Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221220719
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 140 x 225 mm

Libre comme l'air

Esther SERMAGE (Traducteur)
Collection : La Bête noire
Date de parution : 21/03/2019
« Si la police ne peut rien pour vous, n’hésitez pas à faire appel à moi. »

Kouplan est à la rue, contraint de dormir sous un pont qu’il partage avec deux « colocataires » peu commodes. Il n'a plus que quelques semaines à tenir avant de pouvoir renouveler sa demande d’asile.
Afin de gagner un peu d’argent en attendant ce jour, il accepte une nouvelle mission de...

Kouplan est à la rue, contraint de dormir sous un pont qu’il partage avec deux « colocataires » peu commodes. Il n'a plus que quelques semaines à tenir avant de pouvoir renouveler sa demande d’asile.
Afin de gagner un peu d’argent en attendant ce jour, il accepte une nouvelle mission de détective privé : une femme l’engage pour rassembler des preuves sur l’infidélité de son mari. Mais ce que découvre Kouplan est bien pire qu’un simple adultère…
Par la lauréate du Grand Prix de littérature policière 2017.
« On est déjà attaché à cet enquêteur atypique. » Pascale Frey, Elle.
« du neuf, du rugueux, de l’addictif ! » Isabelle Motrot, Causette.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221220719
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 140 x 225 mm
Robert Laffont

Ils en parlent

« Ce privé interlope est le guide idéal pour une étude en biais de la Suède et de l'Europe actuelles, mais aussi des questions de globalisation, de mœurs et de sexe […] Moderne, engagé, et terriblement émouvant »
Hubert Artus / CAUSETTE
« Tendre et brillant »
Sylvia Zappi / LE MONDE DES LIVRES

