Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259282680
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 160
Format : 135 x 210 mm

Je suis née à Bergen Belsen

Collection : Plon récit
Date de parution : 10/09/2020
75 ans après la libération du camp de concentration allemand de Bergen-Belsen, ce livre réunit deux témoignages forts et inspirants. Celui d’Hélène, résistante française arrêtée, torturée puis déportée dans le camp. Et celui d’Yvonne, sa fille, née là-bas.
Si Hélène est décédée, elle a laissé des écrits intenses et rares à Yvonne, aujourd’hui âgée de 75 ans. Un témoignage puissant auquel celle-ci répond en questionnant l’Histoire, en interrogeant sa propre identité, en sondant sa personnalité, en révélant aussi d’incroyables secrets familiaux. De chapitre en chapitre se noue, à... Si Hélène est décédée, elle a laissé des écrits intenses et rares à Yvonne, aujourd’hui âgée de 75 ans. Un témoignage puissant auquel celle-ci répond en questionnant l’Histoire, en interrogeant sa propre identité, en sondant sa personnalité, en révélant aussi d’incroyables secrets familiaux. De chapitre en chapitre se noue, à travers le temps, les douleurs, l’espoir, la peur, un intense dialogue entre générations.
Ce livre, bien-sûr, évoque l’horreur de l’entreprise concentrationnaire nazie. Mais, surtout, il surprend et inspire par les histoires dans l’Histoire qu’il développe. Par quel miracle certains, dans les conditions de vie inhumaines d’un camp, réussissent-ils à faire preuve de la plus grande humanité ? Quel sens des valeurs a pu pousser une mère et sa fille internées dans le même camp à offrir leur trésor – un morceau de chocolat – à Hélène lorsque celle-ci n’avait plus de forces mais était sur le point d’accoucher en cachette ? Et pourquoi Yvonne bébé ne pleura-t-elle jamais durant les six mois vécus dissimulée dans le baraquement du camp, ne poussant son premier cri qu’après la libération de celui-ci ? L’instinct de survie explique-t-il tout ?  
Je suis née à Bergen-Belsen révèle ce qu’il y a de plus terrible et contrasté dans l’être humain : sa barbarie comme son humanité.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259282680
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 160
Format : 135 x 210 mm

Ils en parlent

" Avec ce livre, le "bébé des camps" rend un hommage vibrant à sa mère. "
Michaël Levy / La Provence

