Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258115651
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 624
Format : 140 x 225 mm

La Prisonnière du temps

Anne-Sylvie Homassel (traduit par)
Date de parution : 04/04/2019
« Mon vrai nom, personne ne s’en souvient. La vérité à propos de cet été-là, personne ne la connaît »
À l’été 1862, un groupe de jeunes peintres proches des Préraphaélites, menés par le talentueux Edward Radcliffe, s’installe au Birchwood Manor, sur les rives de la Tamise. Là, inspiré par sa muse, la sulfureuse Lily avec qui il vit une passion ravageuse, Edward peint des toiles qui marqueront l’histoire de... À l’été 1862, un groupe de jeunes peintres proches des Préraphaélites, menés par le talentueux Edward Radcliffe, s’installe au Birchwood Manor, sur les rives de la Tamise. Là, inspiré par sa muse, la sulfureuse Lily avec qui il vit une passion ravageuse, Edward peint des toiles qui marqueront l’histoire de l’art. Mais à la fin de sa retraite, une femme a été tuée, une autre a disparu, un inestimable diamant a été dérobé, et la vie d’Edward Radcliffe est brisée.
Plus d’un siècle plus tard, Elodie Winslow, jeune archiviste à Londres fiancée à un golden-boy qui l’ennuie, découvre dans une vieille sacoche deux objets sans lien apparent : le portrait sépia d’une femme à la beauté saisissante en tenue victorienne, et un cahier de croquis contenant le dessin d’une demeure au bord de l’eau. Pourquoi le Birchwood Manor semble-t-il si familier à Elodie ? L’inconnue de la photo pourra-t-elle enfin livrer tous ses secrets ? Et si, en l’entraînant sur les traces d’une passion d’un autre siècle, son enquête l’aidait à percer le mystère de ses propres origines et à enfin mener la vie qu’elle désire ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258115651
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 624
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

« Dans son dernier livre, la romancière australienne nous entraîne dans une Angleterre victorienne baignée de rêves lumineux et de réalités étouffantes. »
La Croix

