Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782265116221
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 552
Format : 140 x 210 mm
La Rage
Kamil Barbarski (traduit par)
Collection : Fleuve noir
Date de parution : 08/09/2016
Éditeurs :
Fleuve éditions

La Rage

Kamil Barbarski (traduit par)
Collection : Fleuve noir
Date de parution : 08/09/2016
Le procureur Teodore Szacki n’est pas au mieux de sa forme depuis qu’il a quitté Varsovie. Il se sent en perpétuel décalage, tant dans sa vie de couple que dans... Le procureur Teodore Szacki n’est pas au mieux de sa forme depuis qu’il a quitté Varsovie. Il se sent en perpétuel décalage, tant dans sa vie de couple que dans ses relations avec sa fille adolescente.
Est-ce pour cela qu’un jour, il ne prend pas l’exacte mesure d’une plainte pour violences...
Le procureur Teodore Szacki n’est pas au mieux de sa forme depuis qu’il a quitté Varsovie. Il se sent en perpétuel décalage, tant dans sa vie de couple que dans ses relations avec sa fille adolescente.
Est-ce pour cela qu’un jour, il ne prend pas l’exacte mesure d’une plainte pour violences conjugales ? Avec des conséquences effroyables pour l’épouse battue…
Ou bien est-il simplement perturbé par une étrange enquête pour meurtre dont il a hérité - portant sur un squelette dont les os appartiendraient à plusieurs victimes… ?
Teodore Szacki va vite se rendre compte que les deux affaires pourraient être liées. La piste d’un insaisissable redresseur de torts se dessine, quelqu’un œuvre dans l’ombre, visiblement déterminé à rendre la justice pour pallier l’incurie des services de police.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265116221
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 552
Format : 140 x 210 mm

Ils en parlent

« La Rage qui clôt radicalement les aventures du procureur, aborde d'une manière franche la question récurrente et taboue en Pologne des violences conjugales. Ça fait très mal. Et ce n'est pas fini. » Françoise Dargent, Le Figaro Littéraire

« Grâce à une écriture alerte, teintée d'ironie, et à une intrigue extrêmement bien ficelée, à la construction cinématographique, l'auteur ne sombre jamais dans la démonstration manichéenne. Héros aux aspérités multiples, à la fois drôle et dépressif, altruiste et désagréable, idéaliste et pragmatique, le procureur Szacki est un personnage très attachant. » Abel Mestre, Le Monde des Livres

« Miloszewski possède le don d'oser toutes les fantaisies sans renier sa noirceur ni perdre de sa puissance : par le biais des aventures d'un grand procureur il s'est révélé un grand écrivain. » Elise Lépine, Transfuge

« Tableau de la société polonaise, ce polar, dernier d'une trilogie, se dévore du début jusqu'à la fin. S'il ne fallait lire qu'un seul auteur polonais, ce serait lui. […] Servi par un humour génialement caustique et une galerie de personnages secondaires très réussis, Miloszewski brille par sa maîtrise des codes du genre, ses audaces stylistiques, son acuité psychologique... À pleine plume, il se saisit de ce pouvoir unique qu'a parfois le polar de dévoiler la puissance du langage, allant jusqu'à en extraire ça et là une sorte d'art philosophique. » Estelle Lenartowicz, Lire

Au sujet d’Un fond de vérité : « La plume est vive, rapide, cruelle parfois, drôle toujours. L'auteur excelle dans l'humour noir et joue à merveille des codes et des ressorts du roman policier. » Michel Abescat-Télérama 
« Zygmunt Miloszewski livre des polars impeccablement ficelés qui allient évocations historiques, magmas macabres et une sorte de désinvolture poétique. » Libération
Au sujet des Impliqués : 
« Un des livres les plus passionnants publiés l'année dernière et un portrait saisissant de la Pologne contemporaine. » Yann Plougastel-Le Monde
« Ça commence comme du Agatha Christie et ça finit comme du Dostoïevski. Avec Les Impliqués, Zygmunt Miloszewski inaugure un genre inédit de polar, à la fois ludique et caustique, léger et grave. » François Lestavel-Paris Match
« Nouveau maître du polar polonais au ton voisin d'un lan Rankin, Zygmunt Miloszewski équilibre parfaitement suspense, noirceur et drôlerie.» L'Obs, Arnaud Gonzague
Arnaud Gonzague / L'Obs
« La Rage qui clôt radicalement les aventures du procureur, aborde d'une manière franche la question récurrente et taboue en Pologne des violences conjugales. Ça fait très mal. Et ce n'est pas fini. » Françoise Dargent, Le Figaro Littéraire

