En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Les Dieux du tango

        Cherche midi
        EAN : 9782749152646
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 504
        Format : 140 x 220 mm
        Les Dieux du tango

        Eva MONTEILHET (Traducteur)
        Collection : Ailleurs
        Date de parution : 18/05/2017
        « Aussi évocateur et ensorcelant que le tango lui-même. » (Library Journal)
        Février 1913. Leda a dix-sept ans. Elle quitte son petit village italien pour rejoindre en Argentine son cousin Dante, qu’elle vient d’épouser. Dans ses maigres bagages, le précieux violon de son père.

        Mais à son arrivée, Dante est mort. Buenos Aires n’est pas un lieu pour une jeune femme seule, de...
        Février 1913. Leda a dix-sept ans. Elle quitte son petit village italien pour rejoindre en Argentine son cousin Dante, qu’elle vient d’épouser. Dans ses maigres bagages, le précieux violon de son père.

        Mais à son arrivée, Dante est mort. Buenos Aires n’est pas un lieu pour une jeune femme seule, de surcroît veuve et sans ressources : elle doit rentrer en Italie. Pourtant, quelque chose la retient… Leda brûle d’envie de découvrir ce nouveau monde et la musique qui fait bouillonner les quartiers chauds de la ville, le tango, l’envoûte. Passionnée par ce violon interdit aux femmes, Leda décide de prendre son destin en main. Un soir, vêtue du costume de son mari, elle part, invisible, à travers la ville.
        Elle s’immerge dans le monde de la nuit, le monde du tango. Elle s’engage tout entière dans un voyage qui la mènera au bout de sa condition de femme, de son art, de la passion sous toutes ses formes, de son histoire meurtrie. Un voyage au bout d’elle-même.

        Carolina De Robertis signe avec ce roman un texte d’une grande sensualité, une ode à la liberté, à la passion, à la vie. Pour accompagner la destinée de ces personnages sublimes et poignants, le tango, omniprésent, résonne à chaque page. Plus qu’un roman, ce texte est aussi un témoignage captivant sur la Buenos Aires du début du XXe siècle, et un document rare sur la naissance du tango.

