Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221215937
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 486
Format : 1 x 215 mm

Les Belles - Livre I

Cécile ARDILLY (Traducteur)
Collection : Collection R
Date de parution : 22/02/2018
Ne souffrez plus pour être une Belle.
 

Dans le monde opulent d’Orléans, les gens naissent gris, ils naissent condamnés, et seules les Belles peuvent, grâce à leur talent, les transformer et les rendre beaux. En tant que Belle, Camélia Beauregard est presque une déesse dans cet univers où triomphe le culte des apparences.
Or Camélia ne veut pas...

Dans le monde opulent d’Orléans, les gens naissent gris, ils naissent condamnés, et seules les Belles peuvent, grâce à leur talent, les transformer et les rendre beaux. En tant que Belle, Camélia Beauregard est presque une déesse dans cet univers où triomphe le culte des apparences.
Or Camélia ne veut pas se contenter d’être une Belle. Elle rêve de devenir la favorite choisie par la reine d’Orléans pour s’occuper de la famille royale et d’être reconnue comme la plus douée du pays. Mais une fois Camélia et ses soeurs Belles arrivées à la cour, il s’avère que la position de favorite tient davantage du cauchemar. Derrière les ors du palais, les noirs secrets pullulent…
Le premier volet d'une série éblouissante.

« Un monde d’une beauté à vous couper le souffle et profondément déstabilisant, peuplé de personnages forts et complexes. » Marie Lu, auteure de Young Elites, série best-seller du New York Times.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221215937
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 486
Format : 1 x 215 mm

Ils en parlent

"Voici le premier tome d'une dystopie très prometteuse. Il est question ici de dénoncer le culte des apparences et les choses extrêmes que certains réalisent pour atteindre leur idéal de beauté. Un sujet original porté par des descriptions très poétiques. Le 100ème R des éditions Robert Laffont rend un bel hommage à la collection."
Librairie Cap Culture