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • leBoudoirdulivre Posté le 8 Octobre 2021
    S’il y a des livres à lire, c’est bien celui-ci. Ce livre devrait être lu dans les écoles durant les cours sur la Seconde Guerre mondiale. Le récit d’Hélène basé sur ses écrits et celui de sa fille Yvonne alternent et nous font revivre leur histoire. Au cours de votre lecture, vous remarquerez un petit chapitre informatif sur des lieux ainsi que des documents… Un livre très complet, très bien pensé et qui se lit très rapidement. Ce livre fait partie de ma « Sélection 2021 » et fut un de mes coups de cœur spécial. J’ai eu l’agréable surprise de redécouvrir Francine Christophe entre les pages. Après l’avoir découverte avec « L’enfant du camp », son histoire et celle d’Yvonne fait partie de ces vies incroyables, de cet instinct de survie, où la chance ne tient qu’à un fil, tel un miracle. Pourquoi certains s’en sont sortis ? Pourquoi d’autres non ? J’ai trouvé un côté psychologique, du moins l’envie de comprendre d’Yvonne est fortement présente, comment ne pas se poser des questions, comment peut-on avoir du recul après avoir réchappé à l’inimaginable. Comme Francine Christophe le dit, je me suis toujours demandé malgré les difficultés d’après-guerre, comment personne n’a... S’il y a des livres à lire, c’est bien celui-ci. Ce livre devrait être lu dans les écoles durant les cours sur la Seconde Guerre mondiale. Le récit d’Hélène basé sur ses écrits et celui de sa fille Yvonne alternent et nous font revivre leur histoire. Au cours de votre lecture, vous remarquerez un petit chapitre informatif sur des lieux ainsi que des documents… Un livre très complet, très bien pensé et qui se lit très rapidement. Ce livre fait partie de ma « Sélection 2021 » et fut un de mes coups de cœur spécial. J’ai eu l’agréable surprise de redécouvrir Francine Christophe entre les pages. Après l’avoir découverte avec « L’enfant du camp », son histoire et celle d’Yvonne fait partie de ces vies incroyables, de cet instinct de survie, où la chance ne tient qu’à un fil, tel un miracle. Pourquoi certains s’en sont sortis ? Pourquoi d’autres non ? J’ai trouvé un côté psychologique, du moins l’envie de comprendre d’Yvonne est fortement présente, comment ne pas se poser des questions, comment peut-on avoir du recul après avoir réchappé à l’inimaginable. Comme Francine Christophe le dit, je me suis toujours demandé malgré les difficultés d’après-guerre, comment personne n’a apporté une aide psychologique, on aidé les personnes qui ont souffert, qui ont eu des traumatismes, qui ont tout perdu et à qui on a dit d’oublier, d’effacer ce qu’ils ont vécu comme si rien ne s’était passé… Une rencontre, un acte d’humanité peut tout changer. C’est ce qui est arrivé à Frédérique Agnès et à Yvonne Salamon. Témoignage et réflexions, travail de recherches pour livrer aux lecteurs un dialogue imaginaire entre une mère et sa fille liées par un amour fusionnel, un amour qui résiste à tout. Hélène Salamon, polonaise est partie en France, c’est dans ce pays que cette sage-femme va s’engager dans la Résistance. En 1942, Hélène doit protéger ses deux enfants avant l’arrivée des Allemands. L’amour d’une mère pour ses enfants, le sacrifice de devoir se séparer d’eux… Interdite d’exercer, elle devient agent de liaison. Nouvelle vie, nouvelle identité, nouveaux dangers. Le 10 février 1944, Hélène est arrêtée par la milice. Au cours de sa détention, elle comprend qu’elle est enceinte et cela change tout. De la Gestapo à Drancy sous la coupe d’Alois Brunner, Hélène pourra compter sur des actes de générosité, un petit geste qui dans ces circonstances peut vous sauver la vie. En mai 1944, Hélène arrive à Bergen-Belsen, le début du cauchemar va commencer. Hélène va connaître les privations, la faim mais savoir que son enfant est vivant va être son combat pour rester en vie coûte que coûte. Yvonne a toujours eu soif de justice et se pose beaucoup de questions. A la recherche d’indépendance, elle va faire des études de médecine comme le voulait sa mère et va devenir psychiatre. Une manière d’aider les gens. Autour d’elle, Hélène assiste impuissante à la mort qui rôde telle celle d’Anne Franck. A travers l’histoire de la mère, se lie les questionnements et les choix de sa fille. Comme une conversation à distance séparée par le temps. De nombreux sujets sont abordés tel le pardon, la faim, les traumatismes, l’aspect psychologique… Doit-on, peut-on pardonner quand des sons, des bruits, une langue font ressurgir le passé et toutes ses blessures ? L’antisémitisme, la foi, les pogroms, la faim… autant de sujets importants qui sont évoqués de manière claire et accessible mais aussi l’histoire d’un peuple victime de persécutions depuis des siècles comme le fut la famille d’Hélène disparue à Treblinka. Comment peut-on se reconstruire après avoir vécu les pires atrocités ? Comment grandi un enfant au milieu des traumatismes de ses parents ? Au cœur de l’enfer, un lien entre une enfant de 11 ans et un bébé va voir le jour. Un acte d’humanité comme il y en a eu dans les camps de concentration et au cours de la Shoah, un morceau de chocolat pour aider à rester en vie, à se battre pour survivre. La rencontre d’Yvonne et Francine des années plus tard est l’un des moments les plus