En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La Femme à la fenêtre

        Presses de la cité
        EAN : 9782258147218
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 528
        Format : 140 x 225 mm
        La Femme à la fenêtre

        Isabelle MAILLET (Traducteur)
        Date de parution : 08/02/2018
        Elle a tout vu, mais faut-il la croire ?
        Séparée de son mari et de leur fille, Anna vit recluse dans sa maison de Harlem, abreuvée de merlot, de bêtabloquants et de vieux polars en noir et blanc. Quand elle ne joue pas aux échecs sur internet, elle espionne ses voisins. Surtout la famille Russell – un père, une... Séparée de son mari et de leur fille, Anna vit recluse dans sa maison de Harlem, abreuvée de merlot, de bêtabloquants et de vieux polars en noir et blanc. Quand elle ne joue pas aux échecs sur internet, elle espionne ses voisins. Surtout la famille Russell – un père, une mère et un adorable ado –, qui vient d’emménager en face. Un soir, Anna est témoin d’un crime. Mais comment convaincre la police quand on doute soi-même de sa raison ?
        « La Femme à la fenêtre appartient à ce type de livres singulier qu’il est impossible de lâcher. » Stephen King
        « Stupéfiant. Palpitant. Finn nous offre un thriller digne de ce nouveau millénaire. » Gillian Flynn
        « 10/10 sur l’échelle du twist ! » Val McDermid
        « Une oeuvre sombre au dénouement époustouflant. » Ruth Ware
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258147218
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 528
        Format : 140 x 225 mm
        Presses de la cité
        21.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Deslivresalire Posté le 15 Août 2018
          Des psychotropes, du Merlot en quantité et une agoraphobie qui l’empêche de sortir de chez elle sous peine de s’évanouir, c’est le quotidien d'Anna. Dans sa maison, elle vit seule, sans sa fille et son mari, mais passe son temps entre ses films noirs et blancs, internet et sa fenêtre, qui donne sur les maisons environnantes. Lorsque les Russel emménagent dans une maison toute proche, Anna ne peut s’empêcher de jeter un œil. Ils ont l’air gentils : surtout Jane, la mère qui l’aide lorsqu’elle fait un malaise en tentant de sortir et Ethan leur fils tellement adorable. Quand elle pense apercevoir Jane se faire assassiner dans sa cuisine, Anna n’en croit pas ses yeux. Elle finira également par ne plus en croire sa raison tellement son esprit est embrumé par l’alcool et les médocs et tellement les événements semblent lui donner tort. A mon avis : Attention à ne pas trop se fier aux critiques par trop élogieuses que l'on peut lire un peu partout sur ce livre. Certes, c'est un bon thriller, néanmoins il ne révolutionne pas le genre. L'intrigue reste à mon sens assez classique dans son histoire et dans sa mise en place, tout en étant assez simple. Si bien que le "twist final... Des psychotropes, du Merlot en quantité et une agoraphobie qui l’empêche de sortir de chez elle sous peine de s’évanouir, c’est le quotidien d'Anna. Dans sa maison, elle vit seule, sans sa fille et son mari, mais passe son temps entre ses films noirs et blancs, internet et sa fenêtre, qui donne sur les maisons environnantes. Lorsque les Russel emménagent dans une maison toute proche, Anna ne peut s’empêcher de jeter un œil. Ils ont l’air gentils : surtout Jane, la mère qui l’aide lorsqu’elle fait un malaise en tentant de sortir et Ethan leur fils tellement adorable. Quand elle pense apercevoir Jane se faire assassiner dans sa cuisine, Anna n’en croit pas ses yeux. Elle finira également par ne plus en croire sa raison tellement son esprit est embrumé par l’alcool et les médocs et tellement les événements semblent lui donner tort. A mon avis : Attention à ne pas trop se fier aux critiques par trop élogieuses que l'on peut lire un peu partout sur ce livre. Certes, c'est un bon thriller, néanmoins il ne révolutionne pas le genre. L'intrigue reste à mon sens assez classique dans son histoire et dans sa mise en place, tout en étant assez simple. Si bien que le "twist final époustouflant" annoncé à corps et à cris sur le net, n'est pas si étonnant que cela et pourrait même être supputé bien avant les dernières pages. On est assez proche du huis-clos avec ce thriller. Une bonne partie du récit se passant dans la maison d'Anna. Outre l'intrigue principale, le sujet de l'agoraphobie mais surtout de l'alcoolisme féminin y est abordé sans pour autant entrer dans la psychologie de l'acte (ce qui rend les séances de beuverie un peu lassantes à la longue). En ce sens on retrouve partiellement ce qui avait été abordé dans "la fille du train" de Paula Hawkins, en moins profond. Mais attention également à ne pas prendre cette chronique de manière trop négative. J'ai tout de même passé un bon moment en lisant ce livre, bien écrit et facile à lire. On y trouve aussi des moments angoissants et quelques surprises qui font que l'on ne ressent très rapidement plus les quelques longueurs du début. Pour un premier roman de A.J. Finn, faudrait voir à ne pas être trop dur. Une critique tout en nuances donc... Retrouvez d'autres avis sur d'autres lectures sur mon blog : https://blogdeslivresalire.blogspot.com/
          Lire la suite
          En lire moins
        • camille1993 Posté le 8 Août 2018
          Un thriller efficace qui tient en haleine, et dont la fin n'est pas si prévisible ! Un bon livre qu'on a pas envie de lâcher et qui se lit très vite !