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • April-the-seven Posté le 24 Février 2020
    Ce roman me faisait de l’œil depuis sa sortie il y a 2 ans. La couverture n’est pas sans rappeler La Sélection – une saga que j’ai énormément appréciée –, et c’est sûrement ce qui me donnait tant envie d’en tourner les pages. Pourtant, ces deux titres n’ont pas grand-chose en commun, si ce n’est les codes du young-adult et les magnifiques atours de l’héroïne. À ma grande surprise, Les Belles est un roman qui s’inscrit dans la fantasy, mais une fantasy bien différente de ce que l’on a l’habitude de voir d’ordinaire. L’histoire prend place dans le royaume d’Orléans, un monde où tous les gens naissent gris. Seules les Belles, bénies par la déesse de la Beauté, sont détentrices de mystérieux arcanes, elles-mêmes capables de donner grâce et couleurs aux mines les plus sinistres. Camélia est une Belle et, depuis sa naissance, elle a été formée dans le but de succéder à la génération précédente et poursuivre leur œuvre : celle de rendre beaux ceux qui en ont les moyens. Le jour de la succession approche. Camélia Beauregard et ses sœurs sont prêtes à faire leurs preuves lors du carnaval de la Beauté. À l’issue de cette journée, chacune d’entre... Ce roman me faisait de l’œil depuis sa sortie il y a 2 ans. La couverture n’est pas sans rappeler La Sélection – une saga que j’ai énormément appréciée –, et c’est sûrement ce qui me donnait tant envie d’en tourner les pages. Pourtant, ces deux titres n’ont pas grand-chose en commun, si ce n’est les codes du young-adult et les magnifiques atours de l’héroïne. À ma grande surprise, Les Belles est un roman qui s’inscrit dans la fantasy, mais une fantasy bien différente de ce que l’on a l’habitude de voir d’ordinaire. L’histoire prend place dans le royaume d’Orléans, un monde où tous les gens naissent gris. Seules les Belles, bénies par la déesse de la Beauté, sont détentrices de mystérieux arcanes, elles-mêmes capables de donner grâce et couleurs aux mines les plus sinistres. Camélia est une Belle et, depuis sa naissance, elle a été formée dans le but de succéder à la génération précédente et poursuivre leur œuvre : celle de rendre beaux ceux qui en ont les moyens. Le jour de la succession approche. Camélia Beauregard et ses sœurs sont prêtes à faire leurs preuves lors du carnaval de la Beauté. À l’issue de cette journée, chacune d’entre elles sera assignée à un quartier. Depuis toujours, Camélia rêve de devenir la Favorite, celle qui sera personnellement en charge des courtisans et de la famille royale. J’aime les intrigues de cour et ici je n’ai pas été déçue ! Camélia vit une série d’aventures dans lesquelles on plonge avec plaisir. Ce premier tome a beau poser les bases, il n’en demeure pas moins qu’il s’y passe un certain nombre de choses. On se prend au jeu des intrigues et des secrets, à la recherche de la vérité sur les Belles. De nombreux mystères planent sur leur nature et leur Histoire, et je n’ai eu de cesse de me poser tout un tas de questions à leur sujet. Outre l’intrigue principale, c’est la plume de Dhonielle Clayton qui m’a agréablement surprise. Elle est vraiment chouette, avec des tournures élégantes et de jolies métaphores. C’est assez rare de trouver une si belle empreinte dans un roman traduit (je les trouve bien souvent trop lissés). De fait, je me suis bien régalée. Le concept de la beauté – fluctuant, changeant – est très bien amené. L’auteure est parvenue à nous dépeindre toute l’absurdité de la chose à travers des déviances toutes plus incommodantes les unes que les autres. C’est la beauté qui fait tourner ce monde. Et en même temps, cette même beauté peut devenir une arme des plus dangereuses à la cour. Si je n’ai pas tellement accroché au personnage de Camélia, j’ai cependant été fascinée par la princesse Sophia. Il est rare qu’un personnage me fasse une si forte impression. Elle m’a donné des sueurs froides, le simple fait qu’elle entre en scène me crispait. On peut difficilement faire plus versatile et imprévisible. Impossible de deviner à l’avance ce qu’elle prévoit de faire, ce qui rend l’histoire captivante, clairement. On sait simplement qu’elle laisse pas mal de casse sur son passage. L’univers est original et assez unique en son genre. Il y a un réel effort d’innovation, et ça change de la fantasy à laquelle on est habitué. Cependant, il me manquait certaines choses pour que je sois entièrement satisfaite. L’histoire en elle-même manquait d’un peu de subtilité et de finesse. On comprend facilement le pourquoi du comment, on devine sans mal ce qui se prépare sur la fin. À titre personnel, j’avais à peu près tout compris avant de refermer le livre, il n’y avait pas de surprise et j’ai trouvé ça quelque peu dommage. Toutefois, on se prend au jeu, on se laisse facilement emporter par cette histoire et ses enjeux. J’ai apprécié l’impression d’urgence, les non-dits, les émotions inavouées et le danger imminent. Le tome 2 annonce une série d’aventures bien différentes que je serai curieuse de découvrir. En résumé, Les Belles, c’est de la fantasy originale, colorée, très visuelle, de ravissantes jeunes filles, des toilettes somptueuses et des paillettes dans tous les sens. Les Belles, c’est aussi des complots, des bruits de couloir, de vieux secrets et des dérives de plus en plus démentes. Jusqu’où est-on prêt à aller pour incarner la Beauté ? Faut-il vraiment souffrir pour être une Belle ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • LesJoliesLecturesdePapier Posté le 28 Décembre 2019
