Lisez! icon: Search engine
L'école du Bien et du Mal - tome 01
Leslie Boitelle-Tessier (traduit par)
Collection : L'école du bien et du mal
Date de parution : 07/05/2015
Éditeurs :
Pocket jeunesse

L'école du Bien et du Mal - tome 01

,

Leslie Boitelle-Tessier (traduit par)
Collection : L'école du bien et du mal
Date de parution : 07/05/2015
Prenez des gentils, des méchants, un ou deux princes charmants, mélangez, inversez tous les rôles et vous obtiendrez un conte de fées revisité, drôle, rythmé, qui vous rendra heureux pour toujours !
Kidnappées par une sombre nuit d’orage, Sophie et Agatha intègrent l’École du Bien et du Mal… Un lieu très spécial, où l’on forme les personnages de contes de fées. Pantoufles... Kidnappées par une sombre nuit d’orage, Sophie et Agatha intègrent l’École du Bien et du Mal… Un lieu très spécial, où l’on forme les personnages de contes de fées. Pantoufles de verre et chevelure blonde, Sophie est sûre de devenir princesse. Tandis qu’Agatha, cynique et solitaire, toute de noir vêtue,... Kidnappées par une sombre nuit d’orage, Sophie et Agatha intègrent l’École du Bien et du Mal… Un lieu très spécial, où l’on forme les personnages de contes de fées. Pantoufles de verre et chevelure blonde, Sophie est sûre de devenir princesse. Tandis qu’Agatha, cynique et solitaire, toute de noir vêtue, se voit déjà en sorcière. Pourtant, rien ne se passe comme prévu… Et si l’erreur de casting révélait leur vraie nature ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266249560
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 480
Format : 140 x 225 mm
EAN : 9782266249560
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 480
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • unemangeusedelivres 04/01/2023
    Une très bonne lecture pour démarrer 2023. Un seul mot pour décrire ce livre :Waouh ! ------- Marre des stéréotypes le mal est moche et ne peut aimer mais le bien et beau et doit trouver son grand amour ? Parce que moi, c'est ce qui m'a toujours énerver dans les contes de fées. Heureusement, ce bouquin n'encourage pas les stéréotypes, mais les réfute. ( Parce qu'au final, rien n'est tout noir ou tout blanc, tout est gris ). Ceci est d'ailleurs le plus gros point fort de ce livre. Quant aux personnages, ils sont tout aussi géniaux les uns que les autres et ce, meme si deux ou trois m'exaspère parce que dans tout les cas, ils sont tous très bien construit. J'ai aussi beaucoup aimé l'ambiance : magie, complot, ennemie... Ce qui par contre m'a énervée, c'est le comportement de Tedros à la fin. Rahhhh il a tout gâché avec son comportement chevalier servant qui croit Agatha incapable. D'ailleurs on en parle d'Agatha qui ne lui fait même pas remarquer ? Hort est mon personnages préféré et vous ??
  • marinedsvx 01/01/2023
    Suite à la diffusion du film sur Netflix, je me suis décidée à lire cette série avant de me plonger dans le film. J'ai bien aimé le fait que les héros et méchants des contes de fées doivent aller dans une école selon leur nature véritable qui détermine leur rôle dans le futur. L'auteur aurait pu s'arrêter sur tout le monde est gentil ou méchant mais ici il décrit des personnages beaucoup plus complexes et qui montre que dans la vie tout n'est jamais 100% bon ou 100% mauvais. Tout est plus nuancé, mais dans cet univers quand tout se mélange tout est sans dessus dessous ! Je pense continuer ma lecture vu que la fin du tome 1 laisse encore quelques questions en suspens et puis j'aime bien cette ambiance à la once upon a time.
  • Marinefrp 14/12/2022
