Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258162914
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 576
Format : 140 x 225 mm

Les Sept ou Huit Morts de Stella Fortuna

Caroline Bouet (traduit par)
Date de parution : 01/10/2020
Une saga familiale ébouriffante qui nous fait vivre, sur près d’un siècle, l’histoire de l’immigration italienne en Amérique.
Si Stella Fortuna veut dire «bonne étoile», alors la vie a un drôle de sens de l’humour. Car dans la famille Fortuna, tout le monde connaît l’histoire de la belle et insolente Stella, qui a refusé d’apprendre à cuisiner, a juré de ne jamais se marier, et a surtout échappé... Si Stella Fortuna veut dire «bonne étoile», alors la vie a un drôle de sens de l’humour. Car dans la famille Fortuna, tout le monde connaît l’histoire de la belle et insolente Stella, qui a refusé d’apprendre à cuisiner, a juré de ne jamais se marier, et a surtout échappé plus d’une fois à une mort certaine.
Depuis son enfance en Calabre, dans les années 1920, jusqu’à sa vie de femme en Amérique, son existence a été ponctuée de situations banales qui, mystérieusement, ont tourné au cauchemar. Stella a quand même été attaquée par une aubergine et éviscérée par des cochons, elle a failli périr noyée dans l’Atlantique et s’est pratiquement vidée de son sang. Pures coïncidences, oeuvre d’un fantôme ivre de vengeance ou manifestations du mauvais oeil ?

Une saga familiale ébouriffante, couvrant près d’un siècle et deux continents, où il est question de secrets, d’envoûtements et des liens du sang — et qui accomplit ce qu’aucune leçon sur l’immigration en Amérique ne pourrait faire en donnant chair à une femme que le temps et l’Histoire auraient ignorée.

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258162914
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 576
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

« Je l'ai beaucoup aimé. C'est un roman qui raconte toute une vie de femme. Avec un ton enlevé qui n'empêche pas l'émotion lors de certains moments plus difficiles. Il y a ce mélange italo-américain truculent et la chair comme la bonne chère sont à l'honneur ! »
Aurélie Janssens / Librairie Page et Plume

