Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221241653
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 312
Format : 135 x 215 mm

Lettres de Washington Square

Date de parution : 06/02/2020

Dans ma prochaine lettre, je te raconterai mon arrivée à New York. Je te raconterai Ellis Island, ce terrible endroit par lequel passent tous les migrants. Il faut que je te laisse. Il fait vraiment très froid à présent, la nuit tombe et je dois aller prendre mon service au...

Dans ma prochaine lettre, je te raconterai mon arrivée à New York. Je te raconterai Ellis Island, ce terrible endroit par lequel passent tous les migrants. Il faut que je te laisse. Il fait vraiment très froid à présent, la nuit tombe et je dois aller prendre mon service au Waldorf.
Je t’embrasse, mon cher fils.

Des montagnes pyrénéennes à New York, une histoire d’amour filial incroyablement émouvante portée par l’espoir des deuxièmes chances que la vie offre parfois.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221241653
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 312
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • flofams Posté le 4 Mai 2020
    Histoire bouleversante d'un père qui écrit des lettres à son fils depuis New York. La petite fille Zélie est tombée sur ces lettres au grenier et va faire une enquête et faire une découverte incroyable... Belle correspondance et histoire familiale qui est touchante.
  • My-Little-Anchor Posté le 22 Avril 2020
    En mars dernier, j'ai découvert ce fabuleux roman. Ayant très peu entendu parler de lui, j'ai eu très envie de lui donner sa chance et de le découvrir. J'ai toujours eu un faible pour les romans épistolaires et je dois avouer que je n'avais jamais découvert les livres d'Anne Icart. Aujourd'hui, c'est chose faite et je suis ravie de compter une nouvelle autrice française dans mes lectures et vous recommande chaudement de découvrir ce roman ! Je remercie les éditions Robert Laffont et Netgalley de m'avoir permis de découvrir ce roman. Dans ce roman, nous découvrons au fur et à mesure les principaux acteurs de l’histoire. Tout d’abord, l’autrice nous dévoile le personnage de Zélie, la fille de Michel. Puis, celui de Michel et enfin celui de Baptiste, le père de Michel. En effet, dans la première partie, nous découvrons le personnage de Zélie à travers la découverte de lettres épistolaires suite au décès de sa tante Tine. Elle y découvre toutes les lettres qu’a envoyé son grand-père Baptiste à Michel quand il est parti à New York. Au début, elle ne comprend pas vraiment pourquoi il y a toutes ces lettres et surtout pourquoi elles ont été cachées... En mars dernier, j'ai découvert ce fabuleux roman. Ayant très peu entendu parler de lui, j'ai eu très envie de lui donner sa chance et de le découvrir. J'ai toujours eu un faible pour les romans épistolaires et je dois avouer que je n'avais jamais découvert les livres d'Anne Icart. Aujourd'hui, c'est chose faite et je suis ravie de compter une nouvelle autrice française dans mes lectures et vous recommande chaudement de découvrir ce roman ! Je remercie les éditions Robert Laffont et Netgalley de m'avoir permis de découvrir ce roman. Dans ce roman, nous découvrons au fur et à mesure les principaux acteurs de l’histoire. Tout d’abord, l’autrice nous dévoile le personnage de Zélie, la fille de Michel. Puis, celui de Michel et enfin celui de Baptiste, le père de Michel. En effet, dans la première partie, nous découvrons le personnage de Zélie à travers la découverte de lettres épistolaires suite au décès de sa tante Tine. Elle y découvre toutes les lettres qu’a envoyé son grand-père Baptiste à Michel quand il est parti à New York. Au début, elle ne comprend pas vraiment pourquoi il y a toutes ces lettres et surtout pourquoi elles ont été cachées tout ce temps. D’ailleurs, Michel n’a jamais été au courant de