    J'avais repéré L'école du bien et du mal chez des amies, mais j'avais peur de romans trop enfantins (d'autant plus que je venais de terminer Alfie Bloom et l'héritage du druide qui m'avait laissé un goût amer). J'ai finalement craqué quelques jours plus tard en lisant les toutes premières lignes. Neuf vers. Qui ont su toucher mon âme d'enfant. Je vous les mets dans les citations. Que vous puissiez juger par vous-mêmes. N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez. Pour ma part, j'en ai encore des frissons nostalgiques. Puisque c'est bien de nostalgie qu'il est question. L'école du bien et du mal fait écho aux contes de fées que nous connaissons tous. Alors oui, le résumé ne laisse pas beaucoup de place à l'imagination et nous comprenons tout de suite que Sophie va atterrir chez le mal et Agatha chez le bien. Et oui, nous voyons la morale comme quoi il ne faut pas se fier aux apparences arriver gros comme un camion. C'est un roman pour les 12 ans et plus. Ce n'est donc pas étonnant. En contrepartie, Soman Chainani nous fait cadeau d'un roman truffé de références aux contes de Charles Perrault et des Frères... J'avais repéré L'école du bien et du mal chez des amies, mais j'avais peur de romans trop enfantins (d'autant plus que je venais de terminer Alfie Bloom et l'héritage du druide qui m'avait laissé un goût amer). J'ai finalement craqué quelques jours plus tard en lisant les toutes premières lignes. Neuf vers. Qui ont su toucher mon âme d'enfant. Je vous les mets dans les citations. Que vous puissiez juger par vous-mêmes. N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez. Pour ma part, j'en ai encore des frissons nostalgiques. Puisque c'est bien de nostalgie qu'il est question. L'école du bien et du mal fait écho aux contes de fées que nous connaissons tous. Alors oui, le résumé ne laisse pas beaucoup de place à l'imagination et nous comprenons tout de suite que Sophie va atterrir chez le mal et Agatha chez le bien. Et oui, nous voyons la morale comme quoi il ne faut pas se fier aux apparences arriver gros comme un camion. C'est un roman pour les 12 ans et plus. Ce n'est donc pas étonnant. En contrepartie, Soman Chainani nous fait cadeau d'un roman truffé de références aux contes de Charles Perrault et des Frères Grimm, et qui se lit très facilement. Tout ça sur fond de guerre des classes. Ça a été un autre coup de coeur (appelez-moi guimauve). Je le recommande chaudement à tous ceux qui ont gardé leur âme d'enfant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cassitrouille 07/12/2022
    La sortie sur Netflix du film éponyme inspiré de L’Ecole du Bien et du Mal a été l’occasion de découvrir cette série de roman écrite par Soman Chainani, qui relate le conte de Sophie et Agatha. Les deux jeunes filles vivent dans un petit village qui subit tous les quatre ans une rafle de deux enfants. Personne ne revoit jamais les deux bambins, si ce n’est comme personnages principaux des livres de conte qui arrivent à la boutique du libraire du coin, sans que les villageois ne sachent d’où leur parviennent ces étranges livres. Sophie, bien au courant de cette pratique, rêve d’être kidnappée par le « Grand Maître » et de devenir la princesse qu’elle sait être, portée par la promesse de sa défunte mère qu’un grand destin l’attend. Comme un négatif de la jeune fille, bien portante aux belles boucles longues qui adore se pomponner et être en rose, Agatha elle est maigrichote, pâle comme un linge, avec des cheveux gras… Bref, l’archétype de la sorcière. Et pourtant, lorsqu’elles se retrouvent dans l’Ecole du Bien et du Mal, établissement qui leur apprend à devenir des personnages de conte,... La sortie sur Netflix du film éponyme inspiré de L’Ecole du Bien et du Mal a été l’occasion de découvrir cette série de roman écrite par Soman Chainani, qui relate le conte de Sophie et Agatha. Les deux jeunes filles vivent dans un petit village qui subit tous les quatre ans une rafle de deux enfants. Personne ne revoit jamais les deux bambins, si ce n’est comme