    J’étais plus qu’impatiente de pouvoir lire ce premier opus après avoir survolé le résumé. Celui-ci, nous promettait une histoire originale et très différente de ce qu’on pouvait avoir l’habitude de lire. De plus, il faut le dire, la couverture est tout simplement sublime. Dans ce premier tome, on plonge dans un univers très particulier où l’apparence physique et le reflet de soi sont synonymes de prestige. En effet, dans le monde d’Orléans, les gens naissent gris avec des yeux rouges et des cheveux semblables à de la paille. Seules les Belles ont le pouvoir de donner une apparence décente à ces personnes. Les Belles sont des femmes, descendantes de la déesse de la Beauté et dotées de pouvoirs divins, leur permettant ainsi de façonner l’apparence d’une personne selon ses envies. L’héroïne, Camélia, est la Belle la plus talentueuse de sa génération. Elle ne rêve que d’une seule chose : devenir la « favorite » et servir la famille royale. Seulement, la jeune fille va très vite se rendre compte que le statut de favorite est plus un cauchemar qu’une bénédiction et que de nombreux secrets entourent les Belles… Dès les premières pages, on est rapidement embarqués dans l’histoire. Les rebondissements et les nombreuses... J’étais plus qu’impatiente de pouvoir lire ce premier opus après avoir survolé le résumé. Celui-ci, nous promettait une histoire originale et très différente de ce qu’on pouvait avoir l’habitude de lire. De plus, il faut le dire, la couverture est tout simplement sublime. Dans ce premier tome, on plonge dans un univers très particulier où l’apparence physique et le reflet de soi sont synonymes de prestige. En effet, dans le monde d’Orléans, les gens naissent gris avec des yeux rouges et des cheveux semblables à de la paille. Seules les Belles ont le pouvoir de donner une apparence décente à ces personnes. Les Belles sont des femmes, descendantes de la déesse de la Beauté et dotées de pouvoirs divins, leur permettant ainsi de façonner l’apparence d’une personne selon ses envies. L’héroïne, Camélia, est la Belle la plus talentueuse de sa génération. Elle ne rêve que d’une seule chose : devenir la « favorite » et servir la famille royale. Seulement, la jeune fille va très vite se rendre compte que le statut de favorite est plus un cauchemar qu’une bénédiction et que de nombreux secrets entourent les Belles… Dès les premières pages, on est rapidement embarqués dans l’histoire. Les rebondissements et les nombreuses révélations rendent le récit totalement addictif. Bien que le début du roman soit un peu long à démarrer, l’intrigue se met vite en place et les pages se tournent toutes seules, faisant de ce roman un véritable « page-turner ». Au début du roman, l’univers peut sembler un peu complexe mais l’histoire devient par la suite captivante. Concernant la plume de l’auteur, elle est magnifique et extrêmement addictive. C’est fluide et agréable à lire. Dhonielle Clayton, nous entraîne dans un monde de toute beauté où les apparences sont parfois trompeuses. Les nombreuses descriptions n’alourdissent en rien le récit, au contraire, c’est joliment bien décrit et poétique. L’univers est maîtrisé à la perfection et très original. Pour ce qui est des personnages, je les ai tous trouvés bien travaillés, bien approfondis. Camélia est un personnage attachant, je l’ai beaucoup appréciée. Elle est douce et profondément gentille. Elle peut sembler parfois naïve et ambitieuse dans un premier temps mais c’est une personne magnifique. Sa beauté ne se limite pas à son apparence, elle va bien au-delà car en plus d’être belle de l’extérieur, elle l’est également à l’intérieur. L’autre personnage qui m’a quelque peu intriguée, c’est celui de Remy, le garde de Camélia. Il a un petit côté énigmatique qui nous pousse à en savoir plus à son sujet. Bien qu’il se cache derrière une apparence de froideur, on se rend vite compte que Remy s’est beaucoup attaché à Camélia au fil du récit. Je suis curieuse de découvrir l’évolution de son personnage ainsi que sa relation avec la jeune fille dans le second volet. Pour finir, une légère romance est présente dans le récit mais l’histoire ne tourne pas essentiellement autour de cette dernière. Elle aide et sert surtout de support pour le développement de l’intrigue. Je pense qu’elle est également importante pour les évènements à venir dans le second opus. En conclusion, « Les Belles » a été un gros coup de cœur ! J’ai passé un très bon moment, c’était une agréable découverte. J’ai énormément aimé l’univers qui permet de mettre en avant les nombreuses critiques et moqueries de la société sur les diktats de la beauté et la superficialité de celle-ci. « Les Belles » est un très bon premier tome d’introduction qui permet de bien poser les bases de l’histoire. Entre complot, trahison, jalousie, disparition et secret, on ne sait plus où donner de la tête ! C’est un début de série qui promet une suite très prometteuse et j’ai hâte de lire la suite !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ororia Posté le 8 Août 2019
