Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258052321
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 312
Format : 140 x 225 mm

La marée du soir

Collection : Terres de France
Date de parution : 04/05/2000

Après La Fille du goémonier (Prix Bretagne 1998) et Le Brodeur de Pont-l'Abbé, Colette Vlérick nous donne avec La Marée du soir une nouvelle évocation de la Bretagne, de ses coutumes et de son histoire.

La Marée du soir s'ouvre sur le geste immémorial du pêcheur qui met son filet à l'eau et le ramène chargé de sa moisson vivante. A Quiberon et à Belle-Ile dans les années trente, la pêche à la sardine et sa mise en conserve font vivre une communauté très active...

La Marée du soir s'ouvre sur le geste immémorial du pêcheur qui met son filet à l'eau et le ramène chargé de sa moisson vivante. A Quiberon et à Belle-Ile dans les années trente, la pêche à la sardine et sa mise en conserve font vivre une communauté très active et très gaie. Emile est l'un de ces pêcheurs à forte personnalité, respecté de tous, qui n'a pas volé son surnom de " Mon Cousin le Roi de la Sardine ". De son mariage avec la " Belle Angèle " est née Jeanne-Yvonne dont le rêve est de devenir institutrice. A la suite d'une violente dispute avec sa femme, Emile, dévoré par la jalousie, quitte brusquement le domicile conjugal. Angèle lui inflige une vengeance humiliante en travaillant dans la conserverie de sardines gérée par un ancien soupirant. En 1937, la tempête jette à la côte des réfugiés espagnols. Jeanne-Yvonne se prend de passion pour l'un d'eux, passion sans avenir possible mais qui renforce la jeune fille dans son idéal. Après le retour inattendu d'Emile, cette famille déchirée va peu à peu se réconcilier pour mieux résister aux événements. Contre vents et marées, Jeanne-Yvonne accomplira son destin.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258052321
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 312
Format : 140 x 225 mm
Presses de la cité

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • sld09 Posté le 27 Juin 2017
    J'aime beaucoup ce qu'écrit Colette Vlérik en général. Sa façon de raconter ma chère Bretagne, ses traditions, ses habitants me touchent beaucoup. En plus ce roman-ci ce passe tout près de chez moi...
  • LesChroniquesdEmilie Posté le 12 Mai 2013
    L'un des moins des bons de cette auteure. Dans ce roman, il n'y avait pas la magie que je trouve dans ces autres romans. Je ne pense pas que ce roman nuise à sa carrière. Il est juste un peu moins bon mais on sent qu'elle a vraiment fournit un travail énorme pour écrire ce roman
  • christinebeausson Posté le 1 Mai 2013
    Ce n'est pas un roman historique, c'est l'histoire de ces petites gens qui tentent de survivre dans un siècle malmené. Nous suivons la vie de ces hommes et de ces femmes qui ont subi les horreurs des guerres et des lendemains qui ne chantaient pas. Une vie de dur labeur, de sacrifices, de joies toutes simples qui les aidaient à demeurer vivants! Ne venez pas chercher dans ce livre des témoignages sur la pêche , sur l'industrie sardinière, sur les combats syndicaux, sur l'évolution du droit des femmes, sur les terribles suites de la der des der, sur les à cotés de la tuerie de la guerre d'Espagne, sur la montée de la bête immonde, non vous seriez déçu.... C'est juste une photographie émouvante de la société bretonne de cette époque avec ces portraits de gens si attachants que l'on a juste envie de les embrasser très fort.
Toute l'actualité de la collection Terres de France
Découvrez des histoires riches des couleurs de nos régions et des saveurs d'antan pour de magnifiques moments de lecture.