Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265144187
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 592
Format : 140 x 210 mm

La Bible perdue

Laure HINCKEL (Traducteur)
Collection : Fleuve noir
Date de parution : 08/10/2020
"Une intrigue particulièrement réussie" Place to be
"Divin jeu de piste" Historia

Interrompu par la police roumaine en pleine conférence, le célèbre professeur Charles Baker, de l’université de Princeton, croit d'abord à une méprise. Que peut-il avoir à faire avec les vicissitudes de Sighisoara, petite ville au fin fond de la Transylvanie ?...
"Une intrigue particulièrement réussie" Place to be
"Divin jeu de piste" Historia

Interrompu par la police roumaine en pleine conférence, le célèbre professeur Charles Baker, de l’université de Princeton, croit d'abord à une méprise. Que peut-il avoir à faire avec les vicissitudes de Sighisoara, petite ville au fin fond de la Transylvanie ? Pourtant, lorsqu’il parvient sur la scène de crime devant trois cadavres auxquels il manque les yeux, les oreilles et la langue, la mise en garde est claire : ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire. En dépit des menaces, accompagné de Christa, enquêtrice d’Interpol, Charles poursuit ses recherches sur les traces du mystérieux sabre de Vlad l’Empaleur, et de la première Bible de Gutenberg, supposée renfermer un message secret auquel le destin de l’humanité serait lié. Mais il n’est pas le seul à convoiter cette fameuse relique : une étrange organisation agit dans l’ombre et le suit pas à pas pour mettre la main sur le livre sacré avant lui…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265144187
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 592
Format : 140 x 210 mm

Ils en parlent

" Ce jeu de piste mené tambour battant foisonne d'érudition et de réflexions contemporaines. Ajoutez un zeste de surnaturel, et le tout risque d'empiéter sur votre temps de sommeil..."
Isabelle Mity / HISTORIA

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Helene1960 Posté le 10 Novembre 2020
    Tout d'abord merci à Masse-critique de m'avoir fait découvrir Igor Bergler, je ne suis pas sûre que j'aurai choisi cette lecture de mon plein gré. J'ai noté mes réflexions au fur et à mesure de ma lecture pour pouvoir bien cibler le coeur de l'intrigue. Première partie : où l'on apprend à faire connaissance avec les personnages. Au détour des pages on trouve des cadavres, des exécutions sataniques, des énigmes surnaturelles... Et deux enquêteurs légèrement dépassés. Deuxième partie : où l'on se familiarise avec l'histoire de la Roumanie au Moyen-Age et à la Renaissance (et, en parallèle, avec Vlad Tepes, mieux connu sous le nom de Dracula), ainsi qu'avec l'invention de l'imprimerie par Gutenberg et son premier "travail" : l'impression de la bible... Et on commence à cerner la personnalité des enquêteurs. Troisième partie : A Prague, où l'on apprend à mieux connaître les vampires, où l'on remonte le temps en compagnie d'une ombre maléfique et où l'on ne sait plus qui sont les bons et les méchants. Et l'on se demande quel est le lien qui unit les enquêteurs à cette histoire un peu rocambolesque. Quatrième partie : À Londres, où l'on rencontre un éminent historien qui raconte l'histoire de l'Europe... Tout d'abord merci à Masse-critique de m'avoir fait découvrir Igor Bergler, je ne suis pas sûre que j'aurai choisi cette lecture de mon plein gré. J'ai noté mes réflexions au fur et à mesure de ma lecture pour pouvoir bien cibler le coeur de l'intrigue. Première partie : où l'on apprend à faire connaissance avec les personnages. Au détour des pages on trouve des cadavres, des exécutions sataniques, des énigmes surnaturelles... Et deux enquêteurs légèrement dépassés. Deuxième partie : où l'on se familiarise avec l'histoire de la Roumanie au Moyen-Age et à la Renaissance (et, en parallèle, avec Vlad Tepes, mieux connu sous le nom de Dracula), ainsi qu'avec l'invention de l'imprimerie par Gutenberg et son premier "travail" : l'impression de la bible... Et on commence à cerner la personnalité des enquêteurs. Troisième