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Trollibi Posté le 20 Décembre 2021
    Non, Stella Fortuna n'est pas un chat, elle n'a pas neuf vies... Stella est juste née sous une bonne étoile et le destin lui aura octroyé la chance de survivre sept (ou huit) fois à une mort tragique. Pourtant, malgré son nom qui devrait doublement lui porter bonheur, la jeune fille n'a pas été épargnée par le destin... Dans le petit village calabrais de Ievoli, où elle est née en 1920, la vie est rude et les Fortuna vivent pauvrement. Son père a laissé sa mère se débrouiller seule pour aller tenter sa chance en Amérique ; absent la plus grande partie de l'enfance de Stella, il se comporte en véritable tyran quand il est là. Y compris le jour où il décide de déraciner sa famille pour les emmener dans le Connecticut. C'est une nouvelle vie qui s'offre à Stella et sa famille, une vie qui sent bon le rêve américain et la liberté. Vraiment ? Derrière l'histoire de l'enfant intelligente et de la femme incroyable, belle et déterminée qu'est Stella se cache une fresque familiale qui traverse tout le 20e siècle. De la Calabre aux traditions ancestrales bien ancrées à l'immigration vers le rêve américain, on suit les traces de Stella, de sa soeur Tina et... Non, Stella Fortuna n'est pas un chat, elle n'a pas neuf vies... Stella est juste née sous une bonne étoile et le destin lui aura octroyé la chance de survivre sept (ou huit) fois à une mort tragique. Pourtant, malgré son nom qui devrait doublement lui porter bonheur, la jeune fille n'a pas été épargnée par le destin... Dans le petit village calabrais de Ievoli, où elle est née en 1920, la vie est rude et les Fortuna vivent pauvrement. Son père a laissé sa mère se débrouiller seule pour aller tenter sa chance en Amérique ; absent la plus grande partie de l'enfance de Stella, il se comporte en véritable tyran quand il est là. Y compris le jour où il décide de déraciner sa famille pour les emmener dans le Connecticut. C'est une nouvelle vie qui s'offre à Stella et sa famille, une vie qui sent bon le rêve américain et la liberté. Vraiment ? Derrière l'histoire de l'enfant intelligente et de la femme incroyable, belle et déterminée qu'est Stella se cache une fresque familiale qui traverse tout le 20e siècle. De la Calabre aux traditions ancestrales bien ancrées à l'immigration vers le rêve américain, on suit les traces de Stella, de sa soeur Tina et de sa mère Assunta. C'est le quotidien de ces femmes qui se déroule sous nos yeux, une vie tout à la fois remplie de petits bonheurs et de grandes tristesses, une vie simple mais pas toujours facile. L'auteure nous dépeint avec beaucoup de délicatesse et de réalisme des portraits de femmes que la vie n'a pas épargnée, soumises à l'autorité patriarcale mais qui savent se débrouiller, rêvent de vivre libres et même refusent de se laisser dicter leur conduite. Il fallait vraiment que ces femmes ait du courage et de la détermination pour suivre leur mari et père vers un pays qui n'étaient pas le leur, pour découvrir d'autres traditions, apprendre une autre langue. Car, au travers de l'histoire des Fortuna, Juliet Grames rend surtout un vibrant hommage à tous ces Italiens, hommes, femmes, enfants qui ont quitté leur terre natale pour aller chercher ailleurs une vie meilleure.  En parcourant aux côtés de Stella chacune des étapes de sa vie, j'ai ri (car le texte n'est pas dépourvu d'humour et de situations cocasses), j'ai pleuré (parce que réellement il y a des passages tragiques), je me suis révoltée (franchement, j'aurais bien étranglé le tyran paternel) et j'ai refermé "Les sept ou huit morts de Stella Fortuna" avec un petit pincement au coeur car cette histoire a bien entendu fait écho à mes racines maternelles. Certaines situations ont fait remonter à la surface des souvenirs évoqués par ma nonna, née elle aussi en janvier 1920 comme Stella et comme elle déracinée de son Italie natale pour suivre son mari en Belgique (allez savoir si c'est moins fun que l'Amérique...). Incontestablement, le roman de Juliet Grames sera mon ultime et plus grand coup de coeur de cette année de lecture ! 
    Lire la suite
    En lire moins
  • gayane Posté le 9 Novembre 2021
    Stella Fortuna a un nom peu ordinaire. Il veut dire "bonne étoile" mais est-ce vraiment pour porter chance ? Il est de bon ton de se le demander dans la mesure où la jeune femme a manqué de mourir 7 fois au cours de sa vie, depuis Ievoli, son village natal perdu dans les montagnes d'Italie, jusqu'en Amérique où elle immigre avec sa famille pour rejoindre son père. Un roman qui relate le quotidien de la jeune femme depuis son enfance jusqu'à son âge le plus avancé, mais également celui de son entourage. Alors, je ne m'attendais pas du tout à ça ! En vrai, le titre de ce roman m'intriguait et m'amusait à la fois. Je m'imaginais que le récit allait être amusant, léger ... mais en même temps je ne m'attendais à rien. En vrai, il ne s'agit pas du genre de lecture vers lequel je me dirige habituellement. Cela dit, j'aime bien quand il y a un axe historique documenté. J'ai un peu eu du mal à me plonger dans ma lecture. Si le style de l'auteure est simple et fluide, j'avais du mal à m'accrocher aux personnages et à l'atmosphère quelque peu distante que donne le ton du récit. En effet,... Stella Fortuna a un nom peu ordinaire. Il veut dire "bonne étoile" mais est-ce vraiment pour porter chance ? Il est de bon ton de se le demander dans la mesure où la jeune femme a manqué de mourir 7 fois au cours de sa vie, depuis Ievoli, son village natal perdu dans les montagnes d'Italie, jusqu'en Amérique où elle immigre avec sa famille pour rejoindre son