RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La balade des pas perdus

            Fleuve éditions
            EAN : 9782265098961
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 336
            Format : 130 x 200 mm
            La balade des pas perdus

            Frédérique DABER (Traducteur), Gabrielle MERCHEZ (Traducteur)
            Date de parution : 08/10/2015
            Tous les pas perdus mènent quelque part…
            À sept ans, Millie a déjà vu pas mal de Choses Mortes. La première, c’était Rambo, le chien. La vingt-neuvième, une mouche. Au numéro 28 de son Livre de Choses Mortes, Millie a écrit : « MON PAPA »…
            Voilà deux jours que la fillette, cachée dans un rayon de supermarché, attend que sa...
            À sept ans, Millie a déjà vu pas mal de Choses Mortes. La première, c’était Rambo, le chien. La vingt-neuvième, une mouche. Au numéro 28 de son Livre de Choses Mortes, Millie a écrit : « MON PAPA »…
            Voilà deux jours que la fillette, cachée dans un rayon de supermarché, attend que sa mère revienne la chercher. Ce ne sera pas sa mère mais Karl, dit « le Dactylo », veuf en cavale depuis qu’il a fui sa maison de retraite. Et puis Agatha Pantha, la vieille voisine acariâtre qui a du poil au menton. Il faut bien l’avouer : ces trois perdus-là se sont trouvés.
            Pour rattraper la mère de Millie, il n’est pas un vol, un incendie, une poursuite en bus, une bagarre de bar qui arrêtera ce trio infernal, quitte à mettre une jolie pagaille dans tout l’outback australien. Et, au passage, ré-enchanter la vie.
            Parce que les pas perdus vont toujours quelque part…
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782265098961
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 336
            Format : 130 x 200 mm
            Fleuve éditions
            18.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            Paroles d'éditeurs ayant acquis ce livre : « Si ce n’est pas moi qui publie ce livre je vais me mettre à pleurer. » Vanessa Radnige, Hachette (Australie) ; « La balade des pas perdus est sublime, drôle, déchirant, émouvant… Un livre dont les lecteurs vont tomber amoureux. » Sarah Rigby, Hutchinson/Penguin (Royaume-Uni) ; « Un roman plein d’humour, de sagesse, de tendresse, avec des personnages inoubliables. » Johanna Haegerström, Albert Bonniers (Suède)
            Presse : « Décalé et drôle…. Une histoire à la fois douloureuse et tendre. » The Times ; « Inspirée par sa propre douleur, le roman de Davis est parfois aussi solitaire que l'outback, fort et émouvant. » The Independant ; « Une excellente lecture, c’est brillamment écrit. » Matt Haig, auteur de Humains ; « Aussi bien les caractères des personnages que l’écriture sonnent parfaitement juste et le résultat est un livre émouvant, drôle et brillant. » Herald Sun Melbourne
             

