RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            L'Été des quatre rois

            Plon
            EAN : 9782259248433
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 672
            Format : 135 x 210 mm
            L'Été des quatre rois

            Date de parution : 30/08/2018
            GRAND PRIX DU ROMAN DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE 2018

            Camille Pascal nous plonge au cœur d’un été inédit dans l’histoire de France : celui où quatre rois se sont succédé sur le trône.
            " Il y avait ce matin-là beaucoup de monde à Saint-Cloud, la Cour bien sûr, mais aussi les ministres, il jurait même que monsieur de Talleyrand avait fait sonner dès la première heure son pied bot cerclé de fer sur les marbres de l'escalier d'honneur. La galerie d'Apollon n'avait jamais... " Il y avait ce matin-là beaucoup de monde à Saint-Cloud, la Cour bien sûr, mais aussi les ministres, il jurait même que monsieur de Talleyrand avait fait sonner dès la première heure son pied bot cerclé de fer sur les marbres de l'escalier d'honneur. La galerie d'Apollon n'avait jamais été aussi peuplée, et les jardins s'animaient de femmes heureuses d'y promener leurs traînes. Le grand lever serait long, et l'on entreprenait déjà le premier gentilhomme de la chambre pour obtenir les entrées. À l'évocation de son grand chambellan, le roi sourit : si même le diable boiteux courait à Saint-Cloud lui présenter ses hommages de gentilhomme et prendre sa place de courtisan, alors la France était prête."

            Ainsi commence L'Été des quatre rois. Juillet-août 1830, la France a connu deux mois uniques dans son histoire avec la succession sur le trône de Charles X, Louis XIX, Henri V et Louis-Philippe.
            Dans cette fresque foisonnante, à l'écriture ciselée, tandis que le peuple de Paris s'enflamme, Hugo, Stendhal, Dumas, Lafayette, Thiers, Chateaubriand, la duchesse de Berry, Madame Royale assistent à l'effondrement d'un monde. 

            Des "Trois Glorieuses" à l'avènement de la monarchie de Juillet, Camille Pascal nous plonge dans le roman vrai de la révolution de 1830.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782259248433
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 672
            Format : 135 x 210 mm
            Plon
            22.90 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Dans ce livre précis et élégant, nourri aux meilleures sources, l'érudition de l'écrivain le cède courtoisement au brio d'un écrivain qui adopte un ton de mémorialiste avec un naturel troublant.
            Élégance, érudition, ces qualités ne sont-elles pas une bonne nouvelle dans cette rentrée littéraire ? »
            Etienne de Montéty / Le Figaro Littéraire

