RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le miroir aux alouettes

            Plon
            EAN : 9782259248952
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 240
            Format : 140 x 225 mm
            Le miroir aux alouettes
            Principes d'athéisme social

            Date de parution : 17/03/2016
            Ceci est, d’une certaine manière, une autobiographie politique dans laquelle il est question d’athéisme social et de refus des mythes proposés par ceux qui nous gouvernent.
             
            Ceci est, d’une certaine manière, une autobiographie politique dans laquelle il est question d’athéisme social et de refus des mythes proposés par ceux qui nous gouvernent ; de ce qui nourrit le Front national et du rôle de la gauche libérale dans la formation de ce chiffon rouge ; du... Ceci est, d’une certaine manière, une autobiographie politique dans laquelle il est question d’athéisme social et de refus des mythes proposés par ceux qui nous gouvernent ; de ce qui nourrit le Front national et du rôle de la gauche libérale dans la formation de ce chiffon rouge ; du besoin des Le Pen qui structure la gauche gouvernementale et de sa prétendue lutte contre eux ; de la fabrication du consentement par les médias et du journalisme comme propagande de ces mythologies ; du souverainisme devenu un gros mot et, conséquemment, de la servitude transformée en vertu ; de la religion libérale qui triomphe depuis 1983 et génère la misère, donc le populisme ; des guerres faites aux côtés des Bush depuis 1991 et qui contribuent au terrorisme dans le pays ; de la haine de ceux qui, comme moi, restent fidèles à la gauche sociale et pacifiste ; du mépris dans lequel est tenu l’athée que je suis et des insultes qui accueillent quiconque pense l’islam en voltairien ; de la nécessité d’en finir avec les imposteurs qui se disent de gauche, mais qui ne mènent pas une vie de gauche ; enfin, de la gauche libertaire qui est la mienne et de la possibilité ici et maintenant d’une anarchie positive.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782259248952
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 240
            Format : 140 x 225 mm
            Plon
            16.90 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • thibautdouay Posté le 31 Décembre 2018
              Les livres d'Onfray m'apportent toujours quelque chose. Il s font partie de ces livres que je referme avec le sentiment d'avoir appris quelque chose, de ne pas avoir perdu de temps. Tout le monde en prend pour son grade, principalement la gauche pour ses trahisons, le libéralisme pour ce qu'il est, mais chaque saillie est argumentée, commentée, débattue. C'est la marque de fabrique d'Onfray. On l'aime ou on ne l'aime pas mais tout est renseigné. Ce livre a pour moi atteint son objectif : je ne suis pas d'accord avec tout mais il m'amène à penser.
            • henrimesquida Posté le 24 Mars 2018
              Onfray compile ici toutes les thèses qui sont les siennes et qu’il distille sur les différents plateaux télés depuis quelques années, de son réquisitoire anti-Mitterrandien à sa vision de l’islam, à la fois dichotomique et unitaire, en passant par ses réflexions sur ce qui rend possible le FN. Entouré de Palante et Proudhon, il ne philosophe pas au marteau mais au morgenstern à deux mains, pulvérisant certains prêt-à-penser contemporains de ses analyses perforantes et de son intelligence contondante. Son éloge du général de Gaulle fait plaisir à lire, la reconnaissance du grand homme qu’il fût et des institutions qu’il imposa, taillées à sa dimension et non proportionnées aux nains qui lui succéderont. Mitterrand en prend pour son grade. Sa biographie la moins reluisante, mais bien réelle, nous est assénée ainsi que la critique virulente de ses deux péchés originaux : le tournant libéral de 1983 et l’atlantisme de la guerre du golfe, qui constituent toujours les deux boussoles du pouvoir actuel sensiblement du même bord. Onfray nous met également en garde contre le catéchisme anarchiste et nous invite à faire preuve d’esprit anarchisant même vis-à-vis des chapelles de l’anarchie ; bref être un athée social global et ne faire confiance, une fois débarrassé de... Onfray compile ici toutes les thèses qui sont les siennes et qu’il distille sur les différents plateaux télés depuis quelques années, de son réquisitoire anti-Mitterrandien à sa vision de l’islam, à la fois dichotomique et unitaire, en passant par ses réflexions sur ce qui rend possible le FN. Entouré de Palante et Proudhon, il ne philosophe pas au marteau mais au morgenstern à deux mains, pulvérisant certains prêt-à-penser contemporains de ses analyses perforantes et de son intelligence contondante. Son éloge du général de Gaulle fait plaisir à lire, la reconnaissance du grand homme qu’il fût et des institutions qu’il imposa, taillées à sa dimension et non proportionnées aux nains qui lui succéderont. Mitterrand en prend pour son grade. Sa biographie la moins reluisante, mais bien réelle, nous est assénée ainsi que la critique virulente de ses deux péchés originaux : le tournant libéral de 1983 et l’atlantisme de la guerre du golfe, qui