Lisez! icon: Search engine
L'Ecole des mousquetaires - tome 01
Date de parution : 10/11/2022
Éditeurs :
Pocket jeunesse

L'Ecole des mousquetaires - tome 01

Date de parution : 10/11/2022
Et si d'Artagnan ouvrait une école pour rajeunir la troupe des défenseurs du Roi ?
1647. Eva et Jules de Sandras vivent heureux avec leur père, en Gascogne. Un soir, ce dernier est brutalement enlevé sous leurs yeux. Malgré tous leurs efforts pour combattre les ravisseurs, les enfants... 1647. Eva et Jules de Sandras vivent heureux avec leur père, en Gascogne. Un soir, ce dernier est brutalement enlevé sous leurs yeux. Malgré tous leurs efforts pour combattre les ravisseurs, les enfants sont impuissants à le sauver.
Livrés à eux-mêmes, ils appellent à la rescousse le parrain de Jules… Le célèbre d’Artagnan les embarque à...
1647. Eva et Jules de Sandras vivent heureux avec leur père, en Gascogne. Un soir, ce dernier est brutalement enlevé sous leurs yeux. Malgré tous leurs efforts pour combattre les ravisseurs, les enfants sont impuissants à le sauver.
Livrés à eux-mêmes, ils appellent à la rescousse le parrain de Jules… Le célèbre d’Artagnan les embarque à Paris. Ses jeunes protégés lui soufflent alors une idée brillante : s’il ouvrait une école pour former de futurs mousquetaires ?
Eva et Jules vont mettre à profit ce qu’ils y apprennent afin d'enquêter sur la disparition de leur père. Mais feront-ils le poids face à des ennemis prêts à tout pour protéger leurs secrets ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266326674
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 130 x 205 mm
EAN : 9782266326674
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 130 x 205 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • enairolf 06/09/2023
    En ce moment, je suis en plein revisionnage d’une de mes série préférée : The Musketeers. Je suis fan de cette série et vraiment c’est une série qui fait parti de mes préférées de tous les temps. Je n’ai jamais lu Les trois mousquetaires de Dumas et je ne pense pas le lire un jour, les classiques ce n’est pas trop ma tasse de thé. Mais je connais tout de même l’histoire de Porthis, Aramis, Athos et D’Artagnan. Alors quand j’ai vu ce petit roman jeunesse à la bibliothèque, je me suis dis que c’était parfait et que j’étais dans le thème avec ma série. Je suis ravie de l’avoir pris et l’avoir découvert parce que c’était un petit roman jeunesse bien sympathique à lire, vraiment! Je connaissais l’auteur puisque j’ai lu son autre saga jeunesse, Trouille académie. Alors pouvoir lire un autre de ses romans, ça m’a vraiment fait plaisir de retrouver sa plume. J’ai un peu zieuter ses autres romans et je pense que c’est un auteur que je vais prendre plaisir à redécouvrir à travers ses différents romans. Sa plume est simple, facile à lire, en même temps c’est destiné à un public assez jeune. Mais elle est aussi très fluide et très addictive. Je n’ai jamais su m’arrêter, je l’ai dévoré d’une traite. Non seulement ça se lit hyper vite mais en plus de ça c’est tellement addictif que l’on n’a clairement pas envie de le poser et faire autre chose. du moins, pas avant d’avoir tourné la dernière page. Dans ce premier tome, Eva et Jules sont deux Gascons, frère et sœur, orphelins de mère. Le jour où leur père est enlevé, ils se retrouvent livrés à eux-mêmes. Appelé à la rescousse, D’Artagan, le parrain de Jules, va les faire entrer dans sa nouvelle école des Mousquetaires. Le garçon est un fin bretteur, et Eva, elle aussi, est une fine lame. Elle est d’ailleurs recrutée par Ketty, l’ancienne bonne de Milady, pour faire partie d’une mission plus secrète. Mais Jules et Eva veulent avant tout connaître la vérité sur la disparition de leur père. Qui s’en est pris à lui ? Quel complot cela cache-t-il ? Le Roi est-il en danger ? Il n’est pas impossible que les réponses à ses questions concernent un secret bien gardé de d’Artagnan… J’ai beaucoup aimé cette lecture en tout cas. J’ai même trouvé un côté un peu original à cette histoire. Le fait de voir un mousquetaire ouvrir une école de mousquetaire, j’ai trouvé ça original et super plaisant mais surtout très