se sauver et à échapper à une arrestation. Réfugiés chez Max, le frère de sa mère, ils ne peuvent continuer ainsi sous peine de menacer toute la famille d’une arrestation. Sa mère prend alors une douloureuse décision : envoyer son fils dans un château près de Compiègne où un pasteur cache les enfants juifs. C’est cette vie cachée que nous raconte Emmanuelle Friedmann. Entre fragments de récit de famille, recherches et fiction, c’est cette vie de l’ombre que le lecteur découvre. Cette vie cachée, peu... Dans ce récit entre les mémoires familiales et la fiction, Emmanuelle Friedmann nous raconte l’enfance cachée de son père, Jacques. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, à Paris, chaque jour, chaque heure, chaque minute, les Juifs risquent l’arrestation, la déportation, la mort. Mais quand tous les autres enfants ont fui, se cachant aux quatre coins de la France, Jacques et sa mère sont restés à Paris, après l’arrestation et l’exécution du père, un communiste juif. Après l’école, alors qu’il attend sagement sa mère, on frappe à la porte de leur appartement.. les gendarmes viennent les arrêter mais la mère n’est pas encore là. A 8 ans, Jacques a la conscience de la prévenir et ils réussissent à se sauver et à échapper à une arrestation. Réfugiés chez Max, le frère de sa mère, ils ne peuvent continuer ainsi sous peine de menacer toute la famille d’une arrestation. Sa mère prend alors une douloureuse décision : envoyer son fils dans un château près de Compiègne où un pasteur cache les enfants juifs. C’est cette vie cachée que nous raconte Emmanuelle Friedmann. Entre fragments de récit de famille, recherches et fiction, c’est cette vie de l’ombre que le lecteur découvre. Cette vie cachée, peu racontée dans les textes sur la Seconde Guerre Mondiale et sur la Shoah, a souvent eu autant de conséquences que la déportation. Comment vivre avec la culpabilité d’avoir survécu, d’avoir échappé à la mort alors que tant d’autres n’ont pas eu cette chance ? Que transmettre et comment le transmettre ? : « le lecteur constatera que l’onde de choc de la Shoah ne s’est pas interrompue avec la défaite des nazis; qu’elle atteint et souvent blesse les nouvelles générations car la seconde a été victime du silence ou du trop parler de la première et qu’elle projette sur leur descendance des traumatismes générés par cette gigantesque tentative d’éradiquer totalement le peuple juif. » Emmanuelle Friedmann par ce récit rend un double hommage : à ce pasteur qui au delà de la religion a sauvé des vies et à l’enfant courageux que fut son père. Par les mots, elle sauve cet enfant et tous ceux qui ont vécu cachés mais traumatisés par cette enfance meurtrie. En résumé : un récit émouvant sur le combat de l’ombre pour sauver le plus important : les enfants !
    Lire la suite
    En lire moins
  • brinvilliers Posté le 30 Mai 2020
    Emmanuelle Friedmann rend hommage à son père en retraçant son enfance durant la seconde guerre mondiale. Car Jacques son père a du quitter Paris pour éviter la rafle des Juifs. Il se retrouve dans l'Oise sous dans un château tenu par le pasteur Jousselin. Triste à la fois mais d'une réalité profonde qui nous parle des enfants cachés de la 2ème guerre mondiale.
Toute l'actualité de la collection Terres de France
Découvrez des histoires riches des couleurs de nos régions et des saveurs d'antan pour de magnifiques moments de lecture.

Lisez maintenant, tout de suite !