        Decouvrez le booktrailer :
        https://youtu.be/GI6gBb6AMJA
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782749152646
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 504
        Format : 140 x 220 mm
        Cherche midi
        22.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Acoun Posté le 31 Décembre 2017
          « Le tango est une pensée triste qui se danse »  Il y a quelques semaines, j'ai connu une Cetta qui quittait son Italie natale en 1909 pour l'Amérique. Elle finira prostituée dans l'Upper East Side donnera naissance à Christmas pour un roman qui m'a emballé (voir « le gang des rêves »). Et voici que Carolina De Robertis me présente une Leda qui quitte son Italie natale en 1913 pour l'Amérique. Elle aurait pu finir prostituée dans une pulperia de Buenos Aires. Elle fait un autre choix... Et son histoire m'a séduit aussi... Je n'ai pas vu filer les 500 pages, emballées dans une couverture remarquable... Ce roman envoûtant est à la fois une peinture forte des bas-fonds de Buenos Aires, le récit de l'émancipation d'une jeune femme prête à tout pour vivre de sa passion et c’est enfin le roman du tango, qui évolue et quitte ses racines populaires, cesse de d'être la musique des exclus pour devenir une musique à la mode... Cette musique et cette danse qui fascine de par sa sensualité et son érotisme torride. Les Dieux du tango c'est l'histoire de Leda qui quitte Naples et débarque à Buenos Aires où elle doit rejoindre son cousin et mari,... « Le tango est une pensée triste qui se danse »  Il y a quelques semaines, j'ai connu une Cetta qui quittait son Italie natale en 1909 pour l'Amérique. Elle finira prostituée dans l'Upper East Side donnera naissance à Christmas pour un roman qui m'a emballé (voir « le gang des rêves »). Et voici que Carolina De Robertis me présente une Leda qui quitte son Italie natale en 1913 pour l'Amérique. Elle aurait pu finir prostituée dans une pulperia de Buenos Aires. Elle fait un autre choix... Et son histoire m'a séduit aussi... Je n'ai pas vu filer les 500 pages, emballées dans une couverture remarquable... Ce roman envoûtant est à la fois une peinture forte des bas-fonds de Buenos Aires, le récit de l'émancipation d'une jeune femme prête à tout pour vivre de sa passion et c’est enfin le roman du tango, qui évolue et quitte ses racines populaires, cesse de d'être la musique des exclus pour devenir une musique à la mode... Cette musique et cette danse qui fascine de par sa sensualité et son érotisme torride. Les Dieux du tango c'est l'histoire de Leda qui quitte Naples et débarque à Buenos Aires où elle doit rejoindre son cousin et mari, Dante. Malheureusement, Dante vient de mourir. Refusant de repartir en Italie pour se retrouver à nouveau prisonnière de sa famille, Leda choisit de rester en se créant une nouvelle vie. Cette vie, ce sera la musique, le violon confié par son père la veille de son départ, et le tango. Mais cette vie-là, elle ne peut la vivre en tant que femme, elle va donc devenir un homme... Sans doute inspirée du personnage réel de Billy Tipton  ( quelle histoire fascinante que celle de ce musicien de jazz dont on découvrit à sa mort qu'il était une femme), Carolina De Robertis, mêle à la mutation de cette musique nouvelle, cette transformation de Leda qui devient Dante, cette quête d'amour et de désir, cette sexualité qui se découvre ou s'éveille, cette ligne discontinue, frontière entre deux sexes, deux mondes... Les Dieux du tango, c’est un magnifique roman palpitant, sensuel, dont les pages se tournent toutes seules. Un très beau récit, exaltant et riche de thèmes, d'interrogations, de symboles. Roman initiatique dans une Buenos Aires multi culturelle, c’est le roman de l’immigration italienne en Argentine, de l’exil, du pays natal à jamais perdu, mais surtout, en nous contant l'histoire du Tango, l'auteur nous parle avant tout de la place des femmes dans la société, avec une belle galerie de portraits féminins , de celle qui se soumet à celle qui s’émancipe. C’est le roman d’une femme qui trouve grâce à la musique les clés d'une porte intime secrète. Nombre de passages sont d’une beauté saisissante d'une sensualité incroyable, sur le tango, sur l’érotisme et le corps des femmes. Un roman intense passionnant qui vibre de passion, dans lequel la mort et l'amour dansent un tango langoureux... https://tangoargentineric.files.wordpress.com/2016/09/addictedtotango1.jpg « Elle pressait