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Bouquineries Posté le 4 Mars 2019
              Une telle reproduction historique des Trois glorieuses ne pourrait être assimilée sans le talent et l'écriture de Camille Pascal qui arrive à nous faire entrer dans l'intimité des personnages acteurs de cet été 1830 : Charles X (frère de Louis XVI et Louis XVII )et leurs descendants) , Louis Philippe.... On croise Alexandre Dumas, Alfred de Vigny, Chateaubriand, Stendhal, Victor Hugo, Lafayette, Adolphe Thiers , Talleyrand ... L'histoire se lit comme un roman auquel Camille Pascal y ajoute des pointes d'humour comme par exemple : "Il sut convaincre le roi car il caressait la garce politique mieux que moi" ...
            • Lesaloes Posté le 23 Février 2019
              COMPTE À REBOURS D’UN MONDE QUI S’EFFONDRE Incommensurable cécité et faute politique majeure. En promulguant ses ordonnances, coup de force constitutionnel destiné à soumettre une « démocratie turbulente », traduire la modernité d’un parlementarisme à l’anglaise, Charles X, nostalgique de la monarchie absolue, se trompe de siècle et signe l’arrêt qui précipitera sa chute : la machine infernale, que l’incompétence du gouvernement ultra-conservateur du prince de Polignac sur ses ordres a conçue, fera voler en éclats la monarchie de droit divin et le dogme de l’infaillibilité et impunité du souverain. Pourtant, les jours suivants, alors que la révolte gronde, le vieux monarque présomptueux, présumant trop de ses forces politiques et la conscience tranquille du devoir accompli, ne changera rien au strict cérémonial immuable et à l’étiquette surannée de la cour royale, qu’il conservera jusque sur les chemins de son exil. Mais aucune mesure n’a été prévue pour assumer cette aventure, ce royal coup d’Etat. En ce torride mois de juillet 1830, l’insurrection parisienne n’est contenue que par un faible contingent militaire sous les ordres du maréchal Marmont qui pressent le désastre inéluctable « Ils sont perdus. Ils ne connaissent ni le pays ni le temps. Ils vivent en dehors du monde et du siècle.... COMPTE À REBOURS D’UN MONDE QUI S’EFFONDRE Incommensurable cécité et faute politique majeure. En promulguant ses ordonnances, coup de force constitutionnel destiné à soumettre une « démocratie turbulente », traduire la modernité d’un parlementarisme à l’anglaise, Charles X, nostalgique de la monarchie absolue, se trompe de siècle et signe l’arrêt qui précipitera sa chute : la machine infernale, que l’incompétence du gouvernement ultra-conservateur du prince de Polignac sur ses ordres a conçue, fera voler en éclats la monarchie de droit divin et le dogme de l’infaillibilité et impunité du souverain. Pourtant, les jours suivants, alors que la révolte gronde, le vieux monarque présomptueux, présumant trop de ses forces politiques et la conscience tranquille du devoir accompli, ne changera rien au strict cérémonial immuable et à l’étiquette surannée de la cour royale, qu’il conservera jusque sur les chemins de son exil. Mais aucune mesure n’a été prévue pour assumer cette aventure, ce royal coup d’Etat. En ce torride mois de juillet 1830, l’insurrection parisienne n’est contenue que par un faible contingent militaire sous les ordres du maréchal Marmont qui pressent le désastre inéluctable « Ils sont perdus. Ils ne connaissent ni le pays ni le temps. Ils vivent en dehors du monde et du siècle. Partout ils portent leur atmosphère avec eux, on ne peut les éclairer ni même le tenter ; tout est perdu, c'est sans ressource ! » La couronne est à ramasser. Charles X désormais hors-jeu, c’est la course d’une coalition de circonstance, d’intérêts divers, composée de la haute finance des Laffitte et Perier, de royalistes, de la bourgeoisie et des pairs de France, un parti de l’ordre luttant de vitesse pour contrer le peuple de Paris partisan de la restauration d’une république de salut public. L’influent patron de presse Auguste Thiers, très fin politique visionnaire et orateur hors pair, « Seul à avoir compris où devait s'arrêter en cet instant le balancier de l'Histoire, il comptait bien en devenir le grand horloger », voit alors réussir le seul recours possible : le changement de dynastie en faveur de la branche cadette des Bourbons incarnée par Louis-Philippe, duc d’Orléans. Alea jacta est. L’Histoire s’accélère et bascule avec le (trop long) récit de la retraite, à « odeur de débâcle », du souverain poussé à l’abdication en faveur de son petit-fils accompagné de la famille royale escortée d’une armée en déroute « Mon prince, Le roi Charles X se décide à quitter Rambouillet. Vous n'avez plus désormais de compétiteur pour le trône. Le seul héritier que vous puissiez avoir, c'est la république. » confie Odilon Barrot dans son billet à Louis-Philippe. La comédie de l’attente de la diva, Louis-Philippe, acteur accompli, s’achève : il franchira le Rubicon, avec la bienveillante neutralité des puissances européennes travaillées par Talleyrand, et abattra enfin son jeu. Il se soumettra à la vox populi en faisant don de sa personne à la France, adoubé avec habileté et courage par un La Fayette vieillissant « héros des Deux-Mondes » dans un Hôtel de Ville d’abord hostile, investi au final en imperator sous les vivats d’une foule parisienne auparavant acquise à la République. Au Palais-Bourbon, dans son discours aux députés « il barbouillera de légalité les prémices d’une usurpation » avant que le 7 août la Chambre des Pairs constatant la vacance du trône ne l’offre au duc d’Orléans sous le titre de « Roi des Français ». Des longueurs mais une riche et méticuleuse reconstitution d’histoire de 23 jours décisifs ; une grande variété de styles et de tons : ironie distante envers un roi hors du siècle et des ministres incompétents, fatuité et morgue de l’aristocratie, irrévérencieuse galerie de portraits, dont les gloires déclinantes, La Fayette p. 306 et Chateaubriand p. 428 et 500, jeux politiciens et réalisme de la révolte décrite avec des accents hugoliens. Autant à savourer par tout amateur de psychologie humaine et de haute politique historique. Et comme en écho à l’époque actuelle, une leçon pour nos gouvernants.