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Quitterie57 Posté le 14 Janvier 2022
    Un peu déçue par ce livre de Kate Morton qui m’a laissée un peu sur ma faim contrairement au «  jardin des secrets » ou à «  l’enfant du lac «  que j’avais bien appréciés. Certes, le style reste agréable et le livre se laisse lire, malgré tout, sans encombre, jusque la fin, malgré sa un peu longueur excessive ( prlus de 600 pages), toutefois, l’histoire souffre des mêmes défauts déjà rencontrés dans «  les heures lointaines » à savoir le manque de chair des personnages principaux. Ainsi, la jeune archiviste Elodie apparaît comme un personnage fade et sans relief alors même qu’elle est le moteur de l’intrigue et j’ai eu bien du mal à rentrer dans cette histoire de mariage imminent avec un fiancé aussi invisible qu’antipathique. Quant à la flamboyante Birdie, je la trouve traitée de manière totalement caricaturale, y compris dans la relation qu’elle entretient avec le peintre Edward Radcliffe et je n’ai pas ressenti l’intense passion censée unir ces deux êtres. Il m’a semblé, par ailleurs, que plutôt que de chercher à étoffer ses personnages, Kate Morton a choisi de les multiplier, parfois de manière inutile et ce... Un peu déçue par ce livre de Kate Morton qui m’a laissée un peu sur ma faim contrairement au «  jardin des secrets » ou à «  l’enfant du lac «  que j’avais bien appréciés. Certes, le style reste agréable et le livre se laisse lire, malgré tout, sans encombre, jusque la fin, malgré sa un peu longueur excessive ( prlus de 600 pages), toutefois, l’histoire souffre des mêmes défauts déjà rencontrés dans «  les heures lointaines » à savoir le manque de chair des personnages principaux. Ainsi, la jeune archiviste Elodie apparaît comme un personnage fade et sans relief alors même qu’elle est le moteur de l’intrigue et j’ai eu bien du mal à rentrer dans cette histoire de mariage imminent avec un fiancé aussi invisible qu’antipathique. Quant à la flamboyante Birdie, je la trouve traitée de manière totalement caricaturale, y compris dans la relation qu’elle entretient avec le peintre Edward Radcliffe et je n’ai pas ressenti l’intense passion censée unir ces deux êtres. Il m’a semblé, par ailleurs, que plutôt que de chercher à étoffer ses personnages, Kate Morton a choisi de les multiplier, parfois de manière inutile et ce qui a eu , pour conséquence, de complexifier l’intrigue à outrance et d’en diminuer la cohérence. Reste cependant, ce qui fait le grand talent de l’auteur et là où elle excelle, à savoir la description précise et imagée de l’ambiance victorienne des beaux comme des bas quartiers de Londres ainsi que celle du manoir de «  Birchwood House »  traité comme un personnage à part entière et qui se révèle avoir plus de chair que les différents héros du livre. Pour cette raison et également pour avoir une idée plus globale de l’ensemble de son œuvre, je vais donc continuer à lire les livres de Kate Morton «  les rives de Riverton » et «  la scène du souvenir ».
    Lire la suite
    En lire moins
  • basileusa Posté le 13 Novembre 2021
    Un roman sur plusieurs époques, une enquête qui commence en 2017 sur une affaire de l'époque victorienne. J'aime bien ce genre d'histoire sur plusieurs temporalités, surtout qu'ici l'histoire est super intéressante et le dénouement plutôt marquant ( je trouve toujours terrible les gens qui meurent sans avoir appris la vérité sur une histoire qui les ronge). Par contre il y a clairement trop de longueurs ! Et des personnages pas toujours attachants. Rien que l'héroïne Elodie, j'ai parfois envie de la secouer ! Mais j'ai apprécié l'histoire de sa mère, tout comme celle de Birdie. Je lirai un autre de ses romans, en espérant que ce ne soit pas aussi long sur certains passages. Challenge Mauvais genres 2021 Challenge pavés 2021
  • fannyloursonne Posté le 13 Octobre 2021
    La prisonnière du temps nous raconte l’histoire de plusieurs familles à différentes époques et toutes ayant vécu à un moment de leur vie dans un magnifique manoir au bordé de la Tamise. 🍁 Nous sommes en 2017 lorsqu’une jeune archiviste découvre une sacoche dans laquelle se trouve deux objets : le portrait d’une femme et un carnet de croquis représentant un manoir : Birchwood Manor pourquoi ce nom et ce manoir lui rappelle quelque chose ? Au fil de ses recherches, elle va découvrir que sa mère, morte lorsqu’elle était enfant, est passée dans ses lieux et que d’autres membres de sa famille également. Mais alors qui est cette femme sur le portrait et quel est ce mystère entourant son identité ? 🍁 J’ai bien aimé cette histoire familiale avec cette double temporalité et ces trois épiques différentes.
  • aureliethuin Posté le 29 Septembre 2021
    Dans le cadre du #pumpkinautumnchallenge et pour la catégorie "Le destin perdu" du menu "Automne des mystères" (mot clé : temps et horloge), j'ai lu ce roman qui me faisait envie depuis un bon moment. Et sans tergiverser, j'ai vraiment beaucoup aimé. Tout comme dans "L'enfant du lac", j'avais au départ peu d'affection pour le personnage féminin de notre époque. Élodie, trop éloignée de mon caractère par son côté soumis (à son fiancé, à sa belle-mère), m'a agacée. Ensuite, nous commençons le voyage dans le temps et j'ai totalement basculé dans l'histoire. Nous n'avons pas ici affaire à une double temporalité comme les romans de cet autrice peuvent nous y habituer. C'est à 5 périodes différentes que l'on arpente Birchwood Manor et pour moi, c'est ce lieu qui a ravi mon cœur de lectrice. J'y ai renoué des sensations comme avec le Manderley de Daphné DU MAURIER. Est-ce qu'un lieu peut à ce point raisonner en nous pour que l'on se sente immédiatement et définitivement à sa place sur Terre? Evidemment, les personnages sont bien construits et ont une profondeur qui fait écho en moi. La trame de l'intrigue se noue autour de réflexions sur l'art, l'éducation des filles, la nature humaine et... Dans le cadre du #pumpkinautumnchallenge et pour la catégorie "Le destin perdu" du menu "Automne des mystères" (mot clé : temps et horloge), j'ai lu ce roman qui me faisait envie depuis un bon moment. Et sans tergiverser, j'ai vraiment beaucoup aimé. Tout