        • Maiponie Posté le 6 Août 2018
          Un assez bon polar pour l'été. Le personnage principal est attachant et on se laisse prendre à l'intrigue.
        • davegahandm Posté le 5 Août 2018
          Amateurs de polars survitaminés, violents, qui enchaînent les rebondissements, passez votre chemin. Tout l'intérêt de ce bouquin réside dans l'atmosphère de huis-clos liée à l'agoraphobie du personnage principal. J'avoue avoir eu envie de la secouer un bon nombre de fois tellement son apathie m'énervait mais ce qui ne m'a pas empêché d'avaler les chapitres ! Sa pathologie est vraiment bien décrite et pour cause l'auteur en a lui-même souffert. C'est un premier roman très bien écrit qui mérite toute la pub qui l'entoure. Il m'a fortement fait penser à fenêtre sur cour d'Hitchcock. Seul petit bémol une certaine similitude avec la disparue de la cabine numéro 10 pour une partie de l'intrigue. Un très bon premier polar.
        • Malahide75 Posté le 1 Août 2018
          J’ai succombé aux sirènes du marketing et à la mise en place inévitable de ce premier roman de A. J. Finn. Quelques heures de lecture plus tard, mon constat est mitigé… La quatrième de couverture en dit finalement trop : sachant qu’il y a un retournement de situation inattendu (le twist annoncé par Val McDermit), la lectrice que je suis a finalement… attendu le revirement du récit, mettant en doute tout ce que vivait Anna… Comme la Babéliote Janessane, je n’ai ni été surprise, ni étonnée. Je n’ai pas deviné le fin mot de l’histoire, l’auteur ne nous donnant pas toutes les clés pour démêler uniquement par la réflexion ce quasi huis-clos, mais j’avais au bout de cinquante pages les grands fils de la narration. Pas de magie (ni de mérite !) dans cela, seulement la reconnaissance de techniques d’écriture propres au thriller qu’à force de lecture on finit par reconnaître. Pour autant, « La femme à sa fenêtre » n’est pas un mauvais livre. A. J. Finn a bien travaillé et a créé une atmosphère particulière, confinée et angoissante, propre à vriller ses personnages. L’auteur a également bien révisé ses classiques, et les références cinématographiques mériteraient à elles seules une analyse plus poussée.... J’ai succombé aux sirènes du marketing et à la mise en place inévitable de ce premier roman de A. J. Finn. Quelques heures de lecture plus tard, mon constat est mitigé… La quatrième de couverture en dit finalement trop : sachant qu’il y a un retournement de situation inattendu (le twist annoncé par Val McDermit), la lectrice que je suis a finalement… attendu le revirement du récit, mettant en doute tout ce que vivait Anna… Comme la Babéliote Janessane, je n’ai ni été surprise, ni étonnée. Je n’ai pas deviné le fin mot de l’histoire, l’auteur ne nous donnant pas toutes les clés pour démêler uniquement par la réflexion ce quasi huis-clos, mais j’avais au bout de cinquante pages les grands fils de la narration. Pas de magie (ni de mérite !) dans cela, seulement la reconnaissance de techniques d’écriture propres au thriller qu’à force de lecture on finit par reconnaître. Pour autant, « La femme à sa fenêtre » n’est pas un mauvais livre. A. J. Finn a bien travaillé et a créé une atmosphère particulière, confinée et angoissante, propre à vriller ses personnages. L’auteur a également bien révisé ses classiques, et les références cinématographiques mériteraient à elles seules une analyse plus poussée. Le parallèle entre les séquences de films que regarde Anna et ce qu’elle vit devrait mettre à jour des similitudes intéressantes. Plus qu’un thriller original, « La Femme à la fenêtre » me laisse l’impression d’un bon hommage au cinéma américain des années 40, un clin d’œil à ces acteurs et réalisateurs de renom qui ont, via la pellicule, fait frémir et questionner des générations de cinéphiles. Comme scénario de film, le roman de Finn cadrera parfaitement (quoique la question se pose : une ressuçée de « Fenêtre sur cour » est-elle nécessaire ?). Comme roman, je n’y ai pas trouvé l’originalité, la création, la patte indélébile d’un grand auteur… Mais il faut dire que je suis extrêmement exigeante…
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        "Avec "La Femme à la fenêtre", ce New-Yorkais de 38 ans signe un premier thriller qui pourrait éclipser le phénomène Paula Hawkins."
         
        Paris Match
        Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
        Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com

        Lisez maintenant, tout de suite !

        • Par Presses de la Cité

          "La Femme à la fenêtre" : Amy Adams au casting du thriller

          Doucement mais sûrement, l'adaptation cinématographique de La femme à la fenêtre se dévoile. Après le nom du réalisateur, c'est celui de l'actrice principale qui vient d'être dévoilé. C'est la talentueuse Amy Adams qui sera chargée de donner vie à l'héroïne agoraphobe, Anna Fox.

          Lire l'article
        • Par Presses de la Cité

          "La Femme à la fenêtre" : le thriller phénomène de 2018

          Redoutable thriller psychologique, le livre La Femme à la fenêtre fait l'unanimité parmi les plus grands écrivains du suspense, les lecteurs et la presse. Inspiré par Fenêtre sur Cour d'Alfred Hitchcock, ce premier roman de A. J. Finn sera lui-même prochainement adapté à l’écran par Joe Wright (Les Heures sombres).

          Lire l'article