l’existence des lettres de son père. Il croit depuis son enfance être orphelin et que son père l’a abandonné... Mais en creusant dans le passé, nous découvrons que Michel a été confié à sa tante Tine et à sa grand-mère Mado, le temps que Baptiste s’installe correctement après le décès de sa femme. Or, pour une raison que nous ignorons, Tine et Mado n’ont jamais souhaité que cela se produise. Elles l’ont toujours privé de son fils... Même quand il a réussi à s’installer correctement à New York et qu’il est venu personnellement le chercher après ça. Baptiste n'a malheureusement jamais pu reparti avec... Et Michel ne l’a jamais su. Alors quand Zélie le découvre à travers ces échanges épistolaires, elle ne sait pas quoi faire... Devrait-elle lui en parler ? Devrait-elle lire toutes les lettres pour reformer le puzzle avant de perturber la vie de son père ? Quel choix est le plus sensé, le plus raisonnable ? Puis, nous découvrons Michel. Depuis la mort de sa tante Tine, il n’arrête pas de ressasser son passé quand il était enfant. Il pense sans cesse au fait que c’est à cause de lui que sa mère est morte. Donner la vie pour mourir. Il y pensait déjà beaucoup quand sa femme était enceinte. Il se demande souvent s’il aurait été capable de le faire, de donner naissance s’il avait été une femme. Ce drame l’a toujours marqué et affecté. C’est pour cela qu’il a toujours voulu être médecin. Et c’est pour cela qu’il l'est devenu aujourd’hui : pour ne plus éprouver cette culpabilité de laisser mourir les femmes pendant et/ou après un accouchement. Nous découvrons ainsi à tour de rôle leur histoire personnelle à travers divers points de vue, divers regards. L’autrice nous dresse alors un portrait intergénérationnel émouvant s’étalant sur plusieurs décennies. Enfin, nous découvrons l’histoire de Baptiste. De son départ pour New York à sa vie récente. Et au fil des pages, nous nous rendons compte de tout l’amour d’un père pour son fils. Baptiste n’a jamais cessé d’aimer son fils, d’espérer, de croire à l’avenir. Malgré les embûches, il n’a jamais cessé de lui écrire. Que les jours soient bons ou mauvais. Même quand il a su que Mado ne lui avait jamais donné les lettres.... Finalement, ce roman est une petite douceur. Nous la découvrons sans connaître sa saveur, et puis ça fond légèrement et tranquillement. Nous nous délectons de chaque mot, de chaque lettre. C’est un pur délice. Un moment inoubliable. Et puis une fois fondue, nous avons le cœur léger, rempli de bons sentiments. De plus, cette histoire n’est pas simplement une fiction, l’autrice s’est inspirée de son histoire familiale, de ses recherches pour renouer contact avec le passé et la vie New Yorkaise. Elle se demande aussi qu’aurait pu être sa vie si d’autres choix avaient été faits… Les lettres de Washington Square est un très beau roman intergénérationnel que ne nous sommes pas prêt d’oublier. Il vous touche profondément. C’est si beau, attendrissant, émouvant et fatalement douloureux. Et, c’est rempli d’amour, un amour unique et sincère, d’espoir, d’attente, de désir. Mais aussi de peur et de regret. Le temps peut parfois être long mais bénéfique au bout du compte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LourseLit Posté le 21 Avril 2020
    J’ai apprécié cette lecture dès les premières pages, je me suis sentie bien avec ce roman, ces personnages et cela jusqu’au bout. Un bien joli moment de lecture. C’est une histoire de générations entre Zélie la petite fille, Michel le père et Baptiste le grand père, une histoire de secrets, une histoire de non dits. Une histoire familiale savourable dont pour moi le gros point fort est qu’il s’agit d’une histoire père – fils. Et c’est très rare en littérature où l’on voit beaucoup de thématiques mère – fille mais les personnages masculins sont bien plus rares. Et pourtant qu’ils sont beaux ces hommes ! Coup de cœur personnel pour Baptiste, ce papa qui vit le pire drame : perdre son épouse adorée à la naissance de leur premier bébé. Anéanti, cet homme n’a pourtant jamais rien lâché et, sa vie durant, il n’a eu de cesse de tenter, coûte que coûte, d’écrire à son fils. Avec le même amour, la même douceur, et un espoir invincible. Et que c’est beau ! Je vous laisse découvrir pourquoi cet homme et son fils ont passé toute leur vie séparés, découvrir le cheminement que chacun d’eux a eu dans sa solitude et comment, aidés... J’ai apprécié cette lecture dès les premières pages, je me suis sentie bien avec ce roman, ces personnages et cela jusqu’au bout. Un bien joli moment de lecture. C’est une histoire de générations entre Zélie la petite fille, Michel le père et Baptiste le grand père, une histoire de secrets, une histoire de non dits. Une histoire familiale savourable dont pour moi le gros point fort est qu’il s’agit d’une histoire père – fils. Et c’est très rare en littérature où l’on voit beaucoup de thématiques mère – fille mais les personnages masculins sont bien plus rares. Et pourtant qu’ils sont beaux ces hommes ! Coup de cœur personnel pour Baptiste, ce papa qui vit le pire drame : perdre son épouse adorée à la naissance de leur premier bébé. Anéanti, cet homme n’a pourtant jamais rien lâché et, sa vie durant, il n’a eu de cesse de tenter, coûte que coûte, d’écrire à son fils. Avec le même amour, la même douceur, et un espoir invincible. Et que c’est beau ! Je vous laisse découvrir pourquoi cet homme et son fils ont passé toute leur vie séparés, découvrir le cheminement que chacun d’eux a eu dans sa solitude et comment, aidés par Zélie et la découverte des lettres, ils vont enfin pouvoir recoller les images d’une histoire familiale chaotique. Ce roman est beau. Et ça fait du bien !
    Lire la suite
    En lire moins
  • LesLecturesdEole Posté le 10 Avril 2020
    Baptiste est parti pour les Etats-Unis il y a soixante ans, en laissant son fils aux soins de sa belle-soeur et sa belle-mère dans les Pyrénées. Michel pense que son père l’a abandonné. Quand Tine, la belle-soeur, décède, Zellie la fille de Michel trouve des lettres de Baptiste : qu’est-il devenu depuis tout ce temps ? Ce sont ces quelques phrases qui résument l’intrigue de ce roman qui plaira aux amateurs de secrets de famille et de romans sur la vie quotidienne au XXe siècle. Je m’attendais à un roman entièrement épistolaire mais ça n’a pas été le cas : on alterne entre les lettres de Baptiste à son fils Michel, et des chapitres en majorité du point de vue de Zellie, la fille de Michel. Cette double narration apporte beaucoup au récit car ça permet différents points de vue et de voir l’évolution des personnages à la lecture même de ces lettres, ce qui n’est pas forcément possible dans un roman épistolaire au sens propre du terme. Lettres de Washington Square est une belle et triste histoire sur l’amour d’un père pour son fils, son exil aux Etats-Unis, sa reconstruction et les conséquences des secrets au sein d’une famille.... Baptiste est parti pour les Etats-Unis il y a soixante ans, en laissant son fils aux soins de sa belle-soeur et sa belle-mère dans les Pyrénées. Michel pense que son père l’a abandonné. Quand Tine, la belle-soeur, décède, Zellie la fille de Michel trouve des lettres de Baptiste : qu’est-il devenu depuis tout ce temps ? Ce sont ces quelques phrases qui résument l’intrigue de ce roman qui plaira aux amateurs de secrets de famille et de romans sur la vie quotidienne au XXe siècle. Je m’attendais à un roman entièrement épistolaire mais ça n’a pas été le cas : on alterne entre les lettres de Baptiste à son fils Michel, et des chapitres en majorité du point de vue de Zellie, la fille de Michel. Cette double narration apporte beaucoup au récit car ça permet différents points de vue et de voir l’évolution des