    Même s’il me rappelle La Sélection de la même collection, ce livre rentre tout de même dans une dimension imaginaire inédite. Le livre s’ouvre dans un moment clé de la vie du personnage principal, qui déterminera ensuite tout le reste de sa vie que l’on continue de suivre. Camélia, comme la fleur qui est en réalité son symbole et sa marque de Beauté, est une jeune fille douce et pleine d’espoir. Enfin, dans un premier temps. Face à sa désillusion lors de son échec, Camélia se doit de faire face aux évènements tels qu’ils se présentent devant elle au fur et à mesure. Mais lorsque lui est proposé le titre de Favorite, elle redevient alors la jeune fille qu’elle était avant sa déception. Mais sa désillusion va être très rapide face aux intrigues les plus étranges de la cour. Mais Camélia n’évolue pas seulement à cause des évènements mais aussi grace aux autres personnages qu’elle rencontre au fil du récit. Ceux-ci sont certes beaucoup moins dépeint qu’elle mais ils sont tout de même assez bien décrits pour que l’on puisse facilement s’y attacher. Même si elle peut être quelque fois un peu irritante sur les bord (de part certaines actions... Même s’il me rappelle La Sélection de la même collection, ce livre rentre tout de même dans une dimension imaginaire inédite. Le livre s’ouvre dans un moment clé de la vie du personnage principal, qui déterminera ensuite tout le reste de sa vie que l’on continue de suivre. Camélia, comme la fleur qui est en réalité son symbole et sa marque de Beauté, est une jeune fille douce et pleine d’espoir. Enfin, dans un premier temps. Face à sa désillusion lors de son échec, Camélia se doit de faire face aux évènements tels qu’ils se présentent devant elle au fur et à mesure. Mais lorsque lui est proposé le titre de Favorite, elle redevient alors la jeune fille qu’elle était avant sa déception. Mais sa désillusion va être très rapide face aux intrigues les plus étranges de la cour. Mais Camélia n’évolue pas seulement à cause des évènements mais aussi grace aux autres personnages qu’elle rencontre au fil du récit. Ceux-ci sont certes beaucoup moins dépeint qu’elle mais ils sont tout de même assez bien décrits pour que l’on puisse facilement s’y attacher. Même si elle peut être quelque fois un peu irritante sur les bord (de part certaines actions qui m’ont quelques fois semblé un peu bizarres, mais ce n’est qu’un avis personnel), Camélia est tout de même très attachante et on peut facilement s’identifier à elle, surtout lors de son arrivée à la cour, lorsqu’elle découvre la véritable vie en son sein. Au fil du récit, les péripéties, toujours plus nombreuses, qu’elles soient prévisibles ou non, sont vraiment très nombreuses et s’accordent parfaitement à l’histoire. Aucune fausse note n’est d’ailleurs à déclarer en son sein, l’histoire et le récit sont parfaitement accordés avec les personnages et leurs caractères tous plus divers et variés les uns que les autres. Ces caractères s’animent parfaitement grace à la plume de l’auteur. Cette plume est vraiment légère et permettent une véritable animation des personnages au sein d’un univers créé tout spécialement pour rendre possible cette interaction inter personnages. D’ailleurs, cette idée d’univers est vraiment excellente : elle est inédite et implique une toute nouvelle façon de penser. De plus ce livre nous amène, nous lecteur, à réfléchit sur la place de la beauté dans la société et surtout à sa définition.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nyfa-Mars Posté le 12 Juin 2019