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Ecureuilbleu Posté le 14 Juin 2017
              Millie, fillette de 7 ans vient de perdre son papa et d'être oubliée par sa mère dans un grand magasin. Elle n'a qu'une hâte : retrouver celle-ci. Elle va croiser dans le magasin Manny, un mannequin en plastique et un vieillard "Agatha qui se fait appeler "Karl le dactylo" et a fui sa maison de retraite. Le duo va devenir trio en croisant une vieille femme revêche Agatha Panta. Millie, Karl et Agatha ont un point commun : chacun fait le deuil d'un proche. Pour retrouver la mère de Millie, ils vont parcourir l'Australie dans différents véhicules volés. J'ai aimé la fraîcheur de la petite fille, son innocence et la folie des deux autres, la tendresse qui les lie peu à peu. Les personnages secondaires : Stella, la conductrice de car, ou "Capitaine Tout", le petit garçon rencontré dans le train vont les aider, chacun à sa façon... Livre douloureux et plein d'espoir qui invite à se bouger, à poursuivre ses rêves et à vivre pleinement, quelque soit son âge et ses motivations. J'ai ri et j'ai pleuré. Brooke Davis a écrit ce roman en hommage à ses parents, notamment sa mère disparue dans un accident de la circulation, pour faire son deuil...
            • Prunille Posté le 1 Décembre 2016
              « Il faut bien l’avouer : ces trois perdus-là se sont trouvés ». C’est cette phrase dans le résumé qui m’a fait emprunter ce roman à la médiathèque. C’est exactement le genre d’histoire qui m’attire, des gens qui n’ont au départ aucun lien entre eux, mais qui se raccrochent les uns aux autres pour créer leur propre famille. Et bien je n’ai pas été déçue. Un peu déstabilisée tout de même au départ par la forme, en particulier par les dialogues écrits en italique, je m’y suis faite et j’ai ensuite été totalement emportée par l’histoire. Le sujet, le deuil d’un être cher, est douloureux, d’autant plus que Millie qui vient de perdre son père n’a que sept ans, mais l’humour est présent tout au long du roman, avec les personnages totalement déjantés de Karl le dactylo, et Agatha la vieille acariâtre, tous les deux veufs récemment, sans oublier Manny le mannequin ! Ces trois là vont accompagner Millie à la recherche de sa mère à travers l’Australie, et le rire alterne avec des moments poignants sans aucun ennui. La fin, à part une interrogation restante, est parfaite, et m’a tiré une larme d’émotion !
            • plume58 Posté le 26 Mai 2016
              Ce livre est plein de poésie et d’amour entre Millie, petite fille de 7ans abandonnée par sa mère dans un supermarché et 2 personnes âgées , Karl et Agatha qui vont s’attacher à elle et l’accompagner dans sa quête de sa mère et de ses illusions perdues. Tous les trois se lancent dans une aventure loin de leur quotidien et ils découvrent qu’ils sont pleins de tendresse les uns envers les autres. Même si le sujet du deuil est très présent tout au long du livre, Brooke Davis nous montre qu’on peut s’en sortir grâce à la poésie.
            • CarnetParisien Posté le 14 Mars 2016
              Quelle magnifique couverture, vous ne trouvez pas ? Je la trouve merveilleuse. Et ce titre ! Plein de promesses. Très poétique, exactement comme j’aime. Parfait pour me plaire. Dès les premières pages, on fait la connaissance de Millie, une petite fille très forte et haute en couleurs que j’ai tout de suite appréciée. Elle est incroyablement attachante, j’ai vraiment été très touchée par sa façon de laisser des messages à sa maman pour qu’elle la retrouve. Ce contraste entre sa naïveté et sa lucidité au sujet de la mort lui valent d’être un personnage unique. Viennent par la suite Karl et Agatha, deux « vieux » un peu usés et qui vivent en décalage du reste du monde. Agatha m’a fait rire, j’ai d’emblée été prise de sympathie pour elle. Elle incarne la parfaite petite dame aigrie que les années ont abîmée. Elle déteste tout le monde, et par dessus tout, elle se déteste elle-même. Sa rencontre avec Millie va transformer sa vie. Leur rencontre, entre jeunesse et maturité, m’a bouleversée, j’ai aimé les liens qui se sont tissés progressivement entre eux, leur franc-parler, leur caractère. Je leur ai trouvé quelque chose de touchant. Chacun a finalement été abandonné à sa façon, et... Quelle magnifique couverture, vous ne trouvez pas ? Je la trouve merveilleuse. Et ce titre ! Plein de promesses. Très poétique, exactement comme j’aime. Parfait pour me plaire. Dès les premières pages, on fait la connaissance de Millie, une petite fille très forte et haute en couleurs que j’ai tout de suite appréciée. Elle est incroyablement attachante, j’ai vraiment été très touchée par sa façon de laisser des messages à sa maman pour qu’elle la retrouve. Ce contraste entre sa naïveté et sa lucidité au sujet de la mort lui valent d’être un personnage unique. Viennent par la suite Karl et Agatha, deux « vieux » un peu usés et qui vivent en décalage du reste du monde. Agatha m’a fait rire, j’ai d’emblée été prise de sympathie pour elle. Elle incarne la parfaite petite dame aigrie que les années ont abîmée. Elle déteste tout le monde, et par dessus tout, elle se déteste elle-même. Sa rencontre avec Millie va transformer sa vie. Leur rencontre, entre jeunesse et maturité, m’a bouleversée, j’ai aimé les liens qui se sont tissés progressivement entre eux, leur franc-parler, leur caractère. Je leur ai trouvé quelque chose de touchant. Chacun a finalement été abandonné à sa façon, et cherche à combler un vide. A travers leur road-trip un peu loufoque pour retrouver la maman de Millie, ils vont en apprendre un peu plus sur eux, sur le monde qui les entoure, et sur ce qu’ils attendent vraiment de la vie. Malheureusement, si je me suis rapidement attachée aux personnages, j’ai par la suite été très déçue de la tournure des événements. Attention SPOIL : Je n’ai pas très bien compris pourquoi Karl le Dactylo et Agatha tombaient amoureux. Je ne vois vraiment pas ce que ça ajoute à l’intrigue, pour moi ce n’était vraiment pas nécessaire. C’est même dommage. J’aurais préféré un trio éternellement drôle plutôt qu’une touche si prévisible de romantisme inapproprié. En conclusion Malgré un début prometteur et des personnages adorables, j’ai fini par me détacher totalement de l’intrigue qui m’a semblée factice et qui a perdu de son authenticité et de son originalité. Le dénouement m’a paru inachevé, inabouti, et malgré l’attachement que je portais aux protagonistes, je me suis lassée et suis restée sur ma fin. Dommage !
              Lire la suite
              En lire moins
            • geisha79 Posté le 26 Février 2016
              Comment les personnes abordent-ils le deuil ?? Tous différemment ..... Ce livre en fait le sujet principal par un langage particulier, un humour particulier, des personnages très particuliers ..... . Cet ouvrage est très plaisant à lire , prise de sentiment par les personnages et en particuliers par le principal: cette petite Millie pour qui j'ai eu mal à mon coeur dès le départ ... . A lire
            Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
            Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.