RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La source vive

            Plon
            EAN : 9782259264471
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 704
            Format : 154 x 240 mm
            La source vive

            Jane FILLION (Traducteur)
            Date de parution : 01/03/2018
            Dans le New-York des années 1930, deux architectes tentent de laisser leur empreinte sur la ville. Chacun choisira des méthodes radicalement différentes de l’autre, et construira sa propre destinée.
            Deux jeunes architectes que tout oppose ou presque débutent à New-York. Peter Keating, ambitieux et sans grand talent, est prêt à toutes les bassesses pour réussir, tandis que Howard Roark, véritable génie intransigeant, est épris d’absolu. Alors que Keating accède peu à peu au succès, Roark lutte dans la misère contre les... Deux jeunes architectes que tout oppose ou presque débutent à New-York. Peter Keating, ambitieux et sans grand talent, est prêt à toutes les bassesses pour réussir, tandis que Howard Roark, véritable génie intransigeant, est épris d’absolu. Alors que Keating accède peu à peu au succès, Roark lutte dans la misère contre les affairistes et les financiers véreux.
            Autour d’eux, dans une fresque grouillante de vie et d’action, gravitent d’autres personnages : Dominique Francon, une belle et riche journaliste qui cherche à se réaliser par elle-même au prix des pires expériences, ou encore le complexe Gail Wynand, un patron de presse qui tire les ficelles de l’opinion publique grâce à ses journaux tout-puissants.
            Chacun, pris dans le tourbillon de la vie, de la réussite et de l’amour, se dirige inexorablement vers sa destinée…

            Véritable épopée, grand roman d'amour et de mœurs, cette œuvre forte témoigne d'une époque bouillonnante, les années 1930, où New York se fabriquait. 
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782259264471
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 704
            Format : 154 x 240 mm
            Plon
            26.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            À propos de La Grève : « Un livre qui ne peut susciter l’indifférence, à l’image de la pasionaria libertarienne que fut Ayn Rand.»
             
            L'Express
            À propos de La Grève : « Une des plus grandes oeuvres romanesques du XXe siècle.» (Antoine Bello)
             
            Le Journal du Dimanche
            "Indispensable pour comprendre l'origine du mouvement conservateur contemporain"
            M le Magazine du Monde

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Vertigen Posté le 22 Juin 2016
              Lu, relu, re-relu. On ne se lasse jamais de l'intelligence et du feu Sacré.
            • ChristianAttard Posté le 29 Avril 2016
              Un homme seul, un artiste, un créateur peut-il résister à la pression abêtissante de la société dans laquelle il vit ? Ayn Rand naquit Alissa Zinovievna Rosenbaum en 1902 à Saint Petersbourg. Elle assiste donc à la naissance de la Révolution bolchévique qui conduira très vite aux pires excès du communisme. Or Alissa aime la culture et la littérature de l’Occident et des Etats-Unis, elle se passionne pour son cinéma. Subissant les affres du collectivisme, elle ne rêve que de liberté et d’individualisme. Cette enfance russe sera la source de toute son inspiration romanesque, de toute sa philosophie. En 1926, elle s’installe aux Etats-Unis et obtient la nationalité américaine. Elle commence aussi à travailler en tant que scénariste pour le cinéma, écrit pour le théâtre et aura une détestable attitude lors de la terrible purge des communistes du milieu artistique et cinématographique en 1947, dénonçant ceux qu’elle sait sympathiser avec le Parti. Parallèlement, elle écrit ses premiers grands romans mettant en scène ses idées dont cette « Source Vive » qu’elle mettra 7 années à écrire et qui sera refusée par plusieurs éditeurs avant de devenir un Best-Seller avec plus de 6 millions d’exemplaires vendus. Il faut être courageux pour entamer la lecture... Un homme seul, un artiste, un créateur peut-il résister à la pression abêtissante de la société dans laquelle il vit ? Ayn Rand naquit Alissa Zinovievna Rosenbaum en 1902 à Saint Petersbourg. Elle assiste donc à la naissance de la Révolution bolchévique qui conduira très vite aux pires excès du communisme. Or Alissa aime la culture et la littérature de l’Occident et des Etats-Unis, elle se passionne pour son cinéma. Subissant les affres du collectivisme, elle ne rêve que de liberté et d’individualisme. Cette enfance russe sera la source de toute son inspiration romanesque, de toute sa philosophie. En 1926, elle s’installe aux Etats-Unis et obtient la nationalité américaine. Elle commence aussi à travailler en tant que scénariste pour le cinéma, écrit pour le théâtre et aura une détestable attitude lors de la terrible purge des communistes du milieu artistique et cinématographique en 1947, dénonçant ceux qu’elle sait sympathiser avec le Parti. Parallèlement, elle écrit ses premiers grands romans mettant en scène ses idées dont cette « Source Vive » qu’elle mettra 7 années à écrire et qui sera refusée par plusieurs éditeurs avant de devenir un Best-Seller avec plus de 6 millions d’exemplaires vendus. Il faut être courageux pour entamer la lecture de ce livre de 700 pages d’une impression serrée et sans espacements ou presque mais quel chef-d’oeuvre ! Ayn Rand avait une très grand admiration pour Hugo et cela se retrouve dans ce monument littéraire. Le récit décrit la vie d’Howard Roark, un jeune architecte solaire (il a d’ailleurs les cheveux rouges) et d’un exceptionnel génie. Mais comme tout individu qui dépasse la norme basique de la société dans laquelle il vit, il est impitoyablement rejeté. Roark illustre donc toutes les thèses philosophiques de Rand qui placent l’homme au-dessus de toute collectivité. Car sans cela, cet homme devra renier sa créativité, sa différence, son intégrité. Cet homme maître de sa technique, l’est aussi de ses émotions. Face à Roark, plus que son pâle condisciple Keating qui accepte, pour se hisser aux sommets, toutes les compromissions, se dresse Ellsworth Toohey. Toohey est le chantre du collectivisme que déteste Rand pour en avoir vu les effets à l’oeuvre en URSS. Cette philosophie commençait à faire de nombreux adeptes aux Etats-unis. Aussi Toohey est-il présenté comme un manipulateur hors pair, froid et cynique, pervers aussi. Ce splendide méchant est une véritable vipère qui instille son venin social et va tout mettre en oeuvre pour abattre le monolithique Roark. Si Rand se sert du milieu de l’architecture pour base de son roman, elle explore aussi tous les rouages de la Presse, des milieux intellectuels et démonte les manipulations qui permettent à des minables de passer pour de grands talents. A ce titre, le récit est d’une acuité intemporelle ! Le lecteur est emporté par le récit dense et les personnages forts de ce roman fleuve. Comme chez Hugo quelques coïncidences paraissent fort improbables mais elles disparaissent dans la richesse de l’oeuvre. Comme Valjean, Howard Roark restera un grand personnage de la littérature mondiale. Cependant, très étrangement les romans d’Ayn Rand restent peu connus en France. Ces thèses continuent très certainement à y déranger un certain intellectualisme de gauche qui a longtemps eu main mise sur le monde de l’édition et de la pensée française.
              Lire la suite
              En lire moins
            • PiDehombreux Posté le 27 Novembre 2015
              Un roman psychologique, d'action, de réflexion où les personnages sont en porte-à-faux, en déséquilibre. Collectif ou individuel? Parasite ou créateur? Ambition ou talent? Un monument littéraire dont je m'étonne qu'il ne bénéficie pas d'une meilleure notoriété: oublié en 1943, il garde toute sa modernité!
            Lisez! La newsletter qui vous inspire !
            Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.