Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221103807
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 320
Format : 153 x 240 mm

Mercredi au parc

Aline AZOULAY-PACVON (Traducteur)
Collection : Best-sellers
Date de parution : 01/02/2007

Il avait été tellement évident de tomber amoureuse de Jack, qu'Émilia pensait pouvoir aimer William, le fils de ce dernier, tout aussi simplement. Mais comment ne pas être exaspéré par un petit garçon précoce et je-sais-tout de cinq ans qui corrige votre prononciation anglaise ou calcule votre masse corporelle à...

Il avait été tellement évident de tomber amoureuse de Jack, qu'Émilia pensait pouvoir aimer William, le fils de ce dernier, tout aussi simplement. Mais comment ne pas être exaspéré par un petit garçon précoce et je-sais-tout de cinq ans qui corrige votre prononciation anglaise ou calcule votre masse corporelle à chaque fois que vous avalez un gâteau? et pourquoi faudrait-il aimer ses beaux-enfants à tout prix? Émilia se débat encore avec ces questions et ce petit garçon rebelle quand sa vie explose : le bébé qu'elle vient de mettre au monde meurt subitement. Tout l'accable, la vue du moindre enfant la fait fondre en larmes, et les mercredis avec William l'anéantissent. Pourtant, c'est grâce à lui qu'elle reviendra à la vie. À travers ses tentatives maladroites pour gagner l'amour de William, elle parviendra finalement à se retrouver elle-même, à faire son deuil, et à construire une vraie famille… Ayelet Waldman forme avec Michael Chabon un des couples littéraires américains les plus en vue du moment. Avec un sens aigu de la formule et des dialogues d'une justesse absolue, l'auteure nous balade brillamment entre l'exaspération et l'émotion, le rire et les larmes.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221103807
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 320
Format : 153 x 240 mm

Ils en parlent

"Ayelet Waldman n’a pas peur de choquer. Au contraire. Quand elle a déclaré l’an dernier qu’elle aimait son mari plus que ses enfants, le scandale a été immédiat. Elle a même dû aller s’expliquer à la télévision. Son nouveau roman controversé sur les désordres de la vie de famille semble prendre le même chemin… Sincère, touchant et juste, il est impossible à lâcher. Tandis que j’éclatais de rire à certaines pages, je fondais en larmes à d’autres... Mais c’est la construction de la relation entre Émilia et son beau-fils qui forme le cœur de ce roman. Que l’on soit parent ou non, on ne peut qu’être ému." Daily Express "Ayelet Waldman est une découverte réjouissante : un nouvel écrivain fantastique, sans prétention et avec un réel talent de conteur. Son roman, profondément humain, fait appel aux émotions les plus profondes avec un mélange de tendresse et d’irrévérence." Sunday Time "Puissant, sincère. J’ai été profondément émue." Kate Long, auteur du Manuel de la mauvaise mère "On est immédiatement conquis par ce contrepied intéressant de l’histoire de la "vilaine belle-mère". Beaucoup plus noir que son écriture rythmée et piquante ne le laisse croire." The Times "Émouvant et très habilement construit… La voix d’Émilia est fantastique: aiguë, spirituelle, drôle, sarcastique, passionnée et très en colère…" Washington Post "Ayelet Waldman s’est donné pour mission de combattre ce qu’elle appelle le "mythe de la mère parfaite"… Provocatrice, franche et impétueuse." LA Times

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Karine78 Posté le 17 Octobre 2018
    Une histoire qui m'a parlé et qui donne à réfléchir!
  • darkmoon Posté le 28 Septembre 2013
    Un véritable condensé de beauté ! Emilia est une jeune femme qui vit à New-York avec son mari et son beau-fils. Après la perte de leur enfant quelques jours après sa naissance, chacun essaie de se reconstruire. Mais les relations dans cette famille recomposée ne sont pas toujours faciles. Certains n'y verront peut-être qu'un banal drame romantique et ne seront absolument pas touchés par cette histoire ou ces personnages. Pour ma part, ce portrait atypique d'une femme incapable de ressentir un élan maternel à cause de la mort de son bébé est magnifiquement transcrit dans cette histoire. Cet amour de mère, qu'elle tente de réemployer dans son amour avec son mari, ne fonctionne pas. Son personnage est l'un des plus attachants que j'ai pu voir ces derniers temps, on ne peut effectivement que plaindre cette jeune femme qui enchaîne tristesses et culpabilités. Après avoir perdu son bébé de 3 jours, ce qui la ravage déjà moralement, elle ne parvient pas à trouver sa place dans sa vie sentimentale, entre un mari qu'elle a volé à une autre femme et un beau-fils de 8 ans, Will, qui ne la considère pas à sa juste valeur, elle craque littéralement. La descente aux enfers entamée... Un véritable condensé de beauté ! Emilia est une jeune femme qui vit à New-York avec son mari et son beau-fils. Après la perte de leur enfant quelques jours après sa naissance, chacun essaie de se reconstruire. Mais les relations dans cette famille recomposée ne sont pas toujours faciles. Certains n'y verront peut-être qu'un banal drame romantique et ne seront absolument pas touchés par cette histoire ou ces personnages. Pour ma part, ce portrait atypique d'une femme incapable de ressentir un élan maternel à cause de la mort de son bébé est magnifiquement transcrit dans cette histoire. Cet amour de mère, qu'elle tente de réemployer dans son amour avec son mari, ne fonctionne pas. Son personnage est l'un des plus attachants que j'ai pu voir ces derniers temps, on ne peut effectivement que plaindre cette jeune femme qui enchaîne tristesses et culpabilités. Après avoir perdu son bébé de 3 jours, ce qui la ravage déjà moralement, elle ne parvient pas à trouver sa place dans sa vie sentimentale, entre un mari qu'elle a volé à une autre femme et un beau-fils de 8 ans, Will, qui ne la considère pas à sa juste valeur, elle craque littéralement. La descente aux enfers entamée avec la mort du nourrisson pénètre alors tout le roman et tous ses personnages. On assiste à des passages durs, remplis de petites phrases assassines, creusant un peu plus l'écart entre cette mère et le reste du monde. Quant à l'autre l'enfant, né d'un précédent mariage, il est partagé entre la pression de ses divorcés de parents et a du mal à trouver sa place au milieu de tout cela. Finalement c'est celle qu'il a toujours rejeté, celle qui est paralysée dans son rôle de mère, qui se révèle être la plus capable pour s'occuper de lui, le laisser encore être un enfant mais aussi lui monter à quoi ressemble le monde. Un roman tout en délicatesse, parcouru de douleur et d'espoir. Ce roman est un recueillement devant toutes sortes de deuils, de pertes, d'incompréhensions, d'injustices. A travers le drame d'une famille recomposée se dessine en effet la difficulté (si répandue) d'affronter ce à quoi nous devons renoncer, et ce que nous devons bâtir ou rebâtir. Divorces, deuils, dans tous les cas des séparations, secrètes ou avouées, pour un roman qui lie subtilement l'intimité de ses personnages : famille recomposée, ex-femme, parents, collègues de bureau, tous portent les marques de la vie. Ce qui fait de Mercredi au parc un roman particulièrement émouvant, voire parfois éprouvant étant donné son sujet principal.
    Lire la suite
    En lire moins
  • dupontnathalie262 Posté le 28 Avril 2013
    Un livre qui touche au plus profond du coeur de ses lecteurs. IL est totalement impossible de rester insensible face à tant de douleur, tant de douceur et tant d'amour. Un livre que je ne peux que recommencer
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.