innovant. L’intrigue est palpitante et on a deux points qui se dégagent finalement. Le premier c’est la création de cette école de mousquetaires et le second concerne la disparition du père de Jules et Eva. Et ces deux histoires s’entrecroisent à un moment donné. On a une bonne intrigue remplie d’actions, on a de beaux combats, le rythme du roman est parfait. Je n’ai pas eu la sensation que ce tome soit introductif, alors forcément on nous pose les bases de l’histoire, on nous présente les personnages etc. Mais il n’empêche que l’on ne s’ennuie pas une seule seconde, et ça c’est vraiment génial. C’est du jeunesse, voir peut être trop jeunesse pour certains mais moi en tout cas, j’ai vraiment pris énormément de plaisir à découvrir ce premier tome. Du côté des personnages, j’ai beaucoup aimé Jules. Ce jeune garçon est déterminé à devenir un mousquetaire aguerri. Il se donne les moyens et va vraiment tout faire pour réussir. Et surtout, il ne veut pas décevoir son parrain, le célèbre D’Artagnan. Sa soeur, Eva m’a beaucoup plu également. Elle va intégrer l’école des mousquetaires elle aussi puisque c’est une jeune fille très talentueuse. Bon, si on veut chipoter un peu, on pourrait dire que cette partie là est très peu crédible en vérité. À cette période de l’histoire, c’est inconcevable que l’on accepte qu’une fille accède à ce genre d’école, qu’elle accède à une formation militaire. C’est tout simplement impossible. C’est un peu dommage mais après étant donné que c’est un roman destiné aux plus jeunes, cette petite partie leur est inconnue. En soit, ça ne me dérange pas plus que ça cette petite écartade. Justement, ça amène le côté féministe à l’histoire qui est hyper plaisant. Eva va en effet faire la rencontre de Ketty et Albane, une autre élève. Au fil de notre lecture, on se rend compte que les filles cachent quelque chose. En tout cas, le côté féministe peu déplaire et je peux le comprendre mais en tout cas moi ça m’a beaucoup plu. J’ai bien aimé D’Artagnan même si on est loin du mousquetaire que l’on connaît, ici je le trouve un peu éteint, un peu distant. Je me pose beaucoup de questions sur lui d’ailleurs et j’espère que dans la suite il se dévoilera un peu plus. J’ai beaucoup aimé ce premier tome, introductif mais pas trop, du mystère, des questions que l’on se pose et dont on attend les réponses avec impatience, des personnages intéressants, une intrigue palpitante. Cette chronique je l’écris avec un regard d’adulte, alors forcément quelques petites choses me sautent aux yeux, comme le fait d’intégrer des femmes dans une école militaire ce qui est impensable à cette époque. Mais encore une fois, c’est un roman adressé à un public jeune et ça ce n’est vraiment pas dérangeant pour les plus jeunes. L’auteur a pris le parti de mettre une part de féminisme dans l’histoire et je trouve ça vraiment chouette. Ça montre aux plus jeunes que l’on soit un homme ou une femme, on a tous le droit à la même chance et ça c’est très bien. J’ai vraiment hâte de lire la suite en tout cas!En ce moment, je suis en plein revisionnage d’une de mes série préférée : The Musketeers. Je suis fan de cette série et vraiment c’est une série qui fait parti de mes préférées de tous les temps. Je n’ai jamais lu Les trois mousquetaires de Dumas et je ne pense pas le lire un jour, les classiques ce n’est pas trop ma tasse de thé. Mais je connais tout de même l’histoire de Porthis, Aramis, Athos et D’Artagnan. Alors quand j’ai vu ce petit roman jeunesse à la bibliothèque, je me suis dis que c’était parfait et que j’étais dans le thème avec ma série. Je suis ravie de l’avoir pris et l’avoir découvert parce que c’était un petit roman jeunesse bien sympathique à lire, vraiment! Je connaissais l’auteur puisque j’ai lu son autre saga jeunesse, Trouille académie. Alors pouvoir lire un autre de ses romans, ça m’a vraiment fait plaisir de retrouver sa plume. J’ai un peu zieuter ses autres romans et je pense que c’est un auteur que je vais prendre plaisir à redécouvrir à travers ses différents romans. Sa plume est simple, facile à lire, en même temps c’est destiné à un public assez jeune. Mais elle est...