partie : A Prague, où l'on apprend à mieux connaître les vampires, où l'on remonte le temps en compagnie d'une ombre maléfique et où l'on ne sait plus qui sont les bons et les méchants. Et l'on se demande quel est le lien qui unit les enquêteurs à cette histoire un peu rocambolesque. Quatrième partie : À Londres, où l'on rencontre un éminent historien qui raconte l'histoire de l'Europe après les invasions barbares et qui nous remet en mémoire l'histoire des religions et en particulier celle de l'Inquisition et des croisades. Cinquième partie : À Bologne, où l'on s'attend à tout comprendre, mais où l'on reste un peu sur sa faim. Ce livre c'est : une quête, un jeu de piste, des cadavres oubliés, une plongée dans l'histoire et une vision atypique de l'ordre économique mondial. C'est également un polar et un document historique qui développe une théorie conspirationniste que j'ai eu un peu de peine à comprendre. Malgré tout, je n'ai jamais eu la tentation d'abandonner ma lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • amanline Posté le 8 Novembre 2020
    Avant tout, je tiens à remercier les équipes de Babelio, ainsi que les éditions Fleuves , pour m'avoir permis de découvrir cet auteur et ce roman dont la couverture ne laisse pas indifférent. Charles Baker, est un célèbre professeur de l'université de Princeton. Conférencier et romancier émérite, érudit , charismatique et un brin arrogant. Afin de satisfaire les dernières volontés de son grand père, grand collectionneur et obnubilé par un sabre ayant appartenu à Vlad Tepes, Charles s'arrange pour effectuer une conférence en Transylvanie, dans la ville natale de ce fameux Vlad l'Empaleur, mieux connu sous le nom de Dracula. Mais en pleine conférence, la police roumaine requiert son aide et Charles un peu irrité, se laisse conduire sur une scène de crime dont la mise en scène semble lui être adressée. Mais quel lien peut il y avoir entre lui et ces cadavres mutilés ? Va alors commencer, au grès de ses rencontres, de ses recherches et des indices pour retrouver ce fameux sabre, une véritable chasse au trésor. Mais ce sabre semble également lié à une autre œuvre : la première des bibles de Gutenberg. Cependant, Charles n'est pas seul à rechercher ces pièces historiques, une très vieille et ... Avant tout, je tiens à remercier les équipes de Babelio, ainsi que les éditions Fleuves , pour m'avoir permis de découvrir cet auteur et ce roman dont la couverture ne laisse pas indifférent. Charles Baker, est un célèbre professeur de l'université de Princeton. Conférencier et romancier émérite, érudit , charismatique et un brin arrogant. Afin de satisfaire les dernières volontés de son grand père, grand collectionneur et obnubilé par un sabre ayant appartenu à Vlad Tepes, Charles s'arrange pour effectuer une conférence en Transylvanie, dans la ville natale de ce fameux Vlad l'Empaleur, mieux connu sous le nom de Dracula. Mais en pleine conférence, la police roumaine requiert son aide et Charles un peu irrité, se laisse conduire sur une scène de crime dont la mise en scène semble lui être adressée. Mais quel lien peut il y avoir entre lui et ces cadavres mutilés ? Va alors commencer, au grès de ses rencontres, de ses recherches et des indices pour retrouver ce fameux sabre, une véritable chasse au trésor. Mais ce sabre semble également lié à une autre œuvre : la première des bibles de Gutenberg. Cependant, Charles n'est pas seul à rechercher ces pièces historiques, une très vieille et mystérieuse organisation, semble avoir beaucoup à perdre avec ces découvertes et de ce fait est prête à tout. A travers l'Europe, d'énigmes en énigmes ,de cadavres en cadavres, d'ombres en ombres, Charles, aidé de Christa Wolf, policière d'Interpol, va devoir faire preuve de patience , de courage et de résignation si il veut découvrir ce qu'on lui veut. Ce roman est pour ma part une assez belle découverte. Pourtant, je reste un peu mitigée dû au fait que j'ai peut être mis la barre haute en sachant que ce roman était un best-seller dans d'autres pays et sans aucun doute du fait que nos esprits lecteurs sont un peu pollués par nos comparaisons (Indiana Jones et Robert Langdon, célèbre personnages des romans de Dan Brown). Centré autour de Vlad Tepes, et sa complexe personnalité, ce roman est un véritable page turner. Tous les genres y sont représentés : Le polar avec une enquête hors norme à travers l'Europe et surtout les pays de l'est, le thriller ésotérique avec ses énigmes et textes codés, bien entendu, le thriller historique et sans oublier une pincée de fantastique. Du suspens, des rebondissements en permanence, des courses poursuite, il n'y a pas de temps mort. La plume de l'auteur et les chapitres courts renforcent le rythme mais, malheureusement, ce dernier est régulièrement cassé par certains passages d'histoire pure ou d'inventaire d'armes qui m'ont semblé un peu fastidieux et à cause desquels j'ai eu tendance à décrocher. Mais bien évidemment, on ne peut que saluer le travail de l'auteur pour toutes ses recherches historiques grâce auxquelles on découvre la réelle et complexe personnalité de ce personnage historique décrié et les manipulations de médias quels qu'ils soient et quelle que soit l'époque . Les personnages principaux, au départ, m'ont semblé un peu caricaturaux et superficiels. Puis, peu à peu, j'ai découvert leur personnalité et j'ai apprécié leurs différences et leurs motivations. J'ai une petite préférence pour les policiers roumains un peu loufoques, dont Ledvina qui sort des sentiers battus. Le dénouement est dans la lignée de l'intrigue, ça se tient. Cependant, les toutes dernières lignes m'ont laissé pantois, quel machiavélisme de laisser le lecteur avec ce doute, cette porte ouverte à l'expectative. Peut être une suite est elle envisagée. En effet, l'auteur fait régulièrement allusion aux précédentes aventures de ce prof aventurier, ce qui n'interfère en rien dans la compréhension de notre roman. On peut toutefois se demander si, dans un avenir proche, elles ne seraient pas traduites en français. Si vous aimez les romans mouvementés , et les chasses au trésor je ne saurai trop vous conseiller de vous pencher sur cette Bible Perdue, et à votre tour, suivre Charles Baker et ses envolées historiques passionnées, mais sans oublier de surveiller vos ombres.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Goupilpm Posté le 2 Novembre 2020
    Avant de parler du livre je remercie les Éditions Fleuve et l'équipe Babelio pour m'avoir permis cette lecture. Alors qu'il donne une conférence à Sighisoara la ville de naissance de Vlad Tepes, le professeur Charles Baker est interrompu par la police qui l'emmène sur le lieu de découverte de cadavres. Les trois corps mutilés sont disposés en croix et mis en scène comme pour les protéger des vampires. Coïncidence, le professeur a écrit un livre sur les vampires. Les corps portent également des tatouages éphémères représentant un diable, une référence à la Bible du Diable, le Codex Gigas. Deuxième coïncidence, le même diable que sur la carte de visite du professeur. Mais c'est sur les traces d'un autre livre que va le mettre un soi-disant cousin avant de mourir de ses blessures, la première Bible imprimée par Gutenberg. Accompagné d'une enquêtrice d'Interpol, le professeur va se lancer dans un véritable jeu de piste. Avec une Bible à retrouver ainsi que les sabres ayant appartenu à Vlad Tepes, une société secrète peu crédible et des confréries d'artisans perpétués depuis le moyen-âge, l'intrigue présente de multiples facettes : peut être un peu trop ! On a la nette impression que l'auteur a voulu en faire... Avant de parler du livre je remercie les Éditions Fleuve et l'équipe Babelio pour m'avoir permis cette lecture. Alors qu'il donne une conférence à Sighisoara la ville de naissance de Vlad Tepes, le professeur Charles Baker est interrompu par la police qui l'emmène sur le lieu de découverte de cadavres. Les trois corps mutilés sont disposés en croix et mis en scène comme pour les protéger des vampires. Coïncidence, le professeur a écrit un livre sur les vampires. Les corps portent également des tatouages éphémères représentant un diable, une