              Lire la suite
              En lire moins
            • remygrenier Posté le 19 Février 2019
              Mes dix mots inspirés par cette lecture : Finesse - Précision - Érudition - Filiation - Règne (fin de) - Immersion - Absolutisme - Dynasties - Transition - Malheurs
            • Annette55 Posté le 7 Février 2019
              Je ne ferai pas un long commentaire et ne rentrerai pas dans le détail de cette lecture historique, ô combien vivante ,qui prend au fil des pages, une allure de roman tellement l'auteur , historien, écrit le récit passionné des secousses d'un pays basculant dans une autre ére. Mais qui se souvient donc des « Trois glorieuses » ? Réminiscences lointaines du lycée et/ou de l'université ? C'est un récit imposant et foisonnant , instructif et haletant , où l'on entre dans l'intimité d'un roi bigot, où l'on côtoie la cour, son étiquette rigide, ses courtisans empressés et paresseux: un été caniculaire et enflammé, celui où quatre rois se sont succédé sur un trône , où la colère du peuple gronde : combats de rue, violence populaire ...foule furieuse criant : Mort aux Bourbons , Vive la Charte ..... Ce Charles X , vieillissant , âgé de 73 ans, marqué et influencé instinctivement par le sort réservé à ses ainés, Louis XVI et Louis-XVIII , lui, seul représentant et dernier de toute une lignée... Pourtant il désirait redonner de l'allant à la monarchie en validant des ordonnances qui mécontenteront le peuple , il semble dépassé et en 1830 , ce peuple ne supporte plus... Je ne ferai pas un long commentaire et ne rentrerai pas dans le détail de cette lecture historique, ô combien vivante ,qui prend au fil des pages, une allure de roman tellement l'auteur , historien, écrit le récit passionné des secousses d'un pays basculant dans une autre ére. Mais qui se souvient donc des « Trois glorieuses » ? Réminiscences lointaines du lycée et/ou de l'université ? C'est un récit imposant et foisonnant , instructif et haletant , où l'on entre dans l'intimité d'un roi bigot, où l'on côtoie la cour, son étiquette rigide, ses courtisans empressés et paresseux: un été caniculaire et enflammé, celui où quatre rois se sont succédé sur un trône , où la colère du peuple gronde : combats de rue, violence populaire ...foule furieuse criant : Mort aux Bourbons , Vive la Charte ..... Ce Charles X , vieillissant , âgé de 73 ans, marqué et influencé instinctivement par le sort réservé à ses ainés, Louis XVI et Louis-XVIII , lui, seul représentant et dernier de toute une lignée... Pourtant il désirait redonner de l'allant à la monarchie en validant des ordonnances qui mécontenteront le peuple , il semble dépassé et en 1830 , ce peuple ne supporte plus les Bourbon, symbole de la révolution...... Deux mois uniques dans l'histoire avec la succession sur le trône de Charles X , Louis XIX, Henri V et Louis- Philippe..... Où l'on voit monter en puissance la colère du peuple. Maints détails imagés, des descriptions minutieuses nous plongent dans ces « journées » particulières où Paris s'enflamma , reposant sur une documentation solide: le lecteur a l'impression fugace et insolite de « participer ».... L'êcriture est ciselée, vivante, dense et alerte . Où l'on croise FrancoisRené de Chateaubriand et Stendhal, Alexandre Dumas et Lafayette, la duchesse de Berry, Madame Royale, Thiers et l'immense Victor Hugo, Alfred de Vigny et Talleyrand ...ce survivant à tous les régimes. Une très belle fresque romanesque , un travail de fond où l'auteur déroule les faits avec exactitude, sans jamais prendre parti. Un bel ouvrage instructif sans jamais lasser ! Ce n'est que mon avis bien sûr ! «  Nous y étions, nous l'avons vu, nous tous qui en parlons, Qui en discutons aujourd'hui, Mais soyons de bonne foi: Nous n'y avons rien compris ... Armand de Carrel, à propos de la révolution de 1830....
              Lire la suite
              En lire moins
            • italan Posté le 6 Février 2019
              Très agréable à lire, une foule de détails qui me semblent (je ne suis pas historienne) justes d'un point de vue historique et un portrait bien réalisé de Charles X
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
            Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Lisez

              8 romans historiques qui vont vous faire voyager dans le temps

              De la révolution française de 1830 à la Seconde Guerre mondiale en passant par le Semaine tragique qui ensanglanta l'Espagne, voici 8 romans qui vont vous faire plonger au coeur de l'histoire.

              Lire l'article
            • Par Plon

              6 romans à offrir pour Noël

              Il n’est pas toujours aisé de trouver le roman idéal à offrir pour Noël. Pour faciliter vos choix, nous vous proposons une sélection de 6 romans historiques. D’une épopée au temps des croisades à une fresque foisonnante de la révolution de 1830, embarquez vos proches pour un voyage à travers le temps.

              Lire l'article