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Selket Posté le 22 Août 2020
    3ème volet des aventures de Kouplan, détective sans-papiers à Stockholm. Un troisième opus plus abouti que les précédents. L'enquête est bien ficelé, léché, et la personnalité de Kouplan arrive à maturité. J'aime le côté altruiste du personnage dans un monde intransigeant et agressif.
  • christinebeausson Posté le 10 Août 2020
    Je ne suis pas fan du personnage de Sara Lövestam, les aventures de Kouplan ne m'ont jamais semblé crédibles ... mais l'écriture est agréable ... les thèmes abordés le sont avec intelligence ... ils nous montrent l'envers du décor de l'accueil des étrangers, l'envers du décor pour ceux qui sont nés au mauvais endroit, au mauvais moment et dans un corps qui ne leur correspond pas. Au fil du temps, au fil des aventures, l'écriture se bonifie et le personnage prend de l'ampleur psychologique et la Suède nous apparaît comme un pays contrasté. Réfléchir, se demander ... "comment décider que le bonheur des uns vaut plus que le malheur de milliers d'autres ?" Se retrouver dans une telle situation ... qui privilégier ... qui punir ... quelle bonnes questions ! Pour finir, une idée, reprendre les principaux personnages des différents romans et les laisser tranquillement errer un soir comme un autre et imaginer où ils sont, ce qu'ils font, ce à quoi ils pensent, une bonne idée pour nous donner envie de juste leur dire bonsoir, prêt à les retrouver demain, ou un autre jour mais être sûre de les retrouver bientôt, comme des amis que l'on sera content de revoir demain ou... Je ne suis pas fan du personnage de Sara Lövestam, les aventures de Kouplan ne m'ont jamais semblé crédibles ... mais l'écriture est agréable ... les thèmes abordés le sont avec intelligence ... ils nous montrent l'envers du décor de l'accueil des étrangers, l'envers du décor pour ceux qui sont nés au mauvais endroit, au mauvais moment et dans un corps qui ne leur correspond pas. Au fil du temps, au fil des aventures, l'écriture se bonifie et le personnage prend de l'ampleur psychologique et la Suède nous apparaît comme un pays contrasté. Réfléchir, se demander ... "comment décider que le bonheur des uns vaut plus que le malheur de milliers d'autres ?" Se retrouver dans une telle situation ... qui privilégier ... qui punir ... quelle bonnes questions ! Pour finir, une idée, reprendre les principaux personnages des différents romans et les laisser tranquillement errer un soir comme un autre et imaginer où ils sont, ce qu'ils font, ce à quoi ils pensent, une bonne idée pour nous donner envie de juste leur dire bonsoir, prêt à les retrouver demain, ou un autre jour mais être sûre de les retrouver bientôt, comme des amis que l'on sera content de revoir demain ou un autre jour mais une chose est sûre on les retrouvera.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cassy Posté le 5 Janvier 2020
    Libre comme l’air est le troisième volet de la tétralogie de Sara Lövestam mettant en scène Kouplan, un détective iranien sans papiers à Stockholm. Les deux tomes précédents m’ont fait forte impression et j’étais ravie de retrouver ce personnage atypique. Désormais, Kouplan est sans-abri, contraint de dormir dans les souterrains du métro. Un jour, une femme l’appelle pour lui demander d’enquêter son mari qu’elle soupçonne d’infidélité. Pas facile d’être un détective sans-papier, sans logement et presque sans argent : manque criant de moyens pour enquêter, la peur constante que la police des frontières ne l’arrête, la fatigue et la malnutrition. Ici encore, je me suis attachée à Kouplan et j’ai aimé suivre sa vision des choses, son regard sur la société. Un volet plus intime qui pousse à la réflexion sur la situation des réfugiés.
  • myosotis93 Posté le 30 Novembre 2019
    Une nouvelle enquête de Kouplan, sans papier réfugié en Suède. La descente aux enfers se poursuit pour lui, il est maintenant sans domicile. Aussi, l'enquête sur l'éventuelle infidélité d'un avocat, lui apporte un peu d'espoir. Mais rien n'est simple et le mari n'est peut-être pas infidèle, au sens ou l'on entend. On suit Kouplan dans son quotidien, la faim, le froid, la saleté et la honte de soi. Des rencontres brutales, mais parfois attachantes. Pas convaincue par l'enquête menée par Kouplan, je suis restée sur ma faim.
  • Sylviegeo Posté le 2 Novembre 2019
    Déjà, la Suède se targuait d'être le pays le plus bienveillant à l'égard du reste du monde (2016), puis le pays où l'on vieillissait le mieux etc etc. La Suède se promène toujours dans les 10 premiers des meilleurs pays au monde...Égalité, prospérité, santé, bien-être, liberté d'expression, accueil des migrants et j'en passe sont des valeurs qui ont toujours fait la différence en Suède. Vraiment ? Sara Lövestam, avec son personnage de Kouplan, nous fait voir une autre facette de cette Suède si bienveillante. Une police des migrants, la traque des sans papiers, des sans abri qui vivent sous le métro, des petits bourgeois complaisants et individualistes, une bureaucratie sans indulgence , rigide, sèche, bref un portrait beaucoup moins glamour que ce que l'on s'imagine. Dans Libre comme l'air, Kouplan, ce personnage pour le moins atypique (jamais rencontré ailleurs ce genre de personnage) , se clochardisera de plus en plus en attendant le papier qui lui permettra de profiter des rayons du soleil librement et se tournera vers ses souvenirs iraniens . À la demande d'une femme mariée qui trouve que son époux a des comportements étranges, Kouplan mènera une filature qui le portera... Déjà, la Suède se targuait d'être le pays le plus bienveillant à l'égard du reste du monde (2016), puis le pays où l'on vieillissait le mieux etc etc. La Suède se promène toujours dans les 10 premiers des meilleurs pays au monde...Égalité, prospérité, santé, bien-être, liberté d'expression, accueil des migrants et j'en passe sont des valeurs qui ont toujours fait la différence en Suède. Vraiment ? Sara Lövestam, avec son personnage de Kouplan, nous fait voir une autre facette de cette Suède si bienveillante. Une police des migrants, la traque des sans papiers, des sans abri qui vivent sous le métro, des petits bourgeois complaisants et individualistes, une bureaucratie sans indulgence , rigide, sèche, bref un portrait beaucoup moins glamour que ce que l'on s'imagine. Dans Libre comme l'air, Kouplan, ce personnage pour le moins atypique (jamais rencontré ailleurs ce genre de personnage) , se clochardisera de plus en plus en attendant le papier qui lui permettra de profiter des rayons du soleil librement et se tournera vers ses souvenirs iraniens . À la demande d'une femme mariée qui trouve que son époux a des comportements étranges, Kouplan mènera une filature qui le portera bien loin de banales infidélités conjugales. Un portrait qui n'est pas qu'en rose de la Suède (non ce n'est pas la pays des licornes) , de la situation des migrants et des statuts de réfugiés. À lire les dernières lignes de cet opus, j'aime croire que ce sera plus qu'une trilogie et que nous poursuivrons, avec Kouplan, son rétablissement dans la liberté.
    Lire la suite
    En lire moins
Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.