référence à la Bible du Diable, le Codex Gigas. Deuxième coïncidence, le même diable que sur la carte de visite du professeur. Mais c'est sur les traces d'un autre livre que va le mettre un soi-disant cousin avant de mourir de ses blessures, la première Bible imprimée par Gutenberg. Accompagné d'une enquêtrice d'Interpol, le professeur va se lancer dans un véritable jeu de piste. Avec une Bible à retrouver ainsi que les sabres ayant appartenu à Vlad Tepes, une société secrète peu crédible et des confréries d'artisans perpétués depuis le moyen-âge, l'intrigue présente de multiples facettes : peut être un peu trop ! On a la nette impression que l'auteur a voulu en faire trop pour présenter un récit de qualité, mais c'est l'effet inverse qui s'en dégage à la lecture. De surcroit, très souvent l'auteur se lance dans de nombreuses explications sur des différentes parties de l'Histoire, de différents types d'armes moyenâgeuses,... des explications qui ne font pas progresser l'intrigue et qui nuisent fortement à la dynamique de lecture. Et comme si cela n'était pas suffisant l'auteur s'épanche à plusieurs reprises sur la vie personnelle du protagoniste principal qui ne sert pas une fois de plus à l'avancée de l'intrigue. Le lecteur est vite lassé par ces longueurs qui ne servent pas le récit et au bout de deux cent pages finit par sauter ces paragraphes au risque de laisser échapper une information importante. Le duo de personnages principaux fonctionne plutôt bien ; les personnages de premier plan tout comme les personnages secondaires sont assez bien dépeints. Mais avec l'étalement de sa vie personnelle on a un peu de mal à s'attacher au personnage du professeur et c'est dommage car c'est celui qui devrait convaincre le plus le lecteur. Le personnage du commissaire fait cliché. Avec les nombreux passages explicatifs, et les descriptions des différents lieux la plume de l'auteur se veut quelque peu lourde. Ce manque de dynamisme jour sur l'attention du lecteur qui peut passer à coté de points essentiels au développement de l'intrigue. Au final un sentiment plus que mitigé pour ce roman qui s’éloigne à certains du thriller et se rapproche plus du roman d'aventure mâtiné dans le final d'une pointe de fantastique qui là encore ne convainc pas. Une centaine de pages de moins aurait peut être pu donner une lecture plaisante.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LePamplemousse Posté le 2 Novembre 2020
    Il a suffit de trois mots accrocheurs dans le résumé pour me donner envie de lire ce pavé de 600 pages : Transylvanie, cadavres et Bible. Un professeur américain, invité à faire une conférence en Transylvanie, est réquisitionné par la police locale car des meurtres particulièrement sanglants ayant probablement un lien avec lui viennent d’être commis en ville. Très vite, notre héros malgré lui va se trouver embarqué dans une chasse au trésor, avec à la clé un mystère lié à une des premières Bibles imprimées par Gutenberg et la légende du célèbre Dracula en toile de fond. Vous aimez les livres dans le genre de ceux de James Rollins ou de Steve Berry ? Vous aimez tout ce qui ressemble de près ou de loin à des versions romancées d’Indiana Jones avec une quête, du mystère, des courses poursuites, un complot planétaire, un peu d’histoire, un peu de religion, des meurtres bien sanglants et du danger à chaque coin de rue ? C’est exactement ce que nous propose l’auteur. Ce roman n’est pas exempt de défaut loin de là, mais j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire, j’ai dévoré les 600 pages en un week-end. J’ai déploré les nombreux et parfois fastidieux passages consacrés à... Il a suffit de trois mots accrocheurs dans le résumé pour me donner envie de lire ce pavé de 600 pages : Transylvanie, cadavres et Bible. Un professeur américain, invité à faire une conférence en Transylvanie, est réquisitionné par la police locale car des meurtres particulièrement sanglants ayant probablement un lien avec lui viennent d’être commis en ville. Très vite, notre héros malgré lui va se trouver embarqué dans une chasse au