personnages principaux des livres de conte qui arrivent à la boutique du libraire du coin, sans que les villageois ne sachent d’où leur parviennent ces étranges livres. Sophie, bien au courant de cette pratique, rêve d’être kidnappée par le « Grand Maître » et de devenir la princesse qu’elle sait être, portée par la promesse de sa défunte mère qu’un grand destin l’attend. Comme un négatif de la jeune fille, bien portante aux belles boucles longues qui adore se pomponner et être en rose, Agatha elle est maigrichote, pâle comme un linge, avec des cheveux gras… Bref, l’archétype de la sorcière. Et pourtant, lorsqu’elles se retrouvent dans l’Ecole du Bien et du Mal, établissement qui leur apprend à devenir des personnages de conte, c’est Sophie qui se retrouve à l’Ecole du Mal, alors qu’Agatha atterrit au milieu des fleurs et des fées. Si Sophie souhaite prouver à tout prix qu’elle est dans la mauvaise école et être intégrée au rang des princesse, Agatha, elle, cherche avant tout à rentrer avec Sophie à la maison. Au cours de leurs aventures, nous en découvrons plus sur l’univers des contes dans lequel elles ont été projetées : que cela soit à travers l’histoire de ce monde, où le Bien gagne depuis 200 ans, à travers les fils et filles de personnages célèbres que les deux jeunes filles rencontrent ou encore à travers les lieux mentionnés ou visités. Dans ces romans, l’objectif des enfants est de créer leur propre histoire, et de vivre leur propre vie. Contrairement à Ever After High où la fille de Blanche-Neige a sa vie toute tracée devant elle, puisqu’elle va reprendre le rôle de sa mère dans son conte pour perpétuer ce dernier, à l’Ecole du Bien et du Mal, chacun forme son propre chemin. Bien sûr, les contes traditionnels sont connus, mais leurs héritiers, qu’ils soient Gentils ou Méchants ont pour but d’avoir un meilleur conte que celui de leurs parents. Ainsi, Heather veut surpasser sa mère, la sorcière de Hansel et Gretel, qui s’est bêtement fait avoir par des gamins désespérés ; Tedros, le fils d’Arthur et de Guenièvre, n’est pas non plus en reste : il veut, lui, trouver une princesse réellement Bonne, qui ne quittera pas mari et enfant avec le premier chevalier venu. Cet aspect est, à mon sens, très intéressant puisqu’il permet de renouveler le genre de l’école de conte tout en réinterprétant les contes plus traditionnels, ce qui offre un vent de fraîcheur à la fois sur le genre et sur les classiques. Par ailleurs, le lecteur est pris à partie directement dans le système du monde : à travers les personnages d’Agatha et de Sophie, appelées avec dédain par leurs camarades « Lectrices », qui découvrent l’univers des contes avec lesquels elles ont grandi, nous le découvrons en ayant les mêmes références, ou au contraire le manque de références, qu’elles. J’ai beaucoup aimé la construction et les explications que nous avons eu de tout l’univers du roman, qui est moins manichéen qu’il n’y paraît au fur et à mesure que l’on avance dans les livres. De même, on sent que l’auteur est spécialiste de la question : sans que cela ne soit abordé de manière trop lourde ou trop scolaire, des réflexions sur la structure même d’un conte, avec ses types de personnages définis et ses moments clefs tout comme ses dénouements traditionnels sont proposées. Si les personnages d’Agatha et Sophie me semblent bien amenés, humains à la fois par leurs forces et leurs faiblesses, même si elles peuvent en devenir un peu insupportables par moment. En revanche, les personnages masculins sont bien trop peu construits : il faut presque attendre le deuxième tome pour que Tedros sorte du cliché du prince BG et qu’il ait une histoire. Il est assez uniforme, et son personnage commence à être réellement intéressant entre la fin du second tome et le troisième, où, [masquer]au