les cordes de son violon et cinquante jolies chevilles de femmes bougeaient en même temps, vingt-cinq adorables dos s'arquaient, vingt-cinq cuisses remontaient le long de jambes de pantalon. Ces corps se pressaient les uns contre les autres comme elle pressait le manche de son doux violon en les regardant depuis la scène. Serre la bien contre toi, compadre, pensait Dante.Glisse ta jambe entre les siennes, guide-la si habilement qu'elle croira que le mouvement vient d'elle, cale ta main dans le creux de ses son dos comme si c'était le siège de tous les plaisirs terrestres et je te donnerai ma musique. Nuit après nuit, ma musique te fera bouger, ma musique te guidera, ma musique, à travers toi, lui fera l'amour. »
          Lire la suite
          En lire moins
        • PLUMAGILE Posté le 25 Novembre 2017
          Une lecture agréable, mais pas un coup de coeur. Sans doute à cause du rythme de la narration, trop lent pour moi. Alors oui, tout ce qui a évoqué le tango et son histoire en Argentine m'a intéressée, mais j'aurais aimé un souffle plus dense, plus nerveux, à l'image de cette musique. Beau portrait de femme courageuse et passionnée cependant que celui de Leda.
        • aurelie_et_ecrit Posté le 27 Octobre 2017
          Ce qu’il y a bien avec les #livres, c’est que, parfois, ils nous entraînent là où nous ne serions jamais allés sans eux. Hors de nos sentiers battus, à la découverte de l’autre et des autres. Et parfois, le voyage est si intense que plus rien n’a d’importance si ce n’est de passer d’une page à l’autre… Du genre, il faisait jour lorsque tu as pris ton #bouquin📖, voilà qu’il fait nuit et tu ne t’es rendu compte de rien. Je ne suis pas certaine que j’aurai lu Les Dieux du Tango si le (très sympathique) Benoît de chez @cherche_midi_editeur_ ne me l’avait pas proposé… Et bien mal m’en aurait pris. Preuve, s’il le fallait encore, qu’il n’y a pas de hasard dans la vie... 🌟 Car, n’ayons pas peur des #mots, ce #livre m’a tout simplement subjuguée. Parce qu’il est de ces histoires qui restent. Dans la tête, dans le coeur. Dans le corps. Comme si son feu brûlait encore en nous, longtemps après l’avoir refermé. Comme si l’on était au-delà de la (simple) lecture, que l’on était passé dans l’indicible, le besoin presque physique. Plus de cinq cent pages et pourtant, j’aurais voulu continuer à arpenter les rues de... Ce qu’il y a bien avec les #livres, c’est que, parfois, ils nous entraînent là où nous ne serions jamais allés sans eux. Hors de nos sentiers battus, à la découverte de l’autre et des autres. Et parfois, le voyage est si intense que plus rien n’a d’importance si ce n’est de passer d’une page à l’autre… Du genre, il faisait jour lorsque tu as pris ton #bouquin📖, voilà qu’il fait nuit et tu ne t’es rendu compte de rien. Je ne suis pas certaine que j’aurai lu Les Dieux du Tango si le (très sympathique) Benoît de chez @cherche_midi_editeur_ ne me l’avait pas proposé… Et bien mal m’en aurait pris. Preuve, s’il le fallait encore, qu’il n’y a pas de hasard dans la vie... 🌟 Car, n’ayons pas peur des #mots, ce #livre m’a tout simplement subjuguée. Parce qu’il est de ces histoires qui restent. Dans la tête, dans le coeur. Dans le corps. Comme si son feu brûlait encore en nous, longtemps après l’avoir refermé. Comme si l’on était au-delà de la (simple) lecture, que l’on était passé dans l’indicible, le besoin presque physique. Plus de cinq cent pages et pourtant, j’aurais voulu continuer à arpenter les rues de Buenos Aires, la nuit, le jour, à garder caché le secret de Leda, à danser sur la #musique de Dante à n’en plus sentir mes jambes. A découvrir les dessous d’une ville en plein essor, sa fièvre, son danger, sa volupté. Carolina de Robertis a une telle musicalité dans son style d’#écriture, une telle force, une telle chaleur… Et en même temps, il y a cette douceur distillée à chaque ligne, cette faculté de nous faire adorer son personnage sans aucun compromis. Cette manière de prendre son temps pour nous faire profiter de chaque instant. Le récit est hanté par les fantômes du passé, et brille pourtant d’une si violente actualité… Les mots laissent leurs empreintes - et des images aussi. Les Dieux du Tango, c’est un vrai film à Oscars, un éclat de diamant, une grande histoire d’amour, entre deux êtres, avec soi-même, avec la musique. Un pur moment de lecture.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Annette55 Posté le 12 Octobre 2017