trésor, avec à la clé un mystère lié à une des premières Bibles imprimées par Gutenberg et la légende du célèbre Dracula en toile de fond. Vous aimez les livres dans le genre de ceux de James Rollins ou de Steve Berry ? Vous aimez tout ce qui ressemble de près ou de loin à des versions romancées d’Indiana Jones avec une quête, du mystère, des courses poursuites, un complot planétaire, un peu d’histoire, un peu de religion, des meurtres bien sanglants et du danger à chaque coin de rue ? C’est exactement ce que nous propose l’auteur. Ce roman n’est pas exempt de défaut loin de là, mais j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire, j’ai dévoré les 600 pages en un week-end. J’ai déploré les nombreux et parfois fastidieux passages consacrés à l’histoire des conflits politiques des pays de l’Est dans les années 1500 (honnêtement, j’en ai sauté pas mal et ça n’a absolument pas gêné ma compréhension de l’intrigue), et une fin qui est rapide et qui n’apporte pas toutes les réponses. Sans oublier le fait que la somme des faits ou des personnages célèbres mis en cause dans cette histoire la rendent assez peu crédible, mais bon, si on oublie ce « détail », on passe un excellent moment avec ce roman. Parfois, du dépaysement, de l’action et du mystère sont les seules choses dont on a besoin pour se détendre. Je remercie chaleureusement Netgalley et Fleuve éditions pour cet envoi.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Imaginoire Posté le 30 Octobre 2020
    J’ai été très intrigué par cet ouvrage de type thriller historique/ésotérique, son auteur, le « Dan Brown » roumain, qui m’ont fait penser à mes lectures d’il y a quelques années. Sa traduction française publiée chez Fleuve Noir me rassurait sur le fait d’avoir en main, un roman de qualité et ce fut le cas même si… Ce roman est un best-seller dans son pays d’origine et effectivement, il possède tous les ingrédients qui font en général le succès de ces récits, un professeur intelligent, charmant, érudit et au tempérament aventureux, l’enquêtrice, femme fatale, pleine de ressources aussi intelligente et aventureuse, une intrigue dans le présent mais qui remonte à des mystères anciens et une mécanique bien huilée mais sans réelles surprises à part une petite touche fantastique qui ne m’a pas déplu. « La bible perdue » est donc pour moi un roman fait pour les amateurs de thrillers ésotériques et le seul vrai reproche à faire à ce récit est sa longueur, l’auteur, Igor Bergler, ne se prive jamais pour se lancer dans des descriptions interminables qui certes, enrichissent l’histoire mais cassent le rythme en nous faisant parfois un peu décrocher. J’ai en tout cas bien apprécié le personnage principal... J’ai été très intrigué par cet ouvrage de type thriller historique/ésotérique, son auteur, le « Dan Brown » roumain, qui m’ont fait penser à mes lectures d’il y a quelques années. Sa traduction française publiée chez Fleuve Noir me rassurait sur le fait d’avoir en main, un roman de qualité et ce fut le cas même si… Ce roman est un best-seller dans son pays d’origine et effectivement, il possède tous les ingrédients qui font en général le succès de ces récits, un professeur intelligent, charmant, érudit et au tempérament aventureux, l’enquêtrice, femme fatale, pleine de ressources aussi intelligente et aventureuse, une intrigue dans le présent mais qui remonte à des mystères anciens et une mécanique bien huilée mais sans réelles surprises à part une petite touche fantastique qui ne m’a pas déplu. « La bible perdue » est donc pour moi un roman fait pour les amateurs de thrillers ésotériques et le seul vrai reproche à faire à ce récit est sa longueur, l’auteur, Igor Bergler, ne se prive jamais pour se lancer dans des descriptions interminables qui certes, enrichissent l’histoire mais cassent le rythme en nous faisant parfois un peu décrocher. J’ai en tout cas bien apprécié le personnage principal Charles Baker dont ce n’est pas la première aventure même si c’est la première en français.
    Lire la suite
    En lire moins
Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.