comme dans "L'enfant du lac", j'avais au départ peu d'affection pour le personnage féminin de notre époque. Élodie, trop éloignée de mon caractère par son côté soumis (à son fiancé, à sa belle-mère), m'a agacée. Ensuite, nous commençons le voyage dans le temps et j'ai totalement basculé dans l'histoire. Nous n'avons pas ici affaire à une double temporalité comme les romans de cet autrice peuvent nous y habituer. C'est à 5 périodes différentes que l'on arpente Birchwood Manor et pour moi, c'est ce lieu qui a ravi mon cœur de lectrice. J'y ai renoué des sensations comme avec le Manderley de Daphné DU MAURIER. Est-ce qu'un lieu peut à ce point raisonner en nous pour que l'on se sente immédiatement et définitivement à sa place sur Terre? Evidemment, les personnages sont bien construits et ont une profondeur qui fait écho en moi. La trame de l'intrigue se noue autour de réflexions sur l'art, l'éducation des filles, la nature humaine et ce qu'elle peut exiger de chacun pour survivre. Et l'amour bien sûr! Nous suivons ces aller-retours dans le passé pour comprendre ce qui a pu se passer et ce qui relie les personnages entre eux. Jusqu'au bout, nous suivons des fils que l'autrice délie à bon escient. En fin de roman, des notes de l'autrice nous invitent à visiter des lieux qui peuvent nous rappeler ce qu'elle a décrit de Birchwood Manor. Je vais me garder cette liste pour un jour, je l'espère, parcourir cette campagne anglaise et ces méandres de Tamise, pour sentir cette atmosphère.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Millina Posté le 15 Septembre 2021
    Une excellente lecture ! Cela faisait longtemps que je voulais lire un livre de Kate Morton, en fait, à peu près deux ans ! Et comme vous le voyez, c’est chose faite. J’ai adoré. Elle nous transporte dans son univers avec facilité et rend son livre extrêmement prenant. Cette lecture a trouvé un écho en moi : les réflexions sur le temps qui passe, les apparences, l’amour, les personnages … J’avais besoin d’une lecture comme celle-ci. Elle m’a habitée, hantée… Impossible de ne pas commenter (protester) ma lecture à voix haute quitte à en faire profiter tout le monde autour de moi ! Un écho ! Surtout avec Lucy, elle est intelligente, une soif de savoir dévorante et une envie d’apprendre sans limite… Elle a également des exigences importantes quant à sa vie, peut-être trop ! Je me suis reconnue dans ce personnage et je m’y suis attachée. Ce roman fait intervenir tout un tas de personnages, certains plus marquants que d’autres : Lily Millington, la version féminine de Oliver Twist en un peu moins dramatique, elle est pleine de vie et d’espoir. Un personnage féminin fort est intelligente. Jack, père absent, ex policier à la recherche d’une rédemption à Birchwood Manor. Léonard, étudiant en art (petit... Une excellente lecture ! Cela faisait longtemps que je voulais lire un livre de Kate Morton, en fait, à peu près deux ans ! Et comme vous le voyez, c’est chose faite. J’ai adoré. Elle nous transporte dans son univers avec facilité et rend son livre extrêmement prenant. Cette lecture a trouvé un écho en moi : les réflexions sur le temps qui passe, les apparences, l’amour, les personnages … J’avais besoin d’une lecture comme celle-ci. Elle m’a habitée, hantée… Impossible de ne pas commenter (protester) ma lecture à voix haute quitte à en faire profiter tout le monde autour de moi ! Un écho ! Surtout avec Lucy, elle est intelligente, une soif de savoir dévorante et une envie d’apprendre sans limite… Elle a également des exigences importantes quant à sa vie, peut-être trop ! Je me suis reconnue dans ce personnage et je m’y suis attachée. Ce roman fait intervenir tout un tas de personnages, certains plus marquants que d’autres : Lily Millington, la version féminine de Oliver Twist en un peu moins dramatique, elle est pleine de vie et d’espoir. Un personnage féminin fort est intelligente. Jack, père absent, ex policier à la recherche d’une rédemption à Birchwood Manor. Léonard, étudiant en art (petit doute) qui écrit sa thèse sur Radcliffe. Lucy, sœur de Radcliffe est amoureuse transit de Birchwood Manor. Juliet #9829; et ses enfants qui essayent tant bien que mal de se refaire une vie à Birchwood Manor après avoir vécu les horreurs de la guerre à Londres. Ada, la sauvageonne, amoureuse de contes et histoires racontés au coin du feu. Une superbe histoire ! Elodie Winslow, une jeune archiviste découvre une sacoche ayant vraisemblablement appartenue à James Stratton avec un carnet de dessins de Radcliffe. Seulement à sa connaissance, il n’y a aucun lien entre ces deux éminents personnages. Un des dessins représente une maison. Elodie croit la reconnaître. La curiosité l’emporte et l’aventure commence. Ces dessins font référence à Birdie, mais qui est-elle ? Elodie se lance dans une enquête. Elle se noie dedans en oubliant son mariage arrivant à grand pas. Edward Radcliffe est un artiste peintre, ouvert, légèrement capricieux et homme d’exception, quels événements l’ont conduit au suicide ? Qu’est devenu le Radcliffe Blue, cette superbe pierre inestimable ? Pourquoi Elodie Winslow se sent si concernée par toute cette histoire ? Que de mystère, avec des rebondissements quand il faut! 😉 Personnification du temps et de l’espace ! Ce choix de l’auteure est un coup de maître car elle donne la parole au temps et à l’espace. Le temps se révèle être un élément clé du livre (citation si dessus). Les références s’accumulent et s’enchaînent sans lourdeur. Le titre a une réelle signification (comme vous le savez, je suis très sensible à ce détail)! Birchwood Manor est plus qu’une maison, elle a un vécu, elle a gardé une trace des chaque passages entre ses murs. Si l’auteure l’a fait parlée à travers le personnage de Lily Millington, elle la rend également plus vivante. C’est un procédé original et fantastique. S’il apporte un plus au roman, ce côté fantastique m’a légèrement perturbé au début. En résumé : une excellente lecture ! Elle m’a happée, attirée dans ces filets… J’y suis restée bien volontiers. C’est mon premier Kate Morton, et ce sera pas le dernier.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.

Lisez maintenant, tout de suite !