    « Miroir, mon beau miroir, dit-moi : qui dit la vérité? » Depuis que l’humanité a été maudite, les êtres humains sont devenus gris, ternes et tristes. Pour palier à ces défauts, la déesse de la beauté à envoyée les Belles, des jeunes femmes bénies par la Beauté elle-même, elles sont des magiciennes, capables de changer votre apparence, de vous métamorphoser en un être sublime. Le peuple d’Orléans est devenu dépendant des soins des Belles; étant incapables de supporter leur condition de « gris ». Les êtres humains sont devenus frivoles, futiles, accro aux dernières modes. Car si la population est prête à payer pour devenir belle/beau, certains veulent rajeunir ou encore modifier leur structure osseuse. Des modifications dangereuses et interdites. Pourtant le peuple d’Orléans se précipite pour passer entre les mains des Belles, entretenant cette société des apparences où la beauté est plus importante que tout. Dans ce monde, nous allons suivre Camélia Beauregard, une jeune Belle souhaitant devenir la favorite de la famille royale d’Orléans. Les Belles est un roman qui offre un décor « royal » , un monde auquel j’accroche assez facilement en général. La spécificité des Belles est ce décor très « à la Française » avec... « Miroir, mon beau miroir, dit-moi : qui dit la vérité? » Depuis que l’humanité a été maudite, les êtres humains sont devenus gris, ternes et tristes. Pour palier à ces défauts, la déesse de la beauté à envoyée les Belles, des jeunes femmes bénies par la Beauté elle-même, elles sont des magiciennes, capables de changer votre apparence, de vous métamorphoser en un être sublime. Le peuple d’Orléans est devenu dépendant des soins des Belles; étant incapables de supporter leur condition de « gris ». Les êtres humains sont devenus frivoles, futiles, accro aux dernières modes. Car si la population est prête à payer pour devenir belle/beau, certains veulent rajeunir ou encore modifier leur structure osseuse. Des modifications dangereuses et interdites. Pourtant le peuple d’Orléans se précipite pour passer entre les mains des Belles, entretenant cette société des apparences où la beauté est plus importante que tout. Dans ce monde, nous allons suivre Camélia Beauregard, une jeune Belle souhaitant devenir la favorite de la famille royale d’Orléans. Les Belles est un roman qui offre un décor « royal » , un monde auquel j’accroche assez facilement en général. La spécificité des Belles est ce décor très « à la Française » avec des noms de lieux évoquant la France et des noms propres qui font penser aux favoris de la royauté Française à travers l’Histoire. Le palais royal est très coloré, très bling-bling, très Louis XIV. Je me suis sentie dans un univers rappelant le film Marie-Antoinette de Sofia Coppola avec ses couleurs, l’abondance de mets raffinés, l’ambiance survoltée et bling bling du palais d’Orléans (Versailles) et j’ai apprécié. J’ai été fasciné par la mode, à la pointe de la nouveauté, qui change en un battement de cil. Les talents des Belles pour créer toutes les extravagances physiques possibles. Mais franchement, j’ai été très perturbée de découvrir certains noms de personnages dans ce roman comme « Du Barry » par exemple, tout en connaissant plus ou moins les figures historiques derrière ces noms (« la Du Barry » était la maîtresse de Louis XV). J’ai toujours eu une certaine admiration pour la royauté, les familles royales, et j’aime énormément l’Histoire de France, alors je ne dirais pas que j’ai été totalement convaincue par cette inspiration Versaillaise. A côté de ce décor, Dhonielle Clayton révèle une mythologie très intéressante, originale. En évoquant les dieux et déesses étant à l’origine d’une malédiction sur les êtres humains, l’auteure nous captive. Rapidement c’est le pouvoir des Belles qui a retenue mon attention. Les Belles sont admirées, aimées, idolâtrées pour leurs talents. Ce sont des semi-déesses. Fascinant? Pas si sûr. Le constat de ma lecture au départ n’était brillant. J’ai mis un temps fou à éprouver un intérêt pour ce roman. Je me suis même demandé où était passée l’intrigue principale, tellement l’auteure nous assomme d’explications, de blabla et de descriptions. Je me disais « tout ce battage pour rien ». L’histoire met trop de temps à s’installer, l’auteure traîne en longueur et ça se voit… Je pense que le roman aurait pu largement être raccourci, aux vues de certains passages pas vraiment utiles. Je pointe du doigts, entre autre, la romance entre Camélia et un des personnages (qui était assez évidente) pas forcément convaincante. Et aussi, personnellement je n’ai pas accroché à ces petites rivalités entre Belles, à ces passages inutiles où Camélia pense trop, se languit, se pose des questions évidentes. Je trouvais ce roman à l’image de son univers : beau à l’extérieur mais creux à l’intérieur. Jusqu’aux 100 et quelques dernières pages où j’ai eu une révélation. L’intrigue s’est intensifiée, avec de l’action, je n’ai pas vu les dernières pages défiler. Concernant l’intrigue justement, j’avais vu la plupart des rebondissements venir de loin, le fait est que seul Camélia semble être trop aveugle ou trop immature pour se rendre compte du monde qui l’entoure. Malgré tous complots qui se préparent, pas si discrètement. Certains points m’ont un peu plus surprise comme le fait que l’auteure ait choisie de montrer la face sombre, presque gore de son univers. Oui, ça m’a donnée des sueurs froides. Oui, j’ai aimé ça. Le jeu de dupes orchestré dans le roman était pas mal, les trahisons qui se dévoilent, c’est pourquoi le retournement de situation finale était bon mais (il y a toujours un mais) facile. Et prévisible. En résumé, je dirais que Dhonielle Clayton arrive à nous faire réfléchir sur notre société qui est gouvernée par les apparences, les médias et la dictature extrême de la beauté, à travers son univers accrocheur. Un univers où la couleur de la peau de l’héroïne est juste une carnation et non un problème idéologique. Seul la beauté compte, qu’importe sa couleur. Derrière sa belle couverture, le roman cache une narration en dents de scie, qui est clairement mal calibré entre moments « plats et inintéressants » et « action et rebondissements ». C’est beau, prometteur, mais j’attends de lire le second tome pour voir si les promesses à la fin de livre vont être tenues. Alors, oui, je suis un peu déçu de ce roman et je ne mettrais pas une note plus élevée que ça. ~#8756;~ Les points positifs : – Un univers beau et cruel. – Une mythologie originale. Les points négatifs : – Une première partie trop plate. Bilan : Les Belles est un roman qui nous fait rêver par sa belle couverture. Sous ce papier se cache un roman qui tire son épingle du jeu par une mythologie originale, un univers très inspiré par la France et une intrigue qui arrive à faire mouche au moment final. Malheureusement l’écriture ne suit pas les belles idées de l’auteure. La narration plate du début laisse place à une successions d’actions prévisibles, jusqu’au final qui lui laisse place à un peu de suspens Note : 13 / 20
    Lire la suite
    En lire moins
  • petitegiboulee Posté le 11 Juin 2019
    Absolument formidable. Et addictif. L'univers créé dans Les Belles est éclatant de couleurs, euphorisant de saveurs, fascinant de magie, merveilleux de beauté et terrifiant de cruauté. Sous l'or, les paillettes et le maquillage se dissimulent les noirceurs les plus viles de l'âme humaine. Le plus beau des sourires cache la malveillance la plus sombre. Les Belles rejoint Le Joyau d'Amy Ewing, La Sélection de Kiera Cass, Ephémère de Lauren De Stefano et, dans une certaine mesure, Young Elites de Marie Lu..... L'association de beauté et de cruauté est fascinant et glaçant. Ce roman, haletant de la première à la dernière page, est beaucoup plus profond qu'il n'y paraît, car sous les froufrous des princesses et des gâteaux à la crème, se dessine un virulent pamphlet du culte de l'apparence, de l'obsession de la perfection jusqu'à la souffrance et l'oubli de soi. Une critique d'une femme-poupée, d'une femme-objet qui se laisse modeler par les autres. On peut y lire une réflexion sur l'acceptation de soi-même et sur la véritable beauté, résidant dans les petits défauts et les légères imperfections de l'être humain - mais aussi un appel à la tolérance, car au royaume d'Orléans, la couleur de peau n'est pas un problème; elle est même une marque... Absolument formidable. Et addictif. L'univers créé dans Les Belles est éclatant de couleurs, euphorisant de saveurs, fascinant de magie, merveilleux de beauté et terrifiant de cruauté. Sous l'or, les paillettes et le maquillage se dissimulent les noirceurs les plus viles de l'âme humaine. Le plus beau des sourires cache la malveillance la plus sombre. Les Belles rejoint Le Joyau d'Amy Ewing, La Sélection de Kiera Cass, Ephémère de Lauren De Stefano et, dans une certaine mesure, Young Elites de Marie Lu..... L'association de beauté et de cruauté est fascinant et glaçant. Ce roman, haletant de la première à la dernière page, est beaucoup plus profond qu'il n'y paraît, car sous les froufrous des princesses et des gâteaux à la crème, se dessine un virulent pamphlet du culte de l'apparence, de l'obsession de la perfection jusqu'à la souffrance et l'oubli de soi. Une critique d'une femme-poupée, d'une femme-objet qui se laisse modeler par les autres. On peut y lire une réflexion sur l'acceptation de soi-même et sur la véritable beauté, résidant dans les petits défauts et les légères imperfections de l'être humain - mais aussi un appel à la tolérance, car au royaume d'Orléans, la couleur de peau n'est pas un problème; elle est même une marque d'individualité. Et surtout un hymne à la liberté, la liberté d'être et d'aimer. Sous les pétales de belles-roses et la poudre de diamants, Les Belles est un roman résolument moderne , féministe à la plume aussi poétique que féroce. Une véritable réussite.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Robert Laffont

    L'HoRoscope de l'été

    Ton avenir t'angoisse ? Tu ne sais pas encore ce que tu vas faire de tes vacances ? Est-ce que tu trouveras l'amour au camping des 3 crevettes ? Et la question la plus importante de toutes : quels livres vas-tu emporter en vacances ? 

    Pas de panique, la Team R a consulté les astres pour toi et te dit TOUT sur ton été littéR !

    Lire l'article
  • News
    Robert Laffont

    La Collection R célèbre ses héroïnes #Badass en librairie

    La Collection R lance l'#OpérationBadass en librairie à l'occasion de la sortie de son 100e roman !

    Lire l'article