« Grâce à une écriture alerte, teintée d'ironie, et à une intrigue extrêmement bien ficelée, à la construction cinématographique, l'auteur ne sombre jamais dans la démonstration manichéenne. Héros aux aspérités multiples, à la fois drôle et dépressif, altruiste et désagréable, idéaliste et pragmatique, le procureur Szacki est un personnage très attachant. » Abel Mestre, Le Monde des Livres

« Miloszewski possède le don d'oser toutes les fantaisies sans renier sa noirceur ni perdre de sa puissance : par le biais des aventures d'un grand procureur il s'est révélé un grand écrivain. » Elise Lépine, Transfuge

« Tableau de la société polonaise, ce polar, dernier d'une trilogie, se dévore du début jusqu'à la fin. S'il ne fallait lire qu'un seul auteur polonais, ce serait lui. […] Servi par un humour génialement caustique et une galerie de personnages secondaires très réussis, Miloszewski brille par sa maîtrise des codes du genre, ses audaces stylistiques, son acuité psychologique... À pleine plume, il se saisit de ce pouvoir unique qu'a parfois le polar de dévoiler la puissance du langage, allant jusqu'à en extraire ça et là une sorte d'art philosophique. » Estelle Lenartowicz, Lire

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Brooklyn_by_the_sea 29/01/2022
    Troisième et dernier opus de la trilogie consacrée au procureur Teodore Szacki, qui officie désormais à Olsztyn, dans le Nord-Est de la Pologne -à son grand désarroi. En Pologne, c'est le procureur qui dirige l'enquête, et celle qui se présente à Szacki est des plus mystérieuses : un squelette, parfaitement bien conservé, est retrouvé dans un ancien abri antiaérien du centre-ville. Après analyse, il s'avère que le squelette est un peu trop propre pour être honnête ; qu'est-ce donc que cette diablerie ? C'est avec plaisir que j'ai retrouvé le psycho-rigide Teodore Szacki ("dont la raideur aurait pu humilier un acteur porno"), son professionnalisme rigoureux, sa maladresse avec les femmes, ses ronchonnements de perfectionniste, et ses problèmes de conscience (on est en terre slave). Dans ce troisième volume, il est aux prises avec une machination qui le dépasse, et j'ai admiré tout le talent de l'auteur pour imaginer et structurer une intrigue d'une telle complexité. Le souci est que je m'y suis parfois quelque peu égarée, tant les ramifications sont profondes et nombreuses. J'ai également apprécié de retrouver un morceau de Pologne, revoir un peu comment les Polonais vivent, et découvrir un bout d'Histoire, à savoir celle de la Warmie-Mazurie. J'ai aussi aimé... Troisième et dernier opus de la trilogie consacrée au procureur Teodore Szacki, qui officie désormais à Olsztyn, dans le Nord-Est de la Pologne -à son grand désarroi. En Pologne, c'est le procureur qui dirige l'enquête, et celle qui se présente à Szacki est des plus mystérieuses : un squelette, parfaitement bien conservé, est retrouvé dans un ancien abri antiaérien du centre-ville. Après analyse, il s'avère que le squelette est un peu trop propre pour être honnête ; qu'est-ce donc que cette diablerie ? C'est avec plaisir que j'ai retrouvé le psycho-rigide Teodore Szacki ("dont la raideur aurait pu humilier un acteur porno"), son professionnalisme rigoureux, sa maladresse avec les femmes, ses ronchonnements de perfectionniste, et ses problèmes de conscience (on est en terre slave). Dans ce troisième volume, il est aux prises avec une machination qui le dépasse, et j'ai admiré tout le talent de l'auteur pour imaginer et structurer une intrigue d'une telle complexité. Le souci est que je m'y suis parfois quelque peu égarée, tant les ramifications sont profondes et nombreuses. J'ai également apprécié de retrouver un morceau de Pologne, revoir un peu comment les Polonais vivent, et