Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258136915
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 225 mm

L'Île des absents

Laurence MENNERICH (Traducteur)
Date de parution : 07/06/2018
Rester à la surface des souvenirs, ou tomber dans l'abîme
On l’appelle le Cauchemar. C’est un lac à l’eau noire et stagnante, quelque part en Suède, dont la légende raconte qu’il est maudit. Au milieu du Cauchemar, il y a un îlot. Sur cet îlot, Alex et la petite Smilla vont faire une promenade, tandis que Greta les attend dans... On l’appelle le Cauchemar. C’est un lac à l’eau noire et stagnante, quelque part en Suède, dont la légende raconte qu’il est maudit. Au milieu du Cauchemar, il y a un îlot. Sur cet îlot, Alex et la petite Smilla vont faire une promenade, tandis que Greta les attend dans la barque amarrée au rivage, puis s’endort. À son réveil, la nuit tombe et seuls retentissent au loin les cris lugubres des oiseaux aquatiques. L’homme et la fillette ont disparu. De retour dans le cottage que la petite famille occupe au village, Greta fouille chaque pièce et tente en vain de joindre Alex. En proie à la panique, elle décide de se rendre au commissariat. Seulement, sur place, un policier lui annonce qu’elle n’est pas mariée et n’a jamais eu d’enfants. Qui sont Alex et Smilla ?

Plébiscité par la critique et le public à sa parution en Suède, le thriller de Caroline Eriksson fait mugir les forêts du Nord et étourdit le lecteur à grand renfort de twists et de montée d’adrénaline. Mais c’est surtout la finesse de la construction psychologique et la réflexion documentée sur les traumas de l’enfance qui font de L’Île des absents un incontournable du genre.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258136915
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 225 mm
Presses de la cité

Ils en parlent

"Caroline Eriksson fait mugir les forêts du Nord et étourdit le lecteur à grand renfort de montée d'adrénaline. Un suspense sans temps mort parfaitement maîtrisé. Une héroïne perturbante et perturbée. Une atmosphère qu'on n'est pas près d'oublier. Bref un incontournable du genre écrit tout en finesse qui analyse les traumas de l'enfance."
Sylvie Lecoules / Le Tarn Libre
"Un vrai thriller psychologique que vous ne lâcherez pas."
Var Matin
"L'auteur brouille savamment les pistes avec une héroïne fragile au passé trouble. Un roman abouti qui se laisse dévorer."
Carolivre

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Wyndon Posté le 3 Juin 2020
    Je sors de cette lecture plutôt mitigée... Pendant environ la première moitié du livre, j'ai eu un peu de mal à cerner le personnage principal. Ensuite, peu d'action et de suspense. Je me demandais parfois où l'auteur voulait en venir, quels éléments s'attendait-on à découvrir... qu'est-ce que l'on recherche finalement. Sur la fin par contre, tout s'éclaire petit à petit, toujours sans grand suspense mais une partie un peu plus prenant quand même. Bref, une lecture assez étrange pour ma part...
  • Khalya Posté le 2 Janvier 2020
    Dès le départ, on sent que quelque chose ne va pas chez Greta. L’histoire s’ouvre sur la disparition de son mari, Alex, et de sa fille, Smilla. Pour autant, malgré la disparition qui implique une filette de ‘ ans, Greta ne se précipite pas chez la police. Elle cherche un peu par elle-même, tourne beaucoup en rond et ne fini par se rendre à la police qu’après plusieurs dizaines d’heures (plus de 24h). Mais là-bas, on lui répond qu’elle n’est pas mariée et n’a jamais eu d’enfants. L’histoire étant racontée du point de vue de Greta, on a comme un accès direct aux pensées de Greta et, le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est le fouillis là-dedans. Pendant un moment, je me suis demandée si elle n’était pas schizophrène, mais au fil de ma lecture, je me suis dit qu’elle n’était pas si délirante que ça, que c’était son cheminement de pensée qui l’était. Elle semble avoir un passé difficile qui tourne autour de la disparition de son père, ce qui fait échec à la disparition d’Alex. On comprend très vite que le père de Greta est mort dans des circonstances suspectes et dès lors, on se demande si Alex, dont le portrait se révèle peu flatteur,... Dès le départ, on sent que quelque chose ne va pas chez Greta. L’histoire s’ouvre sur la disparition de son mari, Alex, et de sa fille, Smilla. Pour autant, malgré la disparition qui implique une filette de ‘ ans, Greta ne se précipite pas chez la police. Elle cherche un peu par elle-même, tourne beaucoup en rond et ne fini par se rendre à la police qu’après plusieurs dizaines d’heures (plus de 24h). Mais là-bas, on lui répond qu’elle n’est pas mariée et n’a jamais eu d’enfants. L’histoire étant racontée du point de vue de Greta, on a comme un accès direct aux pensées de Greta et, le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est le fouillis là-dedans. Pendant un moment, je me suis demandée si elle n’était pas schizophrène, mais au fil de ma lecture, je me suis dit qu’elle n’était pas si délirante que ça, que c’était son cheminement de pensée qui l’était. Elle semble avoir un passé difficile qui tourne autour de la disparition de son père, ce qui fait échec à la disparition d’Alex. On comprend très vite que le père de Greta est mort dans des circonstances suspectes et dès lors, on se demande si Alex, dont le portrait se révèle peu flatteur, a réellement disparu. Là où réside la difficulté pour le lecteur, c’est que Greta a parfaitement conscience de ses mensonges et de son déni et que du coup, elle mélange élucubration et vérité sans que le lecteur ne puisse facilement faire la distinction entre les deux. J’ai trouvé la police bien peu présente. Une femme vient déclarer une disparition, impliquant un enfant, et, comme la personne n’a pas d’enfants, ça s’arrête là ? Ils ne la recherchent pas activement, ils n’enquêtent pas… ça m’a semblé très étrange. Mis à part la présence d’un groupe d’ados violents et arrogants, qui ne sont guère exploités et qui ne semblent être là que pour apporter un élément de danger, le thriller est essentiellement psychologique. La vérité qui fini par apparaître par bribes est encore plus inconcevable que les délires de Greta. Comme quoi, la perversité humaine ne connaît aucune limite et l’auteur ne nous ménage pas, nous laissant lessivés, nous demandant comment une simple disparition a pu nous entraîner jusque là. Un thriller déroutant, mais il faut s’accrocher car il vaut vraiment le coup.
    Lire la suite
    En lire moins
  • christinebeausson Posté le 30 Décembre 2019
    On pourrait croire qu'il va s'agir d'une disparition inquiétante d'un homme et de sa petite fille au cœur d'une île maléfique ... On pourrait croire que les superstitions, les légendes et les croyances venues du fond des temps vont nous entraîner dans des malédictions morbides ... On pourrait croire que l'histoire qui va nous être racontée est celle, banale d'une femme qui perd la tête ... On pourrait croire que les traumatismes subis dans la jeunesse ne peuvent qu'inciter à refaire les mêmes gestes ... On pourrait croire ... mais c'est bien fait, petit à petit on croit les différentes versions proposées jusqu'à ce qu'un changement de ton, nous fasse comprendre que l'on s'est laissé égarer ! C'est un roman très ancré dans les scandales d'aujourd'hui avec une étude approfondie sur les violences conjugales ou extra conjugales. C'est un roman qui nous tient en haleine jusqu'à la fin. Ma seule réserve est pour la conclusion finale et le conseil pour résoudre le problème ... donner soit même la justice n'est jamais le meilleur remède pour la justice et la démocratie !
  • lecturesdudimanche Posté le 11 Janvier 2019