          En février 1913, Leda a dix-sept ans . Elle quitte son petit village Italien et rejoint son cousin Dante qu'elle vient d'épouser en Argentine. Hélas, à son arrivée Dante est mort, au lieu de retourner en Italie, elle se lance à la découverte de ce nouveau monde et cette Musique : le Tango qui fait bouillonner les quartiers chauds de cette ville. Habillée en homme, vêtue du costume de son mari, elle se lance un défi improbable et part invisible, à travers la ville..... Immergée dans le monde de la nuit, elle s'engage toute entière dans un voyage qui la mènera tout au bord de sa condition de femme, forte de ses convictions artistiques .... Un roman pétri de sensualité et de mouvement , qui met à l'honneur le bruit et la fureur , la musique et la femme mais pas seulement ..... Toute sa magie tient à la vibration des nuits chaudes du tango dans la chaleur écrasante d'Argentine , l'ambiguïté des sexes et des interdits, des amours folles , des histoires cachées, et des mélodies audacieuses . L'écriture vivante, colorée, féminine, violente, charnelle exalte tous les désirs.... L'intérêt de ce récit ancré dans l'histoire du XX° sicle nous immerge dans le Buenos Aires de... En février 1913, Leda a dix-sept ans . Elle quitte son petit village Italien et rejoint son cousin Dante qu'elle vient d'épouser en Argentine. Hélas, à son arrivée Dante est mort, au lieu de retourner en Italie, elle se lance à la découverte de ce nouveau monde et cette Musique : le Tango qui fait bouillonner les quartiers chauds de cette ville. Habillée en homme, vêtue du costume de son mari, elle se lance un défi improbable et part invisible, à travers la ville..... Immergée dans le monde de la nuit, elle s'engage toute entière dans un voyage qui la mènera tout au bord de sa condition de femme, forte de ses convictions artistiques .... Un roman pétri de sensualité et de mouvement , qui met à l'honneur le bruit et la fureur , la musique et la femme mais pas seulement ..... Toute sa magie tient à la vibration des nuits chaudes du tango dans la chaleur écrasante d'Argentine , l'ambiguïté des sexes et des interdits, des amours folles , des histoires cachées, et des mélodies audacieuses . L'écriture vivante, colorée, féminine, violente, charnelle exalte tous les désirs.... L'intérêt de ce récit ancré dans l'histoire du XX° sicle nous immerge dans le Buenos Aires de 1915 , sur le thème de la quête de soi, de l'émancipation , de l'évolution, une quête constante , acharnée , faite de passions exacerbées, de sensualité débridée, un roman émaillé de nombreuses scènes de sexe. Nous vibrons à la chaleur du tango argentin mais nous découvrons aussi les avatars , les souffrances, les abandons et les nombreux chambardements pour les émigrés déracinés, leur capacité à s'adapter , ainsi que la condition féminine en Italie et en Argentine . Une ode à la liberté , un témoignage fort sur la naissance et l'histoire du tango . Dommage que l'écriture très imagée, émaillée d'envolées lyriques alourdissent ce récit un peu trop long. Mais ce n'est que mon avis , un livre emprunté à la Médiathèque à cause du titre et du rouge de la première de couverture, ridicule non!!
          Lire la suite
          En lire moins
        • majero Posté le 17 Août 2017
          Les jeunes épouses Leda et Fausta embarquent à Naples sur le vapeur les emmenant rejoindre leur mari émigré à Buenosaires, mais c'est Arthuro qui accueille Leda car son mari, Dante, est mort. La nuit, dans sa chambre, elle revêt les vêtements de Dante et joue en silence sur son violon les mélodies que joue dans la rue le vieux Nestor aveugle, les mélodies du tango qu'elle réalise bientôt en duo avec lui mais la rue est interdite aux femmes la nuit. Alors elle se coupe les cheveux, s'habille en homme, redresse les épaules, sort le soir, boit, fume et se fait engager comme violoniste. Commence une success story pendant laquelle elle découvre, effrayée, son homosexualité. Malgré mon appréhension du début j'ai poursuivi ma lecture (mon écoute) et j'ai accroché, à cette Leda en quête de son identité sexuelle, ces scènes extraordinaires de danse, musique, sensualité, et puis j'aime les happy ends;--)

        les contenus multimédias

        Ils en parlent

        "Une attachante histoire d'immigration et de pauvreté, de travestissement et de tango."
        L'Express
        Toute l'actualité du cherche midi éditeur
        Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.