découvrir un bout d'Histoire, à savoir celle de la Warmie-Mazurie. J'ai aussi aimé la franchise avec laquelle Zygmunt Miloszewski évoque son pays ("un territoire encombré de la pire architecture d'Europe") et ses concitoyens ("une foutue mentalité de gueux du moyen-âge") ; derrière l'acidité, on perçoit la tendresse, un peu comme la kapusta, ce plat de chou adouci par des morceaux de pommes. Toutefois, si la thématique de ce roman est universelle, elle semble résonner plus durement en Pologne -et l'actualité le démontre encore. D'où la forte impression que laisse ce livre, une fois refermé. A l'instar des deux précédents, cet opus m'a tenue en haleine sur ses 550 pages, et confirme que Miloszewski est l'un des meilleurs auteurs de polars actuels ; ça change des Scandinaves.
    Lire la suite
    En lire moins
  • almavir 26/01/2022
    J'ai beaucoup aimé ce roman policier mais ... ATENTION... je me suis encore une fois, ruinée une série et ne respectant pas ( bien malgré moi !) la chronologie des récits. Celui ci est le Tome 3 et le dernier de la trilogie avec le procureur Szacki. Donc je vous fourni la bonne chronologie ci-dessous ( si ça peut aider UNE personne ce sera déjà ça !) : Tome 1 : les impliqués Tome 2 : Un fond de vérité et enfin tome 3 La rage. Je suis dégoûtée, ce tome est très bon , le rythme est soutenu, la tension monte crescendo, la psychologie des personnages fouillée... tous tous tous les ingrédients d'un bon thriller, sauf quand on ne comprend pas comment Szacki a atteri à Olsztyn, ni qui est sa compagne, pourquoi sa fille est au lycée etc... et qu'en plus on est trop une andouille pour arrêter la lecture et vérifier les dates de parution. faites attention, je vous aurais prévenu !
  • MichelRoberge 30/05/2021
    Après avoir campé à Varsovie la première enquête du procureur Teodore Szacki au coeur des rapports qu'entretien la gauche polonaise avec son passé communiste et la seconde à Sandomierz imprégnée du spectre contemporain de l'antisémitisme, Zygmunt Miloszewski nous entraîne à Olsztyn pour dans sa recherche de la vérité teintée des questions de sexisme et de violences domestiques. J'ai moins aimé le dernier volet de cette trilogie dans lequel l'intrigue est noyée par des détours qui ralentissent l'action et affectent l'intérêt. Certains passages plutôt longs ne m'ont pas semblé nécessaires à l'histoire. Fausses pistes, coupables suspects, microsuspense, il faut patienter jusqu'aux derniers chapitres pour que le récit prenne vraiment son élan. Avec une chute inattendue, voire surprenante. Ce qui est souvent le cas dans de nombreux polars et thrillers. En fait, on est davantage en présence d'une fiction d'ambiance que d'un roman d'action. Bien sûr, la société polonaise est égratignée : la marque de commerce de cet auteur qui met en évidence les travers politiques, culturels et sociaux de son pays. Lui qui excelle dans les descriptions des lieux et des personnages qu'il met en scène. À noter que comme dans les deux opus précédents, chaque chapitre est précédé par la mention d'événements qui... Après avoir campé à Varsovie la première enquête du procureur Teodore Szacki au coeur des rapports qu'entretien la gauche polonaise avec son passé communiste et la seconde à Sandomierz imprégnée du spectre contemporain de l'antisémitisme, Zygmunt Miloszewski nous entraîne à Olsztyn pour dans sa recherche de la vérité teintée des questions de sexisme et de violences domestiques. J'ai moins aimé le dernier volet de cette trilogie dans lequel l'intrigue est noyée par des détours qui ralentissent l'action et affectent l'intérêt. Certains passages plutôt longs ne m'ont pas semblé nécessaires à l'histoire. Fausses pistes, coupables suspects, microsuspense, il faut patienter jusqu'aux derniers