    Une balade au lac un dimanche ? Merveilleux programme ! Même si le lac est surnommé « Le Cauchemar » ? Aucun problème pour moi, puisque je n’y suis qu’en tant qu’observatrice ! Ce qui n’est pas le cas de Greta, qui a suivi Alex et la petite Smilla dans cette expédition qui les conduit vers un petit îlot. Tandis qu’Alex et Smilla partent en exploration, Greta les attend dans la barque où elle finit par s’endormir. Mais à son réveil, la nuit est tombée et les deux promeneurs demeurent introuvables ! Je ne savais pas vraiment dans quoi je me plongeais en démarrant ce bouquin, n’ayant pas relu le résumé… Du coup, j’ai vraiment été surprise par la tournure que prenaient les événements ! Totalement décalée dans ses réactions, Greta semble naviguer entre présent et passé, pas plus certaine que nous de ce qui a bien pu arriver à Alex et Smilla, redoutant même autant que nous qu’elle ait une part de responsabilité dans un drame dont on ne sait même pas s’il a eu lieu ! L’auteur a barbouillé tant son héroïne que ses lecteurs en les baladant sur le fil de la conscience, toujours à deux doigts de l’abîme,... Une balade au lac un dimanche ? Merveilleux programme ! Même si le lac est surnommé « Le Cauchemar » ? Aucun problème pour moi, puisque je n’y suis qu’en tant qu’observatrice ! Ce qui n’est pas le cas de Greta, qui a suivi Alex et la petite Smilla dans cette expédition qui les conduit vers un petit îlot. Tandis qu’Alex et Smilla partent en exploration, Greta les attend dans la barque où elle finit par s’endormir. Mais à son réveil, la nuit est tombée et les deux promeneurs demeurent introuvables ! Je ne savais pas vraiment dans quoi je me plongeais en démarrant ce bouquin, n’ayant pas relu le résumé… Du coup, j’ai vraiment été surprise par la tournure que prenaient les événements ! Totalement décalée dans ses réactions, Greta semble naviguer entre présent et passé, pas plus certaine que nous de ce qui a bien pu arriver à Alex et Smilla, redoutant même autant que nous qu’elle ait une part de responsabilité dans un drame dont on ne sait même pas s’il a eu lieu ! L’auteur a barbouillé tant son héroïne que ses lecteurs en les baladant sur le fil de la conscience, toujours à deux doigts de l’abîme, se débattant pour ne pas perdre pied et pour comprendre qui est qui, qui a fait quoi, qui manipule qui… Entre visions et métaphores, il est vraiment difficile de s’y retrouver et d’avancer entre ces limites floues, rendues tout à coup éclatantes à la lumière d’un final explosif ! Dévorée en seulement quelques petites heures, j’ai vraiment beaucoup apprécié cette histoire dans laquelle on plonge en apnée en espérant ne pas y couler ! Que vous sachiez nager ou non, je vous conseille de vous laisser entraîner dans le Cauchemar !
    Lire la suite
    En lire moins
  • RomansNoirsEtPlus Posté le 6 Décembre 2018
    En cet fin d’été , Greta , Alex et leur fille Smilla sont dans un bateau sur ce lac surnommé "Cauchemar " en direction d’une petite île . Débarqués sur l’îlot le père et la fille disparaissent. Qui reste t il ? Greta , complètement désemparée , dont ces disparitions vont faire vaciller un peu plus un esprit déjà touché psychologiquement. Incapable de les retrouver elle va progressivement plonger dans un brouillard duquel une conscience précise d’actes sensés a du mal à émerger . Qui va vraiment pouvoir l’aider à se sortir de cette situation inextricable ? Sa mère ? La police locale ? Une psychologue ? Le voisin du cottage d’à coté ? Bien difficile d’y voir clair et de prendre la meilleure décision quand de douloureux souvenirs se mélangent à un présent chaotique. L’auteur suédoise nous propose un huit clos psychologique où le le lecteur tente de suivre le parcours sinueux des actes et de la pensée du personnage principal , Greta . Le huit clos est également géographique: le récit se déroule dans ce petit village , Marhem , constitué de nombreuses maisons secondaires au bord d’un lac . Cet endroit quasi désert en... En cet fin d’été , Greta , Alex et leur fille Smilla sont dans un bateau sur ce lac surnommé "Cauchemar " en direction d’une petite île . Débarqués sur l’îlot le père et la fille disparaissent. Qui reste t il ? Greta , complètement désemparée , dont ces disparitions vont faire vaciller un peu plus un esprit déjà touché psychologiquement. Incapable de les retrouver elle va progressivement plonger dans un brouillard duquel une conscience précise d’actes sensés a du mal à émerger . Qui va vraiment pouvoir l’aider à se sortir de cette situation inextricable ? Sa mère ? La police locale ? Une psychologue ? Le voisin du cottage d’à coté ? Bien difficile d’y voir clair et de prendre la meilleure décision quand de douloureux souvenirs se mélangent à un présent chaotique. L’auteur suédoise nous propose un huit clos psychologique où le le lecteur tente de suivre le parcours sinueux des actes et de la pensée du personnage principal , Greta . Le huit clos est également géographique: le récit se déroule dans ce petit village , Marhem , constitué de nombreuses maisons secondaires au bord d’un lac . Cet endroit quasi désert en cette fin de saison ajoute une dose d’angoisse supplémentaire à l’histoire et accentue encore la détresse de Greta dont on découvre peu à peu les lourds secrets familiaux . Et comme souvent le passé a tendance à se répéter.... Si vous êtes amateur d’actions et d’hémoglobine passez votre chemin . Par contre si vous aimez les romans noirs psychologiques, "L’île des absents " est fait pour vous .
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.