personnages à la lecture même de ces lettres, ce qui n’est pas forcément possible dans un roman épistolaire au sens propre du terme. Lettres de Washington Square est une belle et triste histoire sur l’amour d’un père pour son fils, son exil aux Etats-Unis, sa reconstruction et les conséquences des secrets au sein d’une famille. Ça traite également des racines, du sentiment d’appartenance à une patrie, de la construction et du sentiment d’abandon. On y découvre, en même temps que Michel et Zellie : Ellis Island, l’immigration, le fameux « tout le monde peut réussir aux Etats-Unis », la diaspora française, … C’est passionnant car c’est un passé pas si lointain, que nos grands-parents ont pu vivre et ça permet de se sentir encore plus proches de ces personnages si attachants. J’ai adoré chacun d’entre eux, y compris les personnages secondaires, de la même manière que Michel s’est attaché à eux à la lecture des lettres de son père. Le roman est porté car une écriture qui alterne entre descriptions et dialogues, juste ce qu’il faut pour ne pas s’ennuyer. Et même si j’ai eu un peu de mal à rentrer dans le roman, une fois que j’ai eu dépassé la centaine de pages, j’ai tout dévoré, je voulais savoir si Baptiste et Michel pourraient se revoir avant la fin. Une belle découverte donc, que je recommande chaudement !
    Lire la suite
    En lire moins
  • sylvaine Posté le 9 Avril 2020
    Lettres de Washington Square Anne Icart chez Robert Laffont #LettresdeWashingtonSquare #NetGalleyFrance Anne Icart s'est inspirée de son histoire familiale pour donner vie à ce roman. Zélie assiste Tine dans ses derniers instants, en fait c'est sa grand-tante . Tine c'est le coeur palpitant de la maison qui s'éteint. C'est elle qui a élevé Michel le père de Zélie, le fils de sa jumelle morte en le mettant au monde. Commence pour Zélie un douloureux travail : ranger la maison, donner ce qui peut l'être et réapprendre à occuper l'espace. Mais voilà il y a souvent là où on ne l'attend pas des secrets bien enfouis, la découverte de quatre boites pleines de lettres expédiées de New_York en sera la preuve... Anne Icart m'a une fois plus entrainée dans son sillage. Ce n'était pas gagné d'avance car les romans épistolaires ne sont pas ma tasse de thé , la crainte de ne pouvoir franchir le pas était là palpable mais ma persévérance et la qualité de l'écriture ont fait le reste! Un beau roman au final, plein de beaux sentiments , l'émotion est là palpable, de belles relations filiales sont au rendez-vous. Une lecture agréable que je vous recommande c'est certain. Merci aux... Lettres de Washington Square Anne Icart chez Robert Laffont #LettresdeWashingtonSquare #NetGalleyFrance Anne Icart s'est inspirée de son histoire familiale pour donner vie à ce roman. Zélie assiste Tine dans ses derniers instants, en fait c'est sa grand-tante . Tine c'est le coeur palpitant de la maison qui s'éteint. C'est elle qui a élevé Michel le père de Zélie, le fils de sa jumelle morte en le mettant au monde. Commence pour Zélie un douloureux travail : ranger la maison, donner ce qui peut l'être et réapprendre à occuper l'espace. Mais voilà il y a souvent là où on ne l'attend pas des secrets bien enfouis, la découverte de quatre boites pleines de lettres expédiées de New_York en sera la preuve... Anne Icart m'a une fois plus entrainée dans son sillage. Ce n'était pas gagné d'avance car les romans épistolaires ne sont pas ma tasse de thé , la crainte de ne pouvoir franchir le pas était là palpable mais ma persévérance et la qualité de l'écriture ont fait le reste! Un beau roman au final, plein de beaux sentiments , l'émotion est là palpable, de belles relations filiales sont au rendez-vous. Une lecture agréable que je vous recommande c'est certain. Merci aux éditions Robert Laffont pour leur confiance.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !