Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265155053
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 140 x 210 mm

La Promesse d'Edna

Anaïs BOUTEILLE-BOKOBZA (Traducteur)
Date de parution : 25/03/2021
Le voyage d’une vie, porté par la force d’une promesse d’enfant.
"Comment ne pas tomber sous le charme d'Edna ? Une lecture divertissante, une belle histoire de vie" Amandine, librairie Expression, Châteauneuf de Grasse
"Un livre tendre et chaleureux, un vrai bonheur de lecture !" Pascale, librairie Petites histoires entre amis, Chennevières-sur-Marne
" Une bouffée d'oxygène, une fable philosophique et un véritable hymne...
"Comment ne pas tomber sous le charme d'Edna ? Une lecture divertissante, une belle histoire de vie" Amandine, librairie Expression, Châteauneuf de Grasse
"Un livre tendre et chaleureux, un vrai bonheur de lecture !" Pascale, librairie Petites histoires entre amis, Chennevières-sur-Marne
" Une bouffée d'oxygène, une fable philosophique et un véritable hymne à la tolérance" Nadia, Espace Culturel Carhaix

Edna vit seule dans le nord de l’Italie et consacre son temps à son jardin et à son perroquet, Emil. Aux yeux de tous, c’est une dame sans histoire. Pourtant, quand le hasard lui permet de retrouver la trace de son meilleur ami perdu de vue depuis des années, Edna se lance dans un projet complètement fou pour le revoir : un périple à travers les montagnes, direction Ravensburg. Ce sera son grand voyage de « retour », celui qu’elle a attendu d’accomplir toute sa vie. Car elle a déjà emprunté cette route une fois, en sens inverse, dans les années 1930. Jacob et elle avaient essayé de s’échapper de la ferme où ils étaient exploités ; seule Edna avait réussi. Ils s’étaient promis de rester toujours ensemble, mais leur plan a échoué. Accompagnée d’Emil, Edna reprend la route. De rencontres-surprises en amitiés nouvelles, malgré les obstacles et les gens trop raisonnables, à eux de prouver qu’il n’est pas de montagne infranchissable pour qui a une promesse d’enfance à tenir.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265155053
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 140 x 210 mm

Ils en parlent

« Formidable, du début jusqu’au point final. Une histoire de liberté et de courage, de rédemption. Un roman qui a aussi le mérite de mettre en lumière une histoire véridique mais ignorée de tous, porté par une écriture raffinée et pleine de grâce. » Ilaria Tuti (auteur de Sur le toit de l’enfer et La Nymphe endormie)
 
Ilaria Tuti / blurb

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lesmilleetunepageslm Posté le 14 Octobre 2021
    Le commentaire de Lynda : Cette lecture ne fut pas un coup de cœur, mais elle en est tout près. Il me manquait un petit quelque chose pour lui accorder ce coup de cœur. Edna est une vieille dame charmante de près de 90 ans, elle vit seule avec son perroquet Emil. Emil a d'ailleurs toute une histoire derrière lui, mais cette histoire, on la connaît un peu plus tard. Par hasard, elle voit dans le journal, quelque chose qui concerne son meilleur ami d'enfance, Jacob, qu'elle a perdu de vue, et elle décide, malgré son âge avancé de partir à sa recherche, et tout ça à cause d'une promesse faite à cet ami. Et ce voyage, nous allons le faire avec elle, je dirais plutôt une odyssée qu'elle fera. Ce sera un voyage autant physique que dans les souvenirs, et on se retrouvera aussi loin que pendant la guerre, là, où elle avait fait la connaissance de Jacob, dans une ferme où ils étaient tous les deux détenus et exploités en travaillant. C'est l'histoire de cette belle amitié que nous allons vivre, notre vieille Edna, nous raconte le quotidien d'elle et de Jacob, mais aussi des choses un peu plus drôles. Leur évasion, où Edna,... Le commentaire de Lynda : Cette lecture ne fut pas un coup de cœur, mais elle en est tout près. Il me manquait un petit quelque chose pour lui accorder ce coup de cœur. Edna est une vieille dame charmante de près de 90 ans, elle vit seule avec son perroquet Emil. Emil a d'ailleurs toute une histoire derrière lui, mais cette histoire, on la connaît un peu plus tard. Par hasard, elle voit dans le journal, quelque chose qui concerne son meilleur ami d'enfance, Jacob, qu'elle a perdu de vue, et elle décide, malgré son âge avancé de partir à sa recherche, et tout ça à cause d'une promesse faite à cet ami. Et ce voyage, nous allons le faire avec elle, je dirais plutôt une odyssée qu'elle fera. Ce sera un voyage autant physique que dans les souvenirs, et on se retrouvera aussi loin que pendant la guerre, là, où elle avait fait la connaissance de Jacob, dans une ferme où ils étaient tous les deux détenus et exploités en travaillant. C'est l'histoire de cette belle amitié que nous allons vivre, notre vieille Edna, nous raconte le quotidien d'elle et de Jacob, mais aussi des choses un peu plus drôles. Leur évasion, où Edna, aura fait le même chemin qu'elle fait maintenant, mais en sens inverse. Le voyage qu'elle fait sera ponctué de plein de rencontres, très intéressantes, parfois drôles, certaines portent à réfléchir, mais rien ne l'arrête et elle continue, elle veut atteindre son objectif. Que vous dire, j'ai trouvé qu'Edna était presque une super femme, pour avoir accompli ce périple, mais combien charmante et attachante elle est, on tombe sous son charme, et on ne la lâche pas, ce qui nous pousse à aller de l'avant dans la lecture parce que l'on veut savoir, parce que l'on veut connaître toute son histoire, du début à la fin. Et aussi, parce que son Jacob, on voudrait bien qu'elle le retrouve, et c'est avec son perroquet Emil, qu'elle fera son chemin. Une lecture émouvante, bouleversante par moment, des personnages attachants, qui vous raviront, c'est certain. Cette époque où se situe leur histoire, une période difficile de guerre et de volonté, mais avant tout, c'est une histoire sur la grande amitié qui peut exister entre deux personnes. Une écriture avec parfois certaines petites longueurs, mais qui nous ramènent vers l'essentiel à plusieurs reprises. Cette auteure, je suis certaine que nous allons entendre son nom à nouveau, un jour, puisque ce titre est son premier roman !
    Lire la suite
    En lire moins
  • soazickcl Posté le 16 Juin 2021
    Et voilà ! J'ai traversé les Alpes, suis passée d'Italie en Autriche puis en Allemagne et tout ça à pied ! En fait j'ai fait le voyage de certains membres de ma famille italienne éloignée que je retrouve propriétaires d'une auberge en Autriche alors qu'ils sont italiens et de leurs cousins allemands qui ont juste franchi quelques kilomètres de plus, peut être forcés par la misère qui les a chassés de leur pays ou vendus par leurs parents comme ceux d'Edna ou ceux de Corentine, la grand mère de Roselyne Bachelot en Bretagne. Nos familles ont été ces immigrés là, leur enfance a peut être été celle d'Edna ou de Jacob ! La maison de retraite guette Edna, 90 ans qui perd doucement la tête, vit petitement avec son perroquet Emil ! Mais c'est compter sans son énergie phénoménale et pour tout dire surnaturelle, elle doit retrouver son ami d'enfance Jacob, comme elle maltraité dans une ferme en Allemagne comme ces « enfants de Souabe », arrachés à leurs familles dans les années 30. Elle a réussi à s'échapper, pas lui ! Il faut qu'elle le revoie ! Elle part, en douce, sans bruit faire le chemin à l'envers, suivant la carte manuscrite qu'ils avaient préparée il y a 75 ans ! Une... Et voilà ! J'ai traversé les Alpes, suis passée d'Italie en Autriche puis en Allemagne et tout ça à pied ! En fait j'ai fait le voyage de certains membres de ma famille italienne éloignée que je retrouve propriétaires d'une auberge en Autriche alors qu'ils sont italiens et de leurs cousins allemands qui ont juste franchi quelques kilomètres de plus, peut être forcés par la misère qui les a chassés de leur pays ou vendus par leurs parents comme ceux d'Edna ou ceux de Corentine, la grand mère de Roselyne Bachelot en Bretagne. Nos familles ont été ces immigrés là, leur enfance a peut être été celle d'Edna ou de Jacob ! La maison de retraite guette Edna, 90 ans qui perd doucement la tête, vit petitement avec son perroquet Emil ! Mais c'est compter sans son énergie phénoménale et pour tout dire surnaturelle, elle doit retrouver son ami d'enfance Jacob, comme elle maltraité dans une ferme en Allemagne comme ces « enfants de Souabe », arrachés à leurs familles dans les années 30. Elle a réussi à s'échapper, pas lui ! Il faut qu'elle le revoie ! Elle part, en douce, sans bruit faire le chemin à l'envers, suivant la carte manuscrite qu'ils avaient préparée il y a 75 ans ! Une épopée picaresque digne d'un Cervantes moderne, elle ne croise pas des moulins à vent mais des motards au grand cœur, des gays et lesbiennes qui l'initient aux herbes de montagne ou à l'élixir de jouvence qui fait planer, elle mange peu, marche beaucoup, tire la cage de son oiseau de paradis qui n'en est pas un, tout est faux mais tellement beau ! Comme elle, nous humons l'air, respirons à pleins moutons, grimpons sur une moto, rusons avec les flics, comme elle nous avons 10 ans dans notre tête ! Et c'est vrai ! Un régal, un vrai livre feel good comme on dit mais d'une puissance et d'une intensité rares car ils nous révèlent la triste réalité des enfants vendus, chez nous en Europe, il y a un siècle ! Un esprit positif, joyeux, bienveillant, tout ce qu'il faut pour affronter notre vie moderne dont nous nous plaignons tant !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tempsdelecture Posté le 2 Juin 2021
    C’était un titre et un roman prometteurs, qui nous amènent aux confins de trois pays, l’Italie, la Suisse, l’Autriche. Encore, un retour en arrière, encore des périodes troubles du passé qui reviennent chatouiller la mémoire un peu trop courte du présent. Celle d’Edna, vieille femme de près de quatre-vingt-dix années, qui n’a plus d’autre compagnie que celle de son fidèle ami Emil le perroquet. Ce passé est incarné en la personne de Jacob Reiss, dont elle a perdu la trace depuis longtemps, mais dont l’image de lui, qu’elle découvre dans le magazine Stern vient raviver des souvenirs enfouis, une histoire d’amitié inachevée, sans point final. Il s’agit du premier roman traduit en français de l’auteure italienne Romina Grande, qui est elle-même l’heureuse maîtresse de deux perroquets. Visiblement elle s’est servi de ce lien privilégié avec son couple d’oiseaux pour inventer celui d’Edna, de Jacob avec Emil. Une vieille femme qui approche l’âge canonique des cents années entreprend un périple jusqu’à Revensburg, en partie à pied, accompagnée de son perroquet et de sa cage, c’est loin d’être commun. C’est un récit peu conventionnel à la fois original et drôle, un peu naïf, un peu ingénu, sur un fond historique, plus grave. Celui... C’était un titre et un roman prometteurs, qui nous amènent aux confins de trois pays, l’Italie, la Suisse, l’Autriche. Encore, un retour en arrière, encore des périodes troubles du passé qui reviennent chatouiller la mémoire un peu trop courte du présent. Celle d’Edna, vieille femme de près de quatre-vingt-dix années, qui n’a plus d’autre compagnie que celle de son fidèle ami Emil le perroquet. Ce passé est incarné en la personne de Jacob Reiss, dont elle a perdu la trace depuis longtemps, mais dont l’image de lui, qu’elle découvre dans le magazine Stern vient raviver des souvenirs enfouis, une histoire d’amitié inachevée, sans point final. Il s’agit du premier roman traduit en français de l’auteure italienne Romina Grande, qui est elle-même l’heureuse maîtresse de deux perroquets. Visiblement elle s’est servi de ce lien privilégié avec son couple d’oiseaux pour inventer celui d’Edna, de Jacob avec Emil. Une vieille femme qui approche l’âge canonique des cents années entreprend un périple jusqu’à Revensburg, en partie à pied, accompagnée de son perroquet et de sa cage, c’est loin d’être commun. C’est un récit peu conventionnel à la fois original et drôle, un peu naïf, un peu ingénu, sur un fond historique, plus grave. Celui qui nous ramène à ces enfants qu’on nomme un peu trop communément les enfants de la Souabe. La Souabe, Schwaben en allemand, Svevia en italien, est une région du sud-ouest de l’Allemagne. Du XVIIe siècle au début du XXe, les enfants de la Souabe étaient conduits, par l’intermédiaire d’un homme d’Église, des régions voisines, Tyrol, Suisse, vers la Haute-Souabe pour travailler dans les fermes en tant que gardiens de bestiaux, filles à tout faire. Ils étaient vendus par des familles minées par la pauvreté. Les enfants étaient mis à pris lors des marchés aux bestiaux, dont celui de Ravensburg dont il est question ici. Romina Grande l’explique bien, le destin des enfants dépendait de leur chance ou leur malchance d’être choisis par des fermiers flexibles ou non qui accueillaient bien volontiers cette main d’œuvre providentielle. Edna et Jacob n’étaient pas tombée du bon côté de la force. Les seules échappatoires d’Edna, elle les trouvait dans les moments qu’elle passait auprès de son ami Jacob, du perroquet qu’ils adoptèrent, Emil. La mémoire d’Edna révèle ce destin tragique qui a touché un nombre conséquent d’enfants, arrangeants douloureusement les parents d’un côté, qui avaient moins de bouche à nourrir, les fermiers de l’autres, dont certains se transformaient en véritables esclavagistes. Ces réminiscences représentent le côté obscur de l’histoire d’Edna, qui derrière cette image de mamy rigolote avec son oiseau, recèle des manques inassouvis, des blessures jamais guéries, une dame qui est restée pendant des décennies coincée à attendre, en compagnie d’Emil, seul témoin de ce passé. Ces enfants sacrifiés, l’auteure s’est sentie en devoir de s’en faire la porte-parole, c’est ce qu’elle déclare dans la presse italienne : avant d’avoir enseigné dans le val Vensosta, jamais elle n’aurait eu connaissance des évènements. Il y a deux registres de tons, d’abord cette gravité qui entoure le récit du séjour à la ferme d’Edna, allégé par ce ton plus frivole, presque badin, celui qui accompagne Edna tout le long de son périple, qui constitue le retour à l’enfance. C’est un voyage qui va prendre un tour désopilant, qui prête à sourire de multiples fois. Les rencontres qu’elle y fait sont toutes plus cocasses les unes que les autres, sa rencontre avec un jeune couple versé dans l’ésotérisme, un motard pur jus, des jeunes hippies, d’autant qu’elle est accompagnée de son curieux volatile qui bien évidemment polarise une partie de l’attention. L’auteure italienne redonne à Edna la gaieté, la volonté, l’insouciance même d’une jeune femme de vingt ans, qui boit de l’alcool jusqu’à l’ivresse, qui fume de l’herbe jusqu’à l’euphorie, qui pousse l’inconscience jusqu’à se cacher dans la soute à bagage d’un bus. Edna, c’est ce personnage presque loufoque, qui prête à rire parce qu’elle déambule avec son perroquet dans une main, enveloppée dans son blouson en cuir orné d’une tête de mort, parce qu’elle devient au centre des réseaux sociaux alors qu’elle pense cheminer en toute discrétion vers le but qui est le sien. La gravité d’une partie est suppléée par la légèreté de l’autre, Sauf qu’à aller trop dans le sens de la légèreté, on frôle parfois l’incohérence. J’ai peine à croire qu’une femme de 90 ans puisse faire tant de kilomètres, avec le poids conséquent d’un perroquet dans sa cage à la main, un sac dans l’autre, s’enfourner dans une soute, dormir à même le sol, gravir des sommets, descendre des dénivelés sévères. Les récits d’anciens enfants de la Souabe eux-mêmes affirment que les routes étaient particulièrement longues et ardues. En toute bonne santé qu’elle puisse être, et bien qu’il puisse avoir des exceptions, la grande majorité des nonagénaires sont physiquement marqués par les neuf décennies qu’ils ont vécues. Et puis même si en général l’histoire se veut joyeuse et optimiste, je reste bloquée sur le fait que cette dame est restée dans une chimère pendant plus de soixante ans, cet espoir fou de revoir Jacob, qu’elle n’a pas su se construire une vie vraiment heureuse. Je n’ai également pas accroché avec certains des personnages secondaires, Adèle son amie ainsi que son mari Max, je n’ai pas vraiment compris leur intérêt. C’est un joli roman qui a été un best-seller en Italie que nous conte Romina Casagrande, ponctué d’extravagances un peu trop grossières. Au-delà de cela, le parcours d’Edna de retour vers Ravensburg est plutôt agréable à suivre et contraste avec la vivacité de ses souvenirs qui la frappe de plein fouet, c’est un premier roman tout à fait honnête et méritant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Despagesetdeslettres Posté le 10 Mai 2021