    Lire la suite
    En lire moins
  • helolitla 25/06/2023
    Eva et Jules de Sandras, deux jeunes gascons, vivent seuls avec leur père depuis la mort de leur mère. Mais un jour, ce dernier est enlevé sous leur nez. Ils écrivent alors à leur parrain, qui n'est autre que le célèbre D'Artagnan. Celui-ci a vieilli, comme ses Mousquetaires, et projette de créer une école afin de former la relève. Eva et Jules proposent de l'intégrer. Tous deux sont doués à l'épée, débrouillards et intelligents. Mais cette nouvelle vie qui les attend ne les éloigne pas de leur objectif : retrouver leur père... *** Un petit roman jeunesse sympathique, qui ne m'a pas non plus enthousiasmée. C'est amusant de retrouver d'Artagnan vingt ans après la fin des Trois Mousquetaires, dans un roman historique à destination des adolescents, qui mêle action et complots. D'Artagnan a vieilli, mais pas bonifié... Il est nostalgique de "l'ancienne" période, celle où il croisait le fer en compagnie d'Athos, de Porthos et d'Aramis, mais ne les voit plus. Dans les points positifs : c'est simple, fluide, facile à lire, adapté à un public de jeunes collégiens. J'ai apprécié que les personnages féminins aient un rôle important, même si ce n'est pas très vraisemblable historiquement. J'ai d'ailleurs préféré le personnage d'Eva à celui de son  frère, qui m'a agacée. Ce premier tome est assez introductif, il pose le cadre, les différentes parties en présence, et nous prépare à la suite. De nombreux mystères subsistent à la fin de l'histoire, on ne sait pas vraiment qui joue un rôle dans le complot annoncé. Je lirai la suite, même si je ne suis pas convaincue à 100%, pour voir un peu comment va évoluer cette histoire... Eva et Jules de Sandras, deux jeunes gascons, vivent seuls avec leur père depuis la mort de leur mère. Mais un jour, ce dernier est enlevé sous leur nez. Ils écrivent alors à leur parrain, qui n'est autre que le célèbre D'Artagnan. Celui-ci a vieilli, comme ses Mousquetaires, et projette de créer une école afin de former la relève. Eva et Jules proposent de l'intégrer. Tous deux sont doués à l'épée, débrouillards et intelligents. Mais cette nouvelle vie qui les attend ne les éloigne pas de leur objectif : retrouver leur père... *** Un petit roman jeunesse sympathique, qui ne m'a pas non plus enthousiasmée. C'est amusant de retrouver d'Artagnan vingt ans après la fin des Trois Mousquetaires, dans un roman historique à destination des adolescents, qui mêle action et complots. D'Artagnan a vieilli, mais pas bonifié... Il est nostalgique de "l'ancienne" période, celle où il croisait le fer en compagnie d'Athos, de Porthos et d'Aramis, mais ne les voit plus. Dans les points positifs : c'est simple, fluide, facile à lire, adapté à un public de jeunes collégiens. J'ai apprécié que les personnages féminins aient un rôle important, même si ce n'est pas très vraisemblable historiquement. J'ai d'ailleurs préféré...
