RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            L'art de la simplicité

            Robert Laffont
            EAN : 9782221103852
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 276
            Format : 135 x 215 mm
            L'art de la simplicité

            Date de parution : 17/03/2005

            Épurez votre intérieur, allégez vos armoires, mangez moins, approchez-vous de l'«essentiel»: simplifier sa vie c'est l'enrichir.

            L'élégance, la beauté, le bien-être et au final le mieux vivre: voilà ce que propose «L'Art de la simplicité». Inspiré des philosophies orientales, très dans l'air du temps, ce livre a tout pour devenir LE manuel d'art de vivre des femmes des années 2000. Installée au Japon depuis de longues...

            L'élégance, la beauté, le bien-être et au final le mieux vivre: voilà ce que propose «L'Art de la simplicité». Inspiré des philosophies orientales, très dans l'air du temps, ce livre a tout pour devenir LE manuel d'art de vivre des femmes des années 2000. Installée au Japon depuis de longues années, Dominique Loreau est imprégnée par le mode de vie de son pays d'adoption. Un mode de vie qui repose sur le principe du «moins pour plus» appliqué à tous les domaines, qu'ils soient matériels (la maison, la mode, la beauté…) ou spirituels (le rapport entre le corps et l'esprit, le bien-être mental). De l'art de vous sentir bien chez vous à celui de vous sentir bien en vous, elle transpose ces préceptes à l'usage des femmes occidentales et leur donne tous les conseils (très concrets) pour faire de la simplicité leur seconde nature.Toutes les astuces pour ne plus céder aux achats compulsifs que vous n'utiliserez ou ne porterez jamais... et n'en être que plus élégante. Tous les trucs pour ne plus se ruiner en produits de soins inefficaces… et ne se sentir que plus belle, mieux dans sa peau. Toutes les approches qui permettent de se sentir bien dans son corps et dans sa tête: mieux avec soi-même, donc mieux avec les autres. Entre essai et guide pratique, réflexion et solutions concrètes, ce livre se révèle un antidote efficace aux tromperies de la société de consommation.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221103852
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 276
            Format : 135 x 215 mm