    Edna, nonagénaire, est une petite dame sans histoire. Elle vit seule, chez elle, avec son perroquet Emil. Elle travaille la terre, prend soin de sa maison. Elle reçoit la visite d’Adele, de temps en temps, qui lui apporte des commissions et le dernier numéro de son magazine préféré. Un jour, elle y voit une photo, qui la poussera à faire ce voyage qu’elle a toujours repoussé. Elle prendra la route, traînant la cage de son vieux compagnon ailé, jusqu’à sa destination. On la suit tout le long de son trajet, au fil de ses galères et de ses rencontres. J’ai bien aimé l’aspect roman d’initiation de ce livre. La plume est claire et nous emmène facilement sur les routes. J’ai beaucoup aimé les flashbacks. Mais je trouve les personnages secondaires un peu trop caricaturaux. Et je n’ai pu m’ôter de la tête qu’une dame de 90 ans qui traîne une cage derrière elle sur des kilomètres était peu crédible. Un feelgood agréable mais qui ne restera pas dans ma mémoire.
  • Prettymops Posté le 22 Avril 2021
    Edna est une personne âgée, vivant avec son perroquet Émil. Un jour, elle découvre, dans un article du magazine Stern, un encart mentionnant un vieil ami avec une photo. Elle le reconnaît instantanément. Il s'agit de Jacob, un homme qu'elle a connu il y a des dizaines d'années. Dans leur enfance, ils ont connu les pires atrocités en étant esclaves dans une ferme en Allemagne. Ne l'ayant jamais oublié, elle décide d'entreprendre un voyage sur ses traces, avec son perroquet. Ce périple va l'amener à parcourir environ 300km,sur les routes de son enfance. Elle rencontre plusieurs personnes au cours de son voyage, toutes très différentes les unes des autres qui vont beaucoup lui apporter. C'est assez difficile de vous parler de cette lecture car elle a été en demi teinte... Le roman est construit sur une alternance passé présent . Certains chapitres se déroulent dans le passé, à l'époque où Edna et Jacob étaient esclaves à la ferme et d'autres au présent où l'on suit le voyage d'Edna. Le rythme du livre est assez lent, c'est très contemplatif. Malheureusement, je ne me suis pas attachée à Edna ni aux autres personnages.... Pour moi, il y a quelques petites incohérences pour... Edna est une personne âgée, vivant avec son perroquet Émil. Un jour, elle découvre, dans un article du magazine Stern, un encart mentionnant un vieil ami avec une photo. Elle le reconnaît instantanément. Il s'agit de Jacob, un homme qu'elle a connu il y a des dizaines d'années. Dans leur enfance, ils ont connu les pires atrocités en étant esclaves dans une ferme en Allemagne. Ne l'ayant jamais oublié, elle décide d'entreprendre un voyage sur ses traces, avec son perroquet. Ce périple va l'amener à parcourir environ 300km,sur les routes de son enfance. Elle rencontre plusieurs personnes au cours de son voyage, toutes très différentes les unes des autres qui vont beaucoup lui apporter. C'est assez difficile de vous parler de cette lecture car elle a été en demi teinte... Le roman est construit sur une alternance passé présent . Certains chapitres se déroulent dans le passé, à l'époque où Edna et Jacob étaient esclaves à la ferme et d'autres au présent où l'on suit le voyage d'Edna. Le rythme du livre est assez lent, c'est très contemplatif. Malheureusement, je ne me suis pas attachée à Edna ni aux autres personnages.... Pour moi, il y a quelques petites incohérences pour le personnage d'Edna qui rendent peu crédibles l'histoire. J'ai quand même pris plaisir à lire ce livre. Une question trottait dans ma tête en permanence : Est-ce qu'Edna va réussir à retrouver Jacob ? De plus, ce livre met en lumière un fait historique assez méconnu : les enfants de Souabe (en tout cas, je ne connaissais pas avant de lire ce roman). Ce sont des enfants travailleurs que l'on envoyait travailler en Allemagne. Généralement issus de familles pauvres, ces enfants âgés de 6 à 14 ans traversaient les Alpes en masse (ils étaient plusieurs milliers par an) et offraient leurs services aux fermiers. J'aime beaucoup lorsque les romans permettent d'enrichir la culture générale.
    Lire la suite
    En lire moins
Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Fleuve éditions

    12 livres à déguster en plein air cet été

    Marre des lectures confinées entre couette et canapé ? Attrapez vos lunettes de soleil et votre PAL (“pile à lire” pour les intimes), et partez bouquiner au grand air. Feel good book, thriller, polar ou biographie : Fleuve éditions vous souffle 12 idées de livres à dévorer en terrasse, dans un parc, sur la plage ou à la montagne…

    Lire l'article
  • Sélection
    Fleuve éditions

    Fête des Mères : 7 livres à offrir pour combler toutes les mamans

    Feel good book ou thriller psychologique, biographie, histoire de famille ou roman de voyage… Notre petit doigt nous dit que vous trouverez votre bonheur pour gâter votre maman dans cette sélection littéraire spéciale fête des Mères de Fleuve éditions.

     

    Lire l'article