père. Un roman qui relate le quotidien de la jeune femme depuis son enfance jusqu'à son âge le plus avancé, mais également celui de son entourage. Alors, je ne m'attendais pas du tout à ça ! En vrai, le titre de ce roman m'intriguait et m'amusait à la fois. Je m'imaginais que le récit allait être amusant, léger ... mais en même temps je ne m'attendais à rien. En vrai, il ne s'agit pas du genre de lecture vers lequel je me dirige habituellement. Cela dit, j'aime bien quand il y a un axe historique documenté. J'ai un peu eu du mal à me plonger dans ma lecture. Si le style de l'auteure est simple et fluide, j'avais du mal à m'accrocher aux personnages et à l'atmosphère quelque peu distante que donne le ton du récit. En effet, Juliet Grames donne la parole à une narratrice qui enquête sur le passé de sa famille. En cela, j'ai eu l'impression d'une certaine distance qui, au début m'a gêné, mais que j'ai par la suite trouvé très à propos car il a permis de donner informations intéressantes sur les personnages et leur futur aux moments opportuns. Si ma lecture n'a pas été frénétique, elle a cependant été intéressante d'un point de vu historique. J'ai mis du temps pour terminer cette lecture car à certains moment, c'était lourd émotionnellement. Ce roman me restait dans la tête. Je me demandais comment Stella allait pouvoir s'en sortir, si ça allait s'arranger pour elle et sa famille. Je ne veux pas trop en dire mais si le rythme était lent, l'atmosphère hyper bien installée et insidieuse était prenante. J'ai fini par m'accrocher à Stella et Tina malgré moi et à m'inquiéter de leur sort. Bred, J'ai été agréablement surprise par ce roman même s'il va me falloir changer de type de lecture pour contrebalancer le trop plein. A découvrir !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Loren63 Posté le 8 Octobre 2021
    Un immense coup de coeur ! Une saga familiale qui débute en Italie et nous entraîne en Amérique. Une histoire de femmes, un roman puissant. Les personnages sont tous dépeints avec une grande subtilité, le caractère de chacun prends racine dans son histoire. Ce roman m'a pris aux tripes et m'a accompagné plusieurs jours après avoir lu la dernière page.
  • Malarwen Posté le 27 Mai 2021
    Une saga familiale dynamique et pleine de rebondissements. Les personnages sont attachants et réalistes. On plonge dans cette famille italienne en suivant Stella, jeune femme féministe venir ou maudite. Un coup de coeur pour cette autrice que je ne connaissais pas !
  • Livresque78 Posté le 9 Mars 2021
    Roman qui m’a été offert à Noël par mon fils, Les sept ou huit morts de Stella Fortuna est une véritable saga familiale qui sent bon l’Italie mais c’est aussi un trompe-l’œil, derrière un titre et des premières pages qui prêtent à sourire, se déroule un roman où le drame tient une grande part. Un roman absolument passionnant que j’ai vécu de l’intérieur, entre Italie et Etats-unis, entre pauvreté et rêve américain, la famille Fortuna m’a faite vibré de la première à la dernière page. Je termine ce roman avec une affection particulière pour Stella, bien entendu, mais aussi et pour sa soeur Tina et surtout pour leur mère Assunta, une femme incroyable qui force le respect. Attention la famille Fortuna est bien plus conséquente que les membres féminins que je viens de vous citer, le chef de famille Antonio est également au centre de cette histoire car il est le déclencheur, l’instigateur du devenir de Stella. Assunta a également mis des fils au monde, des enfants en « veux tu en voilà » tant que le corps féminin le permet. Une fresque haute en couleurs car Italienne du siècle précédent, des femmes qui ont vécu au coeur d’une époque et d’une... Roman qui m’a été offert à Noël par mon fils, Les sept ou huit morts de Stella Fortuna est une véritable saga familiale qui sent bon l’Italie mais c’est aussi un trompe-l’œil, derrière un titre et des premières pages qui prêtent à sourire, se déroule un roman où le drame tient une grande part. Un roman absolument passionnant que j’ai vécu de l’intérieur, entre Italie et Etats-unis, entre pauvreté et rêve américain, la famille Fortuna m’a faite vibré de la première à la dernière page. Je termine ce roman avec une affection particulière pour Stella, bien entendu, mais aussi et pour sa soeur Tina et surtout pour leur mère Assunta, une femme incroyable qui force le respect. Attention la famille Fortuna est bien plus conséquente que les membres féminins que je viens de vous citer, le chef de famille Antonio est également au centre de cette histoire car il est le déclencheur, l’instigateur du devenir de Stella. Assunta a également mis des fils au monde, des enfants en « veux tu en voilà » tant que le corps féminin le permet. Une fresque haute en couleurs car Italienne du siècle précédent, des femmes qui ont vécu au coeur d’une époque et d’une société où la femme n’était que l’ombre de son mari après avoir été celle de son père, où elle ne pouvait choisir son destin, où son avenir était tracé par un père, chaperonné par des frères, puis décidé par un époux. Stella se voulait différente, elle souhaitait vivre ce que chacune d’entre nous est libre de choisir aujourd’hui, la liberté d’être celle que l’on souhaite. Juliet Grames crée un personnage que les lecteurs ne peuvent qu’aimer, même si quelquefois l’incompréhension et l’envie de secouer Stella nous effleurent, mais c’est d’une autre époque dont il s’agit, une période où la femme n’avait aucun avenir seule, elle finissait donc par suivre le mouvement imposé et le lecteur finit par le comprendre...
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.

Lisez maintenant, tout de suite !