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • lealeh Posté le 1 Septembre 2019
              Un très bon guide vers la simplicité. Pas toujours facile de mettre les conseils en pratique mais très utile et sans complication, comme c'est parfois le cas pour ce type d'ouvrage. Je le recommande
            • lealeh Posté le 1 Septembre 2019
              Un très bon guide vers la simplicité. Pas toujours facile de mettre les conseils en pratique mais très utile et sans complication, comme c'est parfois le cas pour ce type d'ouvrage. Je le recommande
            • nameless Posté le 6 Août 2019
              Depuis la parution en 2005 de l'Art de la simplicité de Dominique Loreau, la vague du développement personnel et du bonheur obligatoire pour tous a juteusement inondé le monde de l'édition et submergé les têtes de gondoles, pas uniquement à Venise. Le hygge et le lagom ont le vent en poupe, coiffant au poteau d'une courte tête, grâce à quelques bougies parfumées, Marie Kondo-dite-la-Prêtresse, qui dans son maniaque La magie du rangement, nous apprend à rouler nos chaussettes, ou Bea Johnson, qui dans son comminatoire Zéro déchet se maquille non sans réalisme avec de la cendre. Je sais, j'exagère mais pas assez ! Tout ce qui est excessif étant insignifiant (je me répète), c'est avec bonheur que j'ai relu l'Art de la simplicité car l'auteure n'est ni moralisatrice, ni extrémiste, ni dogmatique, ni punitive, ni même «à  la mode ». Avec douceur et pragmatisme, elle rappelle des fondamentaux frappés au coin du bon sens : « une maison en mauvaise santé, c'est aussi quand on ouvre des placards pleins à craquer de vêtements et qu'on ne trouve rien à se mettre. C'est quand on découvre dans le réfrigérateur des produits périmés, ou quand le congélateur ressemble au pôle Nord. C'est quand on est planté devant... Depuis la parution en 2005 de l'Art de la simplicité de Dominique Loreau, la vague du développement personnel et du bonheur obligatoire pour tous a juteusement inondé le monde de l'édition et submergé les têtes de gondoles, pas uniquement à Venise. Le hygge et le lagom ont le vent en poupe, coiffant au poteau d'une courte tête, grâce à quelques bougies parfumées, Marie Kondo-dite-la-Prêtresse, qui dans son maniaque La magie du rangement, nous apprend à rouler nos chaussettes, ou Bea Johnson, qui dans son comminatoire Zéro déchet se maquille non sans réalisme avec de la cendre. Je sais, j'exagère mais pas assez ! Tout ce qui est excessif étant insignifiant (je me répète), c'est avec bonheur que j'ai relu l'Art de la simplicité car l'auteure n'est ni moralisatrice, ni extrémiste, ni dogmatique, ni punitive, ni même «à  la mode ». Avec douceur et pragmatisme, elle rappelle des fondamentaux frappés au coin du bon sens : « une maison en mauvaise santé, c'est aussi quand on ouvre des placards pleins à craquer de vêtements et qu'on ne trouve rien à se mettre. C'est quand on découvre dans le réfrigérateur des produits périmés, ou quand le congélateur ressemble au pôle Nord. C'est quand on est planté devant des piles de bouquins et qu'aucun ne nous inspire... » Dominique Loreau ne se positionne ni en gourou ni en donneuse de leçons ; elle se contente d'appuyer sans outrance là où la plupart d'entre nous ont un peu mal, sur ce monde consumériste, prétentieux et gaspilleur qui pousse à acquérir des objets laids, ostentatoires, inutiles, toxiques. Elle souligne sans forcer le trait, que le renoncement, l'allègement volontaires de nos vies et intérieurs orientés vers le strict nécessaire ergonomique n'exclut ni confort ni raffinement et que la simplicité est l'union parfaite de ce qui est beau avec ce qui est pratique et approprié, éliminant toute autre considération superflue ; elle pense qu'il vaut mieux avoir de merveilleuses envies que des réalités médiocres. L'art de la simplicité n'est ni un catalogue exhaustif ni une méthode infaillible à appliquer aveuglément, pondue par un maître à penser brusquement surgi de nulle part pour sauver la planète, le temps d'un bon coup commercial. L'auteure suggère une approche du monde et de la vie épurée, globale et élargie à la philosophie, voire à la spiritualité. Sans se montrer intrusive ou directive, elle dégage un horizon illimité et un large cap, fournit des pistes de réflexions, mais laisse le soin à chaque lecteur de trouver des réponses personnelles à ses propres encombrements matériels ou cérébraux. Je vous laisse, je vais arroser mes bambous !
              Lire la suite
              En lire moins
            • nameless Posté le 6 Août 2019
              Depuis la parution en 2005 de l'Art de la simplicité de Dominique Loreau, la vague du développement personnel et du bonheur obligatoire pour tous a juteusement inondé le monde de l'édition et submergé les têtes de gondoles, pas uniquement à Venise. Le hygge et le lagom ont le vent en poupe, coiffant au poteau d'une courte tête, grâce à quelques bougies parfumées, Marie Kondo-dite-la-Prêtresse, qui dans son maniaque La magie du rangement, nous apprend à rouler nos chaussettes, ou Bea Johnson, qui dans son comminatoire Zéro déchet se maquille non sans réalisme avec de la cendre. Je sais, j'exagère mais pas assez ! Tout ce qui est excessif étant insignifiant (je me répète), c'est avec bonheur que j'ai relu l'Art de la simplicité car l'auteure n'est ni moralisatrice, ni extrémiste, ni dogmatique, ni punitive, ni même «à  la mode ». Avec douceur et pragmatisme, elle rappelle des fondamentaux frappés au coin du bon sens : « une maison en mauvaise santé, c'est aussi quand on ouvre des placards pleins à craquer de vêtements et qu'on ne trouve rien à se mettre. C'est quand on découvre dans le réfrigérateur des produits périmés, ou quand le congélateur ressemble au pôle Nord. C'est quand on est planté devant... Depuis la parution en 2005 de l'Art de la simplicité de Dominique Loreau, la vague du développement personnel et du bonheur obligatoire pour tous a juteusement inondé le monde de l'édition et submergé les têtes de gondoles, pas uniquement à Venise. Le hygge et le lagom ont le vent en poupe, coiffant au poteau d'une courte tête, grâce à quelques bougies parfumées, Marie Kondo-dite-la-Prêtresse, qui dans son maniaque La magie du rangement, nous apprend à rouler nos chaussettes, ou Bea Johnson, qui dans son comminatoire Zéro déchet se maquille non sans réalisme avec de la cendre. Je sais, j'exagère mais pas assez ! Tout ce qui est excessif étant insignifiant (je me répète), c'est avec bonheur que j'ai relu l'Art de la simplicité car l'auteure n'est ni moralisatrice, ni extrémiste, ni dogmatique, ni punitive, ni même «à  la mode ». Avec douceur et pragmatisme, elle rappelle des fondamentaux frappés au coin du bon sens : « une maison en mauvaise santé, c'est aussi quand on ouvre des placards pleins à craquer de vêtements et qu'on ne trouve rien à se mettre. C'est quand on découvre dans le réfrigérateur des produits périmés, ou quand le congélateur ressemble au pôle Nord. C'est quand on est planté devant des piles de bouquins et qu'aucun ne nous inspire... » Dominique Loreau ne se positionne ni en gourou ni en donneuse de leçons ; elle se contente d'appuyer sans outrance là où la plupart d'entre nous ont un peu mal, sur ce monde consumériste, prétentieux et gaspilleur qui pousse à acquérir des objets laids, ostentatoires, inutiles, toxiques. Elle souligne sans forcer le trait, que le renoncement, l'allègement volontaires de nos vies et intérieurs orientés vers le strict nécessaire ergonomique n'exclut ni confort ni raffinement et que la simplicité est l'union parfaite de ce qui est beau avec ce qui est pratique et approprié, éliminant toute autre considération superflue ; elle pense qu'il vaut mieux avoir de merveilleuses envies que des réalités médiocres. L'art de la simplicité n'est ni un catalogue exhaustif ni une méthode infaillible à appliquer aveuglément, pondue par un maître à penser brusquement surgi de nulle part pour sauver la planète, le temps d'un bon coup commercial. L'auteure suggère une approche du monde et de la vie épurée, globale et élargie à la philosophie, voire à la spiritualité. Sans se montrer intrusive ou directive, elle dégage un horizon illimité et un large cap, fournit des pistes de réflexions, mais laisse le soin à chaque lecteur de trouver des réponses personnelles à ses propres encombrements matériels ou cérébraux. Je vous laisse, je vais arroser mes bambous !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Murasaki Posté le 1 Août 2019
              Sympa, sans plus, ouvrage sur le minimalisme bourré, totalement bourré, de citations. mais je reconnais que j'ai aimé le lire, et qu'il donne des pistes pour une vie plus simple, plus agréable.
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.