    Lire la suite
    En lire moins
  • FabtheFab 04/01/2023
    En juin 1647, près de Lupiac en Gascogne, Jules, dix ans et Eva, treize ans, voient leur père Charles de Sandras disparaître, mystérieusement kidnappé ; ils font appel à leur parrain, le mousquetaire d’Artagnan et partent à Paris. Dans la capitale du royaume, Louis XIV a neuf ans, Anne d'Autriche exerce la régence avec le cardinal Mazarin ; d'Artagnan est toujours au Louvre mais s'ennuie, vingt ans après les aventures avec Athos, Porthos et Aramis. Grâce au capitaine des mousquetaires du roi, M. de Tréville, d'Artagnan décide de créer une école des mousquetaires qui ouvre le 20 septembre 1647. Jules et Eva sont évidemment les premiers élèves mais aussi Albane de Clèves, Hector Cascabel, Alexandre Rochancourt. Mais de nouveaux attentats se produisent, serait-ce le début de la Fronde ? Né en 1977, Bertrand Puard commence sa carrière comme lecteur aux Éditions du Masque ; encouragé par Serge Brussolo, alors directeur littéraire, il publie son premier roman, Musique de nuit, prix du roman policier du festival de Cognac en 2001. Après une série policière, Les Mystères de la Tamise, il entre en littérature de jeunesse avec Les Compagnons du Sablier chez Flammarion. En 2012, il obtient le prix Cognac jeunesse pour sa série Les Effacés chez Hachette. Son roman Ctrl+Alt+Suppr, qui traite du thème des fake news et de l’intelligence artificielle, a fait l'objet d'une interaction avec les lecteurs, au moment de son écriture. Durant deux mois, Bertrand Puard a publié chaque semaine un épisode de son thriller sur FranceInfo et proposé à ses lecteurs des choix pour orienter les épisodes suivants. Bertrand Puard est membre de la Société littéraire des Amis d'Émile Zola, il est également membre du jury du festival Polar de Cognac depuis 2015. Nous nous souvenons en particulier des séries Les Effacés en 2012-2013 puis Bleu-blanc-sang en 2016, puis L’Archipel en 2018-2019 et plus récemment les séries Hippocampus, Top départ sur le football, C’est la révolution. Le succès de ses thrillers reste discret et Bertrand Puard a davantage d’audience dans les lectures junior. Nous connaissons le travail de Bertrand Puard pour le rythme de ses histoires aussi bien dans la veine historique que dans ses thrillers. Il confirme ici son art du récit romanesque avec les aventures historiques de jeunes héros à l'école des mousquetaires initiée par d'Artagnan. L'action et le suspense sont au rendez-vous. Une belle place est accordée aux héroïnes. Une nouvelle série efficace pour le middle-grade. En juin 1647, près de Lupiac en Gascogne, Jules, dix ans et Eva, treize ans, voient leur père Charles de Sandras disparaître, mystérieusement kidnappé ; ils font appel à leur parrain, le mousquetaire d’Artagnan et partent à Paris. Dans la capitale du royaume, Louis XIV a neuf ans, Anne d'Autriche exerce la régence avec le cardinal Mazarin ; d'Artagnan est toujours au Louvre mais s'ennuie, vingt ans après les aventures avec Athos, Porthos et Aramis. Grâce au capitaine des mousquetaires du roi, M. de Tréville, d'Artagnan décide de créer une école des mousquetaires qui ouvre le 20 septembre 1647. Jules et Eva sont évidemment les premiers élèves mais aussi Albane de Clèves, Hector Cascabel, Alexandre Rochancourt. Mais de nouveaux attentats se produisent, serait-ce le début de la Fronde ? Né en 1977, Bertrand Puard commence sa carrière comme lecteur aux Éditions du Masque ; encouragé par Serge Brussolo, alors directeur littéraire, il publie son premier roman, Musique de nuit, prix du roman policier du festival de Cognac en 2001. Après une série policière, Les Mystères de la Tamise, il entre en littérature de jeunesse avec Les Compagnons du Sablier chez Flammarion. En 2012, il obtient le prix Cognac jeunesse pour sa...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Clelie22 21/12/2022
    Face à ce genre d'oeuvres inspirées de grands classiques littéraires, je me demande souvent quelle est la motivation de l'auteur. Est-ce de donner envie à de plus jeunes lecteurs de lire l'oeuvre originale ou seulement de faire son beurre avec la crème d'un autre ? C'est la question que je me pose avec L'école des mousquetaires, "sequel" des Trois mousquetaires de Dumas. Roman jeunesse oblige, L'école des mousquetaires introduit 2 enfants de l'âge du lectorat visé (autour de 12 ans) : un garçon et une fille pour la parité... le frère et la soeur se retrouvent sous la protection du célèbre D'Artagnan après la disparition de leur père. Vingt ans après son entrée (fracassante) dans la compagnie mousquetaire du Roy, D'Artagnan songe à rajeunir le recrutement. Il ouvre donc une école de jeunes mousquetaires, au premier rang desquels on retrouve ses deux protégés. Car, oui, la fille aussi, Eva, intègre l'école. Cette entorse à la vraisemblance historique m'avait un peu chiffonnée à la découverte de la couverture mais, en fait, c'est bien amené dans le roman. Cela dit, ce n'est pas la seule invraisemblance historique. Ce n'est donc pas un roman que je recommanderais pour connaître cette époque. (Cela dit, Dumas prenait aussi de grandes libertés avec l'Histoire.) Cet aspect-là mis de côté, que dire du roman lui-même ? J'ai trouvé que l'intrigue manquait d'originalité. Les seules péripéties sont des enlèvements (4 en moins de 300 pages, ça fait une bonne moyenne...), toujours perpétrés par le même homme (bien repérable, en plus). La fin du tome introduit un peu de suspense mais d'une manière assez artificielle et peu vraisemblable. Les personnages sont bien campés mais plutôt stéréotypés pour ce genre de roman mettant en scène des "écoliers", à commencer par l'inévitable tête-à-claques qui se croit plus doué que tout le monde et prend en grippe nos héros. La palme du personnage raté est décernée par un jury composé de moi à D'Artagnan, un peu nul, un peu alcoolique, un peu décevant. Déjà, qu'il manque de s'évanouir en apprenant l'enlèvement de son ami m'a paru sonner faux. On ne retrouve pas le Gascon tête brûlée mais attachant de Dumas. On ne retrouve pas non plus ses trois amis qui ne sont que cités (peut-être finiront-ils par apparaître dans les autres tomes). On ne retrouve pas non plus l'humour de Dumas ni vraiment d'allusions assez précises à l'intrigue des Trois mousquetaires pour donner envie de le lire. Ou alors par désappointement et envie de retrouver l'original. En résumé : un roman qui se laisse lire mais qui est loin d'être à la hauteur de son illustre source d'inspiration ni même d'autres romans jeunesse mieux charpentés. Challenge Romans Jeunesse 2021/2022Face à ce genre d'oeuvres inspirées de grands classiques littéraires, je me demande souvent quelle est la motivation de l'auteur. Est-ce de donner envie à de plus jeunes lecteurs de lire l'oeuvre originale ou seulement de faire son beurre avec la crème d'un autre ? C'est la question que je me pose avec L'école des mousquetaires, "sequel" des Trois mousquetaires de Dumas. Roman jeunesse oblige, L'école des mousquetaires introduit 2 enfants de l'âge du lectorat visé (autour de 12 ans) : un garçon et une fille pour la parité... le frère et la soeur se retrouvent sous la protection du célèbre D'Artagnan après la disparition de leur père. Vingt ans après son entrée (fracassante) dans la compagnie mousquetaire du Roy, D'Artagnan songe à rajeunir le recrutement. Il ouvre donc une école de jeunes mousquetaires, au premier rang desquels on retrouve ses deux protégés. Car, oui, la fille aussi, Eva, intègre l'école. Cette entorse à la vraisemblance historique m'avait un peu chiffonnée à la découverte de la couverture mais, en fait, c'est bien amené dans le roman. Cela dit, ce n'est pas la seule invraisemblance historique. Ce n'est donc pas un roman que je recommanderais pour connaître cette époque. (Cela dit, Dumas prenait aussi...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Pat0212 14/12/2022