bouleversants de ce livre. Grâce à Francine, Yvonne découvre l’histoire de sa mère et comble les questions restées sans réponses ou du moins une partie d’entre elles. Un lourd secret sur ses origines lui reste encore à découvrir. L’histoire d’une mère et de sa fille, avant, pendant et après l’Holocauste, un témoignage bouleversant source de questionnements où au pire moment se joue un acte d’humanité au cœur de l’enfer. Un récit de vies bouleversant à faire découvrir dans les écoles ! Hommage vibrant d’humanité, celui d’un bébé à sa mère, celui d’un miracle et d’un amour fusionnel. L’amour d’une mère peut déplacer des montagnes et les actes d’humanité sauver des vies. La beauté et la force de ce livre n’a d’égale que celles qui portent leurs histoires ! Une plume magnifique, un récit très documenté, un témoignage à lire. Touchée en plein cœur par la force de ce livre, vous ne pouvez pas passer à côté de « Je suis née à Bergen-Belsen » ! Court et intense, « Je suis née à Bergen-Belsen » cache une belle leçon d’humanité et d’amour !
    Lire la suite
    En lire moins
  • nath74gri Posté le 17 Septembre 2021
    C'est un petit récit de 150 pages, je suis née à Bergen-Belsen, d'Yvonne Salamon. Elle raconte la vie de sa mère Hélène qui l'a mis au monde dans ce camp en Pologne 6 mois avant la libération. Elle s'appuie sur des écrits de sa mère et sur des témoignages de femmes se rappelant sa naissance. Un livre bouleversant, particulièrement la scène du carreau de chocolat. Merci aux éditions mon poche pour leur confiance.
  • aurelievdm Posté le 30 Mars 2021
    Un livre court qui raconte la "vie" d Hélène Salomon qui a du mettre au monde sa fille Yvonne dans le camp de concentration de Bergen Belsen. Yvonne a retranscris les écrits de sa maman et raconter ce lien qui les unies toutes les 2. Il est toujours difficile de lire les horreurs que les déportés ont du subir
  • Jacline Posté le 17 Octobre 2020
    Préface de Frédérique Agnès J’ai rencontré Yvonne en avril 2019, à l’occasion d’un reportage que je tournais. Il y était question d’un morceau de chocolat offert à une femme sur le point d’accoucher, dans un camp de concentration. Une magnifique leçon d’humanité. La femme qui accouchait, c’était la mère d’Yvonne. Le bébé, c’était elle. Yvonne avait alors soixante-quinze ans, moi quarante-cinq, et une jolie amitié est née entre nous. Elle venait d’écrire l’histoire de sa mère – Hélène, juive, résistante et déportée à Bergen-Belsen. Mais il m’a semblé que son propre destin était également inspirant : celui d’une femme née dans un camp de la mort et marquée par ce début de vie si particulier. Elle a finalement accepté de livrer son témoignage et ses réflexions. Nous avons enregistré des entretiens. J’ai rencontré son frère, échangé avec sa sœur. Nous avons lu des ouvrages historiques et biographiques sur l’Occupation, la Résistance, les camps. En 1987, Hélène avait parlé avec sa fille, un peu. Mais qu’il était difficile pour elle de raconter son calvaire ! Alors, quelque temps avant sa mort, elle lui avait laissé des écrits. Fondé sur toutes ces sources, ce livre est un dialogue imaginaire et reconstitué entre Hélène et Yvonne. Un... Préface de Frédérique Agnès J’ai rencontré Yvonne en avril 2019, à l’occasion d’un reportage que je tournais. Il y était question d’un morceau de chocolat offert à une femme sur le point d’accoucher, dans un camp de concentration. Une magnifique leçon d’humanité. La femme qui accouchait, c’était la mère d’Yvonne. Le bébé, c’était elle. Yvonne avait alors soixante-quinze ans, moi quarante-cinq, et une jolie amitié est née entre nous. Elle venait d’écrire l’histoire de sa mère – Hélène, juive, résistante et déportée à Bergen-Belsen. Mais il m’a semblé que son propre destin était également inspirant : celui d’une femme née dans un camp de la mort et marquée par ce début de vie si particulier. Elle a finalement accepté de livrer son témoignage et ses réflexions. Nous avons enregistré des entretiens. J’ai rencontré son frère, échangé avec sa sœur. Nous avons lu des ouvrages historiques et biographiques sur l’Occupation, la Résistance, les camps. En 1987, Hélène avait parlé avec sa fille, un peu. Mais qu’il était difficile pour elle de raconter son calvaire ! Alors, quelque temps avant sa mort, elle lui avait laissé des écrits. Fondé sur toutes ces sources, ce livre est un dialogue imaginaire et reconstitué entre Hélène et Yvonne. Un dialogue entre une mère et sa fille, à jamais liées par un amour fusionnel. Un angle de vue d'une grande humanité dans une époque qui en singulièrement manqué, Cette auteur a ceci en commun, avec moi : son année de naissance. Je connais et suis en affection avec la Pologne, je souffre avec certains d'entre eux, par rapport à cette période affreuse, et même si cette histoire se situe en Allemagne, je reconnais les mêmes atrocités qui ont été commises au nom d'une idéologie dépourvue de bon sens et d'une once d'humanité. Je m'étais jurée de ne plus lire aucun ouvrage traitant de ce sujet. Mais une critique littéraire m'a donné envie d'aller voir - et lire- autre chose. Yvonne Salamon parviendra-t-elle à me réconcilier avec cette tranche de notre Histoire ? J'ai encore besoin d'un peu de temps...
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…