chapitres pour que le récit prenne vraiment son élan. Avec une chute inattendue, voire surprenante. Ce qui est souvent le cas dans de nombreux polars et thrillers. En fait, on est davantage en présence d'une fiction d'ambiance que d'un roman d'action. Bien sûr, la société polonaise est égratignée : la marque de commerce de cet auteur qui met en évidence les travers politiques, culturels et sociaux de son pays. Lui qui excelle dans les descriptions des lieux et des personnages qu'il met en scène. À noter que comme dans les deux opus précédents, chaque chapitre est précédé par la mention d'événements qui se produisent en Pologne ou ailleurs dans le monde le jour même où se déroule l'action du roman. La rage s'est mérité le prix Transfuge du meilleur polar étranger 2016. Zygmunt Miloszewski est définitivement un auteur polonais à découvrir qui résume bien à sa manière la démarche d'un enquêteur : « Tout crime possède son ordre interne, son harmonie comparable à une symphonie bien écrite. L'enquête [consiste] à trouver les musiciens adéquats et à les disposer sur la scène. Au début il n'y a qu'une flûte qui se manifeste une fois toutes les cinq minutes et rien n'en ressort. Puis arrivent, disons, un alto, un basson et un cor. Ils jouent leur partition, mais pendant très longtemps, on n'entend qu'une rumeur insupportable. À la fin, une mélodie apparaît, mais ce n'est que la découverte de tous les éléments, la réunion d'une centaine de musiciens et la prise en main du rôle de chef d'orchestre qui permet à la vérité de résonner de façon si poignante qu'un frisson parcourt le public. » (pp. 169-170). Originalité/Choix du sujet : **** Qualité littéraire : ***** Intrigue : *** Psychologie des personnages : ***** Intérêt/Émotion ressentie : *** Appréciation générale : ***
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bellapatra 16/05/2021
    Une découverte pour moi, l'auteur de polar polonais Miloszewski. Sa plume n'a pas d'anesthésie, l'imagination va loin concernant les pistes du meurtre mais (pour moi un des détails les plus importants) avec de la vraisemblance. Un peu comme dans la série Doctor House quand on sait que toutes les expériences atroces qu'on peut voir ne sont que des malheurs qui peuvent réellement arriver à quelqu'un (à quelqu'un avec une chance inexistante, bien sûr). Récit conseillé aussi pour ceux qui comme moi, s'ennuient avec les "happy ends". Je continue avec "Les impliqués" du même auteur.
  • cmpf 13/04/2021
    Troisième et dernière enquête du procureur Theodor Szacki. Nous sommes en 2013. Même présentation. Après un court retour à la capitale, il est maintenant depuis quelques temps à Olsztyn dans le nord de la Pologne. Il y vit avec Zenia qui organise depuis chez elle des mariages, et sa fille Hela après le départ de sa mère en Asie. La jeune fille a maintenant 16 ans, elle méprise cette ville qui n'offre pas tous les avantages de Varsovie. Par ailleurs, si les deux femmes s’entendent bien quand elles sont seules, en présence de Theodore elles sont en rivalité pour son attention. Tout n’est donc pas simple dans sa vie privée. Cependant il est bientôt accaparé par la découverte d'un corps dans un sous-sol, autrefois refuge lors des bombardements. Mais si l’on est tout d’abord persuadé qu’il s’agit d'un vieux squelette, l’autopsie révèle qu’en réalité il est tout à fait récent. Puis dans un second temps que certains ossements appartiennent à d’autres corps. L’homme a été dissous vivant dans de la soude… Encore de nombreux rebondissements et une chute qui abrège la carrière du procureur. Après le communisme, l’antisémitisme Milozewski explore le thème des violences domestiques. avec toujours le même talent.
Inscrivez-vous à Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.