    Bertrand Puard nous propose une nouvelle série de romans historiques destinés aux enfants de dix à douze ans, qui revisite la saga d’Alexandre Dumas, celui-ci en est le premier tome qui pose le décor et le début des aventures de Jules et Eva de Sandras dans la nouvelle école de mousquetaires fondée par D’Artagnan, le parrain de Jules. Ils lutteront en particulier contre une bande de comploteurs qui a enlevé différentes personnalités dont leur père Charles. Si certaines lectures jeunesse conviennent également très bien aux adultes, ce n’est pas le cas ici, il s’agit vraiment d’un livre pour enfants. Je pense que les aventures des jeunes héros leur plairont et les feront peut-être rêver. Le style est simple et fluide, facile à lire. L’histoire ne finit pas avec le livre et il faudra lire la suite pour en savoir le fin mot. Les rebondissements s’enchaînent et plairont aux petits. Personnellement je n’ai pas beaucoup aimé ce livre, il plaira certes à son public cible, mais je lui trouve de gros défauts. J’ai eu l’impression d’un livre contemporain transposé au dix-septième siècle et non d’un roman historique. Son côté très féministe m’a dérangée, Eva intègre l’école et se bat pour être acceptée par les garçons, elle reproche à D’Artagnan de ne pas empêcher les remarques sexistes (même si le mot n’est pas employé), sans oublier le rôle important de Ketty, puis d’Albane, la deuxième fille de l’école. Si les femmes jouissaient de beaucoup de libertés et de droits au Moyen âge, ce n’est plus le cas à l’époque (régence d’Anne d’Autriche), qui est une période de repli. Il est inimaginable que des filles aient accédé à une école militaire et qu’en plus elles se soient plaintes de l’attitude des garçons au directeur. De même, Alexandre qui fait équipe avec Jules est le fils d’un cordonnier, ce n’est pas vraisemblable, le fils d’un riche marchand ou d’un banquier aurait pu devenir mousquetaire mais sans doute pas celui d’un modeste artisan, la notion d’égalité des chances ne se profilera que bien plus tard. Les romans historiques doivent nous distraire, mais aussi nous apprendre quelque chose sur l’époque dont ils parlent, mais pour cela il faut respecter la règle de ne pas juger une époque avec les préjugés de la nôtre. Et ce roman est nettement contaminé par le virus woke, si à la mode en ce moment, je trouve que cela envoie un mauvais signal aux jeunes lecteurs. Merci à Babélio et à Pocket Jeunesse pour ce livre reçu lors de la dernière MC. S’il ne m’a pas trop plu, je suis sûre que les jeunes lecteurs seront bien moins critiques.Bertrand Puard nous propose une nouvelle série de romans historiques destinés aux enfants de dix à douze ans, qui revisite la saga d’Alexandre Dumas, celui-ci en est le premier tome qui pose le décor et le début des aventures de Jules et Eva de Sandras dans la nouvelle école de mousquetaires fondée par D’Artagnan, le parrain de Jules. Ils lutteront en particulier contre une bande de comploteurs qui a enlevé différentes personnalités dont leur père Charles. Si certaines lectures jeunesse conviennent également très bien aux adultes, ce n’est pas le cas ici, il s’agit vraiment d’un livre pour enfants. Je pense que les aventures des jeunes héros leur plairont et les feront peut-être rêver. Le style est simple et fluide, facile à lire. L’histoire ne finit pas avec le livre et il faudra lire la suite pour en savoir le fin mot. Les rebondissements s’enchaînent et plairont aux petits. Personnellement je n’ai pas beaucoup aimé ce livre, il plaira certes à son public cible, mais je lui trouve de gros défauts. J’ai eu l’impression d’un livre contemporain transposé au dix-septième siècle et non d’un roman historique. Son côté très féministe m’a dérangée, Eva intègre l’école et se bat pour être acceptée par...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.

Lisez maintenant, tout de suite !