constituent toujours les deux boussoles du pouvoir actuel sensiblement du même bord. Onfray nous met également en garde contre le catéchisme anarchiste et nous invite à faire preuve d’esprit anarchisant même vis-à-vis des chapelles de l’anarchie ; bref être un athée social global et ne faire confiance, une fois débarrassé de ses névroses et ses passions, qu’à son propre intellect, débarrassé de toute idéologie, de tout dogme, ce qui implique forcément de pratiquer le transcourant et le hors piste. Pour conclure, un bon livre d’Onfray qui résume une pensée développée depuis quelques années et qui est présentée de façon cohérente, les chapitres développant un thème amenant logiquement sur le suivant et qui constitue un trait d’union avec le travail qu’il fournira par la suite. Sa critique des médias, n’allant pas jusqu’à dire qu’elle est pertinente, et tout du moins intéressante, ces agents du libéralisme transmutant le peuple en populace.
              Lire la suite
              En lire moins
            • fanfan50 Posté le 9 Novembre 2017
              Je viens de lire les critiques des babeliotes et elles sont toutes excellentes. Le sujet est cerné. J’y vais quand même de ma petite et brève analyse. Michel Onfray a fait le tour de toutes les hypocrisies politiques existantes actuellement et quelle dénonciation brillante de la télé ! Voir le chapitre 6 consacré à « La machine à fabriquer des abrutis La propagande médiatique ». C'est bien dit mais hélas, peu lu parmi la jeunesse actuelle et pourtant quelles belles pistes de réflexion. Un seul bémol : il parle à peine d’Internet et de tout ce que cela modifie dans nos rapports avec les autres. La presse, je peux dire que je ne la lis plus depuis longtemps, la télé, je la regarde de moins en moins à cause des pubs qui sont omniprésentes mais par contre, je suis sur mon ordinateur portable à renseigner Babelio et à converser avec mes amis. Michel Onfray conclut son pamphlet sur Proudhon qu’il pense visionnaire, un modèle à suivre toute dans la tradition anarchiste française mais est-ce bien ce que les jeunes recherchent ?
            • koalas Posté le 22 Août 2017
              Armé de sa prose philo et de son université populaire l'Onfray défraye, résiste au courant du libéralisme et des idées extrémistes. Il en a ras la coiffe de se faire critiquer par des réducteurs d'idées et de têtes et réplique aux pourfendeurs d'opinions reçues qui ingurgitent en masse la soupe qu'ils dissertent et recrachent sur leurs ondes ou sur les bancs de leur partis : des sophistes qui tournent en rond... On peut être contre les idées d'Onfray qui effraient les girouettes L'épouvantail n'en a qu'épi- cure... Lui, il préfère débattre exposer, démontrer et argumenter avec les anciens et les nouveaux... Il attend de même de ces journalistes, hommes du pouvoir ou citoyens Le libéralisme n'est pas la seule voie, il existe un autre chemin vers plus de liberté... Issu de la classe populaire, ses racines sont proches de la terre bien loin de ses dé-tracteurs détachés du peuple. Il n'a pas peur de se battre seul contre des moulins à paroles qui roulent pour le libéralisme et le cynisme en politique qui changent par opportunisme de cap et de combat au gré de leurs lubies ; des gens de gauche qui vivent et pensent à droite comme leur porte feuille. Onfray l'anar-athée tel le colibri arrose de... Armé de sa prose philo et de son université populaire l'Onfray défraye, résiste au courant du libéralisme et des idées extrémistes. Il en a ras la coiffe de se faire critiquer par des réducteurs d'idées et de têtes et réplique aux pourfendeurs d'opinions reçues qui ingurgitent en masse la soupe qu'ils dissertent et recrachent sur leurs ondes ou sur les bancs de leur partis : des sophistes qui tournent en rond... On peut être contre les idées d'Onfray qui effraient les girouettes L'épouvantail n'en a qu'épi- cure... Lui, il préfère débattre exposer, démontrer et argumenter avec les anciens et les nouveaux... Il attend de même de ces journalistes, hommes du pouvoir ou citoyens Le libéralisme n'est pas la seule voie, il existe un autre chemin vers plus de liberté... Issu de la classe populaire, ses racines sont proches de la terre bien loin de ses dé-tracteurs détachés du peuple. Il n'a pas peur de se battre seul contre des moulins à paroles qui roulent pour le libéralisme et le cynisme en politique qui changent par opportunisme de cap et de combat au gré de leurs lubies ; des gens de gauche qui vivent et pensent à droite comme leur porte feuille. Onfray l'anar-athée tel le colibri arrose de son jet... le débat en philosophant à contre courant ...du vent libéral ! Le miroir des alouettes......tous plumés, moi itou !
              Lire la suite
              En lire moins
            • michdesol Posté le 10 Août 2017
              Souvent excessif, mais toujours libre et tonique. Sur le fond, le plus souvent j'adhère à la critique des travers contemporains ici mis à nus, mais j'avoue que la méthode du "colibri" me laisse perplexe. Encore que.... je la trouve indispensable !
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
            Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…