contact d’Agatha et de sa vie avec elle,[/masquer] il prend un peu de relief. Le fils du capitaine crochet n’a pas réellement d’autre personnalité que d’être amoureux de Sophie, quant à un personnage qui apparaît dans le troisième tome, malgré une histoire complexe et intéressante… il en reste plat ; c’est, en fait, un personnage féminin qui est approfondie à travers lui. De même, force est de constater que le livre est, malgré une écriture assez récente, assez… sexiste. Les princesses veulent toutes se pomponner, sont toutes superficielles, n’ont pas réellement d’ambition autre que d’être une bonne épouse. Même lorsque, et c’était pourtant intéressant, un évènement amène les étudiantes du Bien et du Mal à co-habiter, et que les Méchantes se permettent de laisser libre court à leurs envies vestimentaires ou de maquillage, et qu’au contraire les princesses abandonnent ce qu’elles s’imposaient jusque-là, on en reste toujours à leur apparence. Par ailleurs, les remarques sur le physique de Dot, si elles essayaient de se faire passer pour de simples blagues, cumulées à l’exclusion du trio de sorcière à laquelle jeune fille fait fasse, soit parce qu’elle n’est pas assez bonne à l’école, soit parce qu’elle mange trop, soit parce que les deux autres lui préfèrent Agathe, soit parce qu’elle ne mange pas, tombent carrément dans le harcèlement, qui n’est jamais vraiment adressé au final, ce qui me semble dommageable. Le sexisme va aussi dans l’autre sens : les garçons ne sont que des être répugnants, qui ne se lavent pas et se comportent comme des cochons s’il leur est donné la moindre liberté. Certes ce sont des adolescents, mais considérer que tous les garçons de l’école – sauf un, qui est bien l’exception d’ailleurs – se comporte de la sorte, c’est réducteur. Malgré tout, cela a été une lecture que j’ai beaucoup appréciée ! Les réécritures des contes, et du genre même, sont intéressantes, les personnages féminins ne sont pas unilatéraux, et les intrigues des différents tomes sont, je trouve, bien tournées. On passe un moment très agréable en compagnie de ce premier cycle, assez en tout cas pour dévorer les trois livres en moins de deux semaines ! Si le tome 3 se finit de manière un peu abrupte, j’espère que le cycle suivant saura combler les quelques insatisfactions qu’il me reste.
    Lire la suite
    En lire moins
  • oceaneetprejuges 16/11/2022
    Pendant les 100 premières pages j'ai vraiment eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire, à plusieurs reprises j'ai hésité à arrêter ma lecture mais au final je ne regrette pas du tout de l' avoir continué, maintenant j'ai hâte de lire la suite. Les points négatifs pour moi c'est qu'on ne parle pas assez d'Agatha mais beaucoup plus de Sophie, le comportement de cette dernière ma beaucoup exaspéré pendant tout le livre.
Inscrivez-vous à Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Pocket jeunesse

    24 livres PKJ à offrir à Noël

    Avez-vous déjà fait votre liste au Père Noël ? Si vous n'êtes pas inspirés, voici 24 idées de romans à mettre au pied du sapin ! Il  y a des livres pour tous les goûts : pour les enfants sages ou pour les ados avides d'aventures, pour les jeunes lecteurs qui aiment les belles histoires et les moins jeunes qui ont gardé une âme d'enfant !

    Lire l'article
  • News
    Pocket jeunesse

    Les romans jeunesse qui vont vous ramener sur les bancs d'écoles... extraordinaires

    L'école tient souvent une place prépondérante dans la littérature jeunesse. Mais attention, dans les livres, qui dit école, dit bien souvent couloirs sombres, profs étranges, élèves livrés à eux-mêmes et même secrets inavouables... Découvrez vite la sélection 100% PKJ Jeunesse spéciale "établissements scolaires pas comme les autres". 

    Lire l'article